Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Economie


ARMENIE-ECONOMIE
Mikhaïl Baghdassarov pourrait redévelopper des affaires en Arménie

L’homme d’affaire Mikhaïl Baghdassarov ex-propriétaire de la ligne aérienne arménienne Armavia qui fut déclarée en faillite en 2015 désire revenir dans le développement de la vie économique en Arménie. Dans une interview accordée au journal « Joghovourt » Mikhaïl Baghdassarov a jugé « positive » la révolution de velours qui s’est déroulée en Arménie. « Elle devait avoir lieu depuis longtemps. Nous l’attendions longuement. La situation dans le pays l’a finalement emmenée. Nous ne pouvions vivre comme avant » dit Mikhaïl Baghdassarov. Il a affirmé également que l’ex-président arménien Serge Sarkissian fut à l’origine de ses déboires dans les affaires. « Mais je ne veux pas m’étendre sur ce sujet » ajoute-t-il. Il a également confié qu’il pourrait désormais se relancer dans les affaires en Arménie sous ce nouveau gouvernement Pachinian et se dit prêt à rencontrer le Premier ministre arménien pour en discuter.

Krikor Amirzayan

posté le 12 juin 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Economie  Image 450 


COOPERATION
Nikol Pachinian appelle à un « nouvel élan » des liens arméno-iraniens

Le Premier ministre Nikol Pachinian a réaffirmé vendredi l’intention de son gouvernement de maintenir et même d’approfondir les relations cordiales entre l’Arménie et l’Iran voisin.

“Nous ferons tout notre possible pour développer davantage le partenariat bilatéral“, a commenté M. Pashinian face à l’ambassadeur iranien à Erevan, Seyed Kazem Sajjad.

“Nous sommes intéressés pour donner un nouvel élan aux relations arméno-iraniennes sur la base de nos intérêts mutuels“, a-t-il ajouté dans des remarques publiées par son bureau de presse.

Le président iranien Hassan Rouhani a également appelé à resserrer les liens entre les deux pays lorsqu’il a téléphoné à Pachinian une semaine après que ce dernier a été élu Premier ministre arménien le 8 mai. Un communiqué officiel arménien indique que les deux dirigeants avaient convenu “d’approfondir mutuellement le partenariat dans tous les domaines. “

Le Premier ministre arménien et M. Sajjad ont discuté de la mise en œuvre de projets énergétiques bilatéraux, notamment la construction d’une nouvelle ligne de transport d’électricité et des projets de construction d’une centrale hydroélectrique à la frontière arméno-iranienne. L’ambassadeur iranien a souligné l’importance de l’accord de libre-échange provisoire conclu entre l’Iran et l’Union économique eurasiatique (UEE) dirigée par la Russie le mois dernier.

Pachinian a rapidement salué cet accord, disant qu’il “reflète“ pleinement les intérêts nationaux de l’Arménie. “Nous espérons que cela stimulera nos liens commerciaux avec l’Iran“, a-t-il assuré aux journalistes le 17 mai.

Les fabricants arméniens se plaignent depuis longtemps que les politiques protectionnistes de la République islamique d’Iran limitent sérieusement leur accès au marché iranien.

Selon les statistiques officielles arméniennes, le commerce arméno-iranien s’établissait à 263 millions de dollars l’année dernière. Les autorités d’Erevan espèrent qu’une zone économique libre créée près de Meghri, une ville arménienne à la frontière iranienne, en décembre dernier, la stimulera également de manière significative.

L’accord Iran-UEE a été signé quelques jours après que les Etats-Unis ont décidé de réimposer des sanctions économiques à Téhéran après s’être retirés de l’accord international de 2015 sur le programme nucléaire iranien. Rohani et Pachinian auraient discuté des implications de la décision controversée du président américain Donald Trump.

Dans son programme politique global approuvé jeudi par le Parlement, le gouvernement de Pachinian s’est engagé à rechercher des “relations particulières“ avec l’Iran qui serait “immunisé contre les autres influences géopolitiques autant que possible.“ Le programme dit que l’Arménie veut renforcer, en même temps, son “partenariat amical“ avec les États-Unis.

