Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
USA


USA
USA : une pancarte pas de musulmans dans un magasin fait scandale

Une épicerie du Nouveau-Mexique, au sud-ouest des Etats-Unis, suscitait l’indignation après avoir affiché sur sa devanture une pancarte “Obama et les autres musulmans ne sont pas les bienvenus ici“.

L’échoppe, située dans la bourgade de Mayhill, à quelque 265 kilomètres au sud-est d’Albuquerque, a selon la presse locale pour habitude d’afficher de tels messages xénophobes depuis des années mais s’est retrouvée ces derniers jours la cible de vives critiques après qu’un voyageur, indigné par l’une de ces pancartes, eut alerté une chaîne de télévision.

D’après un ancien employé interviewé par la station locale de télévision KOB, le propriétaire a fait sortir de son magasin les clients qui se disaient choqués par les insignes. “Il rejette beaucoup de gens“, a remarqué cet employé, Marlon McWilliams, sur KOB.

Il a précisé que le propriétaire visait le président américain Barack Obama et d’autres figures médiatiques et vendait ensuite les panneaux insultants à des clients. L’un d’eux portait le message “Tuez Obama“ en grosses lettres avec en petit “care“ juste à côté, allusion au programme de couverture santé mis en place par le président sortant (“Obamacare“), l’une des principales réalisations de ses deux mandats.

Les pancartes insultantes ont engendré un raz-de-marée de réactions outrées sur les réseaux sociaux, beaucoup appelant au boycott du magasin. D’autres, en revanche, défendaient la liberté d’expression sacrosainte aux Etats-Unis.

Le propriétaire du magasin, qui est actuellement à vendre, n’a pu être joint, pas plus que l’agent immobilier qui organise la cession. Les employés de l’hôtel et du café adjacents ont en outre refusé de commenter l’incident auprès de l’AFP.

Le Comité des relations américano-islamiques (CAIR), a de son côté diffusé un communiqué demandant au propriétaire de retirer le panneau. “Si chacun bénéficie de la liberté d’expression garantie par le premier amendement de la Constitution, même pour les déclarations insultantes, nous appelons le propriétaire à retirer le signe dans l’intérêt de la décence et de l’unité de notre pays en cette période de divisions croissantes“, a écrit Ibrahim Hooper, porte-parole de l’association.

posté le 11 janvier 2017 par Stéphane/armenews


USA
Trump exige que les ambassadeurs américains démissionnent

L’ambassadeur américain au Canada fait partie des premiers représentants diplomatiques à avoir obtempéré à la demande de l’équipe du président élu Donald Trump de démissionner avant son arrivée à la Maison Blanche, en annonçant son départ ce vendredi.“Comme demandé, je démissionne de mes fonctions d’ambassadeur des Etats-Unis au Canada avec effet au 20 janvier“, a tweeté Bruce Heyman, proche du président sortant Barack Obama.

Citant des sources diplomatiques, le quotidien New York Times avait révélé jeudi que l’équipe de transition de Donald Trump avait requis que tous les ambassadeurs américains quittent leurs fonctions “sans exception“ le jour de l’investiture, le 20 janvier.

Bruce Heyman, en poste à Ottawa depuis avril 2014, est un ancien responsable de la banque d’affaires Goldman Sachs. Il a été un important donateur pour les campagnes de M. Obama en 2008 et en 2012. En nommant M. Heyman au Canada, plus important partenaire commercial des Etats-Unis, le président Obama avait placé un homme de confiance à une époque où l’ancien gouvernement conservateur canadien cherchait à obtenir la construction de l’oléoduc controversé Keystone XL.

Barack Obama a finalement mis son veto à la construction de cet oléoduc pour lequel Donald Trump a exprimé son soutien au cours de sa campagne électorale. Les précédentes administrations, qu’elles soient républicaines ou démocrates, avaient pour habitude de laisser une “période de grâce“ de quelques semaines ou de quelques mois aux ambassadeurs en poste pour assurer la transition.

