Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Union européenne


GÉOPOLITIQUE
Pachinian rencontre le Président français lors de son premier voyage en Europe

Mercredi, le Premier Ministre Nikol Pachinian a souligné le caractère « privilégié » de la relation de l’Arménie avec la France, lors de sa rencontre à Bruxelles avec le Président français Emmanuel Macron.

Réunis par leurs ministres des Affaires étrangères, les deux hommes se sont entretenus en marge d’un sommet de l’OTAN dans la capitale belge. Pachinian devait assister à une session du sommet axée sur la mission en cours dirigée par l’OTAN en Afghanistan. Le contingent militaire multinational qui y est déployé comprend environ 130 soldats arméniens.

Macron et Pachinian ont échangé des salutations chaleureuses en anglais au début de la réunion, tenue au siège de l’OTAN à Bruxelles. On pouvait entendre le président français affirmer devant les caméras de télévision qu’il était « très heureux de voir » le Premier Ministre arménien.

Une déclaration du gouvernement arménien a cité Pachinian comme annonçant que « l’Arménie apprécie énormément ses relations privilégiées avec la France, fondées sur l’amitié traditionnelle et le respect mutuel des deux peuples ».

Pour sa part, Macron aurait annoncé que la France était prête à approfondir ses liens économiques et politiques avec l’Arménie. Il a également déclaré qu’il avait hâte de faire sa visite d’État à Erevan en octobre.

La visite coïncidera avec le sommet de la Francophonie, un regroupement de plus de 70 pays principalement francophones, qui se tiendra dans la capitale arménienne.

Le Ministre français des Affaires Étrangères, Jean-Yves Le Drian, s’est rendu à Erevan fin mai pour discuter avec le nouveau gouvernement arménien des préparatifs du sommet. Le Drian a souligné le fait qu’il était le premier haut fonctionnaire étranger à visiter l’Etat du Caucase du Sud depuis l’accession au pouvoir de Pachinian plus tôt en mai.

Macron fut également le premier dirigeant occidental à rencontrer Pachinian lors de son premier voyage en Europe en tant que Premier Ministre.

posté le 12 juillet 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



GEOPOLITIQUE
Le Parlement Européen ratifie un accord avec l’Arménie

Mercredi, le Parlement Européen a voté massivement pour ratifier un accord historique visant à approfondir les relations politiques et économiques de l’Union Européenne avec l’Arménie.

Il a également adopté une résolution distincte se félicitant de la récente transition pacifique du pouvoir en Arménie et appelant les nouvelles autorités d’Erevan à mettre en œuvre les réformes de grande envergure qu’ils ont promises.

« Ce vote final au Parlement Européen envoie un message fort de soutien aux citoyens arméniens », a déclaré Laszlo Tokes, un rapporteur pour l’organe législatif de l’UE.

« L’UE est prête à soutenir les efforts de réforme auxquels le nouveau gouvernement s’est engagé », a-t-il ajouté. « Nous l’encourageons à continuer de lutter contre la corruption et à réformer le cadre électoral. »

L’accord de partenariat global et renforcé (CEPA) a été soutenu par 573 voix pour, 50 voix contre et 45 abstentions.

L’accord de 350 pages signé en novembre dernier engage les autorités arméniennes à mener des réformes qui démocratiseront le système politique du pays et renforceront la protection des Droits de l’Homme. Ils doivent également « approcher » progressivement les législations et règlements économiques arméniens à ceux de l’UE.

Le CEPA est un substitut moins ambitieux d’un accord d’association que les négociateurs arméniens et européens ont presque finalisé en 2013. Le Président arménien Serge Sarkissian a annulé la signature de cet accord avec sa décision inattendue de demander l’adhésion de son pays à un bloc commercial dirigé par la Russie.

