Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
2 - News Importante Trois Etoiles


PRESIDENTIELLE
Mourad Papazian et Ara Toranian apportent leur soutien à Emmanuel Macron

Dans une lettre qui lui est adressée ce jour, Mourad Papazian et Ara Toranian, coprésidents du CCAF, apportent leur soutien à Emmanuel Macron.

Monsieur Emmanuel Macron,

Nous voudrions par ces quelques mots saluer votre venue le lundi 24 avril au mémorial du génocide arménien à Paris et vous remercier de l’hommage que vous avez rendu à son million et demi de victimes.

Votre geste se situe dans le droit fil de vos engagements, notamment celui d’inscrire la date du 24 avril dans le calendrier républicain. Il témoigne de votre attachement à la cause de la justice pour les victimes de ce qui a été « une des pires atrocités de masse du XXe siècle », selon les mots du président américain ce même jour.

Cette cause qui participe des grands combats pour la dignité et les droits humains a besoin, pour la défendre, d’hommes d’Etat de courage et de progrès, attachés à ces valeurs.

Vos engagements sur le sujet, votre geste du 24 avril, l’entretien que nous avons pu avoir avec vous, les prises de position que vous avez exprimées sur la cause arménienne et d’une manière générale les principes politiques qui vous guident dans le difficile combat pour le redressement de la France, nous convainquent que vous êtes de cette catégorie. Nous sommes, nous aussi, convaincus que c’est par le rassemblement, au-delà des clivages traditionnels, que les crises se résoudront.

C’est pourquoi nous souhaitons par la présente vous apporter notre soutien pour l’élection présidentielle.

Paris le 27 avril 2017

Mourad Papazian
Ara Toranian
Coprésidents du CCAF
`

posté le 28 avril 2017 par Ara/armenews


ARMENIE
Un diplomate européen loue de nouveau la tenue des élections législatives

Un haut diplomate européen a réaffirmé hier l’évaluation largement positive émise par l’Union européenne concernant la conduite des récentes élections parlementaires en Arménie, qui ont vu la victoire du Parti républicain du président Serge Sarkissian (HHK).

Herbert Salber, représentant spécial de l’UE au Caucase du Sud, a discuté avec Sarkissian des élections du 2 avril et les relations de l’Arménie avec l’UE lors de sa dernière visite à Erevan.

Le service de presse présidentiel a déclaré que Salber a félicité Sarkisian pour « la conduite réussie » du vote et l’a qualifié d’« un pas en avant formidable en ce qui concerne le renforcement de la stabilité et de la démocratie dans le pays ». Il a précisé que le diplomate a exprimé également l’espoir que les autorités arméniennes aborderont “certains des problèmes“ observés pendant la campagne parlementaire.

Le porte-parole de Federica Mogherini, chef de la politique étrangère de l’UE, a complété à la conclusion préliminaire des observateurs européens selon laquelle les élections ont été marquées par des « informations crédibles sur l’achat de vote » et l’intimidation des électeurs, même si les « libertés fondamentales ont généralement été respectées ». “Le résultat de l’élection reflète néanmoins la volonté générale du peuple arménien“, avait-elle dit dans un communiqué.

La déclaration explique clairement que l’UE travaillera en étroite collaboration avec le « Parlement et le gouvernement » démocratiquement élus de l’Arménie afin de « renforcer notre dialogue politique et poursuivre notre soutien à la réforme économique et sociale ». Il a cité l’Accord de partenariat global et renforcé entre l’UE et l’Arménie (CEPA) qui a été paraphé à Erevan deux semaines avant les élections.

La plupart des groupes d’opposition disent que le résultat de l’élection a été principalement décidé par les achats de vote à grande échelle par le HHK. Certains d’entre eux, notamment l’alliance Congrès-HZhK, ont également allégué des irrégularités plus graves telles que le vote multiple. L’alliance Congrès-HZhK a exigé que la Cour constitutionnelle d’Arménie annule les résultats officiels du vote. Le tribunal a ouvert des audiences mardi.