La décision de l’équipe de Donald Trump risque de laisser de nombreux postes diplomatiques importants vacants pendant “des mois“, selon le New York Times, si de nouveaux ambassadeurs —qui doivent être confirmés par le Sénat— n’entraient pas en fonction à temps.

posté le 8 janvier 2017 par Stéphane/armenews


AZERBAÏDJAN
Le président Aliev resserre ses liens avec Israël

En novembre, la Turquie nommait son nouvel ambassadeur en Israël, mettant ainsi un point final à 6 ans de brouille avec l’Etat hébreu, qui avait quelques mois avant présenté ses excuses à Ankara pour la mort de 10 citoyens turcs membres d’une flottille humanitaire à destination de Gaza tués en mai 2010 par l’armée israélienne lors d’une opération commando. Le 13 décembre, le président azéri Ilham Aliev, proche allié d’Ankara, pouvait donc se permettre de réaffirmer les liens d’amitié entre l’Azerbaïdjan et Israël en recevant à Bakou le premier ministre conservateur israélien Benjamin Netanyahou.

Les relations étaient certes restées au beau fixe entre Bakou et Tel Aviv même durant la brouille entre la Turquie et Israël, et l’armée azerbaïdjanaise continuait à se, doter d’armes israéliennes, mais la réconciliation officielle entre Turcs et Israéliens ne pouvait qu’être accueillie avec soulagement en Azerbaïdjan. Pour preuve, les autorités azéries ont manifesté avec une ostentation pour le moins suspecte leur attachement aux relations avec Israël, dont elles comptent bien utiliser l’influence aux Etats-Unis surtout dans le but avoué de contrer les activités du “lobby” arménien.

Au lendemain même de la visite à Bakou de B. Netayahou, qui désignait les liens entre son pays et l’Azerbaïdjan comme le phare de la “coexistence entre Juifs et Musulmans” l’ambassade azerbaïdjanaise à Washington organisait une fête de Hanukkah dans la toute nouvelle Trump Tower de la capitale américaine, à deux pas de la Maison Blanche, dont le futur locataire, Donald Trump, qui sera investi président en janvier 2017, avait obtenu d’ailleurs le soutien de B. Netanyahou. Pourtant, ce geste de Bakou à l’intention de la très influente communauté juive des Etats-Unis a été diversement apprécié et plusieurs organisations juives avaient préféré ne pas répondre à l’invitation, sentant le piège tendu par le régime corrompu et dictatorial d’un pays majoritairement musulman et chiite.

Plusieurs responsables communautaires juifs ont ainsi dénoncé cette suspecte collusion entre le dictateur azéri friand d’armes israéliennes et l’Etat hébreu, avec la connivence d’un président américain populiste malgré ses déclarations aussi antisémites qu’islamophobes parfois, et ont exprimé leur refus d’être utilisés contre l’Arménie et les Arméniens.

posté le 16 décembre 2016 par Gari/armenews


UNION EUROPEENNE
L’UE toujours décidée à se rapprocher de l’Iran malgré Trump

Les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne ont réaffirmé lundi leur intention de normaliser les relations avec l’Iran, conformément à l’accord sur son programme nucléaire conclu en juillet 2015, que Donald Trump a promis de dénoncer.

Pendant la campagne, le futur président des Etats-Unis l’a qualifié de désastre et de “pire accord jamais négocié“, mais a reconnu qu’il serait difficile de l’abroger, dans la mesure où il fait l’objet d’une résolution des Nations unies.

Dans un communiqué, les ministres réitèrent leur “engagement résolu“ en faveur de l’accord.

“L’Union européenne est déterminée à soutenir sa mise en oeuvre intégrale (...) en levant les sanctions économiques et financières liées au nucléaire, et en coopérant avec le secteur privé et les opérateurs économiques, en particulier les banques, pour promouvoir la croissance des échanges et des investissements.