« Nos premiers contacts avec le nouveau gouvernement ont été très productifs », a déclaré Mme Mogherini, la responsable de la politique étrangère de l’UE, Federica Mogherini. « L’atmosphère de notre première rencontre n’aurait pas pu être plus positive, amicale et constructive. »

Mme Mogherini a évoqué la première session du Conseil de partenariat entre l’UE et l’Arménie, organe chargé de superviser la mise en œuvre du CEPA, qui s’est tenue à Bruxelles le 21 juin. Elle a présidé la réunion avec le ministre arménien des affaires étrangères, Zohrab Mnatsakanian.

« Je crois personnellement que tous les parties arméniens comprennent très bien qu’un partenariat avec l’Union Européenne est essentiel pour le pays », a déclaré M. Mogherini aux législateurs européens.

« Il ne s’agit pas de géopolitique, il ne s’agit pas de sphères d’influence, ce n’est pas un partenariat contre quelqu’un d’autre, c’est un partenariat pour, avant tout, nos citoyens - les citoyens d’Arménie, nos propres citoyens de l’Union européenne, “ dit-elle.

Le parlement arménien a ratifié la CEPA en avril, ouvrant la voie à l’entrée en vigueur provisoire de l’accord le mois dernier. S’exprimant à Bruxelles, M. Mnatsakanian a appelé les États membres de l’UE à le ratifier rapidement. Plusieurs d’entre eux l’ont déjà fait.

posté le 5 juillet 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



GEOPOLITIQUE
L’Allemagne soutien les réformes de l’Arménie post-révolutionnaire

Vendredi, le Ministre allemand des Affaires Étrangères, Heiko Maas déclaré que l’Allemagne est prête à aider le nouveau gouvernement arménien à mener à bien des réformes radicales, après s’être entretenu avec son homologue arménien, Zohrab Mnatsakanian, en visite dans le pays.

Maas a annoncé être impressionné par les récentes manifestations qui ont abouti à un changement pacifique du gouvernement du pays.

« Nous avons suivi avec beaucoup d’intérêt le changement social en Arménie et nous soutiendrons ses efforts de réforme », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec M. Mnatsakanian. « C’étaient des images touchantes : des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées pour manifester pacifiquement et exprimer leurs opinions. »

« Mais il était également impressionnant de voir avec quelle diligence les politiciens arméniens ont servi d’agents des espoirs de leur peuple. C’est la voie à suivre », a-t-il ajouté.

Maas a exprimé la volonté de l’Allemagne à aider les nouvelles autorités d’Erevan dans leur lutte contre la corruption et leurs efforts pour modifier les lois électorales, en prévision des nouvelles élections législatives prévues en Arménie.

Mnatsakanian a confirmé qu’ils ont discuté, entre autres choses, de la « révolution de velours » en Arménie. « J’ai réaffirmé l’engagement du nouveau gouvernement arménien à mener une lutte intransigeante contre la corruption et à donner un nouvel élan au processus de réforme », a-t-il déclaré.

Erevan s’attend à ce que l’Allemagne et les autres Etats membres de l’Union Européenne l’appuient dans cette entreprise, a ajouté le Ministre arménien.

La Chef de la Politique Étrangère de l’UE, Federica Mogherini, a exprimé son « soutien total » au programme de réformes du nouveau gouvernement arménien après sa rencontre avec Mnatsakanian, à Bruxelles la semaine dernière. « Lors de leurs prochaines visites en Arménie, nos équipes discuteront de la manière dont l’Union Européenne peut soutenir les réformes dans le pays », a-t-elle annoncé.

L’Allemagne est le premier donateur de l’UE en Arménie, grâce à des centaines de millions d’euros d’aide et de prêts à faible taux d’intérêt depuis les années 1990.

