Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
1 - La Une


DIPLOMATIE
Le vice-président indien en visite officielle en Arménie
“Il ne peut y avoir deux opinions concernant les massacres de populations innocentes, que ce soit dans cette région ci, en Asie, en Afrique ou en Amérique latine. Nous sommes tenus d’adopter les valeurs universelles”, a déclaré le vice-président de la Fédération indienne Mohammad Hamid Ansari, alors qu’il rencontrait les étudiants de l’Université d’Etat de Erevan dans le cadre de sa visite officielle de 2 jours en Arménie. Le vice-président indien a tenu les mêmes propos lors de sa visite au Matenadaran, répondant ainsi indirectement à la Turquie qui, dans un communiqué critiquant le message du 24 avril de D. Trump, avait dénoncé une « lecture partisane de l’Histoire » qui ne s’appuierait que sur les allégations du lobby arménien. Autre temps fort de la visite de M. Ansari en Arménie, son recueillement mardi 25 avril au memorial du Génocide arménien de Tsitsernakaberd sur les hauteurs de Erevan, et la visite du musée attenant où il a signé comme tous les hôtes de marque, le livre d’or en y inscrivant ces mots : « Ces documents témoignent de la terrible violence qui a été infligée au peuple arménien. Seules les valeurs de tolérance et de confiance mutuelle pourront garantir un avenir pacifique et harmonieux. Originaire de la ville de Calcutta, au nord-est de l’Inde qui a abrité une importante et dynamique communauté arménienne, M.Ansari a exalté la contribution de cette communauté implantée depuis plusieurs siècles au développement du pays mais aussi des relations entre l’Inde et l’Arménie. “Je visite un pays qui est bien loin de l’Inde, mais proche de la mémoire individuelle et collective des Indiens”, a souligné M.Ansari en ajoutant : “Cette année, nous célébrons le 25e anniversaire de l’établissement de relations diplomatiques » entre l’Inde et l’Arménie.
posté le 28 avril 2017 par Gari/armenews
THEMES ABORDES : Diplomatie 


HAUT-KARABAGH
Moscou accueillera demain les ministres des Affaires étrangères arménien et azéri

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, organisera un rassemblement trilatéral avec ses homologues arménien et azerbaïdjanais à Moscou vendredi, dans une nouvelle tentative pour relancer le processus de paix au Haut-Karabagh.

Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré hier que Lavrov, Edouard Nalbandian et Elmar Mammadyarov discuteraient des moyens de résoudre le conflit du Karabagh lors de leur réunion.

Le ministère arménien des Affaires étrangères a confirmé l’annonce mais n’a pas donné plus de précisions.

En visite à Erevan à la fin du mois dernier, le coprésident américain du groupe Minsk de l’OSCE, Richard Hoagland, a annoncé que Nalbandian et Mammadyarov se rencontreraient probablement à Moscou pour essayer de “préparer le terrain“ pour un nouveau sommet arméno-azerbaïdjanais.

Lavrov a tenu des entretiens distincts avec Nalbandian et Mammadyarov dans la capitale russe fin de février et début mars. Il a confié après la réunion avec le ministre azerbaïdjanais que les parties en conflit s’accordaient largement sur un accord cadre de paix proposé par la Russie, les États-Unis et la France. Mais il a ajouté qu’ils sont encore très éloignés sur “deux ou trois“ éléments du règlement proposé.

Les principes fondamentaux d’une paix au Karabagh ont d’abord été rédigés par les trois coprésidents du groupe Minsk en 2007. Ils appellent à un retrait progressif des Arméniens dans pratiquement tous les districts autour du Karabagh. En retour, la population majoritairement arménienne du Karabagh déterminerait le statut internationalement reconnu du territoire contesté lors d’un référendum.

Le projet d’accord encore non publié a été modifié à plusieurs reprises au cours de la dernière décennie. Hoagland n’a pas nié les rapports des médias selon lesquels sa version la plus récente a été établie par la Russie suite aux hostilités d’avril 2016 au Karabagh.

