Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Economie


ARMENIE
Le gouvernement communique ses objectifs ambitieux pour les exportations

Le gouvernement arménien s’est engagé à contribuer à une augmentation constante et rapide des exportations qui éliminerait l’énorme déficit commercial de l’Arménie au cours des cinq prochaines années.

Les hauts fonctionnaires du ministère du Développement économique et des Réformes ont déclaré au Premier ministre Karen Karapetian le week-end dernier que ce sera le moteur principal d’une croissance économique plus rapide envisagée par son gouvernement.

“Vous dites que nos exportations devraient dépasser les importations d’ici 2022“, a déclaré Karapetian lors d’une réunion avec le ministre du Développement économique, Suren Karayan, et d’autres hauts fonctionnaires du ministère. “Vous faites une très bonne affirmation“.

“Mais connaissez-vous les exportations des marchandises que nous allons augmenter et quelles importations nous allons réduire ? “, a-t-il demandé avant de recevoir ce que la déclaration appelle une “ réponse positive “.

Selon le Service national des statistiques, les exportations arméniennes ont augmenté de 20% pour atteindre près de 1,8 milliard de dollars l’année dernière. Mais elles sont toujours loin des importations qui totalisent 3,3 milliards de dollars. L’Arménie a eu encore des déficits commerciaux plus importants dans le passé, même si son économie a progressé à des taux de deux chiffres jusqu’à la crise financière mondiale de 2008-2009.

Karayan et ses cadres supérieurs ont estimé que le déficit serait plus que nullisé si les exportations augmentaient en moyenne de 20 % par année pendant cinq années consécutives. Ils prévoient que les recettes d’exportation de l’Arménie dépasseront la barre symbolique des 2 milliards de dollars cette année et augmenteront d’environ 450 millions de dollars en 2018. Cela se traduira par 15 000 nouveaux emplois.

Les responsables du ministère ont également expliqué que la Russie et d’autres membres de l’Union économique eurasienne (UEE) absorberaient la plupart des exportations supplémentaires prévues. Pour eux, les exportations arméniennes annuelles vers ces ex-pays soviétiques doubleront pour atteindre près de 800 millions de dollars en trois ans.

Les données du Service national des statistiques montrent que l’Arménie a exporté pour 371 millions de dollars de produits vers la Russie l’année dernière, en hausse de plus de 50% par rapport à 2015. Les produits agricoles frais, les denrées alimentaires préparées, les textiles et les boissons alcoolisées représentaient la majeure partie d’entre eux.

Malgré cette forte hausse, l’Union européenne est restée le premier marché d’exportation de l’Arménie en 2016. Elle a acheté pour environ 480 millions de dollars de biens et de produits arméniens. L’Etat du Caucase du Sud lui fournit principalement les concentrés de cuivre, de molybdène et de minerai non ferreux, notamment pour l’Allemagne.

Les ambitieux objectifs d’exportation fixés par le ministère du Développement économique et des Réformes sont probablement liés à des investissements à grande échelle que Karapetian s’est engagé à attirer dans le marché intérieur. Il a promis spécifiquement un financement de 3,2 milliards de dollars pour environ 350 projets d’investissement nationaux à mettre en œuvre dans les années à venir. Plus de 800 millions de dollars de cette somme devraient être investis cette année.

Le Premier ministre et d’autres fonctionnaires du gouvernement n’ont pas encore précisé toutes les sources des investissements promis. Karayan a déclaré le 13 avril qu’un fonds d’investissement mis en place récemment par des hommes d’affaires russes riches d’ascendance arménienne passera 300 millions de dollars à des achats d’actions ou à des prêts à faible taux d’intérêt pour les entreprises locales en 2017.

Karapetian a déclaré aux fonctionnaires du ministère que le gouvernement s’efforcerait également de stimuler les exportations plus importantes en améliorant l’administration fiscale. Il a également discuté avec eux des efforts déployés par le gouvernement pour améliorer l’environnement commercial élargi du pays.

