Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Derniere minute


REVUE DE PRESSE
Le gouvernement israélien ne s’opposera pas au débat sur la reconnaissance du génocide arménien

Le gouvernement israélien a informé mercredi la Knesset qu’il ne présenterait pas de réponse à une motion visant à organiser un débat à la Knesset sur la reconnaissance du génocide arménien. Dans le passé, le gouvernement s’est opposé à la tenue de tels débats à la Knesset.

La présidente du Meretz, Tamar Zandberg, envisage de soumettre une motion à la plénière mercredi pour organiser un débat sur la reconnaissance du génocide arménien par le gouvernement ottoman au début du siècle dernier.

Le parti Meretz avait présenté des résolutions similaires ces dernières années qui ont ensuite été débattues au Comité de l’éducation de la Knesset. Cette fois, elle a l’intention de soumettre la motion à l’ensemble de la Knesset et d’insister pour que la Knesset au complet la débatte plutôt que l’un des comités. Les législateurs seront invités à soutenir ou s’opposer à sa demande.

La Knesset marque le génocide arménien chaque année depuis 2012, mais les propositions de ce type sont généralement bloquées en raison des relations privilégiées avec l’Azerbaïdjan . L’hypothèse est qu’elles seront à nouveau bloqués.

La semaine dernière, plusieurs députés de la coalition ont annoncé leur intention de présenter un projet de loi sur la reconnaissance du génocide arménien en réponse aux commentaires et actions anti-israéliens du président turc Recep Tayyip Erdogan. Le ministre de l’Education Naftali Bennett a demandé au président de la Knesset, Yuli Edelstein, “d’approuver la reconnaissance officielle par l’Etat d’Israël de l’holocauste arménien commis par la Turquie“.

M. Zandberg a déclaré mardi : “Pendant de nombreuses années, Israël a évité la reconnaissance du génocide arménien, l’un des meurtres les plus ignobles du 20ème siècle. Ce manque de reconnaissance est une tache morale pour Israël et pour chaque pays qui choisit, par intérêt, d’ignorer la souffrance de l’autre. Pour nous, c’est une question de moralité et non un acte politique momentané. “

Le parti Meretz a mené la lutte pour reconnaître le génocide à l’époque de Yossi Sarid. En tant que ministre de l’Education en 2000, Yossi Sarid a assisté à un événement marquant le 85ème anniversaire du génocide dans l’église arménienne de Jérusalem. Lors de l’événement, Sarid a appelé le gouvernement israélien, alors dirigé par Ehud Barak, à reconnaître officiellement le génocide. Pendant son mandat en tant que ministre de l’Education, le contenu du programme scolaire a inclus le contenu du génocide arménien, mais il a été retiré par le gouvernement du Likoud à son retour au pouvoir.

Journal Haaretz

posté le 23 mai 2018 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Derniere minute  Image 450 


ISRAEL
Un autre ministre israélien appelle à reconnaître le génocide arménien

Le ministre israélien des transports et du renseignement, Yisrael Katz, est le deuxième ministre israélien à appeler à la reconnaissance du génocide arménien au cours des deux derniers jours.

Dans une interview à Ynet , Yisrael Katz a déclaré : “il n’y a aucune raison morale et historique de ne pas reconnaître l’holocauste arménien en référence à la montée de la tension entre Israël et la Turquie“.

“Erdogan essaie d’augmenter la tension et l’incitation contre Israël, il est un membre des Frères musulmans et un ennemi idéologique d’Israël“, a ajouté Yisrael Katz.

Mardi, le ministre israélien de l’Education Naftali Bennet a exhorté son pays à reconnaître le génocide arménien en réponse aux commentaires insultants du président turc Erdogan.