“Je ne vais pas commenter cela“, a déclaré le diplomate américain aux journalistes à Erevan le 27 mars. “Mais je dirai que c’est un très bon plan approuvé à l’échelle internationale. L’OSCE l’appuie et les coprésidents et leurs gouvernements le soutiennent. “

posté le 27 avril 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200

THEMES ABORDES : Arménie  Azerbaïdjan  Image 450  Karabagh  Moscou  Nalbandian  OSCE  Russie 


COMMÉMORATION DU GÉNOCIDE
24 avril à Istanbul, par le Pasteur René Léonian

Cette fois encore, pour la 4ème année consécutive, j’ai compris que ma place était à Istanbul pour commémorer le 102ème anniversaire du Génocide des Arméniens. Sous l’impulsion d’intellectuels Turcs et d’associations de défense des droits de l’homme, les autorités turques autorisent depuis un certain nombre d’années des commémorations en souvenir des victimes de 1915. Une délégation européenne de l’EGAM, mouvement anti-raciste, avait rejoint les partenaires turcs. Ainsi, du 21 au 25 avril 2017, plusieurs événements ont été organisés pour actualiser le souvenir du passé et envisager l’action pour l’avenir : concert, film, requiem... La journée du 24 avril a été ponctuée par trois événements :

JPEG - 9.3 Mo
JPEG - 6.6 Mo
JPEG - 8.6 Mo

1) à 12h : rassemblement à Sultanahmet, non loin de la Basilique Sainte Sophie. C’est là que des centaines d’intellectuels arméniens ont été détenus dans la nuit du 24 avril 1915 avant d’être déportés et massacrés. Les quelques dizaines de manifestants ont déployé leurs banderoles avec des inscriptions sans ambiguïté, la reconnaissance du génocide des arméniens, des excuses et des compensations. À quelques mètres de là, un groupe de nationalistes a essayé de perturber notre rassemblement. Ce groupe a été très vite dispersé par la police. Des prises de paroles ont rappelé le sens de cette manifestation. Beaucoup de touristes et de turcs étaient interpellés et surpris de ce qu’ils voyaient et entendaient.

JPEG - 6.8 Mo
JPEG - 7.2 Mo
JPEG - 6.8 Mo

2) à 15h : rassemblement au cimetière arménien de Sisli. C’est la qu’est enterré le jeune Sevag Balekci. Il est devenu un symbole. En effet, il y a 6 ans, le 24 avril 2011, alors qu’il était au service militaire, Sevag a été lâchement assassiné par par un jeune turc, militaire comme lui. Sans aucun doute, il s’agit d’un crime, d’un acte délibéré, d’un assassinat, comme par hasard, le jour du 24 avril. Sevag est devenu un symbole. Comme Hrant Dink, symbole parmi les symboles, pour nous rappeler que la haine et le déni continuent de tuer. Ce moment de recueillement sur la tombe de Sevag est aussi une occasion de manifester notre affection et notre solidarité aux parents et à la famille de Sevag. Parmi la foule, on remarquait la présence de Rakel, veuve de Hrant Dink.

JPEG - 8 Mo

3) à 19h15 : rassemblement principal, rue Istiklal (Tunel) non loin de la place Taksim. Plusieurs centaines de personnes, pour la plupart turques, ont participé en plein air à la manifestation de commémoration du 102ème du génocide des arméniens. De nombreuses photos des intellectuels de la rafle d’avril 1915 jonchent le sol ou sont tenues par les participants. Bougies, inscriptions, appel à ne pas oublier.

JPEG - 8.1 Mo

Il y a beaucoup d’émotion, chacun médite à sa manière. Les noms des intellectuels sont lus au micro. Musique mélancolique, chants liturgiques en arménien (Der voghormia/Seigneur aies pitié de nous, prière du Notre Père). Discours en langue turque. Autour de nous, le service de sécurité est très important. Des barrières entourent le lieu où nous sommes réunis. Tout les participants sont fouillés avant d’entrer. À 300 mètres de là, un groupe de nationalistes turcs est empêché par la police de se rapprocher de notre lieu. La police les contient. Nous ne les voyons pas mais nous entendons vaguement leurs slogans. En réalité, nous sommes trop pris par ce que nous vivons et ressentons. Je me dis alors : “quel fossé il y a entre tous ces Turcs éclairés et progressistes d’un côté et ces nationalistes ignorants et négationnistes de l’autre“ !

