Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Oskanian


POLITIQUE
L’ancien ministre Seyran Ohanian rejoint un bloc d’opposition

L’ancien ministre de la Défense Seyran Ohanian se joindra à une nouvelle alliance formée par l’opposition pour participer aux prochaines élections législatives en Arménie, a déclaré vendredi l’un des dirigeants de l’opposition, Vartan Oskanian.

“Je peux déjà confirmer qu’il sera certainement impliqué dans l’alliance“, a déclaré Oskanian au service arménien de RFE / RL (Azatutyun.am) lors d’une interview.

Hamakhmbum (Consolidation) d’Oskanian et deux autres groupes d’opposition ont annoncé la création de leur bloc mardi. Ils ont expliqué qu’ils chercheront conjointement à former un « nouveau type de gouvernement » à la suite des élections prévus pour le 2 avril. Le bloc est ouvert à de nouveaux membres, ont-ils précisé dans un communiqué.

La déclaration a suivi une nouvelle réunion entre Oskanian et Ohanian. Ce dernier a déclaré peu de temps avant cette réunion qu’il continuait à tenir des consultations avec divers partis et individus dans le but de créer un bloc électoral.

Ohanian a été congédié du poste de ministre de la Défense en octobre dans le cadre d’un remaniement gouvernemental initié par le président Serge Sarkissian. Il a dit en décembre qu’il « participera activement » aux élections parlementaires pour tenter de provoquer des changements politiques et économiques en Arménie.

“La présence conjointe de moi et Seyran Ohanian dans l’arène politique devrait offrir aux gens le genre d’alternative qu’ils veulent voir à la veille des élections“, a déclaré Oskanian.

Le leader du parti Hamakhmbum, qui a été ministre des Affaires étrangères de 1998 à 2008, a également admis qu’Ohanian pourrait figurer en tête de la liste des candidats à l’élection du bloc. “Je n’exclus pas cela, dit-il. C’est possible. Mais cette question n’a pas encore été discutée. “

Le bloc d’Oskanian pourrait également être rejoint par le parti Zharangutyun (héritage), une force d’opposition plus radicale. Le leader de Zharangutyun, Raffi Hovannisian, n’a pas exclu cette possibilité lundi dernier malgré de fortes objections exprimées par certains hauts responsables de son parti.

Ils pensent que Zharangutyun ne doit pas faire équipe avec Oskanian et Ohanian parce que les deux anciens ministres ont été impliqués dans la répression meurtrière contre les manifestants fidèles à l’ancien président Robert Kotcharian en 2008.

posté le 23 janvier 2017 par Claire/armenews


OPPOSITION
Le parti Zharangutyun n’exclut pas la possibilité de s’allier avec deux ex ministres

Un membre du parti Zharangutyun (Heritage) de Raffi Hovannisian n’a pas exclu la possibilité de former une alliance électorale avec l’ancien ministre des Affaires étrangères, Vartan Oskanian, et l’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian.

Armen Martirosian, vice-président de Zharangutyun, a déclaré que lui-même et Hovannisian croient que leur parti aura une meilleure chance de parvenir à un changement de régime s’il s’associe avec d’autres groupes d’opposition avant les élections législatives du 2 avril. Il a précisé avoir déjà tenu des consultations avec des alliés potentiels.

Martirosian n’a pas exclu que le parti Zharangutyun s’associera avec Oskanian et Ohanian. Oskanian a affirmé le mois dernier qu’il avait rencontré Hovannisian et Ohanian récemment.

Selon Martirosian, le conseil d’administration du parti Zharangutyun prendra une décision définitive sur cette alliance électorale possible dans les prochains jours.

Au moins un membre du conseil d’administration, Zaruhi Postanjian, s’est exprimée publiquement contre un rapprochement avec Oskanian et Ohanian.