Après sa rencontre avec Salber, Sarkissian a remercié l’UE d’avoir fourni à l’Arménie un financement de plus de 7 millions de dollars pour l’achat de dispositifs d’authentification d’électeurs et de caméras qui ont été installées dans des bureaux de vote à travers le pays. Il a ajouté que cela a aidé les autorités à veiller à ce que les élections respectent les “normes internationales“.

Le 4 avril, Mogherini a insisté sur le fait que les équipements électroniques ont empêché de nombreuses irrégularités. “En dépit de quelques problèmes techniques mineurs, il y a eu moins d’irrégularités concernant le remplissage des urnes, le double vote“, a t-elle conclu.

posté le 27 avril 2017 par Claire/armenews


AZERBAIDJAN
Accusations récentes de fraude autour du vote au sein d’une Assemblée Européenne de Droits de l’Homme

L’une des plus anciennes assemblées des droits de l’homme de l’Europe a été pressée d’engager une enquête approfondie la semaine dernière, suite à de récentes allégations de fraude en cours de vote mettant en cause sa crédibilité.

Deux personnes de longue expérience et de niveau élevé au sein de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe (Pace) ont déclaré au Guardian qu’elles suspectaient que des pots de vin aient été offerts par l’Azerbaïdjan à ses membres dans la perspective de votes. Cette assemblée de 324 membres est constituée de délégués de parlements nationaux qui se réunissent 4 fois par an à Strasbourg.

Selon Arif Mammadov, un ancien diplomate azerbaïdjanais entré en dissidence, l’un des membres de la délégation de ce pays riche en pétrole au Conseil de l’Europe aurait disposé de 30 millions d’euros (25 millions de livres sterling) pour faire pression sur ses institutions, au nombre desquelles figure l’Assemblée du Conseil de l’Europe.

“Tout le monde“ au sein de la délégation de l’Azerbaïdjan, a entendu parler de cette somme, bien qu’ “elle n’ait jamais été écrite nulle part“, a-t-il déclaré au Guardian. Le bruit courrait de bouche à oreille que cet argent était destiné à la corruption de membre des délégations et plus généralement de ceux de la Pace“.

Tobias Billstrom, un délégué suédois à l’assemblée et ancien ministre de la justice, a dit que des “membres très crédibles“ lui avaient dit que des pots de vin leur avait été offerts pour voter dans un sens déterminé. Il est l’un des 64 parlementaires ayant signé une résolution tendant à mettre en place une enquête indépendante sur “des accusations sérieuses et crédibles de fautes professionnelles graves“ portées autour d’un vote azerbaïdjanais.

Des allégations de “diplomatie du caviar“ circulaient autour de l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe depuis des années, avec un Azerbaïdjan proposant argent et cadeaux luxueux en échange de votes favorables.

Les plaintes ont été exprimées la première fois dans un rapport de 2012 du groupe de réflexion de l’Initiative de Stabilité Européenne, mais elles ont pris depuis un nouvel élan, des procureurs italiens ayant entrepris des enquêtes sur le député Luca Volonté, ancien président du groupe de centre droit.

Volonté est accusé d’avoir accepté de l’Azerbaïdjan 2,39 millions d’euros en pots de vin en échange du soutien de son gouvernement au Conseil de l’Europe. Il fait l’objet d’un procès pour blanchiment d’argent et le procureur général de Milan fait en ce moment appel d’une décision d’abandonner les accusations de corruption dont il fait l’objet. Il a toujours nié toute malversation.

Bien que le cinquième des membres du parlement au Conseil de l’Europe aient fait un appel pour la mise en place d’une enquête urgente en janvier, les dirigeants de l’assemblée n’ont pas été capables de prendre une décision au cours de leur dernière réunion en mars.

Les pressions s’accentuent sur le président de l’assemblée Pedro Agramunt pour consolider l’organisation d’une robuste enquête lorsd’une réunion aui aura lieu ce mois-ci.

Agramunt est un homme politique espagnol de centre droit, qui a déjà fait l’objet de critiques pour avoir rencontré le président syrien Bachar el-Assad, au cours d’une visite syrienne organisée par le gouvernement russe. Il était accompagné de Leonid Slutsky, chef de la Commission des affaires étrangères du parlement russe, ainsi que de membres des parlements de Belgique, d’Italie et de Serbie, selon certains media russes.