JPEG - 7.8 Mo

Cette année, les commémorations du génocide étaient à l’image de ce que vit la Turquie. La peur et l’inquiétude avaient empêché de nombreuses personnes de venir grossir les rangs des présents. Oui, il fallait du courage cette année pour être là. La diaspora a brillé par son absence. On peut le comprendre aussi. Pourtant, c’est dans les moments de crise qu’il faut être aux côtés de nos frères. Tant pis, nous nous rattraperons l’année prochaine. Dans le monde entier, nous devons continuer à honorer la mémoire de nos martyrs, à nous battre pour la vérité, la justice et les réparations. Nous espérons que ce processus conduira aussi nos deux peuples sur un chemin de réconciliation. En tous les cas, à Istanbul, depuis plusieurs années, on ressent quelque chose de fort. Que Dieu nous inspire et qu’Il nous remplisse de sa sagesse et de son amour.

Pasteur René Léonian

posté le 26 avril 2017 par Ara/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Turquie 


TEXTE, PHOTOS ET VIDEOS LE 24 AVRIL 2017 A PARIS
François Hollande, Emmanuel Macron et Anne Hidalgo aux côtés de la commmunauté arménienne

Pascal Chamassian, Ara Toranian, Emmanuel Macron et Mourad Papazian © Jean Eckian.

JPEG - 6.7 Mo

François Hollande dépose une gerbe devant la statue Komitas © Claire Barbuti.

JPEG - 612 ko

© Claire Barbuti.

Belle cérémonie hier, lundi 24 avril 2017, en hommage aux victimes du génocide des Arméniens devant la statue du Père Komitas à Paris. François Hollande, qui avait promis d’être présent, et Anne Hidalgo, qui avait déjà accueilli la communauté arménienne dans la matinée à l’Hôtel de Ville, étaient de nouveau là pour commémorer les 1,5 million de victimes du génocide de 1915 devant plusieurs milliers de personnes. Mais c’est surtout la présence d’Emmanuel Macron, confirmée à la dernière minute, qui est à souligner. Après avoir remporté le premier tour des Présidentielles face à Marine Le Pen la veille, le candidat d’En marche ! a tenu à se recueillir quelques instants devant la statue à 15h30, déposant aux pieds de celle-ci une belle gerbe. Une présence qui a permis aux commémorations d’être relayées par de nombreux médias, notamment à la télévision.

JPEG - 2 Mo

© Jean Eckian.

Après avoir échangé pendant de longues minutes en aparté avec les deux coprésidents du CCAF, Emmanuel Macron s’est adressé à la presse arménienne. Celui qui s’était engagé à être là il y a quelques semaines à expliquer que sa présence signifiait une chose : “ Mon engagement plein et entier auprès des Arméniens de France et des français d’origine arménienne, ma volonté de reconnaître pleinement le génocide, et de préserver à la fois la mémoire et la culture arménienne en France “. Regrettant le chemin pris par la Turquie, il a assuré vouloir continuer la relation “ stable, amicale, forte avec l’Arménie, car c’est un pays ami, c’est un peuple qui a rayonné en France “.

Trois heures plus tard et sous un soleil toujours aussi éclatant, c’était au tour d’Anne Hidalgo, François Hollande et Jean-Marc Todeschini de se rendre devant la statue Komitas pour déposer à leur tour une gerbe et se recueillir, en silence puis au son de la Marseillaise.

JPEG - 6.7 Mo

© Claire Barbuti.

JPEG - 1.9 Mo

© Jean Eckian.

JPEG - 1.7 Mo

© Jean Eckian.

De nombreuses personnes étaient présentes pour voir cela : près de 5000 Arméniens dans le public, et des dizaines de personnalités diplomatiques (Viguen Tchitetchian et Hovhaness Kevorkian), politiques (Jeanne d’Hauteserre, Jean-Marc Germain, Luc Carvounas, Philippe Kaltenbach, François Pupponi, etc), culturelles (Audrey Pulvar, Valérie Toranian, Essaï Altounian, Lize Sarian, etc), ou autre (Mark Moogalian, Elise Boghossian, Lévon Sayan, Vincent Duclert, etc).