“Afin que l’Iran bénéficie pleinement de la levée des sanctions (...), il est important qu’il lève les obstacles liés à la politique économique et budgétaire, au cadre des affaires et au respect du droit“, ajoutent-il.

posté le 17 novembre 2016 par Stéphane/armenews


FRANCE
Kardashian agressée : la maire de Paris défend les conditions de sécurité dans sa ville

La maire de Paris Anne Hidalgo a affirmé lundi que l’agression subie par la star américaine Kim Kardashian était un “acte très rare“ et qu’il était possible de visiter la capitale française “dans de bonnes conditions de sécurité“.

Dans un communiqué, Mme Hidalgo assure avoir “toute confiance en les forces de police (...) pour identifier et appréhender rapidement les auteurs“ de l’agression dont la star de téléréalité, qui était à Paris pour la Fashion week, a été victime.

Des hommes armées se sont introduits dans la nuit de dimanche à lundi dans la résidence de luxe où séjournait la jeune femme, qu’ils ont ligotée avant de lui voler pour neuf millions d’euros de bijoux.

Cet acte “très rare, survenu dans un lieu privé“, ne met pas “en cause la sécurité de l’espace public parisien“, poursuit l’élue socialiste. Il est “possible de se rendre dans la capitale française, de la visiter et d’y pratiquer des loisirs, dans de bonnes conditions de sécurité.“

Anne Hidalgo appelle également ses adversaires politiques à se garder de toute récupération. Dans un “contexte touristique compliqué (...), utiliser ce fait divers à des fins de polémique reviendrait à porter directement atteinte au secteur du tourisme et aux 500.000 emplois qu’il représente“ dans la région parisienne.

Un peu plus tôt, la députée Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire de la droite pour la présidentielle de 2017, avait estimé que l’agression de Kim Kardashian démontrait “l’urgence générale“ à améliorer la sécurité à Paris.

“On peut faire toutes les publicités qu’on veut, pour très cher, sur +I love Paris+, sur l’image de Paris, +Venez à Paris+, le tourisme, là toutes ces pubs viennent d’être annulées brutalement par l’affaire Kim Kardashian“, avait-elle ajouté.

La capitale française subit déjà une baisse de la fréquentation touristique liée à la série d’attentats jihadistes ayant frappé le pays depuis janvier 2015 (238 morts). Paris a ainsi enregistré une baisse de 11,4% des nuitées d’hôtel sur les sept premiers mois de 2016, selon les derniers chiffres officiels.

posté le 4 octobre 2016 par Stéphane/armenews


USA-Artsakh
Des collégiens de Californie remercient les soldats d’Artsakh
JPEG - 230.4 ko

Le site arménien Hetq publie les dessins et remerciements de collégiens américano-arméniens de classe de cinquième remis aux jeunes soldats d’Artsakh.

JPEG - 309.6 ko

Chers soldats, je vous souhaite le succès. J’espère que vous allez défendre nos terres. Vous consacrez votre vie pour la patrie, de sorte que le Karabagh, Artsakh et l’Arménie soient toujours à nous. Avec amour. Ani Mardirossian

JPEG - 300.1 ko

Bonjour, je m’appelle Garen et j’apprécie beaucoup que vous protégiez les Arméniens. Je pense à vous tout le temps soldats et prie pour que vous restiez en sécurité. Garen Minassian

JPEG - 355.7 ko

Cher compatriote arménien. Vous faites un travail très important parce que vous vous battez toujours pour nous. Vous nous apportez le bonheur quand nous entendons que vous avez quitté vos familles pour vous battre pour nous. Avec amour. Eva Mansourian.

JPEG - 313.4 ko

Je vous suis reconnaissant parce que vous défendez si bien notre patrie. Vous êtes très courageux parce que vous sacrifiez votre vie pour nous. Je vous aime tous. Lucy Gouljian

JPEG - 322.5 ko

Je vous remercie de lutter pour nous et notre patrie et contre les Azéris. Avec amour, Alex Kechedjian.