L’ancien dirigeant d’entreprise s’est engagé à plusieurs reprises à créer des « conditions égales » pour tous les entrepreneurs. Les politiciens de l’opposition rejettent cependant son ambitieux programme de réforme. Ils disent en particulier que les hommes d’affaires riches proches du gouvernement continuent de bénéficier d’un monopole sur les importations lucratives de carburant et de denrées alimentaires de base.

Un haut fonctionnaire du Fonds monétaire international a insisté à Erevan le 12 avril sur le fait que le cabinet de Karapetian s’est engagé à mettre en œuvre les réformes clés nécessaires pour accélérer la croissance économique.

La croissance économique en Arménie a été arrêtée l’année dernière au milieu d’une récession continue en Russie. Le FMI s’attend à ce qu’il s’accélère à environ 3 % en 2017.

posté le 26 avril 2017 par Claire/armenews


ECONOMIE
Le gouvernement annonce le lancement d’un fonds d’investissement arméno-russe

Un fonds d’investissement mis en place récemment par plus de trois dizaines de russes d’origine arménienne financera près de 300 millions de dollars de projets commerciaux en Arménie cette année, ont annoncé jeudi des responsables à Erevan.

Le gouvernement arménien a approuvé un « mémorandum d’accord » avec ce fonds appelé Investors Club of Armenia (ICA) lors de sa session hebdomadaire présidée par le Premier ministre Karen Karapetian.

Les entrepreneurs riches, dont le milliardaire arménien Samvel Karapetian (sans rapport avec Karen), ont annoncé le lancement d’ICA à Erevan le 25 mars. Le magnat a fait l’éloge du premier ministre lors de cette cérémonie.

Un communiqué du gouvernement arménien a déclaré que l’ICA investira dans des entreprises arméniennes nouvelles et existantes sous la forme de prêts ou d’achats d’actions. Il n’a donné aucun chiffre.

“Ils discuteront des projets considérés comme hautement prioritaires par le gouvernement et réaliseront environ 300 millions de dollars d’investissements“, a déclaré aux journalistes le ministre du Développement économique et des Investissements, Suren Karayan, après la réunion du cabinet de jeudi.

“Une fois ce mémorandum d’accord signé, nous présenterons ce paquet d’investissement et ils en discuteront“, a-t-il déclaré. Il n’a pas donné de précision sur la nature des projets commerciaux, disant seulement que les investissements de l’ICA en 2017 seront principalement acheminés vers les secteurs de l’énergie, des mines et de la fabrication.

Le Premier ministre Karapetian a de nouveau souligné l’importance du fonds d’investissement lors de la réunion. « Le fonds contribuera non seulement à attirer des investissements, mais aussi à une nouvelle culture d’entreprise », a-t-il déclaré aux ministres. “Les membres du fonds sont des hommes d’affaires très réputés et prospères qui ont de larges connexions et de nombreux partenaires dans divers pays. Ils serviront de pont entre notre pays et les milieux d’affaires de ces pays “.

L’investissement étranger direct dans l’économie arménienne a rapidement diminué ces dernières années. Les données gouvernementales montrent qu’il tourne autour du niveau modeste de 130 millions de dollars en 2016.

Selon Karayan, l’argent promis par l’ICA fait partie des quelque 850 millions de dollars d’investissements que le gouvernement s’est engagé à attirer cette année. Le ministre a réaffirmé cette promesse.

“Il existe des investisseurs privés qui ont manifesté leur intérêt à investir ici et qui ont déjà commencé à investir“, a déclaré Karayan, ajoutant que se trouvent parmi eux des hommes d’affaires d’Arménie, des Arméniens de la Diaspora ainsi que des étrangers non arméniens. Il n’a par ailleurs mentionné aucune source d’investissement concrète autre que l’ICA.

Karapetian a répété à maintes reprises que son gouvernement a prévu de financer jusqu’à 3,2 milliards de dollars pour environ 350 projets d’investissement nationaux à mettre en œuvre dans les années à venir. Les critiques de son gouvernement sont très sceptiques à ce sujet.

L’ensemble du produit intérieur brut de l’Arménie équivaut à moins de 11 milliards de dollars.

posté le 16 avril 2017 par Ara/armenews

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Le FMI encourage le gouvernement à mettre en oeuvre les réformes annoncées

Le gouvernement actuel de l’Arménie s’est engagé à mettre en œuvre les réformes clés nécessaires pour accélérer la croissance économique du pays et réduire la pauvreté, a commenté hier un haut responsable du Fonds monétaire international.