En raison du conflit non résolu du Haut-Karabagh et de la fermeture des frontières de l’Arménie avec l’Azerbaïdjan et la Turquie, l’Iran est depuis longtemps l’un des deux canaux commerciaux du pays enclavé vers le monde extérieur. Les gouvernements arméniens successifs ont donc tenu à entretenir de bonnes relations avec Téhéran.

posté le 11 juin 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ENERGIE
Le coût de l’électricité va baisser pour les ménages les plus pauvres

Le service national d’électricité de l’Arménie a promis une réduction de 25% du prix de l’électricité fournie aux familles à faible revenu, a annoncé vendredi le ministre de l’Energie, Artur Grigorian.

Grigorian a déclaré que l’opérateur des réseaux d’électricité de l’Arménie (ENA) a accepté la baisse des prix à la suite de “négociations“ avec le ministère arménien des Infrastructures énergétiques et des Ressources naturelles. Le tarif baissera “au détriment des bénéfices de l’ENA“ et coûtera à l’entreprise 2 milliards de drams (4,1 millions de dollars) en revenus annuels, a t-il ajouté.

Parlant après une réunion hebdomadaire du cabinet à Erevan, le ministre a déclaré aux journalistes que la réduction s’appliquerait à au moins 110 000 familles et entrerait probablement en vigueur le 1er juillet. Il a insisté sur le fait que le gouvernement ne faisait pas pression sur l’ENA pour réduire les tarifs.

Le prix de l’électricité en journée pour les ménages pauvres est actuellement fixé à 40 drams (plus de 8 cents américains) par kilowatt / heure. Il tombera à 30 drams par kilowatt / heure, selon Grigorian.

L’ENA a refusé de confirmer immédiatement cette information. L’entreprise est détenue par le groupe Tashir du milliardaire russo-arménien Samvel Karapetian.

Tashir semble avoir considérablement réduit les pertes massives d’ENA depuis l’achat de l’entreprise endettée par un géant énergétique d’Etat russe, Inter RAO, en 2015. Il s’est également engagé à faire des investissements substantiels dans le réseau de distribution électrique vieillissant.

Lors de la réunion du cabinet, le Premier ministre Nikol Pachinian a demandé à Grigorian de continuer à explorer les possibilités pour réduire le prix de l’électricité pour le reste de la population du pays. Il paye actuellement près de 45 drams par kilowatt / heure.

Grigorian a cité « un certain nombre de risques » compliquant une baisse de prix généralisée. En particulier, il a fait valoir que la centrale nucléaire de Metsamor serait bientôt arrêtée pour des réparations de longue durée visant à prolonger la durée de vie de son réacteur unique. L’Arménie devra s’attendre à payer l’énergie plus chère produite par le gaz naturel pendant cet arrêt.

Le ministre de l’Energie a également souligné qu’un accord russo-arménien sur le prix du gaz naturel russe fourni à l’Arménie expire à la fin de cette année. Il n’a donc pas exclu que le prix du gaz sera augmenté l’année prochaine.

posté le 11 juin 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ECONOMIE
La croissance économique de l’Arménie sera de 4,1% cette année selon la Banque Mondiale

La Banque Mondiale vient de publier en juin son rapport global de la croissance économique des pays pour les trois prochaines années. Ainsi la Banque Mondiale prévoit pour l’Arménie une croissance économique de 4,1% en 2018 et des taux de croissance de 4% en 2019 et 2020. L’Arménie qui a enregistré une croissance forte de 7,5% l’an dernier.

En Azerbaïdjan cette croissance sera de seulement 1,8% cette année et 3,8% en 2019 puis 3,2% en 2020. L’Azerbaïdjan qui a connu en 2017 une croissance de 0,1% et une croissance négative de 3,1% en 2016...suite essentiellement à la baisse du prix du pétrole.

JPEG - 61.6 ko

La Géorgie connaitra une croissance de 4,5% cette année selon la Banque Mondiale. Une croissance qui sera de 4,8% en 2019 et 5% en 2020. La Turquie enregistrera une croissance de 4,5% en 2018 et 4% dans les deux prochaines années.

Krikor Amirzayan

posté le 7 juin 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Economie  Image 450 


ECONOMIE
La BERD pense que la croissance économique va se poursuivre en Arménie

L’économie arménienne devrait continuer de croître cette année malgré les récents événements qui ont conduit à un changement du gouvernement du pays, a déclaré vendredi un haut responsable de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).