Photos : Hakob Poghosyan

posté le 14 août 2016 par Jean Eckian/armenews


TURQUIE
Turquie : Les Etats-Unis n’ont joué aucun rôle dans le putsch raté, un point c’est tout (ambassadeur)

L’ambassadeur des Etats-Unis en Turquie a de nouveau affirmé que son pays n’avait joué aucun rôle dans le coup d’Etat raté, ne cachant pas son exaspération face aux accusations persistantes contre Washington, ont rapporté samedi les médias.

John Bass a expliqué être “profondément dérangé et offensé par les accusations“ contre son pays depuis le putsch raté du 15 juillet, a rapporté dans sa version en anglais le Hurriyet, invité comme les autres médias turcs pour cette mise au point vendredi à Istanbul.

“Je veux juste dire à nouveau, comme je l’ai déjà fait et comme Washington l’a déjà fait, que le gouvernement américain n’a ni planifié, dirigé, soutenu ni eu une connaissance préalable d’aucune des activités illégales qui se sont produites dans la nuit du 15 au 16 juillet, un point c’est tout“, a dit l’ambassadeur Bass, ne cachant pas l’exaspération de Washington.

Un ministre turc n’avait pas hésité à affirmer que “les Etats-Unis sont derrière la tentative de coup“, tandis qu’un ancien chef d’état-major accusait la CIA d’avoir été à la manoeuvre.

Le putsch raté, qu’Ankara accuse le prédicateur Fethullah Gülen exilé aux Etats-Unis d’avoir ourdi, a brutalement envenimé les relations turco-américaines.

Le président Recep Tayyip Erdogan, qui a accusé Washington de “nourrir“ et “protéger“ sa bête noire, a fait comprendre aux Etats-Unis qu’un refus d’extrader l’ex-imam aurait des conséquences sur les relations bilatérales.

M. Gülen ne sera pas extradé car il n’y a pas “l’ombre d’une preuve“ contre lui, a affirmé vendredi l’un de ses avocats américains.

“Franchement si nous avions eu connaissance (de cette tentative de putsch) nous aurions informé le gouvernement turc immédiatement“, a dit l’ambassadeur, qui avait déjà démenti tout rôle américain le 18 juillet.

Les Etats-Unis veulent voir “une Turquie forte, prospère, démocratique, confiante“, a-t-il poursuivi, et “celui qui pense que d’une manière ou d’une autre les Etats-Unis retirent un avantage à voir la Turquie divisée et déstabilisée fait à mon avis une lecture profondément erronée de l’Histoire“.

Par ailleurs, un Américain d’origine turque a été arrêté dans la province méridionale de Hatay, a annoncé le gouverneur Ercan Topaca cité par l’agence progouvernementale Anadolu, dans le cadre de l’enquête tentaculaire sur les sympathisants de Gülen.

Serkan Gölge, 36 ans, a été placé en détention préventive alors qu’il rendait visite à des proches, après avoir été dénoncé comme membre du réseau de Gülen.

Une Allemande est détenue depuis plusieurs jours en Turquie en raison de liens supposés avec le mouvement de Fethullah Gülen, selon Berlin.

Selon le gouverneur, Gölge avait étudié dans une école du réseau de Gülen puis avait été diplômé de l’Université Fatih à Istanbul, liée au mouvement. Il est ensuite parti aux Etats-Unis pour travailler à la Nasa, tout en restant en contact avec le réseau, a affirmé M. Topaca.

A Ankara, le Premier ministre Binali Yildirim a dirigé samedi matin une rencontre sur la sécurité. Rien n’a filtré sur cette réunion des ministre de la Défense, de l’Intérieur, de la Justice et des Affaires étrangères avec les chefs de la police, de la gendarmerie et du renseignement.

Dimanche, une grande manifestation est prévue à Istanbul ainsi que dans d’autres villes de Turquie pour marquer la fin de plus de trois semaines de rassemblements de sympathisants du pouvoir descendus en masse dans les rues à l’appel du président Erdogan à “soutenir la démocratie“.

posté le 8 août 2016 par Stéphane/armenews


POLOGNE
Serge Sarkissian et John Kerry discutent du Karabagh à Varsovie

Le président Serge Sarkissian a rencontré vendredi le secrétaire d’État John Kerry en marge d’un sommet de l’OTAN qui se tiendra dans la capitale polonaise. Les deux hommes ont discuté de la résolution du conflit du Haut-Karabagh.