Mercredi, Postanjian a déclaré que les deux hommes étaient impliqués dans la répression mortelle post-électorale de 2008. Elle a précisé que Zharangutyun devrait coopérer avec eux seulement s’ils admettent leur responsabilité et acceptent de « comparaître devant une cour après les élections ».

Oskanian était ministre des Affaires étrangères, tandis qu’Ohianian était le chef de l’état-major de l’armée arménienne à l’époque. Ohanian a été chargé de faire respecter un état d’urgence qui a été décrété à Erevan suite à des affrontements entre les forces de sécurité et les manifestants de l’opposition.

Oskanian a fait une déclaration télévisée spéciale en direct du palais présidentiel à Erevan le 1 mars 2008, quelques heures seulement avant que huit partisans du leader de l’opposition Levon Ter-Petrosian et deux policiers aient été tués dans les violences. Il a averti Ter-Petrosian qu’il devait mettre fin aux manifestations.

Martirosian a soutenu qu’Oskanian n’a pas personnellement ordonné l’utilisation de forces létales contre les milliers de manifestants qui se sont barricadés dans le centre-ville d’Erevan. Il a également défendu Ohanian en rappelant que l’ancien ministre de la Défense est un vétéran décoré de la guerre du Haut-Karabagh. Ce fait lui fait espérer le fait que “Ohanian soit préoccupé par la situation dans le pays.“

Ohanian a été licencié en octobre dans le cadre d’un remaniement gouvernemental initié par le président Serge Sarkissian. Il a annoncé en décembre qu’il « participera » activement aux prochaines élections dans le but de provoquer des changements politiques et économiques en Arménie.

posté le 16 janvier 2017 par Claire/armenews


ELECTIONS LEGISLATIVES
Le parti d’Oskanian intensifie ses efforts en vue d’un bloc de l’opposition

Le parti Hamakhamm (Consolidation) de Vartan Oskanian, ancien ministre des Affaires étrangères, intensifie ses efforts dans le but de former une alliance avec d’autres forces de l’opposition en vue des prochaines élections législatives en Arménie.

“ Il ne reste plus beaucoup de temps. Je pense que nous aurons bientôt un résultat d’une manière ou d’une autre “, a déclaré hier Stepan Markarian, vice-président du parti.

Markarian est l’un des trois membres de l’« équipe de négociations » qui a été formée par le conseil d’administration du parti Hamakhmbum lundi. Selon une déclaration publiée par ce CA, l’équipe intensifiera des « discussions préliminaires » avec d’autres groupes et individus non spécifiés opposés au gouvernement arménien. Il a qualifié de “satisfaisantes“ les discussions qui ont eu lieu jusqu’à présent.

“La formation d’alliances a toujours été un processus difficile en Arménie, et pas seulement à cause des ambitions partisanes“, a commenté Markarian. « Notre tâche est de déterminer la limite des concessions que peuvent faire les différentes forces politiques ».

Le processus entre maintenant dans une « phase beaucoup plus concrète », a ajouté Markarian. Il a confirmé que le parti Zharangutyun (Patrimoine) de Raffi Hovannisian et l’ancien ministre de la Défense Seyran Ohanian sont parmi les alliés potentiels de Hamakhmbum.

“Nous avons un accord mutuel de ne rien divulguer jusqu’à ce qu’un accord définitif avec toutes les forces possibles soit trouvé“, a précisé Markarian.

Le vice-président de Zharangutyun, Armen Martirosian, a déclaré que son parti est prêt, en principe, à se joindre à Oskanian, qui a été ministre des Affaires étrangères de l’ancien président Robert Kocharian de 1998 à 2008. Le rôle présumé d’Oskanian dans la répression post-électorale de 2008 n’est pas un obstacle insurmontable à une telle coopération, a t-il dit.

Martirosian a soutenu que les partis d’opposition ne peuvent pas désassembler le gouvernement actuel par eux-mêmes et doivent donc conclure des alliances.