Des membres de l’assemblée sont d’avis que le voyage, qui eut lieu deux semaines avant les attaques chimiques dans les environs d’Idlib, pourraient ternir la crédibilité du Conseil de l’Europe en tant que défenseur des droits de l’homme. Le groupe socialiste s’est déclaré être soi-même “extrêmement inquiet et préoccupé“ et le chef de la délégation française a déposé une plainte officielle.

Les critiques disent que l’Azerbaïdjan use de l’assemblée pour donner au pouvoir autoritaire de son président Ilham Aliyev, au pouvoir depuis 2003, une apparence de légitimité.

Une affaire concerne une décision des membres de l’assemblée de 2013, pour ne pas voter un rapport sur les prisonniers politiques en Azerbaïdjan dressé par le social-démocrate allemand Strasser. Le rapport Strasser, qui concluait que le système judiciaire azerbaïdjanais était employé pour imposer le silence ou intimider les auteurs de critiques envers le régime d’Aliyev, avait été rejeté par 125 votes pour, 79 contre et 20 abstentions.

Volonté est suspecté avoir joué un rôle déterminant et orchestré cette défaite avec des paiements reçus par lui, et acheminés par le biais d’une compagnie liée à la famille Aliyev au pouvoir, d’après un rapport récent du journaliste d’investigation Khadija Ismayilova, publié par le Projet de Rapports sur le Crime Organisé et la Corruption.

Strasser a déclaré être au courant du fait que l’Azerbaïdjan distribuait de l’argent mais n’avait aucune preuve relativees à des votes. Il a dit vouloir la mise en place d’une enquête “pour affirmer un caractère de crédibilité“.

“S’il y a une suspicion quelconque qu’il pourrait y avoir une corruption dans ces structures et si cette suspicion était ignorée, je pense que ce serait la fin du Conseil de l’Europe“.

Thorbjorn Jagland, ancien premier ministre norvégien et secrétaire du Conseil de l’Europe, a insisté auprès d’Agramunt afin qu’il s’assure qu e soit dressé “un corps d’enquête externe et indépendant sans plus de retard“ - un appel sans précédent, de la part d’un officiel, au dirigeant élu du niveau le plus élevé du Conseil de l’Europe.

Billstrom a déclaré qu’il serait inconcevable pour le Conseil de l’Europe de rejeter une demande d’enquête indépendante alors qu’il est confronté “à autant d’allégations sérieuses... relatives à l’aptitude de l’assemblée parlementaire de fonctionner comme il est prévu qu’elle fonctionne, c’est-à-dire comme un chien de garde anti-corruption“.

Il a pressé les membres du parlement dans l’assemblée de soutenir “de très bonnes“ propositions apportées par le plus ancien officiel, Worciiech Sawicki, définissant les caractères d’une enquête indépendante.

Un porte-parole d’Agramunt a dit qu’une version révisée du rapport Sawicki était en cours de préparation par les chefs des cinq groupes politiques de l’assemblée et que le rapport dans sa forme actuelle “n’était pas applicable“.

“M. Agramunt n’avait participé à aucune des délibérations avec les dirigeants politiques et il n’interférera pas avec leur travail“, a dit ce porte-parole, ajoutant que l’assemblée n’avait “aucune autorité pour procéder de telles enquêtes“.

“M.Agramunt ne tolèrera aucune pression inacceptable sur le travail des membres de parlement qui pourraient venir d’organisations ONG, de groupes de pression, de media ou de groupes d’intérêt“.

Jennifer Rankin

20 avril 2017, Bruxelles

Traduction Gilbert Béguian

The Gardian

posté le 27 avril 2017 par Stéphane/armenews

Des critiques font état d’une manipulation de l’assemblée par l’Azerbaïdjan pour donner au pouvoir autoritaire de son président Ilham Aliyev un vernis de légitimité.