Ce responsable en question, Hossein Samiei, dirigeait l’équipe du FMI qui a rencontré le Premier ministre Karen Karapetian et d’autres hauts responsables arméniens lors d’une mission de deux semaines à Erevan.

Les discussions ont ouvert la voie au décaissement de la tranche finale de 20 millions de dollars d’un crédit du FMI d’une valeur totale d’environ 115 millions de dollars. Le Fonds élargi (FEP) approuvé il y a trois ans est conçu pour soutenir la stabilité macroéconomique en Arménie.

“Une chose positive que nous avons observée est que nous pensons que le nouveau gouvernement met en place des réformes et s’est engagé à améliorer l’environnement structurel“, a déclaré Samiei aux journalistes à la fin de la mission.

Il a souligné les efforts continus du cabinet de Karapetian pour améliorer l’environnement commercial du pays, s’attaquer à l’évasion fiscale et attirer les investissements étrangers, notamment par la création de fonds d’investissement russo-arméniens.

Samiei s’est dit particulièrement encouragé par une augmentation de plus de 10 % des recettes fiscales au premier trimestre de cette année. “Espérons que, au fil du temps, le système de taxation deviendra plus juste afin que les gens paient leur juste part des impôts“, a-t-il souhaité.

“Bien sûr, beaucoup de défis restent“, a ajouté le responsable du FMI. “Je ne dis pas que tout est parfait. Mais j’espère que les choses avanceront dans la bonne direction “.

Karapetian s’est engagé à plusieurs reprises à créer des « conditions égales » pour toutes les entreprises, depuis sa nomination au poste de Premier ministre en septembre.

Les membres de l’opposition rejettent l’ambitieux programme de réforme du Premier ministre. Selon certains, les hommes d’affaires riches proches du gouvernement continuent à bénéficier d’un monopole sur les importations lucratives de biens et de produits essentiels.

Le Cabinet de Karapetian a annoncé la semaine dernière qu’il allait probablement dépenser environ 100 millions de dollars de plus que prévu cette année en raison des recettes supplémentaires réalisées grâce à l’amélioration de l’administration fiscale.

« La croissance, comme nous l’avons vu au cours de l’année 2016, est volatile », a mis en garde Samiei. “Le secteur des exportations doit se diversifier davantage. Le chômage et la pauvreté doivent être réduits. “

Les « actions décisives » promises par le gouvernement sont essentielles pour une croissance plus rapide et plus durable, a souligné le représentant du FMI. “Actuellement, nous estimons une croissance potentielle - le maximum que l’Arménie pourrait actuellement atteindre - à environ 4 %“, a-t-il jugé. “Cependant, à mon avis, l’Arménie a le potentiel de croître beaucoup plus rapidement - 6%, 7% - si les réformes structurelles ont lieu“.

posté le 13 avril 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



DIPLOMATIE
La Géorgie félicite l’Arménie et l’Union européenne pour leur accord

Le ministre des Affaires étrangères de Géorgie, Mikheil Janelidze, a vanté hier le nouvel accord sur l’approfondissement des relations entre l’Arménie et l’Union européenne lors d’une visite officielle à Erevan.

“Nous avons discuté du processus d’intégration et de coopération européenne de la Géorgie dans le cadre du programme de partenariat oriental de l’UE“, a-t-il révélé après des pourparlers avec son homologue arménien Edouard Nalbandian. “Nous avons noté avec satisfaction la conclusion des négociations entre l’Arménie et l’UE sur un nouvel accord-cadre“.

Janelidze s’est référé à l’Accord de partenariat global et amélioré qui a été finalisé à Erevan le mois dernier et qui devrait être signé plus tard cette année. L’accord est une alternative moins ambitieuse à un accord d’association que l’Arménie devait signer avec l’UE, avant de changer d’avis au dernier moment en 2013 pour adhérer à un bloc commercial dirigé par la Russie.

