Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Turquie


TURQUIE
La Turquie réitère sa demande aux États-Unis d’extrader Gülen

Le ministre turc de la Justice, Bekir Bozdag, a adressé une lettre à la nouvelle administration américaine concernant l’extradition de Fethullah Gülen.

D’après des sources au sein du ministère, Bekir Bozdag a écrit à son homologue américain, le Secrétaire d’Etat à la Justice, Jeff Sessions.

Bekir Bozdag a d’abord félicité Jeff Sessions pour sa nomination et lui a exprimé ses meilleurs vœux dans l’exercice de sa fonction.

Il a également rappelé les démarches entreprises par la Turquie pour l’arrestation provisoire et l’extradition de Gülen, en exil en Pennsylvanie, aux États-Unis.

“Le peuple turc et l’Etat turc attendent l’extradition de Gülen qui a donné l’ordre de réaliser un coup d’Etat et qui représente toujours une menace pour la sécurité nationale. L’extradition de Gülen renforcera considérablement les relations entre nos deux pays“, a-t-il écrit.

“A la lumière des accords bilatéraux qui lient nos deux pays, nous attendons une extradition prochaine de Fethullah Gülen. Je tiens à indiquer que votre coopération sincère avec notre pays contre toute menace terroriste permettra de développer davantage nos relations“, peut-on encore lire dans la lettre adressée par Bekir Bozdag à son homologue américain.

posté le 27 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Turquie 


TURQUIE
Turquie-Azerbaïdjan-Géorgie : 5ème forum économique à Istanbul

“Notre objectif est d’atteindre un volume d’échanges commerciaux de 20 milliards de dollars (USD) pour la période à venir“, a déclaré le vice-ministre turc de l’Economie, Fatih Metin, dans un discours prononcé à l’ouverture du 5 ème forum économique Turquie-Azerbaïdjan-Géorgie à Istanbul.

Le forum est organisé par le Conseil des relations extérieures économiques (DEIK). Le vice-ministre turc Metin, a indiqué qu’il n’était pas seulement question ici d’un rassemblement d’entrepreneurs dans le but d’augmenter des échanges économiques et commerciales, mais aussi de l’affirmation des liens d’amitié et de fraternité.

“La Turquie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie doivent également enclencher une démarche de rapprochement culturel et social“ a précisé Metin.

Le vice-ministre a également insisté sur l’importance de cette réunion pour “déterminer les problèmes et d’éliminer les obstacles auxquels sont confrontés nos hommes d’affaires“ a-il lancé.

“Notre objectif est d’atteindre un volume d’échanges commerciaux de 20 milliards de dollars (USD) pour la période à venir“ a conclu Fatih Metin.

posté le 27 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Turquie 


TURQUIE
Turquie : vif débat sur des milliers de Syriens bientôt naturalisés

Les autorités turques ont entamé des démarches pour naturaliser 2.000 familles syriennes qui ont fui leur pays en guerre pour la Turquie, a indiqué le gouverneur d’Istanbul, une mesure inédite qui suscite un vif débat.

“Les dossiers de (...) 2.000 familles ont été complétés et envoyés au ministère (de l’Intérieur) pour être traités“, a déclaré Vasip Sahin.

“Evidemment, après cela, notre ministère décidera, après évaluation, à combien d’entre eux il donnera ou pas la citoyenneté“, a-t-il ajouté.

Le président Recep Tayyip Erdogan avait annoncé début janvier qu’une partie des réfugiés syriens et irakiens vivant en Turquie allaient être naturalisés, mais n’avait alors pas précisé le nombre de personnes qui pourraient bénéficier de cette mesure.

M. Erdogan avait une première fois évoqué un projet de naturalisation l’été dernier, provoquant des manifestations de rejet et une flambée de commentaires xénophobes sur les réseaux sociaux. L’opposition politique y avait alors vu une manoeuvre visant à élargir la base électorale du président au moment où celui-ci veut faire passer une réforme contestée de la Constitution pour renforcer ses prérogatives qui sera soumise à référendum le 16 avril.

“Pour éviter qu’il y ait des interrogations, nous n’accorderons pas de citoyenneté avant le référendum“, a toutefois précisé le vice-Premier ministre Veysi Kaynak, après l’annonce de M. Sahin.