La tension entre les deux pays a augmenté après qu’Erdogan ait accusé Israël de “génocide“ des Palestiniens et l’ait qualifié “d’Etat terroriste“. Le président turc a également déclaré que son pays rappelait ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Israël.

posté le 16 mai 2018 par Stéphane/armenews


ISRAEL
Des députés israéliens veulent reconnaître le génocide arménien

Un projet de loi reconnaissant le génocide arménien est revenu à l’ordre du jour de la Knesset mercredi après que la Turquie et Israël aient retiré leurs ambassadeurs respectifs suite aux tensions à Gaza.

Le député de l’union Sioniste Itzik Shmuly et le député du Likoud Amir Ohana ont déclaré qu’ils soumettraient un projet de loi pour faire d’Israël le 30e pays à reconnaître le génocide de 1915, dans lequel l’Empire ottoman a tué plus de 1,5 million d’Arméniens.

Cette décision est intervenu lorsque le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a fustigé Israël à propos de violentes manifestations le long de cette frontière de Gaza. Le président turc a par la suite rappelé son ambassadeur d’Israël et a commenté sur Twitter qu’Israël était “un Etat d’apartheid qui a occupé des terres de peuples sans défense pendant plus de 60 ans“.

Par la suite, Jérusalem a retiré son ambassadeur d’Ankara, et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a écrit sur Twitter que « Erdogan est parmi les plus grands partisans du Hamas et il ne fait aucun doute qu’il comprend bien le terrorisme et les massacres ».

Les membres de la Knesset en réponse ont conclu que le moment était venu de reconnaître le génocide arménien par les Turcs, une mesure qu’Israël avait précédemment évitée afin de ne pas nuire aux relations diplomatiques avec la Turquie.

Le député Itzik Shmuly a souligné que “nous n’accepterons pas la moralisation du boucher turc antisémite qui bombarde chaque jour des milliers de Kurdes au nord-ouest de la Syrie et dont le pays est responsable du génocide du peuple arménien et des horreurs historiques envers les Assyriens“ ajoutant plus tard que cette reconnaissance du génocide aurait dû se produire il y a longtemps.

Le député Amir Ohana a fait valoir que le raisonnement diplomatique derrière la non-reconnaissance du génocide n’existait plus, soulignant que “il n’est pas trop tard pour rendre justice. Le moment est venu de reconnaître officiellement la terrible injustice faite aux Arméniens. Quand Hitler a présenté aux officiers de la Wehrmacht son plan d’extermination de masse en Pologne, y compris des femmes et des enfants, il a apaisé les inquiétudes concernant la réaction du monde en disant « qui, après tout, parle aujourd’hui des Arméniens ? Pour cette seule raison, nous aurions déjà dû reconnaître officiellement ce génocide. “

Le leader de Yesh Atid, Yair Lapid, a parrainé un projet de loi visant à reconnaître le génocide arménien plus tôt cette année, mais il a été rejeté en février, ce qui signifie qu’il ne peut plus être soumis avant août.

Yair Lapid avait appelé Israël à rétrograder définitivement ses liens avec Ankara tout en reconnaissant le génocide arménien, en aidant ouvertement les Kurdes et en encourageant les Etats-Unis à tenter de retirer la Turquie de l’OTAN.

“Nous ne nous réconcilirons pas avec les antisémites comme Erdogan. Le temps est venu pour le gouvernement de dire ce qui est clair depuis longtemps : Erdogan fait partie de l’axe de la terreur islamique “, a déclaré M. Lapid.

Le président de la Knesset, Yuli Edelstein, a appelé la Knesset à reconnaître le génocide arménien, tout comme son prédécesseur, le président Reuven Rivlin. De nombreux projets de loi visant à reconnaître les atrocités ont été proposés et rejetés au fil des ans, mais le Comité de l’éducation, de la culture et du sport de la Knesset a voté en faveur de la reconnaissance du génocide.

Une source diplomatique a déclaré que la situation était très délicate et que la décision finale de reconnaître ou non le génocide serait celle de Netanyahu.