Oskanian a révélé le mois dernier qu’il avait rencontré Hovannisian, le dirigeant de Zharangutyun, ainsi qu’Ohanian peu après que ce dernier a été remercié du gouvernement en octobre. Il a exprimé l’espoir que l’ancien ministre de la Défense fera équipe avec son parti et d’autres groupes d’opposition.

Ohanian a annoncé sa décision de participer activement aux prochaines élections en décembre. Mais il n’a pas encore précisé pour quel parti.

Oskanian et ses alliés politiques ont créé Hamakhmbum en juin après avoir quitté le parti Arménie prospère (BHK), deuxième plus grande force dans l’actuel Parlement arménien.

posté le 11 janvier 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



OPPOSITION
Oskanian espère conclure une alliance avec l’ancien ministre de la Défense

L’ancien ministre des Affaires étrangères, Vartan Oskanian, a exprimé l’espoir que l’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian, participera aux prochaines élections législatives arméniennes dans le cadre d’une alliance avec son parti et d’autres groupes d’opposition.

S’exprimant mardi soir, Oskanian a également mentionné Raffi Hovannisian, le chef du parti Zharangutyun, parmi d’autres membres potentiels d’un bloc d’opposition qu’il essaie de former avant les élections prévues pour avril .

“J’ai beaucoup de respect pour Seyran Ohanian“, a t-il décalré. “Nous avons travaillé ensemble dans le passé. Je réagirai très positivement s’il décide de participer aux élections législatives. J’imagine très bien une coopération avec lui.“

“Je pense que si une telle alliance est créée, ce sera une très bonne alliance. Mais il n’y a pas encore d’accords à cet effet, et seul le temps nous dira si cela sera possible. “

Oskanian a révélé qu’il a rencontré Ohanian après que ce dernier a été licencié du poste de ministre de la Défense en octobre. “Seyran Ohanian n’a pas encore pris sa décision concernant les élections“, a t-il précisé.

Oskanian, qui critique fortement l’administration du président Serge Sarkissian, a cependant prévenu : “J’ai eu une rencontre purement personnelle et amicale avec Seyran Ohanian, et je ne veux pas qu’elle soit considérée comme faisant partie des discussions sur la formation d’alliances“.

Ohanian a été remplacé par le chef du personnel présidentiel, Vigen Sargsian, dans le cadre d’un remaniement gouvernemental initié par le président Sarkissian. Il était ministre de la Défense depuis 2008. Il n’a fait aucune déclaration publique depuis son remerciement.

Général de l’armée à la retraite, Ohanian a commandé les forces armées du Haut-Karabagh de 1999 jusqu’à être nommé en 2007 par le président Robert Kotcharian en tant que chef de l’état-major de l’armée arménienne. Oskanian a été le ministre des Affaires étrangères pendant toute la présidence de Kotcharian, de 1998 à 2008.

Oskanian et ses associés politiques ont mis en place un nouveau parti d’opposition appelé Hamakhmbum (Consolidation) en juin après avoir quitté le BHK. L’ex-ministre a déclaré le mois dernier que Hamakhmbum est prêt à former une alliance électorale avec d’autres partis d’opposition. Il a décrit le vote d’avril 2017 comme une “occasion unique“ pour réaliser un changement de régime dans le pays.

“Nous menons des négociations avec diverses forces politiques“, a déclaré Oskanian. “J’espère que nous formerons aussi une alliance. Mais il est encore trop tôt pour faire des déclarations à ce sujet.“

posté le 15 décembre 2016 par Claire/armenews


GUMRI ET VANADZOR
Le parti d’Oskanian va se présenter aux élections municipales

Le parti d’opposition créé récemment et dirigé par l’ancien ministre des Affaires étrangères de l’Arménie, Vartan Oskanian, a déclaré que le changement de régime était son principal objectif. C’est pour cette raison qu’il se présentera lors des élections municipales du 2 octobre dans les deuxième et troisième plus grandes villes du pays : Gyumri et Vanadzor.