Contrairement à l’Arménie, la Géorgie a signé un accord d’association similaire avec l’UE en 2014. L’accord, qui implique d’importantes dispositions commerciales, est entré en vigueur en juillet 2016.

Les dirigeants arméniens et géorgiens ont déclaré à maintes reprises que l’adhésion de l’Arménie à l’Union économique eurasienne (UEE) et l’intégration européenne de la Géorgie n’empêcheraient pas les deux États voisins de renforcer leurs relations. Selon les statistiques arméniennes officielles, le commerce arméno-géorgien a augmenté de près de 28%, pour s’établir à 245 millions de dollars l’année dernière.

Nalbandian a expliqué qu’il y a eu des progrès majeurs dans les relations politiques et économiques bilatérales au cours des dernières années. “Les deux parties réitèrent souvent qu’il n’y a pas de vrais problèmes entre l’Arménie et la Géorgie“, a-t-il affirmé lors d’une conférence conjointe avec Janelidze. “Il n’y a que des problèmes qui sont résolus avec des efforts conjoints. Notre réunion d’aujourd’hui en est une preuve supplémentaire. “

“Nous avons souligné notre désir d’intensifier davantage notre dialogue politique“, a indiqué pour sa part Janelidze. Il a ajouté qu’ils avaient également discuté des moyens de renforcer la coopération entre les deux pays dans les domaines des transports, de l’énergie et du tourisme. Il a parlé de « grand potentiel inexploité » dans ces domaines.

Le ministre géorgien a également eu des entretiens séparés avec le président Serge Sarkissian et le Premier ministre Karen Karapetian. Une déclaration du bureau de presse présidentielle d’Arménie a souligné que Sarkissian et Janelidze “ont noté avec satisfaction que les relations entre les deux pays se développaient dynamiquement“.

posté le 12 avril 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Mise en place de déclarations électroniques facilitant le passage en douane des produits importés en Arménie

Le Comité des recettes de l’Etat arménien a mis en place un site électronique permettant aux clients de déclarer et pré-dédouaner les importations. Le Comité des recettes affirme qu’il est désormais possible via son site internet d’effectuer les déclarations d’importations permettant la facilité d’introduire les produits en douane arménienne. Une mesure qui fluidifie et rend plus rapide le passage en douane des produits importés en Arménie. Ainsi les formalités de la douane étant réalisées par avance par voie électronique, le temps d’immobilisation des véhicules de transport se trouvent diminués et les démarches administratives facilités. Davantage d’informations sur le site trade.gov.am.

Krikor Amirzayan

posté le 30 mars 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Economie 


EREVAN
Signature officielle d’un nouvel accord entre l’Arménie et l’UE

L’Arménie et l’Union européenne ont officiellement paraphé hier le texte d’un nouvel accord sur l’approfondissement de leurs liens politiques et économiques.

Leurs négociations sur l’Accord de partenariat global et renforcé (CECP) ont été conclues avant la visite du président Serge Sarkissian à Bruxelles à la fin du mois dernier.

“L’accord sera une étape importante pour élargir la portée des relations bilatérales entre la République d’Arménie et l’Union européenne“, ont déclaré les deux parties dans une déclaration conjointe publiée après que leurs négociateurs aient paraphé l’accord lors d’une cérémonie à Erevan.

Le ministre des Affaires étrangères Edouard Nalbandian a déclaré lors de la cérémonie que cet accord « ouvrirait une nouvelle page » dans les relations entre l’UE et l’Arménie.

Ce nouvel accord est censé servir de substitut moins ambitieux à l’accord d’association négocié par des fonctionnaires arméniens et européens à l’été 2013. Sarkissian avait décidé au dernier moment, en septembre 2013, de rejoindre finalement l’Union économique eurasienne dirigée par la Russie (UEE).

L’autre accord, qui n’a pas encore été rendu public, contient apparemment les principales dispositions politiques et certaines dispositions économiques de l’accord d’association annulé. Mais elle n’a pas de composante liée au libre échange en raison de l’adhésion de l’Arménie à l’UEE.