COMMEMORATION DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN
Le 24 avril à Erevan, reportage photo de Max Sivaslian
JPEG - 945.6 ko

Le président Sarkissian, le Catholicos Karékine II, le Premier Ministre, le président de l’AN, plusieurs membres du Gouvernement et de l’AN, le corps diplomatique accrédité en Arménie se sont rendus au mémorial du Génocide à Erevan pour rendre hommage aux victimes du génocide des Arméniens. Comme tous les ans, durant toute la journée une foule de plusieurs dizaines de milliers de personnes a défilé en flux continu au mémorial de Dzdizernakapert sur les hauteurs d’Erevan. La veille avait eu lieu la traditionnelle marche aux flambeaux au centre d’Erevan vers le mémorial du Génocide organisée par les jeunes membres de la FRA/Dachnaksoutioun. Les drapeaux turcs et azerbaïdjanais y ont été brûlés.

JPEG - 1.1 Mo

Dans un message au peuple, le président Sarkissian a estimé que la date du 24 avril 1915 a divisé l’histoire plurimillénaire du peuple arménien, dispersant les débris du peuple arménien à travers le monde. « Les pertes matérielles, culturelles et politiques du peuple arménien ne sont pas mesurables, mais la plus grande perte était le peuple lui-même, qui était porteur d’une civilisation ancienne, riche et unique ». « Plus d’un siècle a passé depuis cette date horrible et nous savons que nous avons vaincu la mort. La guerre de libération de l’Artsakh en est le témoignage et la preuve que nous ne permettrons plus jamais un nouveau génocide ». Le Chef de l’Etat a souligné l’énorme potentiel vital et créatif de ce peuple qui a su renaître de l’enfer et bâtir au bout d’un siècle un Etat indépendant.

JPEG - 726.1 ko

Avec la revue de presse de l’ambassade de France en Arménien

JPEG - 934.6 ko
JPEG - 1.5 Mo
posté le 26 avril 2017 par Stéphane/armenews

Photos de Max Sivaslian



ARMENEWS TV
24 avril 2017 : les vidéos de l’ensemble des discours à la mairie de Paris

La communauté arménienne de France a été reçue à l’Hôtel de Ville de Paris le 24 avril 2017 à 11h. Quatre discours ont été prononcés, par la maire Anne Hidalgo, les coprésidents du CCAF Mourad Papazian et Ara Toranian, puis par l’ambassadeur Viguen Tchitetchian. Les voici ci-dessous dans leur intégralité.

Anne Hidalgo :

Mourad Papazian :

Ara Toranian :

Viguen Tchitetchian :

posté le 25 avril 2017 par Claire/armenews

Claire Barbuti



COMMEMORATIONS A LA MAIRIE DE PARIS
Anne Hidalgo : « L’histoire de ce génocide est aussi mon histoire car c’est l’histoire de l’humanité »

Ce matin lundi 24 avril 2017, la mairie de Paris a accueilli en son sein la communauté arménienne de France pour commémorer le génocide des Arméniens perpétré par la Turquie il y a 102 ans. Des centaines de personnes étaient présentes, dont de nombreuses personnalités : l’ancienne sénatrice Hélène Luc, Monseigneur Vahan Hovanessian, les pasteurs Joël Mikaëlian et Gilbert Léonian, le héros du Thalys Mark Moogalian, Arsène Tchakarian, les portes-drapeaux Jean Chagahogian et Achod Schemavonian, les journalistes Chloé Nabédian et Meliné Ristinguian, l’humanitaire Elise Boghossian, Armen et Cécile Petrossian, Levon Sayan, le docteur Michel Chahinian, l’historien Claude Mutafian, la directrice de la chaire d’arménien à l’Inalco Anaïd Donabédian, le haut-fonctionnaire Michel Marian, les musiciens Macha Garibian, Fred Manoukian, Lize Sarian, les peintres SirL, ASilva, Jirka, Sarah Wiame, Anaïd Derébéyan, ...

JPEG - 5.8 Mo
JPEG - 5.4 Mo

Une dizaine de personnes sont montrées sur l’estrade : Anne Hidalgo, les deux coprésidents du CCAF Ara Toranian et Mourad Papazian, l’ambassadeur Viguen Tchitetchian, la maire du 8e Jeanne d’Hauteserre, et les adjoints à la maire de Paris Pauline Véron, Patrick Klugman, Catherine Vieu-Charier, Marie-Christine Lemardeley, Hélène Bidard, etc.