Francis Malige, directeur général de la BERD pour l’Europe de l’Est et le Caucase, a également exprimé l’espoir que le nouveau gouvernement arménien mettra en œuvre des réformes de grande envergure.

“L’économie arménienne est en pleine croissance“, a loué Malige dans une interview. “Nous nous attendons à ce qu’elle continue de croître dans l’année à venir.“

“Je pense que ce sera une bonne année“, a-t-il ajouté. “Je vois qu’il y a de l’enthousiasme, un bon esprit parmi la population et qu’il n’y a pas de perturbation. Très souvent, quand il y a un changement de gouvernement, comme ce fut le cas en Ukraine il y a quatre ans, il y a beaucoup de perturbations dans l’économie en conséquence. Mais là, je ne vois pas de troubles, je vois des gens continuer à avoir la volonté investir.“

Selon les statistiques officielles, l’économie arménienne a progressé de 7,5% l’année dernière après avoir stagné en 2016. Cette croissance s’est poursuivie pratiquement sans interruption au premier trimestre de cette année.

L’Arménie a été plongée dans la tourmente politique en avril lorsque la tentative de son leader de longue date Serge Sarkissian de se maintenir le pouvoir a déclenché des manifestations de masse qui ont duré des semaines et ont abouti à sa démission. Le chef de la protestation, Nikol Pashinian, a été élu Premier ministre le 8 mai, promettant de démocratiser le pays, de renforcer la primauté du droit et de libéraliser son économie.

Maligé a rencontré Pashinian vendredi. “Nous voyons un groupe de personnes qui ont parlé très clairement de leur volonté de s’engager dans une lutte contre la corruption, la démonopolisation de l’économie“, a mis en avant Malige au sujet du nouveau gouvernement arménien. “Ce sont de bonnes choses.“

“Comme avec tout nouveau gouvernement, les actions parlent plus fort que les mots. Voyons donc quelles seront ces actions “, a t-il nuancé.

Le directeur de la BERD a spécifiquement souligné l’importance de créer des conditions de concurrence équitables pour toutes les entreprises. “Ce n’est pas un secret qu’il y a beaucoup de monopoles dans l’économie arménienne“, a-t-il convenu. “Nous voyons la démonopolisation comme un puissant levier de croissance économique.“

“Nous avons discuté de ce problème avec le gouvernement précédent“, a t-il poursuivi. “Nous avons généralement reçu une réponse qui allait dans le sens de “oui, c’est important, nous devons faire quelque chose à ce sujet mais c’est difficile“ “.

Les secteurs lucratifs de l’économie arménienne tels que les importations de marchandises ont longtemps été monopolisés par des hommes d’affaires riches proches des précédents gouvernements arméniens. Un de ces magnats a été accusé par un organisme d’application de la loi d’évasion à grande échelle cette semaine.

La BERD a investi plus de 1,3 milliard de dollars dans environ 165 projets en Arménie depuis qu’elle a commencé ses activités dans le pays en 1992. Plus de 80% de ces investissements ont eu lieu dans le secteur privé, principalement sous la forme d’achats de participations minoritaires dans des entreprises locales et étrangères.

Malige a déclaré que l’institution multilatérale basée à Londres est prête à financer davantage de projets d’investissement en Arménie. Il a noté à cet égard que les entrepreneurs étrangers d’origine arménienne semblent montrer un plus grand intérêt pour leur patrie ancestrale en raison de la récente révolution sur place.

“J’ai entendu dire qu’il y avait un intérêt clair et renouvelé de la part des investisseurs de la diaspora arménienne qui souhaitent venir voir l’Arménie en tant que destination d’investissement“, a déclaré Malige. “Je suis sûr qu’ils seraient les bienvenus. Nous aimerions travailler avec eux. “

posté le 4 juin 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



AFFAIRES
Le Service national de sécurité continue sa lutte contre la corruption et la fraude fiscale

Dans le cadre de la répression de la corruption, le Service national de sécurité (SNS) a accusé mercredi une entreprise contrôlée par un riche homme d’affaires lié à l’ancien parti républicain (HHK) d’avoir magouillé pour ne pas payer des millions de dollars d’impôts.