Le ministère des Affaires étrangères a refusé de commenter la question.

posté le 16 mai 2018 par Stéphane/armenews


ARMENIE/FRANCE
Edouard Philippe a adressé un message de félicitations à Nikol Pashinyan

Ce 15 mai 2018, le Premier ministre de la République française, Edouard Philippe, a envoyé un message de félicitations à Nikol Pashinyan à l’occasion de son élection au poste de Premier ministre de la République d’Arménie.

« Je vous présente mes félicitations et mes meilleurs vœux de succès à la suite de votre élection au poste de Premier ministre de la République d’Arménie. La France et l’Arménie entretiennent une relation bilatérale particulièrement dense, fondée sur des liens historiques anciens et une relation politique privilégiée, qui se décline au niveau des gouvernements, des parlements, des collectivités territoriales et des sociétés civiles de nos deux pays.

Aujourd’hui, la France se tient plus que jamais aux côtés de l’Arménie pour l’accompagner dans la voie de la consolidation de l’Etat de droits et des réformes. Comme vous le savez, la France œuvre au sein du groupe de Minsk à la recherche du nécessaire solution pacifique et négociée au conflit du Haut-Karabakh. Elle aura à cœur de poursuivre les efforts entrepris afin de parvenir à une résolution de ce conflit. La récente signature de l’Accord de partenariat complet est renforcée entre l’Union européenne et l’Arménie, à la négociation duquel la France a pris une part active, ouvre une dynamique nouvelle pour votre pays. Il permettra, je l’espère, d’améliorer le climat des affaires, de renforcer les liens économiques entre nos deux pays, et de faire progresser nos échanges commerciaux.

La tenue à Erevan en octobre prochain du XXVIIe Sommet de la Francophonie offre une occasion unique de renforcer les liens entre nos deux pays et de consolider l’implantation en Arménie de la langue française, à travers notamment la relocalisation de l’Université française (UFAR), de l’Ecole française Anatole France, et l’achèvement du centre Charles Aznavour, qui a vocation à devenir la vitrine de la culture française à Erevan. La France prendra aux côtés de l’Arménie toute sa part pour assurer le succès de ce sommet ».

posté le 15 mai 2018 par Claire/armenews


TURQUIE
Gaza : les Etats-Unis partagent la responsabilité du massacre, selon la Turquie

La Turquie a estimé lundi que les Etats-Unis partageaient la responsabilité du “massacre“ à Gaza où 37 Palestiniens ont été tués par l’armée israélienne en manifestant contre le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem.

“L’administration américaine est autant responsable qu’Israël de ce massacre“, a écrit sur Twitter le porte-parole du gouvernement turc, Bekir Bozdag.

“En transférant son ambassade à Jérusalem, l’administration américaine a sapé les chances d’un règlement pacifique et provoqué un incendie qui causera davantage de pertes humaines, des destructions et des catastrophes dans la région“, a-t-il ajouté.

Le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, a pour sa part dénoncé “un massacre“ et le “terrorisme d’Etat“ en réagissant au lourd bilan de morts palestiniens dans la bande de Gaza. “Je maudis Israël et ses forces de sécurité“, a-t-il ajouté.

Après la décision annoncée en décembre par le président américain Donald Trump de transférer l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait pris la tête de la contestation musulmane, organisant un sommet à Istanbul. Lors du sommet, la principale organisation panislamique internationale avait proclamé Jérusalem-Est, partie occupée de la ville, “capitale de l’Etat palestinien“.

M. Erdogan a estimé lundi à Londres que les Etats-Unis avaient perdu “leur rôle de médiateur“ au Proche-Orient après leur décision de déménager leur ambassade.

posté le 14 mai 2018 par Stéphane/armenews


ARMENIE
Arsen Torosyan nommé ministre de la santé d’Arménie

Arsen Torosyan a été nommé à la tête du ministère de la Santé de l’Arménie.

Le président arménien Armen Sarkissian a signé un décret pour nommer Arsen Torosyan à la demande du Premier ministre Nikol Pashinyan.

posté le 13 mai 2018 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Derniere minute 


ARMENIE
Lilit Makunts à la tête du ministère de la Culture de l’Arménie

Lilit Makunts a été nommée à la tête du ministère de la Culture d’Arménie.