Maas a réaffirmé vendredi le soutien de l’Allemagne aux efforts de l’Arménie pour resserrer ses liens avec l’UE, notamment à travers l’Accord de Partenariat Global et Renforcé signé en novembre dernier. Il estime que « les Arméniens pensent et se sentent européens à bien des égards ».

posté le 2 juillet 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



UNION EUROPEENNE
La Pologne a validé l’accord de partenariat renforcé entre l’Union européenne et l’Arménie signé le 24 novembre dernier entre Bruxelles et Erévan

Le Sénat polonais a validé le 29 juin à l’unanimité des voix, l’accord entre l’Union européenne et l’Arménie signé le 24 novembre 2017 portant sur le partenariat renforcé et intégré. Information communiquée par Edgar Ghazaryan l’Ambassadeur d’Arménie en Pologne. Le 7 juin, le Parlement polonais avait déjà donné son accord sur ce texte en votant. Ainsi la Pologne a donné son aval sur ces accords entre l’Union européenne et l’Arménie. Jusqu’à ce jour il avait été validé par la Lituanie, la Lettonie, l’Estonie et la Bulgarie. Le 27 juin la chambre basse de Roumanie avait également voté en faveur de ces accords. Le 11 avril le Parlement arménien l’avait également validé par un vote à l’unanimité.

Krikor Amirzayan

posté le 30 juin 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450  Pologne  Union européenne 


GEOPOLITIQUE
L’Union Européenne affiche son soutien au nouveau gouvernement arménien

L’Union Européenne est prête à aider le nouveau gouvernement arménien à mettre en œuvre les vastes réformes promises, a déclaré un haut responsable du Parlement Européen après une visite à Erevan lundi.

David McAllister, président de la Commission des Affaires Étrangères de l’UE, a dirigé une délégation multipartite de législateurs, qui ont rencontré le Premier Ministre Pachinian, d’autres hauts responsables arméniens, ainsi que des représentants de la société civile.

« C’est un moment clé pour l’Arménie », a déclaré McAllister dans un communiqué. « Afin de renforcer sa démocratie, approfondir ses relations avec l’UE et instaurer une paix durable ».

« Les citoyens arméniens le veulent, les dirigeants arméniens s’y sont engagés et l’Union Européenne sera là pour aider à chaque étape du processus », a-t-il ajouté.

Pachinian aurait informé M. McAllister et les membres du Parlement Européen des efforts de son gouvernement pour combattre la corruption, démocratiser le système politique arménien et briser les monopoles économiques qui entravent une croissance plus rapide. « Le but de nos actions est d’apporter de réels changements dans le pays », a-t-il déclaré.

Le Premier Ministre arménien a déclaré la semaine dernière qu’il se rendra à Bruxelles pour rencontrer les plus hauts responsables de l’UE plus tard ce mois-ci.

L’UE a suivi de près la crise politique en Arménie, déclenchée par la tentative de l’ancien président Serge Sarkissian de conserver le pouvoir suite à la fin de son second mandat.

Donald Tusk, le Président du Conseil Européen, et Jean-Claude Juncker, le Président de la Commission Européenne, ont adressé une lettre de félicitations à Nikol Pachinian, principal organisateur des manifestations anti-Sarkissian, deux jours après son élection au poste de Premier Ministre le 8 mai.

« Nous sommes impatients de coopérer avec vous dans votre nouvelle position pour renforcer davantage les relations entre l’Union Européenne et l’Arménie, notamment par la mise en œuvre de l’accord de partenariat élargi UE-Arménie », ont écrit Tusk et Juncker.

La CEPA a été signée par l’ancien gouvernement arménien en novembre dernier. Il appelle à des réformes politiques et économiques en Arménie. Il engage également Erevan à « se rapprocher » progressivement des lois et règlements économiques de l’Union Européenne.

Pachinian a appelé à une ratification rapide de la CEPA par tous les Etats membres de l’UE lorsque le parlement arménien l’a élu Premier Ministre.

M. McAllister a déclaré que le Parlement Européen voterait sur l’accord de 350 pages le 4 juillet. La ratification et la mise en œuvre du CEPA aideront l’Arménie à attirer davantage d’investissements européens et à stimuler son commerce avec l’UE, a ajouté le législateur allemand.

posté le 20 juin 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



DIPLOMATIE
L’UE a hâte de commencer à travailler avec Nikol Pachinian

L’Union européenne a réagi hier à la nomination de Nikol Pashinian comme nouveau Premier ministre arménien, déclarant qu’elle prévoyait de poursuivre les efforts pour mettre en œuvre l’accord historique conclu récemment par l’UE avec l’Etat du Caucase du Sud.