Il a affirmé que le groupe Alex Holding de Samvel Aleksanian était de connivence avec l’ancienne direction du Comité du revenu d’Etat (SRC) pour mener une escroquerie fiscale au sein de la plus grande chaîne de supermarchés alimentaires du pays.

Le SNS a détaillé les accusations après avoir perquisitionné le siège de la chaîne Yerevan City. Il n’a rapporté aucune arrestation, disant seulement que les cadres supérieurs de l’entreprise ont été interrogés dans le cadre d’une enquête pour “évasion fiscale à grande échelle“.

Un communiqué de la SNS indique que l’entreprise a illégalement vendu des produits agricoles et de “nombreux“ autres articles dans les supermarchés de la ville d’Erevan à travers 461 petites entreprises principalement enregistrées au nom de ses employés et des membres de leur famille. Certains de ces travailleurs n’étaient même pas au courant de cela.

En vertu de la loi arménienne, les petites entreprises dont le chiffre d’affaires annuel atteint 115 millions de drams (237 000 dollars) sont exemptées des taxes sur les bénéfices et la valeur ajoutée (TVA) payées par les grandes entreprises. Ils sont seulement tenus de payer une « taxe sur le chiffre d’affaires » équivalant à 2% de leurs revenus. Le taux de TVA est fixé à 20%.

Selon la déclaration de la SNS, le plan de fraude a permis à Alex Holding d’éviter de payer 7,2 milliards de drams (15 millions de dollars) de TVA depuis fin 2016. Un audit fiscal déterminera “le montant exact des dommages infligés à l’Etat“, selon la puissante agence de sécurité.

Aleksanian, 49 ans, est l’un des hommes les plus riches d’Arménie. Il contrôle depuis longtemps les importations lucratives de sucre, d’huile de cuisson et d’autres produits alimentaires de base. Il a entretenu des liens étroits avec les anciens dirigeants du pays, notamment l’ancien président Serge Sarkissian. Le magnat est député au Parlement sous l’étiquette HHK de Sarkissian depuis 2003.

Le SNS a affirmé que la SRC, qui perçoit les taxes dans le pays, a également permis à 11 autres grands détaillants d’utiliser la même méthode d’évasion fiscale. Il leur a conseillé de « recalculer » volontairement leurs obligations fiscales avant d’être inspecté au cours des prochaines semaines.

Le précédent chef de la SRC, Vartan Harutiunian, et ses deux adjoints ont démissionné peu après l’élection de Nikol Pachinian au poste de Premier ministre le 8 mai. Ces trois personnalités ont été interrogés lors d’une enquête distincte du SNS lancée ce mois-ci.

Le SNS a arrêté la semaine dernière trois cadres supérieurs d’une société de courtage en douane accusés d’avoir omis de payer des millions de dollars d’impôts. Le directeur exécutif de l’entreprise est une figure proche de Harutiunian. L’ancien chef des impôts n’a pas été interrogé ni mis en accusation jusqu’à présent.

Artur Vanetsian, le nouveau directeur de la SNS nommé par Pashinian, a annoncé le 19 mai une vague de répression sans précédent de la corruption et de la fraude fiscale. Le SNS a déclaré mercredi qu’il était déterminé à poursuivre “la lutte constante contre la corruption et les crimes économiques“.

posté le 31 mai 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ENERGIE
Le gouvernement résilie un contrat avec Tashir concernant le réseau d’électricité

Le nouveau gouvernement arménien a décidé de résilier un accord avec Samvel Karapetian, un milliardaire russo-arménien, qui devait permettre à l’une de ses entreprises de gérer le réseau national de transport d’électricité, a déclaré hier le ministre de l’Energie, Artur Grigorian.

Le gouvernement précédent avait annoncé l’an dernier que Tashir Kapital de Karapetian gèrerait les Réseaux électriques à haute tension (BET) appartenant à l’État pour les 25 prochaines années. Les responsables gouvernementaux ont expliqué à l’époque que le nouvel opérateur réduira les coûts en « synchronisant » les réseaux de transport et de distribution d’électricité de l’Arménie. Ils ont ajouté que Tashir Kapital obtiendrait également des prêts à grande échelle qui seront utilisés pour la rénovation des lignes de transport d’électricité et des sous-stations, ainsi que la construction de nouvelles installations de BET.

