Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
3 - News Importante Deux Etoiles


RUSSIE-AZERBAÏDJAN
De nouvelles armes Russes sont arrivées en Azerbaïdjan et vont être transférées au front de l’Artsakh (Haut-Karabagh)

La coopération militaire entre la Russie et l’Azerbaïdjan continue. La Russie, partenaire stratégique de l’Arménie vend des armes à l’Azerbaïdjan ! Une nouvelle livraison d’armes et de chars est arrivée à Bakou. Réception d’armes qui fut confirmée par le ministère azéri de la Défense sur son site internet. Ces armes seront après les essais et réglages, transférées vers les frontières, essentiellement avec la République de l’Artsakh (Haut-Karabagh).

JPEG - 60.1 ko

Armes qui seront bien évidemment utilisées contre les Arméniens...Merci Moscou, partenaire stratégique de l’Arménie pour les dizaines de victimes arméniennes que ces armes vont occasionner dans les rangs de l’armée arménienne...

Krikor Amirzayan

posté le 25 juin 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


DIPLOMATIE
L’Inde et l’Arménie coopèrent dans le domaine de la defense
L’Arménie et l’Inde poursuivent leurs discussions sur les modalités d’une cooperation militaire sur les bases de l’“excellente” relation liant les deux pays, a indiqué l’ambassadeur d’Inde à Erevan le jeudi 22 juin. “Les deux parties discutent de la coopération dans ce domaine”, a indiqué Yogeshwar Sangwan interrogé par le service arménien de RFE/RL (Azatutyun.am). “Je ne dispose pas d’un agenda clair [pour la coopération indo-arménienne dans le domaine de la défense] mais cela aura lieu en temps sur la base de négociations bilatérales”. Sangwan a indiqué que l’Inde était désireuse de renforcer ses relations « amicales » avec l’Arménie dans tous les domaines”. “Même dans le domaine de la défense, nous sommes ouverts à une coopération avec l’Arménie”, a ajouté le diplomate, en précisant que “la question a déjà été discutée par les gouvernements arménien et indien et nous progresserons sur cette base. Nous ferons tout ce qu’il est possible de faire”. Visitant Erevan à la fin du mois d’avril, le vice-président indien Mohammad Hamid Ansari avait indiqué que la coopération militaire figurait sur l’agenda des discussions intergouvernementales entre l’Inde et l’Arménie, en ajoutant que les deux parties prévoyaient de “renforcer notre coopération dans tous les domaines d’intérêt commun”.
posté le 23 juin 2017 par Gari/armenews


ARMENIE/UE
Selon le gouvernement, la Russie ne fait pas pression pour annuler l’accord

Le ministre de la Justice, Davit Harutiunian, a rejeté hier la spéculation de l’opposition selon laquelle l’Arménie pourrait être pressée par la Russie pour abandonner un accord planifié sur l’approfondissement de ses liens politiques et économiques avec l’Union européenne.

Ces spéculations de l’opposition sont venues après avoir noté les réactions de colère du parti républicain contre les critiques de l’ambassadeur de l’UE, Piotr Switalski, concernant les récentes élections législatives en Arménie.

Switalski s’est interrogé le 15 juin sur la “crédibilité“ de la Commission électorale centrale (CEC) contrôlée par le gouvernement, affirmant qu’il devrait être élargi pour inclure les représentants de la société civile. Il a également dénoncé l’achat de voix et d’autres irrégularités signalées lors des élections du 2 avril.

Harutiunian et le Parti républicain au pouvoir (HHK) ont répondu en accusant Switalski de s’ingérer dans les affaires intérieures de l’Arménie. Le diplomate a rejeté les critiques mardi.

Des hommes politiques de l’opposition arménienne ont défendu les déclarations de Switalski. L’un d’eux, Aram Sarkisian, a affirmé hier qu’il craint que le gouvernement ne veuille utiliser cette tension pour éviter de signer l’accord de partenariat global et élargi (CEPA) avec l’UE.

Harutiunian a rejeté ces insinuations, expliquant qu’elles sont « le résultat d’une brillante imagination ». « Je ne vois aucun problème avec cette signature en dehors des problèmes techniques, qui avancent aussi bien que prévu », a t-il commenté.

Interrogé sur la question de savoir si Erevan pourrait abandonner l’accord sous la pression possible de la Russie, le ministre a rétorqué : “Je ne vois pas de telles conditions préalables“.

L’accord est censée servir de substitut moins ambitieux à un accord d’association négocié par des responsables arméniens et de l’UE au cours de l’été 2013. Le président Serge Sarkissian avait fait volte-face en septembre 2013, et avait rejoint l’UEE dirigée par la Russie. Ce virage a été attribué à la pression russe.