Les deux dirigeants ont discuté des détails d’une conversation tenue mercredi entre le président Barack Obama et son homologue russe Vladimir Poutine et ont souligné l’importance d’adhérer aux accords conclus lors d’une rencontre entre les présidents arménien et azerbaïdjanais le mois dernier à Saint-Pétersbourg et lors d’une médiation de John Kerry en mai à Vienne.

Serge Sarkissian a félicité les États-Unis pour son engagement continu à la résolution pacifique du conflit du Karabagh et a également félicité les pays co-président du Groupe de Minsk de l’OSCE pour leurs efforts pour apporter la paix et la stabilité dans la région.

Serge Sarkissian a également salué Kerry pour ses efforts personnels de médiation lors des négociations et sa volonté d’apporter des solutions pour la paix après les attaques agressives de l’Azerbaïdjan sur le Karabagh en Avril, ce qui a entraîné des pertes militaires et civiles.

Serge Sarkissian est arrivé à Varsovie pour participer au sommet. L’Arménie est membre du Partenariat de l’OTAN pour la paix.

En arrivant à Varsovie, la délégation de Sarkissian a été accueilli par le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg et le président polonais Andrzej Duda.

Avant un sommet de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord qui se tiendra dans la capitale polonaise, le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg avait exhorté toutes les parties à mettre fin aux attaques dans la zone du conflit du Haut-Karabagh.

“Je pense que notre communiqué fera référence au conflit du Haut-Karabagh. Nous appelons les parties à apaiser les tensions, renoncer à la violence et poursuivre les tentatives pour parvenir à un règlement pacifique et mettre fin au conflit du Karabagh par des négociations “, a dit Jens Stoltenberg aux journalistes faisant référence au communiqué qui se dégage habituellement à la fin de ces sommets.

“Nous soutenons tous les efforts pour trouver une solution pacifique au conflit du Haut-Karabagh sur la base de négociations », a déclaré M. Stoltenberg.

posté le 9 juillet 2016 par Stéphane/armenews


USA
AAA : l’aide américaine devrait être accordée à l’Arménie pour les réfugiés syriens

Alors que le Bureau international de l’Inspecteur général (OIG)de l’Agence américaine pour le développement (USAID) , citant les pratiques de corruption, a suspendu 14 entités et individus impliqués dans des programmes d’aide humanitaire pour les Syriens en Turquie, l’Assemblée Arménienne d’Amérique (AAA) a exhorté le Congrès américain à aider l’Arménie qui a donné refuge à des milliers de personnes fuyant la Syrie au cours des dernières années.

“Alors que la crise humanitaire en Syrie continue, nous devons redoubler nos efforts pour faire en sorte que l’aide humanitaire parvienne à ceux qui en ont besoin », a déclaré le directeur exécutif de l’AAA Bryan Ardouny. « Voilà pourquoi l’Assemblée renouvelle son appel pour que 15 millions de $ soit donnés à l’Arménie pour la réinstallation des réfugiés venant de la Syrie.“

Les autorités arméniennes affirment que jusqu’à présent le pays a accepté plus de 20 000 réfugiés - soit le troisième plus grand nombre de réfugiés en Europe par habitant. “En tant que pays hôte, l’Arménie a été absolument exemplaire en termes de rapport des réfugiés syro-arméniens accueillis au nombre d’habitants autochtones,“ a déclaré le représentant du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) en Arménie Christoph Bierwirth.

L’AAA a dit qu’il continue d’encourager les Arméno-Américains à communiquer avec leur représentant au Congrès et de demander de soutenir les efforts du gouvernement arménien d’offrir un environnement sûr et stable pour les réfugiés fuyant la Syrie.

posté le 6 juillet 2016 par Stéphane/armenews