JPEG - 6 Mo

© Claire Barbuti.

JPEG - 5.9 Mo

© Claire Barbuti.

JPEG - 1 Mo

© Jean Eckian.

JPEG - 1.8 Mo

© Jean Eckian.

Après avoir reçu la communauté arménienne le matin même, la maire de Paris a de nouveau tenu à faire un discours devant les milliers de personnes présents. Avant l’hommage national qui aura lieu aujourd’hui mardi 25 avril 2017, Anne Hidalgo a tenu à commencé son discours par un hommage au policier décédé “ pour notre pays “ quelques jours plus tôt sur les Champs-Elysées.

JPEG - 1.5 Mo

© Jean Eckian.

Comme chaque année, cette cérémonie est empreinte d’une émotion aussi vive que le blessure qu’elle commémore “, a-t-elle ensuite continué, demandant haut et fort la pénalisation du négationnisme, au nom de la vérité.

JPEG - 5.8 Mo

© Claire Barbuti.

S’adressant plus particulièrement à la communauté arménienne, elle a déclaré : “ Si le père Komitas vous voyez, il serait fier de voir les Arméniens si fidèle à ce qu’il a porté, si ouvert aux autres, si intègre, si bien intégré, toujours emprunt de cette culture singulière que lui a totalement porté et qui est aujourd’hui parti prenante de l’humanité “. Avant de conclure par ces mots : “ Le peuple arménien que les génocidaires voulait faire disparaître est bien là, bien vivant. Il devient ce qu’il a toujours été : un très grand peuple.

JPEG - 3.2 Mo

© Jean Eckian.

Discours complet d’Anne Hidalgo :

Puis les deux coprésidents ont pris la parole. Mourad Papazian a débuté en assurant que, 102 ans après le crime de la Turquie, les Arméniens étaient “ toujours rassemblés, mobilisés, plus déterminés que jamais. “ Après avoir rappelé le vrai visage de la Turquie, il a clamé : “ Nous avons envie de le dire tous ensemble : ça suffit ! “ Il en a appelé à plus de fermeté de la part du prochain président, même s’il a félicité François Hollande pour avoir fait “ ce qu’aucun président n’avait fait “ jusqu’à présent.

JPEG - 1.3 Mo

© Jean Eckian.

Discours complet de Mourad Papazian :

Ara Toranian a pris le relais pour déclarer : “ Cette cérémonie pourrait paraître anachronique, car si loin après les faits, se pose fatalement la question de savoir s’il ne faudrait pas laisser tout cela au passé, s’il ne vaudrait pas mieux oublier. Hélas le temps, ce grand maître qui est censé tout guérir, n’apaise pas les blessures quand se perpétue l’injustice. Il ne fait au contraire cas qu’aviver les plaies, rendre plus impérieuse encore l’exigence de justice. “

JPEG - 1 Mo

© Jean Eckian.

Il a continué en insistant sur la nécessaire mémoire : “ S’il fallait trouver une seule raison à notre réunion d’aujourd’hui, et bien cette raison tiendrait à la nécessaire victoire de la conscience, à cette part en nous qui résistera toujours à la barbarie. Car s’il n’est pas en notre pouvoir de ressusciter les morts, il est revanche en notre capacité en défendant leur mémoire, de protéger les vivants, ceux qu’on tue aujourd’hui pour ce qu’ils sont, au nom d’on ne sait quel totalitarisme religieux ou national, qu’il s’exerce sur le mont Sindjar, dans le désert de Der Zor ou contre la ligne de défense de la République d’Artsakh.

JPEG - 6.3 Mo

© Claire Barbuti.