En visite à Vanadzor vendredi, Oskanian, chef du parti de l’Unité, a affirmé que, dans la poursuite de leur objectif, ils seront également prêts à coopérer avec d’autres forces de l’opposition, si jamais il devait avoir besoin de voix supplémentaires pour former une majorité dans les assemblées municipales.

“Bien sûr, si nous ne gagnons pas la majorité absolue, nous serons prêts à former une majorité avec d’autres partis pour installer notre maire, nous serons prêts à coopérer avec toutes les forces politiques dans l’opposition et qui veulent sincèrement des changements“, a t-il expliqué.

Dans le cadre du nouveau Code électoral adopté par l’Assemblée nationale au début de l’année, pour la première fois Gumri et Vanadzor, villes dans lesquelles les partis et candidats de l’opposition réussissent traditionnellement bien lors des élections législatives et présidentielles, vont élire leurs maires indirectement. Les résidents de ces villes dans le nord de l’Arménie vont voter pour les partis politiques pour former les assemblées municipales, qui éliront ensuite le maire parmi leur majorité.

Le parti Unité, dont l’assemblée constituante a eu lieu en juin, n’a pas caché ses ambitions pour contester le parti Républicain de Serge Sarkissian non seulement aux élections locales, mais aussi dans les prochaines élections législatives prévues en 2017.

Oskanian, qui a été ministre des Affaires étrangères pendant toute la présidence de Robert Kotcharian de 1998 à 2008, est largement soupçonné d’avoir maintenu des liens étroits avec l’ex-président. Mais il a insisté à plusieurs reprises pour dire que son parti n’a “aucun lien“ avec Kotcharian.

Le noyau du parti Unité se compose de plusieurs anciens membres du BHK, qui ont démissionné suite à la répression en 2015 du gouvernement contre Gagik Tsarukian. Un certain nombre d’autres personnalités publiques, telles que, par exemple, l’ancien ombudsman Karen Andreasian, sont également dans le parti dirigé par Oskanian.

“La société a longtemps été déçu par le système politique existant qui a pris forme au fil des années et il était impossible de créer des relations politiques et économiques équitables“, ont regretté les principaux membres du parti Unité dans une déclaration commune plus tôt cette année.

Prenant la parole à Vanadzor vendredi, Oskanian a déclaré que son arrivée au pouvoir dans deux grandes villes est particulièrement importante avant les élections législatives de 2017.

“La victoire de l’opposition dans ces deux grandes villes marquera le début d’un processus qui, je suis sûr, finira par aboutir à un changement de pouvoir à la suite des élections législatives de 2017“, a espéré Oskanian.

Un certain nombre d’autres partis d’opposition, à savoir le Congrès national dirigé par l’ancien président Levon Ter-Petrosian, le parti Renaissance dirigé par l’ancien président du Parlement Artur Baghdasarian, le Contrat civil du député de l’opposition Nikol Pashinian et d’autres, devraient contester la suprématie du parti au pouvoir lors des élections municipales à Gumri et Vanadzor.

Le parti du Patrimoine a, quant à lui, assuré plus tôt ce mois-ci qu’il ne participera pas aux élections locales en raison de la poursuite de trois de ses membres principaux sur des charges “fabriquées de toutes pièces“. On ignore encore, cependant, si cela est une décision définitive.

Le vice-président de ce parti d’opposition, Armen Martirosian, l’un des trois membres du parti qui ont été libérés sous caution en attendant son procès pour avoir organisé des troubles de masse lors d’une manifestation le 29 juillet a expliqué jeudi que la question sera examinée dans les jours à venir.

posté le 29 août 2016 par Claire/armenews


Selon Vartan Oskanian
Le nouveau parti d’opposition aura une présence forte au prochain Parlement

Un nouveau parti d’opposition à être mis en place par Vartanian Oskanian. Beaucoup de « personnalités » rejoindra ce mouvement et ce avant les élections législatives de l’année prochaine, a déclaré hier un allié de l’ancien ministre des Affaires étrangères arménien.