Le président arménien Armen Sarkissian a signé un décret portant nomination de Lilit Makunts à la demande du Premier ministre arménien Nikol Pashinyan.

posté le 13 mai 2018 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Derniere minute 


ARMENIE
L’économiste Daron Acemoglu conseillera le gouvernement arménien, selon le Premier ministre Nikol Pashinyan

Le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan rapporte que l’économiste Daron Acemoglu a accepté son invitation à venir en Arménie et à participer à la rédaction d’une politique destinée à sortir l’Arménie de son marasme économique.

Nikol Pashinyan, dans un post Facebook, dit qu’il n’y a toujours pas de date précise quand Acemoglu, professeur d’économie au MIT et co-auteur du livre Why Nations Fail (2012), arrivera en Arménie.

Né à Istanbul de parents arméniens, Acemoglu a terminé son doctorat à la London School of Economics et est surtout connu pour son travail sur l’économie politique.

Quant aux vues d’Acemoglu sur l’économie de l’Arménie depuis l’indépendance, il a écrit :

“L’Arménie aurait pu ressembler beaucoup plus à la République tchèque ou à l’Estonie et ce que nous avons obtenu est plutôt un pays qui ressemble beaucoup plus à l’Azerbaïdjan ou à l’Ouzbékistan, ce qui est vraiment une honte.“ ( Conférence de l’Institut des études arméniennes de l’USC, 9 avril 2017)

posté le 13 mai 2018 par Stéphane/armenews


DIPLOMATIE
Zohrab Mnatsakanyan nouveau ministres des Affaires étrangères

Zohrab Mnatsakanyan, l’actuel représentant de l’Arménie à l’ONU a été nommé ministre des Affaires étrangèreS du nouveau gouvernement mis en place en Arménie par Nikol Pachinian en remplacement de M. Edward Nalbandian qui a occupé ce poste au cours des 10 dernières années

1991-1993 - Deuxième secrétaire duDépartement européen du Ministère des affaires étrangères d’Arménie.

1993-1997 - Premier secrétaire, de l’ Ambassade d’Arménie au Royaume-Uni, Londres, Royaume-Uni.

1995-1997 - Premier secrétaire (non-résident), de l’ambassade d’Arménie auprès le Saint-Siège, Cité du Vatican.

1997 - Secrétaire privé du Premier ministre d’Arménie, Erevan, Arménie.

1997-1998 - Chef du département européen du Ministère des affaires étrangères d’Arménie, Erevan, Arménie.

1998-1999 - Chef du Département de l’Europe de Ministère des affaires étrangères d’Arménie, Erevan, Arménie.

1999-2002 - Chef du Département des relations extérieures, Bureau du Président de la République d’Arménie, Erevan, Arménie.

2002-2008 - Ambassadeur, Représentant permanent de l’Arménie auprès du Bureau des Nations Unies et d’autres organisations internationales à Genève, Genève, Suisse.

2002-2008 - Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République d’Arménie auprès de la Confédération suisse (résidence à Genève, Suisse).

2008-2011 - Ambassadeur, Représentant permanent de l’Arménie auprès du Conseil de l’Europe, Strasbourg, France

2011-2014 - Vice-ministre des affaires étrangères, négociateur en chef pour l’accord d’association UE-Arménie, Erevan, Arménie

2014 Ambassadeur, Représentant permanent de l’Arménie auprès des Nations Unies, New York, États-Unis

Rang diplomatique Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire

Décoré de la médaille de Mkhitar Gosh d’Arménie (2011) pour service distingué dans la diplomatie.

Langues Anglais, Russe, Français

État civil Marié à Mme Irina Igitkhanyan (1991), avec deux fils, Gevorg (1992) et Hayk (1994).

posté le 12 mai 2018 par Ara/armenews