La Turquie affirme accueillir quelque trois millions de réfugiés, dont 2,7 millions de Syriens ayant fui leur pays en guerre. Moins de 10% d’entre eux vivent dans des camps. Dans sa déclaration télévisée jeudi, le gouverneur d’Istanbul a affirmé que la métropole accueille 540.000 Syriens.

posté le 27 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Turquie 


TURQUIE
En 2016, la Turquie a exporté des abricots secs vers 111 pays

En 2016, les abricots secs (Le nom scientifique de l’abricotier est Prunus armeniaca (prune d’Arménie) )de la province turque de Malatya, dans le centre de la Turquie, ont été exportés vers 111 pays, situés en Amérique et en Asie, mais également en Afrique et en Océanie.

Selon les chiffres de la Bourse de Commerce de Mataya, près de 79 172 tonnes d’abricots secs ont été exportés vers 111 pays, générant des recettes de 290 672 000 dollars.

En 2016, le pays vers lequel a été effectué le plus d’exportation d’abricots secs est les Etats-Unis, avec une exportation totale de 10 638 tonnes.

Viennent ensuite la France avec 6 784 tonnes, le Royaume-Uni avec 5 653 tonnes, l’Allemagne avec 5 544 tonnes et la Russie avec 4 257 tonnes.

Par ailleurs, la même année, sept nouveaux pays se sont ajoutés à la liste des pays vers lesquels la province de Malatya exporte des abricots secs, à savoir le Sénégal, l’Equateur, le Costa Rica, le Panama, la Mongolie, les Emirats Arabes Unis et l’Ouzbékistan.

L’année dernière, 35 tonnes d’abricots secs ont été envoyées à Dubai, 22 tonnes en Ouzbékistan, environ 4 tonnes en Costa Rica, 1,5 tonnes au Panama, une tonne en Mongolie et en Equateur chacun, et 170 kilogrammes au Sénégal.

Le président de la Bourse de Commerce de Malatya, Gursel Ozbey, a commenté les données d’exportation de 2016 lors d’une déclaration accordée à l’agence Anadolu (AA).

Il a fait part de son objectif d’augmenter, chaque année, le nombre de pays vers lesquels ils exportent des abricots secs.

“Nous augmentons ce chiffre chaque année. L’année dernière, nous avons gagné 290 672 000 dollars pour 79 172 tonnes exportées d’abricots secs. Ceci n’est pas suffisant“, a-t-il dit.

“En lien avec la baisse des récoltes d’abricots secs au cours des deux dernières années, l’augmentation anormale des prix a conduit à la diminution de la quantité d’exportation d’abricots secs“, a-t-il ajouté.

posté le 27 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Turquie 


ALLEMAGNE
Journaliste retenu en Turquie : ni nécessaire, ni juste selon Berlin

Le gouvernement allemand juge “ni nécessaire, ni juste“, le maintien en détention en Turquie du correspondant du quotidien allemand Die Welt, soupçonné de “terrorisme“ par Ankara, selon une interview diffusée samedi.

“Deniz Yücel est en garde à vue depuis le 14 février. (...) Il n’est ni nécessaire, ni juste de priver Deniz Yücel de sa liberté aussi longtemps“, a déclaré Sigmar Gabriel, le ministre allemand des Affaires étrangères, dans un entretien à paraître dans l’édition dominicale du journal Die Welt.

Une telle durée de détention est formellement possible en vertu de l’état d’urgence en vigueur en Turquie, mais “il est temps maintenant pour la justice turque de prendre une décision. (...). Nous continuons à faire tout ce que nous pouvons pour trouver une bonne solution“, a ajouté le ministre.

Ces propos font écho à l’appel vendredi de 170 députés allemands, réclamant dans une lettre ouverte la libération “rapide“ de M. Yücel.

Deniz Yücel, journaliste germano-turc de 43 ans, était recherché par la police pour ses articles sur le piratage de la messagerie électronique de Berat Albayrak, ministre de l’Énergie et gendre du président turc Recep Tayyip Erdogan. Les courriels, piratés par des hackeurs, dévoilent les pressions politique du gouvernement turc sur des médias et des stratégies de manipulation de l’opinion sur les réseaux sociaux.