JPEG - 5.8 Mo

L’histoire de ce génocide est aussi mon histoire car c’est l’histoire de l’humanité“ : c’est ainsi qu’Anne Hidalgo a pris tout d’abord la parole en ce 24 avril. Elle a tenu à dire merci à la communauté arménienne présente, merci pour son humanité, merci de ne pas avoir oublié ses racines tout en s’intégrant, merci de prouver que la vie est toujours la plus forte.

JPEG - 203.4 ko

Elle a également rappelé que les combats n’étaient pas terminé : “Si on ne porte pas l’histoire avec sa vérité, on peut la répéter. Si on nie l’histoire, elle peut se répéter“, a-t-elle scandé. “Il y a l’histoire, mais il y a aussi le présent“, a souligné la maire de Paris, insistant sur les forts liens qui unissent la capitale française et l’Arménie. Elle a assuré toujours travailler sur la création du centre culturel arménien à Paris, en collaboration avec Pauline Véron.

JPEG - 6.1 Mo

Avant de conclure sur l’idée que, le fait que nous soyons tous debout ensemble en ce jour si particulier prouve que ceux qui ont essayé d’atteindre les Arméniens n’ont pas réussi.

JPEG - 334.5 ko

C’est ensuite Mourad Papazian qui s’est exprimé, dans une diatribe contre la Turquie : “Il est temps de parler clair à la Turquie, de lui dire qu’elle ne rentrera pas dans l’UE“.

S’adressant plus particulièrement à la maire de Paris, il s’est dit touché qu’elle est voulue remettre la médaille de la Ville à Garo Paylan : “Merci pour ce geste fort de protection“. “Au lendemain de la prise de pouvoir total d’Erdogan, 102 ans après le génocide, la Turquie n’a pas changé“, a-t-il regretté.

JPEG - 372.4 ko

Ara Toranian, coprésident du CCAF, a commencé son discours par une pensée pour le policier français tué le 21 avril dernier sur les Champs Elysées à Paris, ainsi que pour tous les victimes de Daesh.

Il a ensuite remercié Anne Hidalgo d’être toujours aux côtés des Arméniens le 24 avril, mais aussi pour sa politique contre le racisme et pour l’accueil des réfugiés.

Après avoir parlé des combattants de l’Artsakh qui défendent les frontières arméniennes, il a conclu par ces mots : Il y a 102 ans, 1,5 million de personnes sont morts “sans sépulture, ils n’ont pour mausolée que notre mémoire“.

JPEG - 5.9 Mo

Enfin, l’ambassadeur Viguen Tchitetchian a clos cette cérémonie émouvante, mettant notamment l’accent sur la création du prix Aurora : “Récompenser les Justes d’aujourd’hui, voilà l’expression de notre reconnaissance pour la France et la réponse pour ceux qui ont essayé de nous éliminer“.

JPEG - 5.8 Mo
JPEG - 6.6 Mo
JPEG - 6.3 Mo
posté le 24 avril 2017 par Claire/armenews

Claire Barbuti



ARMENIE
Génocide arménien : Marche aux flambeaux dans le centre d’Erevan

Plusieurs milliers de personnes ont commencé à défiler dans les rues d’Erevan à la veille du 102e anniversaire du génocide arménien de 1915 sous l’Empire ottoman. Ils réclament qu’Ankara reconnaisse ces massacres comme un génocide.

<script async src='//platform.twitter.com/widgets.js' charset='utf-8'>

JPEG - 129.6 ko
JPEG - 71.5 ko
JPEG - 367.9 ko
JPEG - 87.3 ko
JPEG - 98 ko
JPEG - 117.6 ko
JPEG - 133.7 ko
posté le 24 avril 2017 par Stéphane/armenews


TURQUIE
Garo Paylan appelle à une enquête sur la loi de déportation des Arméniens en 1915

Le député turc d’origine arménienne Garo Paylan a présenté une proposition d’enquête à la présidence de la Grande Assemblée nationale de Turquie afin d’examiner les résultats de la loi provisoire de réinstallation adoptée le 27 mai 1915 à Istanbul a rapporté l’hebdomadaire Agos.

Le député a proposé d’enquêter sur les responsabilités du gouvernement et des fonctionnaires pendant cette période, ainsi que les effets quotidiens des déportations.