La chef de la politique étrangère de l’UE, Federica Mogherini, et le commissaire à la politique européenne de voisinage, Johannes Hahn, ont déclaré que Pachinian avait été élu par le Parlement arménien “conformément à la Constitution“.

“L’Union européenne a hâte de travailler avec lui et son gouvernement à la mise en œuvre de l’accord de partenariat élargi UE-Arménie signé en novembre dernier, en vue de consolider davantage la démocratie, l’état de droit et le respect des droits de l’homme, et également de créer un pays prospère et résilient au profit de tous les citoyens de l’Arménie “, peut-on lire dans une déclaration conjointe.

“Pour atteindre ces objectifs importants, un dialogue global entre toutes les parties prenantes de la politique en Arménie, y compris la société civile, reste crucial“, ont-ils ajouté.

L’UE a insisté à maintes reprises sur ce dialogue lors de la crise politique en Arménie déclenchée par la tentative de l’ancien président Serge Sarkissian de conserver le pouvoir après son second mandat présidentiel le 9 avril. Donald Tusk, président du Conseil européen, et Jean-Claude Juncker , le président de la Commission européenne, ont félicité M. Sarkissian suite à sa nomination au poste de Premier ministre deux jours avant sa démission le 23 avril, au milieu de manifestations de rue massives menées par Pachinian.

L’accord de coopération entre l’UE et l’Arménie engage les autorités arméniennes à mener des réformes politiques qui démocratiseront le système politique du pays et renforceront la protection des droits de l’homme. Erevan doit également « rapprocher » progressivement les lois et règlements économiques arméniens de ceux de l’UE.

Pachinian a appelé à une ratification rapide de cet accord par tous les Etats membres de l’UE lorsqu’il s’est adressé aux législateurs arméniens peu de temps avant qu’ils ne votent pour l’élire Premier ministre hier. Il a également déclaré que son gouvernement visera à entamer “dans un proche avenir“ des négociations avec Bruxelles sur la levée des exigences de visa de l’UE pour les ressortissants arméniens se rendant en Europe.

Tout en promettant de donner un “nouvel élan“ aux relations de l’Arménie avec les États-Unis, Pachinian a précisé que son pays resterait allié politiquement et militairement à la Russie.

posté le 9 mai 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



L’UE préconise des négociations pour débloquer la situation a Erevan

L’Union européenne a appelé dimanche le Premier ministre Serge Sarkissian et les forces de l’opposition à reprendre de toute urgence les négociations pour régler la crise politique qui s’aggrave en Arménie.

Un porte-parole du chef de la politique étrangère de l’UE, Federica Mogherini, a également déclaré que les autorités arméniennes doivent “respecter pleinement“ le droit constitutionnel des citoyens de manifester pacifiquement et “appliquer la loi de manière juste et proportionnée“.

“Tous ceux qui ont été détenus en exerçant leur droit fondamental de réunion conformément à la loi doivent être libérés immédiatement“, a déclaré Maja Kocijancic dans un communiqué publié plusieurs heures après l’arrestation du chef de la protestation, Nikol Pashinian, et de deux autres députés de l’opposition.

“Il est de la plus haute importance que toutes les parties impliquées fassent preuve de retenue et agissent de manière responsable“, ajoute le communiqué. “Un dialogue inclusif, comme l’a demandé le président Armen Sarkissian, visant à un règlement immédiat et pacifique de la situation actuelle, est essentiel“.

Le responsable de l’UE a qualifié de “décevante et inquiétante“ l’échec des discussions de crise de courte durée tenues par Serge Sarkissian et Pashinian dans la matinée.

“L’Union européenne réitère qu’il est essentiel que toutes les parties fassent preuve de retenue et de responsabilité et recherchent d’urgence une solution négociée“, a déclaré un communiqué publié par la délégation de l’UE en Arménie et les ambassades des Etats membres de l’UE.

Au milieu des protestations suscitées par la décision de Serge Sarkissian d’étendre son pouvoir, deux hauts responsables de l’UE l’ont félicité pour son élection en tant que Premier ministre arménien le 17 avril.

