Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Derniere minute


ARMÉNIE
Arrestation du général Samvel Babayan
Erevan - A 1 + annonce l’arrestation du général Samvel Babayan, premier ministre de la défense de la République du Haut Karabagh de 1995 à 1999. IL a été arrêté dans l’après-midi avec 2 autres personnes pour “contrebande“ d’armement. Cela concerne un arsenal “Igla“ ( ou “zénith“) avec fusée de type 9M39. A suivre.
posté le 22 mars 2017 par Ara/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Derniere minute  Image 450 


TURQUIE
Ankara lie Gülen à l’enquête sur le meurtre du journaliste Hrant Dink en 2007

Les autorités turques ont émis mardi un mandat d’arrêt contre le prédicateur Fethullah Gülen, exilé aux Etats-Unis, dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat en 2007 du célèbre journaliste d’origine arménienne Hrant Dink, selon les médias.

C’est la première fois qu’Ankara évoque formellement un lien entre ce meurtre qui a secoué la Turquie et la mouvance de M. Gülen. Ce dernier, ancien allié du président turc, est désigné par Recep Tayyip Erdogan comme le cerveau du putsch manqué en juillet.

Le parquet d’Istanbul a demandé l’arrestation de M. Gülen, ainsi que de cinq autres personnes, dont l’ex-procureur Zekeriya Öz, considéré en Turquie comme un “güléniste“, selon l’agence de presse progouvernementale Anadolu. L’agence ne précise toutefois pas les motifs ayant conduit le parquet à prendre cette décision, ni les éléments sur lesquels elle repose.

Le gouvernement turc accuse M. Gülen, installé en Pennsylvanie, d’être l’instigateur du putsch avorté de juillet, ce que l’intéressé nie fermement. La Turquie demande régulièrement aux Etats-Unis son extradition. Le ministre turc de la Justice Bekir Bozdag a encore demandé mardi à son homologue américain l’extradition du prédicateur lors d’un entretien téléphonique, selon le quotidien Hürriyet.

Hrant Dink a été tué de deux balles en pleine rue devant le siège du journal Agos qu’il dirigeait, le 19 janvier 2007.

La photographie de son corps sans vie, recouvert d’un drap, a marqué les esprits en Turquie. Le tireur, Ogun Samast, 17 ans au moment des faits, a avoué le meurtre et a été condamné à près de 23 ans de prison en 2011. Mais l’identité de ses commanditaires éventuels continue de faire l’objet d’une vive polémique.

Hrant Dink s’est fait connaître en fondant Agos, un journal paraissant en turc et en arménien, abordant des sujets jusque-là tabous.

Il était haï par les nationalistes turcs pour avoir qualifié de génocide les massacres dont les Arméniens ont été les victimes pendant la Première Guerre mondiale sous l’Empire ottoman. Ankara refuse catégoriquement de reconnaître tout génocide.

posté le 21 mars 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Derniere minute  Image 450 


SYRIE
Violents combats à Damas après une attaque surprise d’insurgés

Des affrontements violents ont eu lieu dimanche dans l’est de Damas après une attaque surprise de jihadistes et de rebelles qui ont tenté d’avancer vers le centre de la capitale. Ces combattants, menés par des jihadistes du Front Fateh al-Cham, l’ancienne branche syrienne d’el-Qaëda, ont lancé leur attaque contre les forces prorégime à partir de la position rebelle la plus proche du centre-ville, dans le quartier de Jobar, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Selon l’OSDH, il s’agit d’une offensive éclair destinée à soulager les insurgés qui subissent actuellement des bombardements par les forces du régime dans trois quartiers du nord de la capitale.

Ces combats dans la capitale syrienne font rage alors qu’un nouveau round de négociations intersyriennes est prévu à partir de mercredi à Genève, sous l’égide de l’ONU, en présence de représentants du régime de Bachar el-Assad et de l’opposition.