Discours complet d’Ara Toranian :

Enfin, ce fut au tour de François Hollande de prendre la parole pour l’un de ses derniers discours en tant que président de la République, même s’il a rappelé qu’il serait toujours au côté des Arméniens après la fin de son mandat. Très applaudi, il a pris le temps de clarifier et d’annoncer certains points dans un discours de près de 30 minutes, dans lequel il a glissé une petite référence au second tour des élections présidentielles qui auront lieu dans moins de quinze jours : “ Nous devons appeler à la mobilisation civique et à la vigilance républicaine.

JPEG - 1.3 Mo

© Jean Eckian.

On retiendra surtout l’institution dans les écoles françaises “ d’une semaine de la recherche sur les génocides, les crimes contre l’humanité et les crimes de masse “ qui débutera symboliquement chaque 24 avril, et ce afin de permettre aux élèves “ de réfléchir sur les violences extrêmes, à travers notamment l’exemple du génocide arménien. “ Autre annonce de François Hollande : celle de la création d’une commission des archives judiciaires du génocide arménien, qui sera présidée par Raymond Kevorkian.

JPEG - 592.2 ko

© Claire Barbuti.

François Hollande a également assuré que “ nous ne cesserons jamais de parler du génocide arménien “, mettant plus particulièrement l’accent sur la nécessité d’une loi contre le négationnisme : “ Il m’appartient de dire que nous ne devons pas oublier d’emprunter le chemin de la pénalisation du négationniste. Le négationnisme n’est pas une opinion, c’est la négation d’une vérité, d’une réalité. La France, à chaque occasion, doit dire à la Turquie qu’il y a eu génocide et que ce génocide doit être reconnu.

JPEG - 1.9 Mo

© Jean Eckian.

Sachez qu’entre nous un lien indestructible d’amitié s’est créé depuis tout ce temps. C’est le lien de la fraternité “, a finalement conclu le président, avant de se permettre un bain de foule improvisé et très apprécié par les Arméniens qui ont pu lui serrer la main et le prendre en photo pendant plusieurs minutes. Une manière pour François Hollande de prouver une fois encore son attachement à ces Français d’origine arménienne.

Discours de François Hollande :

JPEG - 4.3 Mo

François Hollande serrant la main de Mgr Pascal Gollnisch, directeur général de l’Œuvre d’Orient © Claire Barbuti.

JPEG - 5.9 Mo

Bain de foule © Claire Barbuti.

Ces derniers ont ensuite démarré la manifestation vers les Champs Elysées. Plusieurs milliers de personnes, dont de nombreux enfants, ont défilé au son de “ Justice pour le peuple arménien “ ou encore “ Turquie, hors de nos terres “.

JPEG - 7.4 Mo

© Claire Barbuti.

JPEG - 6.8 Mo

© Claire Barbuti.

JPEG - 444.6 ko

© Claire Barbuti.

JPEG - 591.1 ko

© Claire Barbuti.

JPEG - 7.3 Mo

© Claire Barbuti.

posté le 25 avril 2017 par Claire/armenews

Texte et vidéos : Claire Barbuti

THEMES ABORDES : Armée  France  Génocide  Hollande  Image 450  macron  Paris 


PARIS
Les déclarations de François Hollande à l’occasion de la cérémonie de commémorations du 102e anniversaire du génocide arménien de 1915

“Je tenais à être parmi vous pour ce recueillement à la mémoire des victimes du génocide Arménien“ “Nous devons appeler à la mobilisation civique et à la vigilance républicaine. “Le combat pour la mémoire est un acte majeur. Se battre, refuser toutes les déformations de l’histoire“ “De grandes consciences s’élevaient il y a un siècle déjà contre le génocide““C’est cette solidarité de la France à l’égard du peuple arménien que j’ai voulu rappeler en me rendant en Arménie“ “Nous ne cesserons jamais de parler du génocide arménien. Nous ne pouvons pas laisser s’exprimer le révisionnisme“ “Seule la vérité peut réconcilier et rassembler“ “Il m’appartient de dire que nous ne devons pas oublier d’emprunter le chemin de la pénalisation du négationniste“ “Le négationnisme n’est pas une opinion, c’est la négation d’une vérité, d’une réalité“ “La France, à chaque occasion, doit dire à la Turquie qu’il y a eu génocide et que ce génocide doit être reconnu“ “Il sera créé une commission des archives judiciaires du génocide arménien“ “Face aux violations des droits de l’homme partout dans le monde, le 24 avril nous rappelle que nous devons agir“ “Durant mes années à la tête de l’Etat, je n’ai eu qu’une préoccupation, que la France ne se dérobe jamais à ses responsabilités“ “Sachez qu’entre nous un lien indestructible d’amitié s’est créé depuis tout ce temps. C’est le lien de la fraternité“