“De solides engagements en faveur de la démocratie, des droits de l’homme et de l’État de droit, sont à la base du nouvel accord et de la future coopération entre l’Arménie et l’UE“, peut-on lire dans une déclaration conjointe. L’accord ouvrira également la voie à une plus étroite coopération UE-Arménie dans les domaines de l’énergie, des transports et de la protection de l’environnement, ainsi qu’à de « nouvelles opportunités dans le commerce et les investissements ».

“Nos gens se considèrent comme des Européens“, a déclaré Sarkissian lors de son voyage à Bruxelles. Il a ajouté que les « valeurs partagées » sont au cœur de ce nouvel accord. Dans ce contexte, il a réaffirmé les promesses faites par son administration de veiller à ce que les prochaines élections législatives en Arménie soient conformes aux normes démocratiques.

Plus tôt cette année, l’UE a fourni à l’Arménie plus de 7 millions de dollars de financement pour l’achat d’équipements électroniques spéciaux destinés à prévenir certaines formes de fraude électorale.

posté le 22 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Karen Karapetian en campagne électorale dans la province d’Armavir

Le Premier ministre Karen Karapetian a réaffirmé ses promesses de mettre en œuvre des « réformes sérieuses » et d’attirer des investissements à grande échelle dans l’économie arménienne, alors qu’il faisait campagne pour le Parti républicain (HHK) dans la province d’Armavir hier.

Karapetian a visité de petites villes et villages dans la zone largement agricole à l’ouest d’Erevan, en exhortant les résidants locaux à voter pour le parti républicain aux élections législatives du 2 avril. Il s’agissait de la première visite électorale de l’ancien dirigeant d’entreprise.

“Nous n’aimons pas la situation actuelle“, a-t-il déclaré aux électeurs de la ville d’Echmiadzine. “Nous devons changer beaucoup, beaucoup de choses.“

L’Arménie a un « potentiel fantastique » pour le développement et il faudrait « un travail terriblement dur » pour le réaliser, a-t-il dit. “Quelque temps plus tard, nous aurons alors un pays dont nous serons fiers“, a déclaré le Premier ministre.

Dans ce contexte, Karapetian a réaffirmé que son gouvernement a approuvé et identifié des sources de financement pour environ 350 projets d’investissement à l’échelle nationale d’une valeur combinée de 3,2 milliards de dollars. Il a ajouté qu’au moins 850 millions de dollars de cet argent devrait être investi cette année. Armavir seul absorbera probablement 85 millions de dollars en investissements et obtiendra 3 500 nouveaux emplois en conséquence, a t-il ajouté.

Le gouvernement n’a pas encore précisé les sources de ces investissements dans les entreprises et les infrastructures publiques. Il a seulement expliqué que les projets ont été proposés par des entreprises privées, divers ministères gouvernementaux et des communautés locales. Avec l’ensemble du budget de l’Arménie pour 2017 équivalant à moins de 3 milliards de dollars, la majeure partie des investissements promis proviendrait vraisemblablement de sources privées et étrangères.

Karapetian s’est engagé à plusieurs reprises à améliorer l’environnement des affaires du pays depuis qu’il a été nommé Premier ministre en septembre de l’année dernière.

Certains résidents d’Armavir se sont plaints à Karapetian des difficultés persistantes. Un homme âgé a dit qu’il avait du mal à vivre avec sa pension mensuelle de l’État de 68 000 drams (140 $). Karapetian lui a rétorqué que, bien qu’il ne puisse pas promettre de lever des pensions cette année, il croit que la situation socio-économique va s’améliorer dans un proche avenir.

Karapetian a également parlé dans une salle de conférence froide dans une autre ville provinciale, Metsamor. Il a plaisanté sur le manque de chauffage d’hiver dans une communauté qui abrite une centrale nucléaire soviétique qui génère plus d’un tiers de l’électricité en Arménie.

“Il suffit de sourire, tout ira bien“, a-t-il déclaré après la réunion, lorsqu’on lui a demandé si les électeurs de Metsamor voteraient pour le HHK.