“À la suite de la loi sur la réinstallation temporaire, la population arménienne vivant dans l’Empire ottoman a été soumise à une déportation, entraînant une dévastation chez les peuples Syriaque, Araméen, Yézidi et grec“, a déclaré Garo Paylan dans son courrier. “Bien que les résultats de cette loi n’aient pas été étudiés par la Grande Assemblée nationale turque (TGNA) depuis plus de 102 ans, on sait qu’un grand nombre de pertes ont été vécues en raison de la loi de déportation“.

« Beaucoup d’actifs et de biens culturels ont été saisis ou confisqués. La recherche des responsabilités du gouvernement et des fonctionnaires de la période, le suivi des effets quotidiens des conséquences de la déportation, permettront de faire face au passé et à la vérité pour assurer la paix sociale dans son ensemble dans notre pays, en conformité à l’article 98 de la Constitution, aux articles 104 et 105 de la Constitution afin de contribuer à la découverte de la « vérité » afin de prévenir les abus et de donner plus de possibilités aux générations futures de vivre ensemble en Turquie librement et paisiblement, je voudrais vous offrir et proposer d’ouvrir une enquête“.

Garo Paylan a noté que lors de la réunion parlementaire que Talat Pacha, ministre de l’Intérieur de l’empire ottoman et l’un des trois principaux organisateurs du génocide arménien, a personnellement documenté les déportations de 1915.

posté le 23 avril 2017 par Stéphane/armenews


REVUE DE PRESSE
Au commencement était l’Arménie

Arpenter aujourd’hui les routes et les chemins de la petite république caucasienne grande comme la Bretagne, c’est plonger, au cœur d’une nature grandiose, dans la géographie et l’histoire d’une nation qui fut la première à se convertir au christianisme. Et qui a fait de sa foi un élément structurant de son identité. Source Le Figaro Magazine

Quand deux Arméniens se retrouvent quelque part, ils construisent une église. » Nous ne saurons jamais si la formule, lancée au pied d’un temple tout ce qu’il y a de plus païen (le stade de football d’Erevan) par Levon, un professeur de mathématiques amoureux de la France, est un dicton caucasien ancestral ou une invention de sa part. Elle n’en paraît pas moins assez juste. A fortiori en Arménie même, où le nombre d’édifices religieux disséminés sur tout le territoire (églises, cathédrales, monastères, cimetières, chapelles, couvents) est aussi impressionnant que la fierté locale de se dire chrétien. Et ce, depuis le Ier siècle : n’est-ce pas un des douze apôtres de Jésus - Thaddée - qui introduisit le christianisme dans le pays (raison pour laquelle l’Eglise arménienne est dite apostolique) ? Deux siècles plus tard, il devenait religion d’Etat après le baptême du roi païen Tiridate III par Grégoire Parthèv (dit l’Illuminateur).

Première nation convertie au christianisme avant sa voisine géorgienne et l’Ethiopie, le pays a toujours considéré son identité religieuse (et sa langue, si particulière) comme une arme de défense face aux envahisseurs mongols, perses, arabes ou turcs. Aujourd’hui encore, entouré de pays comme l’Azerbaïdjan, la Turquie ou l’Iran, qui ne brillent pas exactement pour leur tolérance vis-à-vis des non-musulmans, l’Arménie, qui revendique parmi ses enfants, pêle-mêle, la reine Néfertiti, Andre Agassi, Edmond Rostand, Gregory Peck ou Cher (sans parler de nos nationaux Charles Aznavour, André Manoukian, Patrick Devedjian, Youri Djorkaeff, Alain Manoukian, Daniel Bilalian et autres frères Petrossian), porte sa foi en bandoulière, de la vallée verdoyante de Goris aux contreforts du mont Aragats en passant par les ruelles ombragées de la paisible Dilidjan, les rives accueillantes du lac Sevan et le plateau pierreux du Shirak, sans oublier les montagnes pelées ou boisées qui entourent (et protègent) le Haut-Karabakh.

lire la suite....

http://www.lefigaro.fr/voyages/2017/04/21/30003-20170421ARTFIG00278-au-commencement-etait-l-armenie.php

posté le 23 avril 2017 par Stéphane/armenews