Deniz Yücel s’est présenté de lui-même le 14 février à la police à Istanbul pour répondre aux enquêteurs, avait indiqué Die Welt. Selon le journal, il est accusé “d’appartenance à une organisation terroriste, d’utilisation de données et de propagande terroriste“.

Les relations entre Berlin et Ankara se sont dégradées ces derniers mois. La Turquie a notamment dénoncé le vote en juin des députés allemands qualifiant de génocide les massacres d’Arméniens par l’empire Ottoman au début du 20e siècle, ainsi que les critiques par Berlin de la répression de l’opposition turque.

Depuis le coup d’Etat avorté du 16 juillet 2016 en Turquie, plus d’une centaine de journalistes ont été arrêtés sans être jugés, 170 médias ont été fermés et 775 cartes de presse annulées selon les décomptes d’associations de défense de la liberté de la presse.

AFP

posté le 27 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Turquie 


TURQUIE
La Turquie arrête 35 possibles membres de l’EI à Istanbul
Les autorités turques ont arrêté 35 personnes soupçonnées d’appartenir au groupe Etat islamique (EI) lors de raids menés simultanément dans une quarantaine d’endroits à Istanbul, rapporte la presse.
posté le 26 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Turquie 


TURQUIE
La Turquie lève l’interdiction du foulard islamique dans l’armée

Les autorités turques ont levé l’interdiction de porter le foulard islamique pour les femmes qui servent comme officiers ou sous-officiers dans l’armée, a rapporté l’agence de presse progouvernementale Anadolu.

Cette mesure, symboliquement forte en raison du statut de protectrice de la laïcité de l’armée turque depuis la fondation de la République par Mustafa Kemal, concerne également les étudiantes dans les écoles militaires.

Le ministère turc de la Défense nationale a adopté un nouvel amendement du Règlement sur les vêtements dans les Forces armées turques.

Grâce à cette modification, « les officiers et sous-officiers femmes membres des Forces terrestres, maritimes et aériennes, ainsi que les étudiantes militaires, peuvent porter leur voile sans dessin et de couleur convenable à leur uniforme, sous leur chapeau, béret et casquette, à condition de ne pas couvrir leur visage ».

Le règlement entrera en vigueur après sa publication dans le Journal officiel.

posté le 26 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Turquie 


SYRIE
Ankara estime qu’il reste moins de 100 jihadistes à al-Bab

Le groupe Etat islamique (EI) compte désormais “moins de 100“ combattants dans son bastion syrien d’al-Bab, a estimé la Turquie, ajoutant que les forces d’Ankara avaient repris “plus de la moitié“ de la ville.

“Nous estimons que le nombre (de jihadistes) est tombé en dessous de 100“, a déclaré le ministre turc de la Défense Fikri Isik. “Mais ce sont des hommes très dangereux (...), des tireurs embusqués, des kamikazes“, a-t-il ajouté.

Selon M. Isik, les rebelles syriens appuyés par des militaires turcs ont repris “plus de la moitié“ d’al-Bab, où se poursuivent des “opérations de nettoyage quartier par quartier“.

Al-Bab, dernière place forte encore aux mains de l’EI dans la province d’Alep, est la cible depuis plusieurs mois d’une offensive conjointe des forces turques et de groupes rebelles syriens.

La Turquie a lancé fin août une opération militaire en soutien aux rebelles dans le nord de la Syrie pour en chasser l’EI et des milices kurdes alliées de Washington contre les jihadistes, mais considérées comme “terroristes“ par Ankara.

Après une rapide progression, al-Bab a marqué un coup d’arrêt : les militaires turcs, qui y mènent l’assaut depuis le 10 décembre, y ont perdu 69 hommes.

“Les combats se concentrent dans le centre-ville“, a déclaré mercredi à l’AFP Saïf Abou Bakr, commandant du groupe rebelle Al-Hamza, affirmant que les jihadistes étaient “dans un état d’effondrement“.

Cependant, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), qui s’appuie sur un vaste réseau de sources en Syrie, soutient que les autorités turques et les rebelles ont bien moins progressé qu’ils ne l’affirment.

“Les Turcs et les rebelles contrôlent au maximum 25% d’al-Bab et il y a au moins 700 jihadistes qui combattent“, a indiqué à l’AFP à Beyrouth le directeur de l’OSDH Rami Abdel Rahmane.