Le président Sarkissian, qui a organisé la rencontre du Premier ministre avec le leader de l’opposition, a semblé accuser Pashinian de l’échec des pourparlers de dimanche, tout en appelant à un dialogue renouvelé. “Il est essentiel d’abandonner la position et le comportement non constructifs, qui pourraient compromettre la stabilité du pays, et de continuer à chercher des possibilités de dialogue“, a-t-il déclaré.

La Fédération révolutionnaire arménienne (Dashnaktsutyun), partenaire de la coalition de Serge Sarkissian, a également déclaré que des solutions de compromis peuvent être trouvées même après les “derniers événements.“ Il ne peut y avoir “ni gagnant ni perdant“.

Pendant ce temps, l’alliance de l’opposition Yelk, dont Pashinian est le leader, a fermement condamné l’arrestation de ses trois parlementaires et a exigé leur libération immédiate. Il a déclaré que Pashinian, Ararat Mirzoyan et Sasun Mikaelian doivent être libérés afin d ’“assurer un déroulement pacifique des événements“.

posté le 23 avril 2018 par Claire/armenews

PHOTO MAX SIVASLIAN NAM/ARMENEWS.COM



DIPLOMATIE
Des dirigeants européens félicitent Serge Sarkissian

Deux hauts responsables de l’Union européenne ont félicité Serge Sarkisian pour avoir été élu Premier ministre, tout en l’exhortant à ne pas utiliser la force contre les citoyens qui protestent pacifiquement contre son maintien en place.

“Nous aimerions vous féliciter pour votre élection au poste de Premier ministre de la République d’Arménie“, a déclaré Donald Tusk, président du Conseil européen, et Jean-Claude Juncker, chef de la Commission européenne, dans un message commun publié sur le site officiel de Sarkissian samedi.

Tusk et Juncker ont noté que les relations de l’Union européenne avec l’Arménie ont été “renforcées“ avec la signature en novembre dernier de l’Accord de partenariat global et renforcé (CEPA). “Nous espérons continuer à coopérer avec vous dans vos nouvelles fonctions, en particulier sur la mise en œuvre du nouvel accord, notamment en vue de consolider davantage la démocratie, de renforcer l’état de droit et de protéger les droits de l’homme“.

“Dans ce contexte, nous espérons que les autorités arméniennes feront tout pour respecter le droit des citoyens à exercer leur liberté de réunion pacifiquement et conformément à la loi“, ont-ils ajouté dans une référence claire aux manifestations de rue en cours à Erevan et ailleurs dans le pays.

Les protestations massives ont été déclenchées par la décision de Sarkisian de rester au pouvoir après avoir terminé son deuxième et dernier mandat présidentiel le 9 avril.

Le 18 avril, l’UE a réagi aux manifestations en publiant une déclaration conjointe de sa délégation en Arménie et des ambassades des États membres de l’UE basées à Erevan. Ils ont soutenu le « droit légitime des Arméniens d’exercer la liberté de réunion de manière pacifique ».

La déclaration a également souligné : “Les autorités de l’Etat ont le devoir d’assurer la sécurité et la santé publiques en appliquant la loi de manière juste et proportionnée. Il est important que toutes les parties impliquées continuent à faire preuve de retenue et de responsabilité. “

posté le 22 avril 2018 par Claire/armenews


Diplomatie
UE/ Turquie, des liaisons dangereuses

Des citoyens de l’UE emprisonnés, l’offensive militaire en Syrie ou encore l’érosion de l’État de droit en Turquie : depuis plus d’un an, le climat entre l’UE et la Turquie est tendu. A l’occasion d’un sommet organisé en Bulgarie, le président turc Recep Tayyip Erdogan, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le président du Conseil Donald Tusk ont prévu d’évoquer leurs différends. ARTE Info revient sur ces nombreux désaccords.

Journaliste : Hanna Peters, Mathieu Boch

Cette vidéo n’est disponible qu’aujourd’hui même

posté le 28 mars 2018 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Turquie  Union européenne