François HOLLANDE : 24 avril 2017

posté le 24 avril 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie 


FRANCE
Présidentielle. Emmanuel Macron commémore le génocide arménien

Le candidat d’En Marche  ! à la présidentielle, Emmanuel Macron, a participé lundi à Paris à une commémoration du génocide arménien de 1915, pour sa première apparition publique après sa qualification au second tour dimanche.

Le favori pour l’Élysée face à Marine Le Pen est venu fleurir vers 16 h un monument en mémoire du compositeur Komitas et des 1,5 million de victimes arméniennes pour ce jour de 102e anniversaire du génocide.

JPEG - 54.3 ko

Le président sortant François Hollande doit lui aussi venir présider une cérémonie sur ce même monument, situé en bord de Seine à quelques centaines de mètres de l’Élysée. Mais l’équipe du candidat a insisté pour une cérémonie distincte de celle de M. Hollande, dont M. Macron a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée, selon des sources concordantes.

Échanges avec l’Europe

Après une soirée dimanche avec des collaborateurs à La Rotonde, un restaurant parisien dans le quartier de Montparnasse, M. Macron a notamment eu des échanges lundi avec des dirigeants européens  : le Premier ministre grec Alexis Tsipras, le Premier ministre irlandais Enda Kenny et le président de la Commission européenne Jean-Claude-Juncker, selon son entourage. D’autres entretiens avec «  des dirigeants européens  » sont prévus d’ici la fin de journée, selon son équipe.

Justifiant un agenda d’entre-deux-tours encore assez flou par le fait que le candidat s’était refusé à considérer comme acquise sa qualification, l’entourage du candidat a assuré que M. Macron ne prenait pas de haut son adversaire Front national, malgré des sondages le plaçant entre 60 et 65 % des intentions de vote.

«  Front à front  »

«  On ne considère pas du tout ces 15 jours comme une formalité, pas du tout  », selon un proche du premier cercle. «  On sera front à front avec l’adversaire qu’on a désigné tout au long de cette campagne  », a affirmé ce fidèle de M. Macron, qui vient de confirmer sa participation au débat d’entre-deux-tours du 3 mai.

En 2002, face au candidat FN Jean-Marie Le Pen au second tour, Jacques Chirac avait refusé ce débat télévisé, tradition électorale depuis 1974.

posté le 24 avril 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  France 


COMMUNIQUÉ DU CCAF
24 avril : commémoration républicaine du génocide arménien avec François Hollande

   Le Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France appelle l’ensemble des démocrates et des défenseurs des droits humains à se joindre à la commémoration républicaine du génocide arménien qui aura lieu lundi 24 avril à 17h30 à la statue de Komitas, place du Canada à Paris, en présence du président François Hollande. 

Dans la capitale, cette cérémonie, organisée à l’occasion du 102e anniversaire d’un des plus grands crimes de masse du XXe siècle, donnera lieu à un discours du président de la République. Elle sera suivie comme dans nombreuses villes françaises, de marches pour la justice. 

Alors que l’État turc, complice et receleur du génocide, continue à faire du négationnisme une priorité de sa politique étrangère, le CCAF appelle les descendants des rescapés à être plus déterminés que jamais dans leur combat pour la défense de la mémoire des victimes, pour la vérité. En ce jour de deuil mais aussi de lutte qu’est le 24 avril, les Arméniens se mobiliseront partout dans le monde pour se souvenir, mais également pour demander justice et réparation. En France, patrie des droits de l’homme, leur présence se doit d’être particulièrement massive et exemplaire. Aussi le CCAF, qui représente l’union des associations franco-arméniennes, exhorte tous les Arméniens et tous les défenseurs des droits humains à se rendre, partout où elles auront lieu, aux commémorations et aux manifestations, qui sont l’expression de leur volonté politique et la source des victoires à venir.   Bureau National du CCAF