L’accord alternatif contient apparemment les principales dispositions politiques de l’Accord d’association annulé. Il devrait être signé à Bruxelles en novembre.

Selon Naira Zohrabian, député et principal représentant du bloc Tsarukian d’opposition, Erevan a « discuté“ des dispositions clés de ce nouvel accord avec Moscou et celui-ci ne s’y oppose pas. “Par conséquent, à l’heure actuelle, je ne vois aucun risque que l’Accord de partenariat global et renforcé ne soit pas signé à Bruxelles le 24 novembre“, a assuré Zohrabian.

Hier en fin de journée, le président Sarkisian s’est rendu à Bruxelles pour participer à un sommet du Parti populaire européen (PPE), un groupe de partis d’Europe centrale de premier plan, y compris les démocrates-chrétiens dominants de l’Allemagne.

posté le 22 juin 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



JUSTICE
Les charges contre Samvel Babayan revues à la baisse

Les autorités chargées de l’application de la loi ont un peu réduit les accusations criminelles portées contre Samvel Babayan, un général de l’armée à la retraite proche d’une alliance d’opposition.

L’avocat de Babayan, Avetis Kalashian, a révélé hier qu’il n’était plus accusé d’avoir transbordé des armes en Arménie. Il ne doit que faire face à des accusations de « circulation » illégale et de blanchiment d’argent, a précisé Kalashian.

Babayan risque jusqu’à 11 ans de prison s’il est reconnu coupable des accusations révisées. L’affaire pénale initiale pouvait l’entraîner derrière les barreaux pendant 13 ans.

Babayan a été arrêté le 21 mars, après que le Service de sécurité nationale (SSN) ait prétendu avoir confisqué un système de roquette sol-air fabriqué en Russie. Le SSN a allégué par la suite que le général, le plus important commandant militaire du Nagorno-Karabakh de 1993 à 1993, a payé deux autres hommes pour faire passer en contrebande les systèmes Igla de la Géorgie.

L’arrestation a eu lieu deux semaines avant les élections législatives. Babayan était officieusement affilié à l’alliance de l’opposition ORO dirigée par l’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian, et deux autres politiciens de l’opposition. ORO a condamné l’affaire criminelle comme ayant une motivation politique.

Kalashian a déclaré que son client continue de claler son innocence. L’avocat a également déclaré que l’enquête criminelle est bouclés, ce qui signifie que Babayan sera prochainement jugé.

Le seul autre suspect arrêté dans l’affaire est Sanasar Gabrielian, un ami de longue date de Babayan qui a également participé activement à la guerre du Karabagh. Il est également accusé de possession d’armes illégales, une charge en partie qu’il avoue en partie.

“Il voulait acquérir des armes pour l’armée par des moyens légaux“, a déclaré Karapet Aghajanian, l’avocat de Gabrielian. Il a ajouté que le seul fait illicite de son client était de « s’occuper d’autres personnes qui ne respectaient pas ses espoirs ».

Plus tard en mars, la police en Géorgie a arrêté un citoyen arménien recherché par les autorités chargées de l’application de la loi à Erevan dans le cadre du même cas de contrebande. Il est apparu hier que l’homme identifié comme Robert A. n’a pas encore été extradé vers l’Arménie. Le Bureau du Procureur général a affirmé que les autorités géorgiennes n’ont toujours pas répondu à une demande d’extradition arménienne.

posté le 21 juin 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Zaruhi Postanjian attaque le parti d’opposition Yelk

Zaruhi Postanjian, femme politique de l’opposition, a attaqué vendredi l’alliance Yelk, affirmant que les autorités arméniennes créaient de toute pièce des forces arméniennes pour affaiblir les vrais opposants politiques.

“Il est évident de leurs positions politiques n’est pas dans l’opposition parce que ces positions correspondent aux positions actuelles du régime illégitime“, a justifié Postanjian.

En particulier, elle a souligné l’échec de Yelk à soutenir les hommes armés de l’opposition emprisonnés qui ont saisi un poste de police à Erevan l’année dernière et leur refus de boycotter l’intronisation cette semaine du maire réélu Taron Markarian.

L’un des dirigeants de Yelk, Edmon Marukian, a désapprouvé cette pique de la femme politique et a refusé de décrire les hommes armés en tant que prisonniers politiques à la fin de la semaine dernière, expliquant que leurs actions avaient des « éléments d’un crime ». En revanche, Postanjian appuie fortement l’action des hommes armés.

Yerkir Tsirani, Yelk et le Parti républicain (HHK) sont les seuls groupes politiques qui ont participé aux élections municipales d’Erevan le mois dernier. Le HHK a remporté le vote du 14 mai.