Tous les efforts diplomatiques, encadrés ou non par l’ONU, ont échoué à trouver une solution au conflit qui déchire la Syrie depuis six ans et a fait plus de 320.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés, engendrant une grave crise humanitaire. Un cessez-le-feu avait été négocié en décembre avec l’aide de la Russie, allié du régime, et la Turquie, qui soutient des groupes rebelles, mais les combats n’ont pas pour autant cessé dans le pays.

D’après le directeur de l’OSDH Rami Abdel Rahmane, des rebelles et des jihadistes ont lancé leur attaque dimanche dans le quartier de Jobar en envoyant sur les positions du régime “deux voitures piégées et plusieurs kamikazes“. “Ce n’est pas une escarmouche, c’est une tentative de gagner du terrain“ de la part des insurgés, a affirmé M. Abdel Rahmane, qui a précisé qu’ils avaient pris des bâtiments sur la place des Abbassides, d’où ils avaient tiré des roquettes vers plusieurs secteurs de la capitale. L’armée a répondu par près d’une douzaine de frappes aériennes, selon le directeur de l’OSDH.

“Epaisse fumée“

La télévision d’Etat a de son côté indiqué que l’armée était en train de “déjouer une attaque de terroristes“ grâce à des tirs d’artillerie et avait ordonné aux habitants de rester chez eux. Elle a diffusé des images de la place des Abbassides, d’ordinaire très fréquentée mais cette fois complètement vide et où les seuls bruits audibles étaient ceux des détonations.

Selon un correspondant de l’AFP à Damas, l’armée a bouclé tous les accès à cette place, de laquelle s’échappait une épaisse fumée.

Plusieurs écoles ont annoncé qu’elles fermaient jusqu’à mardi.

Le contrôle de Jobar est partagé entre, d’un côté, des rebelles alliés à des jihadistes et, de l’autre, les forces progouvernementales. “C’est une ligne de front importante“ à cause de sa proximité avec le centre-ville de Damas, a expliqué M. Abdel Rahmane, qui n’a pas été en mesure de fournir dans l’immédiat un bilan des affrontements à Jobar. Selon l’OSDH, l’attaque de Jobar doit notamment permettre de soulager les rebelles qui essuient des attaques de l’armée dans les quartiers de Barzé, Qaboun et Tichrine en détournant l’attention des forces prorégime de ce front au nord de la capitale. Les violents combats dans ces trois quartiers ont fait au moins 20 morts au cours des dernières 24 heures, d’après l’OSDH.

En six ans, le conflit en Syrie, déclenché par la répression sanglante de manifestations pacifiques, s’est transformé en une guerre complexe impliquant une multitude d’acteurs et de groupes locaux, régionaux et internationaux.

Israël et la Syrie ont connu vendredi leur plus sérieux accrochage depuis le début du conflit, quand des missiles ont été tirés par l’armée syrienne contre des avions israéliens en opération en Syrie.

“La prochaine fois que les Syriens utilisent leurs systèmes de défense aérienne contre nos avions, nous les détruirons sans la moindre hésitation“, a prévenu dimanche le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman.

Israël répète régulièrement ne pas vouloir prendre parti dans la guerre en Syrie mais l’Etat hébreu voit d’un mauvais oeil le soutien qu’apportent deux de ses ennemis, le Hezbollah et l’Iran, au régime de Bachar el-Assad.

posté le 19 mars 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Derniere minute  Syrie 


EGLISE ARMENIENNE
Mgr Karékine Bekdjian élu Locum-tenens du Patriarcat arménien de Constantinople

Nous venons d’apprendre le résultat des élections pour seconder Mgr Mutafian d’un Locum-tenens la tête du Patriarcat arménien de Constantinople. Le vote s’est déroulé à 15 heures en présence de 30 membres électeurs. Ils devaient élire entre Mgr Aram Atechian, l’évêque Sahag Machalian et l’Archevêque Karékine Bekdjian (Allemagne). A la dernière minute Sahag Machalian a retiré sa candidature au profit de Mgr Karékine Bekdjian.