JPEG - 64.9 ko
JPEG - 123.2 ko
JPEG - 932.5 ko
posté le 24 avril 2017 par Ara/armenews
THEMES ABORDES : France 


ANACRA
Arc de Triomphe, cérémonie du souvenir aux anciens combattants Arméniens

Dans le cadre de la 102ème commémoration du génocide des Arméniens, l’ANACRA, présidé par Antoine Bagdikian, l’ambassadeur de la République d’Arménie en France, Viguen Tchitetchian, le représentant de la République d’Artsakh Hovannès Guévorguian, les représentants de la République de Chypre, des Assyro-Chaldéens et Kurdes, et plusieurs dizaines d’élus et représentants de municipalités, ont remonté les Champs Élysées et déposé les gerbes du souvenir aux anciens combattants arméniens morts pour la France durant les guerres 1914-18 et 1939-45. Un événement qui a été suivi par les nombreux parisiens et touristes présents sur les lieux, massés autour de l’Arc de Triomphe de la Place de l’Etoile Charles de Gaulle.

JPEG - 780.6 ko

A cette occasion l’ambassadeur a ravivé la flamme du Soldat inconnu, ainsi que les diverses personnalités présentes, sous la musique de la Garde républicaine et les hymnes arméniens et français interprêtés par Arnaud Khatcherian.

JPEG - 985 ko
JPEG - 579.4 ko
JPEG - 2 Mo
JPEG - 2 Mo
JPEG - 2.6 Mo
JPEG - 1.1 Mo
JPEG - 2.6 Mo
JPEG - 2.5 Mo
JPEG - 1.6 Mo
JPEG - 2.2 Mo
JPEG - 2.1 Mo
JPEG - 2.1 Mo
JPEG - 2.1 Mo
JPEG - 2.2 Mo
JPEG - 2.6 Mo
JPEG - 892.9 ko
JPEG - 2.4 Mo
JPEG - 948 ko
JPEG - 2.4 Mo
JPEG - 2.3 Mo
JPEG - 2.3 Mo
JPEG - 2.3 Mo
JPEG - 2.5 Mo
JPEG - 2.1 Mo
JPEG - 2.3 Mo
JPEG - 2.2 Mo
JPEG - 2.5 Mo
JPEG - 2.4 Mo
JPEG - 2.3 Mo
JPEG - 2.1 Mo
JPEG - 2.3 Mo
JPEG - 1 Mo
JPEG - 2.7 Mo
JPEG - 2.4 Mo
JPEG - 2.6 Mo
JPEG - 1 Mo
JPEG - 1.1 Mo
JPEG - 1.2 Mo
JPEG - 1.8 Mo
JPEG - 2.8 Mo
JPEG - 2.3 Mo
JPEG - 1 Mo
JPEG - 1.1 Mo
JPEG - 246.8 ko
JPEG - 1.1 Mo
JPEG - 996.1 ko
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 2.3 Mo
JPEG - 2 Mo
JPEG - 2 Mo
JPEG - 606.7 ko

Signature du Livre d’Or

JPEG - 1.8 Mo
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 789.1 ko
JPEG - 1.8 Mo
JPEG - 2 Mo
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 1.7 Mo
JPEG - 1.7 Mo
JPEG - 1.6 Mo
JPEG - 835.4 ko
JPEG - 841.7 ko
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 1.6 Mo
JPEG - 1.9 Mo
JPEG - 742.9 ko
JPEG - 2.6 Mo
JPEG - 3.2 Mo
JPEG - 885.4 ko
JPEG - 2.2 Mo
JPEG - 1.1 Mo

En marge et avant que ne s’ouvre la cérémonie, les porte-drapeaux et personnalités des communautés arméniennes, Assyro-Chaldéennes et chypriotes ont tenu à s’incliner devant le mémorial improvisé érigé sur les Champs Élysées rendant hommage au jeune policier Xavier Jugelé lâchement assassiné le 20 avril par un forcené.