Le contrat de gestion a souligné la présence croissante de Karapetian dans le secteur énergétique arménien. Le magnat arménien est propriétaire de l’unique centrale électrique et de la plus grande centrale thermique du pays.

“Le contrat a été résilié“, a annoncé Grigorian aux journalistes. Il a affirmé que certaines de ses dispositions ne sont “pas bénéfiques pour l’Etat“, sans préciser lesquelles.

Le nouveau ministre, qui représente le parti de l’homme d’affaires Gagik Tsarukian allié au Premier ministre Nikol Pashinian, ne dira pas non plus comment le gouvernement cherchera à rationaliser les BET et à attirer les investissements qui en ont cruellement besoin. Il a rejeté la spéculation selon laquelle Tsarukian a jeté son dévolu sur le réseau de transmission.

Avec des actifs totaux estimés par le magazine « Forbes » à 3,5 milliards de dollars, Karapetian est probablement l’Arménien le plus riche du monde. Son conglomérat du groupe Tashir basé en Russie comprend plus d’une centaine d’entreprises engagées dans la construction, la fabrication, le commerce de détail et d’autres services.

Le magnat de 52 ans a fortement soutenu l’ancien Premier ministre Karen Karapetian (aucun lien familial) tout au long de son mandat qui a pris fin lorsque l’ancien président Serge Sarkissian est devenu Premier ministre le 17 avril dans ce qui s’est avéré être une tentative échouée de prolonger son règne à la tête du pouvoir. Karapetian a pris la relève en tant que Premier ministre par intérim après la démission de Sarkissian le 23 avril, au milieu des protestations de masse menées par Pachinian.

En 2015, Tashir a racheté à Inter RAO, une société d’énergie russe dirigée par l’État, l’entreprise d’électricité ENA et une grande centrale électrique dans la ville arménienne de Hrazdan. Le nouveau propriétaire semble avoir considérablement réduit les pertes depuis lors.

Samvel Karapetian possédait une autre société ainsi qu’un fonds d’investissement que lui et d’autres riches hommes d’affaires russo-arméniens avaient créé en 2017 pour construire une centrale hydroélectrique de 76 mégawatts dans la province du Lori, au nord de l’Arménie. Le fonds, appelé le Club des investisseurs d’Arménie (ICA), prévoyait également de financer au moins en partie la construction d’une centrale hydroélectrique de 100 mégawatts à la frontière entre l’Arménie et l’Iran.

Karapetian n’a pas encore dit s’il ira de l’avant avec ces projets d’investissement après le récent changement du gouvernement de l’Arménie.

posté le 31 mai 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



EREVAN
Enquête sur l’évasion fiscale présumée des supermarchés d’un membre du HHK

Le service national de sécurité (SNS) a confirmé mardi qu’il avait lancé une enquête sur l’évasion fiscale présumée de la plus grande chaîne de magasins d’Arménie contrôlée par Samvel Aleksanian, un riche homme d’affaires représentant le parti républicain (HHK) au parlement.

Un porte-parole du SNS a déclaré que l’organisme chargé de l’application des lois étudie actuellement les états financiers de la chaîne de supermarchés Erevan City. Il a précisé que le SNS donnera plus de précisions sur cette enquête plus tard dans la semaine.

Ni Aleksanian ni Erevan City n’ont encore fait de déclaration officielle.

Aleksanian, 49 ans, est l’un des hommes les plus riches d’Arménie. Il contrôle depuis longtemps les importations lucratives de sucre, d’huile de cuisson et d’autres produits alimentaires de base. Il a entretenu des liens étroits avec les anciens dirigeants du pays, notamment l’ancien président Serge Sarkisian.

Aleksanian est député du Parlement arménien depuis 2003. Il s’est toujours porté candidat à l’Assemblée nationale sous l’étiquette HHK.

L’enquête sur l’évasion fiscale présumée dans les supermarchés alimentaires d’Erevan a fait suite à une annonce d’Artur Vanetsian, le nouveau chef du SNS, le 19 mai, une annonce selon laquelle il allait s’attaquer à l’évasion fiscale. Vanetsian s’est engagé à cibler les personnes qui ont longtemps “volé de l’argent“.