C’est finalement Karékine Bekdjian qui fut élu Locum-tenens au Partiarcat arménien de Constantinople. Après la confirmation par une nouvelle assemblée, il secondera Mgr Mutafian le Patriarche de Constantinople nommé à vie à cette fonction. Mais malade et incapable de gérer cette fonction c’est donc Mgr Karékian Bekdjian devra avoir après confirmation, cette charge.

Krikor Amirzayan

posté le 15 mars 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Derniere minute  Image 450 


TURQUIE
Erdogan : Nous avons connu les Néerlandais à Srebrenica, lorsqu’ils ont massacré les Bosniaques

“Même en guerre, vous ne pouvez ouvrir le feu contre les équipes de santé. Mais si c’est un pays comme les Pays-Bas, je vous le dis, ils peuvent le faire. Nous, nous avons connu les Néerlandais à Srebrenica. Nous savons combien leur caractère et leur nature sont mauvais quand 8.000 Bosniaques ont été massacrés là-bas“ a fustigé le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d’une cérémonie organisée par le ministère turc de la Santé, à l’occasion de la Fête de la Médecine (14 mars).

Il est longuement revenu sur la crise diplomatique qui oppose la Turquie aux Pays-Bas mais aussi sur la polémique avec l’Allemagne.

Le Chef de l’Etat a d’abord fustigé le comportement des autorités néerlandaises vis-à-vis de la ministre turque de la Famille et des Politiques sociales.

“Le gouvernement néerlandais a violé toutes les règles diplomatiques internationales, les valeurs de l’UE, la démocratie, la liberté d’expression et de réunion. Les pays qui soutiennent les Pays-Bas ont eux aussi perdu toute valeur à nos yeux. La Chancelière allemande a déclaré soutenir La Haye : on le sait déjà que vous êtes pareils“, a-t-il dit.

“Nous connaissons bien les Pays-Bas depuis le massacre de Srebrenica. Nous avons appris à connaitre leur caractère quand 8 mille Bosniaques y ont été massacrés. Ils n’ont pas de leçon à nous donner“, a-t-il ensuite rappelé.

“Ceux qui n’arrivent pas accepter la Nouvelle Turquie piétinent les droits de l’homme et le droit international, comme un éléphant qui entre dans un magasin de porcelaine“, a-t-il poursuivi.

“Soyez en sûrs : si le développement de la Turquie représente un espoir pour certains, il est aussi le cauchemar d’autres, à l’instar des Pays-Bas et de l’Allemagne“, a ajouté le chef de l’Etat turc.

Selon Erdogan, l’Europe est aujourd’hui en péril avec ces agissements, et la montée des partis racistes et xénophobes.

“Deux partis s’affrontent aux élections législatives néerlandaises : le parti au pouvoir et le parti d’extrême droite. J’appelle tous les étrangers, les Musulmans et les Turcs qui vivent là-bas à ne pas voter pour ce duo“, a-t-il lancé, estimant que la politique du parti au pouvoir n’a rien à envier au parti d’extrême-droite.

“Nous avons plusieurs fois averti les pays européens pour qu’ils ne laissent pas le champ libre aux fascistes. Ce que nous avons vécu cette semaine prouve que nous avions raison dans nos craintes. Le traitement qui a été imposé à notre ministre de la famille aux Pays-Bas a en réalité été infligé au droit international et à la diplomatie“, a-t-il indiqué.

“L’UE n’est plus le symbole du droit, de la démocratie, des droits de l’homme et des libertés. J’invite le monde entier à adopter une position claire face aux développements inquiétants en Europe, afin que ce continent ne tombe pas dans les mains d’états-voyous“, a-t-il estimé.

Pour le Président Erdogan, la xénophobie, le racisme et l’islamophobie qui se renforcent en Europe, représentent une réelle menace pour les Européens eux-mêmes comme pour le reste du monde.