JPEG - 298.6 ko
posté le 23 avril 2017 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : France  Paris 


PARIS LYON
La Jeunesse commémore le Génocide des Arméniens

PARIS

Veillée commémorative des jeunes à l’occasion de la commémoration du génocide arménien sur le thème :“La jeunesse à l’épreuve du temps“. Conférence d’Hovhannès Gevorgyan et Taline Papazian. Concerts avec : Yerso, Anouch High Soul, Medz Bazar, David Haroutunian, Varduhi Yeritsyan, François Veilhan etBrigitte Trannoy-Petitgirard. Peinture : Jirka. Art du cirque : Christian Guillaume. Danse : les danseurs de la veillée. Les associations organisatrices de la Veillée Commémorative des Jeunes : AYO, COPEA (Centre d’Orientation Pour Etudiants Arméniens), DA-connexion (Diaspora Arménie-connexion), FRA Nor Seround, Groupe de Jeunes Saint Jean-Baptiste de Paris (Jeunes de l’Eglise Apostolique Arménienne de Paris), HOMENETMEN, JAF (Jeunesse Arménienne de France), Nazarpek (Jeunesse Hentchakian), Naregatsi (les jeunes de l’Association Sainte-Croix des Arméniens Catholiques), UCJA (Union Chrétienne des Jeunes Arméniens), UGAB Jeunes (Union Générale Arménienne de Bienfaisance). Infos : http://www.veilleedu24avril.com . Facebook : https://www.facebook.com/events/221348181573228/

Place du Panthéon, 75005 Paris

LYON

Le Nor Seround grand Lyon-Soghomon Tehlirian appelle la jeunesse arménienne, le peuple arménien dans toute sa diversité ainsi que tous les citoyens de la région Auvergne-Rhône-Alpes épris de Justice et de Paix à se rassembler le samedi 22 avril à 17h30 devant le Consulat général de Turquie à Lyon (87, Rue de Sèze, Lyon 6e. Métro A, Masséna)

102 ans après le Génocide des Arméniens, crime contre l’humanité imprescriptible commis par le gouvernement jeune turc en 1915, la Turquie et les politiques d’Etats successives continuent :

- Le fichage religieux et ethnique de la population.

- Le soutien à des groupes jihadistes.

- La mise à l’honneur de Talaat Pacha Le Hitler Turc, commanditaire du Génocide des Arméniens.

- La course à l’armement.

- La privation de droit et la répression pour les minorités non turques.

- Le déni de Justice face au Génocide des Arméniens.

- L’assassinat et l’emprisonnement des journalistes.

- Le contrôle des médias et des réseaux sociaux.

- Un blocus économique et une politique agressive envers la république d’Arménie.

- La négation des crimes contre l’humanité qu’elle a commis.

- L’occupation illégale de l’Arménie Occidentale et de Chypre du Nord.

- Le soutien de la politique agressive et anti-arménienne de l’Azerbaïdjan envers la république d’Artsakh au nom d’un panturquisme assumé.

- La propagation d’une politique fasciste, génocidaire et négationniste de l’État turc ici même en Europe.

Cette politique d’État de la Turquie qui perdure est la conséquence directe de l’impunité du Génocide des Arméniens ainsi qu’un facteur important de déstabilisation de nos sociétés et de conflits géo-politiques dans le monde.

La nouvelle génération arménienne exige que la Turquie soit mise face à ses responsabilités devant un tribunal international. Il est temps d’obtenir Justice et Réparations du Génocide des Arméniens, seuls facteurs de paix durable. Il est temps de rompre avec la transmission d’un héritage génocidaire qui dure encore aujourd’hui en 2017. La jeunesse Arménienne est la jeunesse d’un peuple plusieurs fois millénaire, elle connait le prix de chaque victoire et lutte chaque jour pour la Paix et la Justice. C’est le combat de la génération du centenaire et elle l’emportera.

Mobilisons-nous le samedi 22 avril devant le Consulat général de Turquie à Lyon !!

Avec le soutien du CCAF.

JPEG - 39.9 ko
posté le 22 avril 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450