Le SNS a arrêté la semaine dernière trois cadres supérieurs d’une société de courtage en douane accusés d’avoir omis de payer des millions de dollars d’impôts. Vanetsian a promis lundi plus de “révélations“ de corruption dans les prochains jours.

Le Premier ministre Nikol Pashinian, qui a nommé Vanetsian à la tête du SNS deux jours après son entrée en fonction le 8 mai, a déclaré mardi que l’audit des supermarchés Aleksanian fait partie d’un “processus d’instauration de la loi et de l’ordre en Arménie“.

Pashinian s’est tenu à ses déclarations antérieures selon lesquelles son gouvernement ne mènera pas de “vendettas“ contre les membres de l’ancien régime ou les individus liés à eux. “Mais il n’y aura pas non plus d’anarchie“, a t-il dit. “Si quelqu’un essaie d’interpréter cette position comme un signe de notre faiblesse, il aura un coup terrible. Vous pouvez être sûr de cela. “

“J’appelle tout le monde à remplir pleinement ses obligations envers l’Etat“, a poursuivi Pashinian. “Tout le monde est désormais interdits de toute forme de corruption. Et que personne ne pense qu’il peut tromper l’État. “

Le Premier ministre a spécifiquement exhorté les entreprises à indemniser volontairement l’Etat pour “les impôts non payés dans le passé“. Ils feraient mieux de le faire avant d’être passé au crible par le SNS, a-t-il prévenu.

Le nouveau chef du Comité des impôts de l’Arménie (SRC), Davit Ananian, a précisé que les autorités soupçonnent Yerevan City et une douzaine d’autres chaînes de supermarchés d’utiliser les escroqueries frauduleuses pour éviter les taxes sur leurs ventes au détail de produits agricoles frais. Ananian a ajouté qu’il a déjà rencontré leurs cadres supérieurs et les a avertis d’arrêter de faire cela.

posté le 30 mai 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



DIPLOMATIE
Les liens russo-arméniens ne sont pas affectés par le changement de régime

Le récent changement de gouvernement arménien à la suite des manifestations de masse n’a pas eu d’impact négatif sur les relations étroites de la Russie avec l’Etat du Caucase du Sud, a déclaré vendredi un haut diplomate russe.

“Nous n’avons pas arrêté ou ralenti la coopération avec l’Arménie“, a assuré le vice-ministre des Affaires étrangères Aleksandr Pankin à l’agence de presse TASS. “Quand [le président russe] Vladimir Poutine a rencontré le nouveau Premier ministre d’Arménie [Nikol Pachinian], il a été confirmé que tout serait préservé. Le vecteur et la dynamique [des relations bilatérales] restent les mêmes. “

“Tous les projets relatifs à l’interaction financière, commerciale, d’investissement et humanitaire restent sur la table“, a-t-il confié. “Donc, il n’y a pas de déviation ou de réduction.“

Poutine et Pachinian se sont rencontrés dans la ville russe de Sotchi le 14 mai près d’une semaine après que ce dernier a été élu Premier ministre suite à des semaines de manifestations qui ont entraîné la démission du Premier ministre précédent, Serge Sarkissian.

Pachinian a assuré à Poutine que l’Arménie restera alliée à la Russie pendant son mandat. “Personne n’a jeté le doute et, je pense, jettera le doute sur l’importance stratégique des relations russo-arméniennes“, a-t-il souligné.

Le nouveau Premier ministre a également salué les réactions “équilibrées“ et “très constructives“ de Moscou au mouvement de protestation mené par lui.

Moscou a observé de près les événements en Arménie, déclenchés par la tentative de Sarkissian de poursuivre son pouvoir en Arménie. Dans leurs déclarations publiques, les responsables russes ont évité de prendre parti.

Pashinian a depuis déclaré à plusieurs reprises qu’il ne sortira pas l’Arménie de l’Union économique eurasienne et de l’Organisation du Traité de sécurité collective. L’ancien chef de l’opposition âgé de 42 ans avait critiqué par le passé l’appartenance de l’Arménie aux deux blocs dirigés par la Russie.

posté le 28 mai 2018 par Claire/armenews