Yelk détient 14 sièges dans le conseil de 65 membres, contre 5 sièges gagnés par Yerkir Tsirani. Postanjian a exclu toute coopération entre les membres du conseil représentant son parti et le bloc co-dirigé par Marukian, Nikol Pashinian et Aram Sarkisian. Elle a rejeté Yelk en tant que “clients“ de Serge Sarkissian.

Davit Khazhakian, jeune chef de la faction Yelk dans le conseil d’Erevan, a rejeté les allégations de Postanjian. “Vous pouvez toujours trouver des clowns politiques dans une société“, a déclaré Khazhakian. Les groupes d’opposition dure tels que Yerkir Tsirani se sortiront inévitablement de l’arène politique.

Yelk a terminé troisième dans les récentes élections législatives de l’Arménie, remportant 9 sièges dans l’Assemblée nationale de 131 membres. Le parti de Postanjian a été créé en mars et ne s’est pas présenté aux élections législatives.

posté le 19 juin 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



EREVAN
Le milliardaire Samvel Karapetyan va ouvrir à Erévan un grand Centre commercial et de loisirs à l’enseigne « Rio »

Le journal arménien « Irates » (Իրատես) écrit que « le milliardaire Samvel Karapetyan va très bientôt ouvrir un Centre commercial de loisirs en Arménie. Ce centre est situé sur l’arrondissement d’Arapkir à Erévan entre le croisement des rues A. Avetistan-Vahram Papazian jusqu’au croisement des rues Hratchya Kotchar-Vahram Papazian. Ce centre commercial en construction fera partie de la chaîne de centre commerciaux « Rio » appartenant à Samvel Karapetyan ». Dans 17 villes de Russie Samvel Karapetyan dispose déjà de 21 centres commerciaux à l’enseigne « Rio ». Le centre commercial d’Erévan disposera de plus d’une centaine de boutiques qui comprendront également des magasins « Tashir Pizza » et ses salles de « Cinéma Star », des banques, l’hypermarché, et des bars-cafés. Selon « Irates », Samvel Karapetyan aurait investi pour ce Centre commercial « Rio » à Erévan la somme de plus de 50 millions de dollars. Le centre disposera d’une surface de 22 000 m² et comprendra 4 bâtiments. Le premier aura quatre étages, le second deux, le troisième trois et le quatrième deux. Enfin, Samvel Karapetyan serait associé pour ce centre commercial avec l’ex-ministre des Transports et communications et ex-maire d’Erévan, le très influent Gaguik Beglaryan. Ce dernier mettant en location le terrain du centre commercial.

Rappelons qu’à Erévan, Samvel Karapetyan dispose d’un autre centre commercial, le « Dalma Garden Mall ».

Krikor Amirzayan

posté le 17 juin 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


VIOLENCES À WASHINGTON
12 gardes du président turc visés par un mandat d’arrêt

Washington, (AFP) - Les autorités américaines ont annoncé jeudi avoir émis 12 mandats d’arrêt à l’encontre d’agents de sécurité du président turc accusés de violences à Washington, suscitant la colère de Recep Tayyip Erdogan.

Les gardes du corps et policiers de M. Erdogan sont soupçonnés d’avoir agressé le mois dernier à Washington des manifestants kurdes pacifiques, en marge de sa visite.

Ils ont été identifiés sur des vidéos, a précisé le chef de la police de la capitale, Peter Newsham.

Les violences s’étaient déroulées le 16 mai au soir devant la résidence de l’ambassadeur de Turquie, où l’homme fort d’Ankara s’était rendu après son entretien à la Maison Blanche avec le président américain Donald Trump. M. Newsham avait qualifié la rixe entre les partisans de M. Erdogan et les protestataires kurdes d’“attaque brutale visant des manifestants pacifiques“.

Elle s’était soldée par un bilan de 12 personnes blessées dont un policier.

Les mandats d’arrêts sont “un message clair que les Etats-Unis ne tolèrent pas que des individus utilisent l’intimidation et la violence pour étouffer la liberté d’expression et l’expression politique légitime“, s’est félicité jeudi le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson, dans une déclaration lue par un porte-parole.

“Le département d’Etat va continuer à travailler avec la police et les autorités compétentes“ sur cette affaire, “et déterminera si des mesures additionnelles sont nécessaires“, a-t-il ajouté. A Ankara, le président turc a de son côté violemment critiqué la décision des autorités américaines.

“Nous nous battrons politiquement et juridiquement“ contre ces mesures, a déclaré M. Erdogan dans un discours retransmis à la télévision. Alors que des groupes “terroristes“ faisaient “une manifestation à 50 mètres de moi, la police américaine n’a rien fait“, a-t-il accusé.

Selon les témoignages et vidéos, des agents de sécurité turcs, souvent en costume sombre, avaient agressé les protestataires pacifiques, les frappant même à terre.