Stepan Markarian a exprimé sa confiance sur le fait que le parti aura une « présence importante » dans le prochain Parlement de l’Arménie, qui sera élu au printemps 2016.

“Je suis sûr que le parti aura de grand nom en tête de liste“, a assuré Markarian. Il a refusé de les nommer. Il a seulement lâché qu’il allait “coopérer étroitement“ avec le nouveau groupe d’opposition.

Oskanian a annoncé ses plans pour former un nouveau parti lors d’une interview le week-end dernier. Il avait déclaré qu’il souhaitait ainsi des changements importants qui mettraient fin à l’“état de stagnation“ actuel du pays.

Oskanian, Markarian et plusieurs autres membres du Parlement actuel ont officiellement ou officieusement rompu leurs liens avec le BHK il y a un an après que son chef fondateur, l’homme d’affaires Gagik Tsarukian, s’est retiré de la politique sous la pression du gouvernement. Contrairement à la nouvelle direction de BHK, ils ont continué à s’opposer au président Serge Sarkissian.

Oskanian, Markarian et les autres membres dissidents de la faction parlementaire du BHK sont considérés comme des partisans de l’ancien président Robert Kocharian, qui a de plus en plus critiqué l’administration Sarkissian au cours des dernières années. Certains commentateurs arméniens ont spéculé sur le fait que le parti d’Oskanian servirait de nouvelle base de soutien à Kocharian.

Markarian a refusé de parler sur les liens présumés de l’ex-président avec le parti. “Je ne veux pas parler du BHK“, a t-il assuré.

posté le 17 mars 2016 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
L’ancien ministre Vartan Oskanian opposé à la réforme constitutionnelle

L’ancien ministre des Affaires étrangères Vartan Oskanian a ajouté hier sa voix à l’opposition qui critique les modifications constitutionnelles radicales prévues par les autorités arméniennes. Pour lui, elles ne servent qu’à l’intérêt de Serge Sarkissian et entravent la démocratisation du pays.

“Il est évident que tout cela est fait pour satisfaire une seule personne et l’ambition d’une seule force politique pour rester au pouvoir“, a écrit Oskanian sur sa page Facebook, en commentant les amendements à la Constitution arménienne rédigés par une commission.

Les amendements demandent la transition de l’Arménie vers un régime parlementaire, ce qui priverait le président de la République de pratiquement tous ses pouvoirs exécutifs en les transférant au Premier ministre soutenu par une majorité parlementaire. Les alliés politiques de Sarkissian disent une telle transition permettrait de décentraliser le pouvoir et donc de rendre le système politique du pays plus démocratique.

La plupart des partis d’opposition rejette ces arguments, soutenant que Sarkissian veut seulement se cramponner au pouvoir après avoir terminé son deuxième et dernier mandat présidentiel en 2018.

Oskanian a affirmé que Sarkissian et le parti républicain manquent de légitimité et du mandat populaire pour mener à bien une telle transformation. “Un changement radical du système de gouvernement exige une consolidation politique, civique et sociale beaucoup plus importante“, a t-il dit. “Il n’y a pas de consolidation autour de cette idée pour le moment.“

Oskanian a également insisté sur le fait que le modèle constitutionnel « hybride » existant est bon pour l’Arménie.

Oskanian, qui a été très critique vis-à-vis de Sarkissian, n’a pas révélé s’il était prêt à rejoindre les principaux partis d’opposition pour faire échouer la réforme constitutionnelle.

Oskanian, qui a été ministre des Affaires étrangères entre 1998 et 2008 sous le régime de l’ancien président Robert Kotcharian, était jusqu’à récemment affiliée au BHK. Il a démissionné en mars après que le leader Gagik Tsarukian s’est retiré de la vie politique.