“Sachez que dans toutes les plateformes internationales, particulièrement au sein de l’Organisation de la Coopération Islamique, nous allons intensifier nos travaux pour lutter contre le racisme et l’islamophobie. Ce n’est plus une question qui vise seulement la Turquie, c’est la réapparition du fascisme en Europe qui menace tous les Musulmans et les étrangers qui vivent là-bas“, a-t-il fait savoir.

posté le 14 mars 2017 par Stéphane/armenews


TWITTER
Rassemblement sur le Parvis des Droits de l’Homme pour protester contre la venue d’Ilham Aliyev.
JPEG - 182.2 ko
JPEG - 155.3 ko
JPEG - 133.6 ko
JPEG - 51.2 ko
JPEG - 55 ko
JPEG - 175.5 ko
JPEG - 43.8 ko
JPEG - 46.8 ko
JPEG - 52.9 ko
JPEG - 47.5 ko
JPEG - 40.1 ko
JPEG - 52.2 ko
JPEG - 53.5 ko
JPEG - 49 ko
posté le 14 mars 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Derniere minute  Image 450 


TWITTER
Marseille : Mobilisation contre la venue en France du dictateur azerbaïdjanais Ilham Aliyev
JPEG - 58.2 ko
JPEG - 45.1 ko
posté le 14 mars 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Azerbaïdjan  Derniere minute  Image 450 


TRIBUNE DE PATRICK LABAUNE AU MONDE
Pourquoi la France « garde-t-elle un silence assourdissant » dans l’affaire Lapshin ?

Dans une tribune au « Monde », le président du conseil départemental de la Drôme, Patrick Labaune, explique que ce jeune blogueur russo-israélien a été extradé de Biélorussie vers l’Azerbaïdjan pour s’être rendu dans le Haut-Karabakh. Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev est à Paris en visite officielle. La France doit lui demander des explications.

C’est un fait d’une gravité extrême qui s’est déroulé le 7 février. Ce jour-là, le blogueur russo-israélien Alexandre Lapshin a été extradé de Biélorussie vers l’Azerbaïdjan à la requête de ce dernier Etat. Ni les protestations de la Russie, ni celle d’Israël n’y ont rien changé. Moscou a fait part de « sa profonde déception » face à une décision d’extradition qui « ne correspond pas à l’esprit des relations alliées entre la Russie et la Biélorussie », tandis que Tel-Aviv indique « suivre étroitement les développements » et « être en contact avec toutes les parties concernées par des voies diplomatiques et consulaires ».

Ce qui est grave, ce sont les raisons invoquées par l’Azerbaïdjan et retenues par une justice biélorusse aux ordres pour motiver cette extradition : Alexandre Lapshin aurait commis le « crime » d’avoir insulté Ilham Aliev, le président azerbaïdjanais, mais surtout celui de s’être rendu au Haut-Karabakh, un Etat aujourd’hui indépendant et principalement peuplé d’Arméniens, que lui avait arbitrairement offert la dictature de Staline. Comme l’atteste cette affaire, Bakou n’a de cesse que de tenter d’isoler la République du Haut-Karabakh pour mieux l’agresser ensuite, comme il l’a du reste fait en avril 2016.

Lire la suite de la tribune sur Le Monde.fr : http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/03/14/pourquoi-la-france-garde-t-elle-un-silence-assourdissant-dans-l-affaire-lapshin-incarcere-en-azerbaidjan_5094243_3232.html

posté le 14 mars 2017 par Claire/armenews

Photo : AP / Michel Euler



TURQUIE
Turquie/Allemagne : Erdogan accuse Merkel de soutenir les terroristes

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé lundi la chancelière allemande Angela Merkel de “soutenir les terroristes“, nouvelle escalade dans le conflit opposant Ankara à plusieurs pays européens.

“Mme Merkel, pourquoi cachez-vous des terroristes dans votre pays ? Pourquoi n’agissez-vous pas ?“, a lancé M. Erdogan lors d’une interview télévisée, accusant Berlin de n’avoir pas donné suite à 4.500 dossiers sur des terroristes présumés envoyés par Ankara. “Mme Merkel, vous soutenez les terroristes“.

posté le 13 mars 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Derniere minute  Turquie