“L’intervention de la police était risquée car il y avait des personnes porteuses d’arme à feu“, avait ensuite souligné le chef de la police de la capitale.

Après ces faits, le sénateur américain John McCain avait réclamé l’expulsion de l’ambassadeur de Turquie aux Etats-Unis. “Aux Etats-Unis et en particulier à Washington, nous considérons que la faculté de manifester pacifiquement est un droit sacré“, a souligné jeudi Peter Newsham.

La police de la capitale avait déjà engagé des poursuites à l’encontre d’au moins quatre suspects d’origine turque, dont deux Américains et deux Canadiens. Sinan Narin, habitant la Virginie, et Eyup Yildirim, résidant dans l’Etat du New Jersey, sont ainsi poursuivis pour coups et blessures, a annoncé mercredi la police.

posté le 16 juin 2017 par Ara/armenews


COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Législatives : La JAF s’indigne des propos de Valérie Boyer à son endroit

La Jeunesse arménienne de France s’indigne des déclarations fausses et mensongères de la députée Valérie Boyer qualifiant le mouvement « d’association communiste » dans La Provence du jour et par le biais de tracts diffusés.

Le raccourci pris par la députée démontre une réelle méconnaissance du tissus associatif arménien !

La JAF est une association apolitique issue de la résistance de 1945 de Missak Manouchian. Depuis plus de 70 ans la JAF oeuvre pour le développement artistique des jeunes français d’origine arménienne. Qu’il s’agisse d’art ou de culture, la JAF s’est hissé au premier rang des associations par l’organisation d’événements majeurs à résonance nationales.

Comptant aujourd’hui plus de 300 membres et 2000 sympathisants,de tous bords politiques et dans sa diversité, elle fait office de référence dans la communauté arménienne de France. La JAF rappelle ici, en outre, que tous ses membres sont libres d’avoir leurs opinions politiques et n’a d’ailleurs pas pris de position officielle dans ces élections. Cependant l’association ne peut rester indifférente face à cette calomnie.

Elle veut aussi saluer le travail de Pascal Chamassian qui a présidé aux destinées de l’association pendant 10 ans et en reste un membre actif. Il a contribué au rayonnement de la JAF et de la communauté arménienne en France,et le remercie à ce titre.

Jeunesse Arménienne de France

posté le 15 juin 2017 par Ara/armenews


GUMRI
Les proches de la famille massacrée demandent des répérations à la Russie

Des proches des sept personnes d’une même famille assassinées par un soldat russe à Gumri ont exigé que la Cour constitutionnelle d’Arménie se prononce contre le refus d’un tribunal arménien d’ordonner à la Russie de leur payer une lourde compensation financière.

Ils continuent de demander 450 000 euros (500 000 $) de dommages et intérêts pour ce qu’il considère comme étant la responsabilité de l’État russe.

En janvier 2015, un couple, leur fille, son fils, sa belle-fille et sa petite-fille de 2 ans ont été assassinés dans leur maison. Le septième membre de la famille Avetisian, un petit garçon de 6 mois, est mort de ses blessures faites à l’arme blanche une semaine plus tard. Valery Permyakov, un soldat qui a servi à une base militaire russe à Gyumri, a avoué les assassiner peu après avoir abandonné son unité plus tôt ce jour-là.

Les deux filles du couple assassiné et les parents de la belle-fille des Avetisan ont demandé un procès civil contre la Russie lors du procès de Permyakov à Gumri l’année dernière. Un tribunal local a rejeté la demande de compensation en expliquant que cela va à l’encontre de la législation de la justice pénale en Arménie.

Les parents des victimes souhaitent maintenant que cette décision soit déclarée inconstitutionnelle. La Cour constitutionnelle a officiellement accepté d’examiner leur recours hier. Ses audiences sur commenceront vraisemblablement en octobre.

“La Fédération de Russie est responsable de son soldat qui a eu des problèmes de santé“, a insisté Lusine Sahakian, l’un des deux avocats des plaignants. “L’idée est de veiller à ce que, en portant également une responsabilité financière, la Russie comprenne qu’elle n’a pas le droit d’envoyer des soldats comme Permyakov pour servir en Arménie“.

Sahakian et l’autre avocat, Aramazd Kivirian, ont assuré qu’ils feront appel à la Cour européenne des droits de l’homme si la plus haute juridiction de l’Arménie rejette également la demande de leurs clients.

Le tribunal de Gumri a condamné Permyakov à la réclusion à perpétuité en août 2016. La Cour d’appel de l’Arménie a confirmé le verdict en décembre. Le mois dernier, il a été renvoyé en Russie pour y purger sa peine.

posté le 15 juin 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200