Le mois dernier, un journal arménien a affirmé qu’Oskanian et plusieurs autres anciennes figures du BHK envisageaient de créer un nouveau parti d’opposition.

posté le 12 août 2015 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Opposition
Oskanian contre l’adhésion à l’Union douanière

L’ancien ministre des Affaires étrangères Vartan Oskanian a critiqué la décision du président Serge Sarkissian de l’adhésion à l’Union douanière. Il a dit que cela va sérieusement limiter les perspectives de développement économique du pays.

« L’Arménie est un petit pays. Sa seule possibilité de développement est Les exportations et les investissements étrangers. En adhérant à l’Union douanière, nous avons fermé la porte à cela “, a dit Oskanian jeudi soir lors d’un débat public à la Fondation Civilitas, un think - tank basé à Erevan.

Oskanian a rejeté les arguments du gouvernement selon lesquels l’adhésion permettra l’accès des exportateurs arméniens au vaste marché russe. « Nous avions déjà un régime de libre-échange avec la Russie dans le cadre de la Communauté des Etats indépendants “, a t-il dit.

« Nous avons également voulu avoir un accord de libre échange avec l’Union européenne. Les deux choses ne se contredisent pas, tant que vous restez dans les accords commerciaux simplement libres ... Mais ils se contredisent lorsque vous faites partie d’une union douanière “, a poursuivi Oskanian.

Oskanian, ministre des Affaires étrangères sous de 1998 à 2008, a insisté sur le fait qu’Erevan aurait pu rester loin du bloc dominé par les Russes, malgré la dépendance économique et militaire de l’Arménie à la Russie. “ Nous aurions pu simplement éviter de signer [ l’accord d’association ] avec l’Union européenne, tout comme ce que l’Ukraine, l’Azerbaïdjan et les Etats d’Asie centrale ont fait ... Personne ne nous a forcé à [ adhérer à l’Union douanière. ] », a t-il dit.

Le BHK, la deuxième force parlementaire dont est membre Oskanian, a précisé vendredi que les remarques ne reflètent que l’opinion personnelle de Oskanian. Le porte-parole de BHK, Tigran Urikhanian, a dit que le parti n’a toujours pas formulé de position officielle sur la question en raison de questions sans réponse.

posté le 17 février 2014 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Municipales
Vartan Oskanian accuse le gouvernement de corruption

Alors que son parti garde le silence, l’ancien ministre des Affaires étrangères, Vartan Oskanian, (Arménie prospère (BHK)), a condamné mercredi le déroulement des élections municipales à Erevan.

Oskanian a rejeté les résultats officiels des élections que le parti républicain du président Serge Sarkissian d’Arménie (HHK) a remportées. Le HHK a obtenu 56% des voix, contre 23% pour le BHK.

« Y a-t-il quelqu’un qui ne doute pas [des résultats officiels du vote ?]. Qui sont ces personnes à l’intérieur des bureaux de vote ? Les minibus ont transporté les gens. Les personnes âgées ont été guidées. Des témoins affirment que pendant le dépouillement, il y avait sur les bulletins le sigle du HHK marqué au crayon de couleur. »

Le BHK lui-même a été accusé par certaines forces de l’opposition de corruption. Le parti dirigé par Gagik Tsarukian a fermement démenti ces allégations. Oskanian était cependant moins catégorique. « Si cela se produisait, ce serait tout aussi condamnable », a-t-il dit.

Contrairement aux autres partis de l’opposition, le BHK n’a pas encore déclaré officiellement s’il accepte ou rejette le résultat du scrutin. Il reste également difficile de savoir si le BHK prendra ses 17 sièges au conseil municipal sur les 65.

Exprimant son point de vue personnel, Oskanian s’est prononcé contre le boycott du conseil. Il a déclaré que le BHK devrait utiliser sa présence au Conseil pour faire pression sur le HHK. Oskanian a déclaré lors de la campagne électorale que le vote du 5 mai était l’occasion d’apporter « des changements radicaux » dans l’arène politique arménienne.

posté le 9 mai 2013 par Laetitia/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007
Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave,
t N.W. Washington DC 200