Des commandants rebelles syriens qui participent à l’opération ont expliqué à l’AFP que l’EI opposait une résistance farouche, utilisant des tireurs embusqués et des explosifs dissimulés.

Et alors que les combats font désormais rage dans la ville, les Nations unies ont dit leur “profonde préoccupation“ au sujet de quelque 5.000 civils pris au piège des combats dans et autour d’al-Bab.

“Le conflit à Al-Bab a mis en grave danger les civils, dont de nombreux enfants et femmes“, s’est alarmé dans un communiqué Kevin Kennedy, coordonnateur régional de l’ONU pour la crise syrienne. “Toutes les parties doivent faire en sorte que les civils soient protégés“, a-t-il ajouté.

Selon l’OSDH, 124 civils ont été tués dans des bombardements turcs à Al-Bab au cours des deux dernières semaines.

L’armée turque nie régulièrement ces accusations et affirme faire tout son possible pour éviter des pertes civiles.

posté le 26 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Turquie 


VIE ECCLÉSIALE
Sommet pour l’organisation de l’élection patriarcale de Constantinople

Saint Siège d’Etchmiadzine - Les 23 et 24 février, à l’invitation et sous la présidence de sa Sainteté Karékine II, Patriarche suprême et Catholicos de tous les Arméniens, s’est tenue à Etchmiadzine une assemblée réunissant les trois évêques de la juridiction du Patriarcat arménien de Constantinople : l’archevêque Aram Atéchian, Vicaire général du Patriarcat, l’archevêque Karékine Békdjian, Primat du diocèse arménien d’Allemagne, l’évêque Sahag Machalian, President de l’assemblée ecclésiastique du Patriarcat. Cette rencontre avait pour but d’aplanir les antagonismes qui avaient provoqué la semaine dernière une crise majeure dans la vie des Arméniens de Turquie.

Le service d’informations du saint Siège annonce que la première séance de travail a été précédée par un temps de prière devant “l’autel de la descente” en la cathédrale de saint Etchmiadzine. Au terme de cette rencontre, l’accord suivant a été adopté et signé par toutes les parties.

- Tenue d’une Assemblée ecclésiale jusqu’au 15 mars pour élire un Locum-tenens [déghabah] et mettre fin au mandat du Vicaire général actuel.
- Tous les évêques du Patriarcat sont susceptibles de se présenter à cette élection.

- Après cette élection, l’Assemblée ecclésiale formera une commission composée de religieux et de laïcs qui définira et transmettra ses pouvoirs au Locum-tenens.

- Au sein de cette commission, les élections des différentes instances devront avoir lieu sous 10 jours. A son tour, la commission présidée par le Locum-tenens organisera l’élection du nouveau patriarche dans les six mois qui suivront en se conformant aux règlements du Patriarcat arménien de Constantinople.

- La commission présentera chaque mois un bilan de son activité en vue de l’organisation de l’élection à l’Assemblée ecclésiale et aux fidèles.

- Au cas où l’élection ne se déroulerait pas dans ce délai de six mois, à l’invitation de l’Assemblée ecclésiale, se tiendra une réunion conjointe de cette même instance avec les présidents des institutions communautaires (Vakif). Conformément aux termes du mandat qui leur a été confié, ces derniers soumettront les membres de la commission et le Locum - tenens à vote de confiance.

- Durant la période qui précédera l’élection, la commission garantira des conditions égales aux candidats à l’élection patriarcale afin qu’ils puissent developer leur campagne d’opinion.

JPEG - 104.4 ko

Trois autres hiérarques de l’Eglise arménienne, les archevêques Navassart, Primat du diocèse d’Erevan, Yeznig, secrétaire général de l’Association biblique d’Arménie, Sébouh, Primat du diocèse de Vanatzor se sont joints aux autres participants de ce “sommet de la réconciliation“. Agé de 57 ans, turcophone, Mgr. Sébouh Tchouldjian qui est né au sein d’une famille originaire de Malatya installée en Arménie dans les années 60 est également candidat au siège patriarcal de Constantinople.

Tous les titres de la presse arménienne d’Istanbul ont aujourd’hui publié le texte de l’accord en se félicitant de cette médiation voulue et conduite en personne par le Catholicos de tous les Arméniens.

P.N.

posté le 26 février 2017 par Ara/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Turquie