Karapetian a été nommé premier vice-président du HHK au début de cette année. Les représentants de HHK ont dit qu’il jouera un rôle plus actif que le président Serge Sarkissian dans la campagne électorale du parti au pouvoir.

posté le 9 mars 2017 par Claire/armenews

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



COOPERATION
Serge Sarkissian : « Notre peuple se considère comme Européen »

Le président Serge Sarkissian a décrit hier l’Arménie comme une nation européenne, alors qu’il expliquait les efforts de son gouvernement pour approfondir les relations avec l’Union européenne à travers un nouveau traité finalisé lors de sa dernière visite à Bruxelles.

“Notre peuple se considère comme Européen : notre patrimoine culturel et spirituel et notre mode de vie sont européens“, a-t-il déclaré dans un discours prononcé au Carnegie Europe, un groupe de réflexion bruxellois.

Sarkissian y est intervenu le lendemain de l’annonce officielle de la conclusion entre l’Arménie et l’UE des négociations sur un « accord de partenariat global et renforcé ».

L’accord est censé être un substitut moins ambitieux que l’accord d’association que les deux parties ont presque signé en 2013. Sarkissian avait empêché la signature de cet accord d’association en 2013 lorsqu’il avait annoncé l’adhésion de l’Arménie à l’Union économique eurasienne (UEE) dirigée par la Russie.

Sarkissian a déclaré que les « partenaires occidentaux » de l’Arménie ont depuis accepté ce choix géopolitique. “Nous sommes prêts à favoriser un rapprochement mutuellement bénéfique entre l’UE et l’UEE“, a-t-il déclaré dans ce contexte.

Le chef arménien a déclaré que les « valeurs partagées » sont au cœur du nouvel accord prévu avec l’UE. “Nous ne faisons que mettre en place un cadre juridique plus ferme pour la coopération existante. Nous sommes convaincus qu’il nous permettra et même nous obligera à avoir un Etat plus efficace », a t-il ajouté.

Dans son discours, Sarkissian a également remercié l’UE pour le financement de la mise en œuvre de l’accord historique de son gouvernement avec l’opposition arménienne visant à prévenir les fraudes graves lors des élections législatives du 2 avril. La majeure partie des 7,4 millions de dollars alloués par Bruxelles sera consacrée à l’équipement électronique spécial qui sera installé dans les bureaux de vote en Arménie.

Sarkissian a réaffirmé les promesses de son gouvernement de tenir un scrutin démocratique. « L’objectif que nous avons fixé est élevé : organiser des élections démocratiques, libres, équitables et transparentes. Je suis convaincu que nous allons atteindre cet objectif », a t-il dit.

posté le 1er mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



COOPERATION ECONOMIQUE
L’Arménie et la Géorgie s’entendent sur un nouveau corridor à destination de la Russie

La Géorgie a accepté d’ouvrir de nouveaux corridors de transport qui seront utilisés par l’Arménie pour les expéditions de marchandises commerciales en provenance et à destination de la Russie, a déclaré le Premier ministre Karen Karapetian lors d’une visite officielle à Tbilissi vendredi.

La majeure partie du commerce entre la Russie et l’Arménie se fait actuellement par le seul poste frontière russo-géorgien à Upper Lars. La circulation le long de cette route montagneuse est fréquemment bloquée par des blizzards en hiver.

Des centaines de camions arméniens ont été laissés sur place pendant plus de deux semaines en raison de fortes chutes de neige en décembre. La route de Upper Lars a également été fermée pendant plus d’un mois cet été après un glissement de boue massif.

De plus, les camionneurs arméniens se plaignent fréquemment de longues files d’attente et d’un service lent sur le côté russe de la frontière.

Peu de temps après s’être rendu à Moscou le mois dernier, Karapetian a demandé au ministère arménien des Transports et des Communications de soumettre avant le 1er mars des propositions sur d’autres routes commerciales russo-arméniennes passant par la Géorgie.

Des diplomates russes et géorgiens ont fait état d’importants progrès vers le lancement de telles liaisons de transport après une nouvelle série de pourparlers qui s’est tenue à Prague le 7 février. Ils ont déclaré que la Russie et la Géorgie sont proches de relancer un accord de 2011 visant à leur permettre de maintenir des liens commerciaux.

Le négociateur russe, le ministre adjoint des Affaires étrangères, Grigory Karasin, a déclaré au quotidien moscovite “Kommersant“ que la Géorgie est maintenant prête à rouvrir deux routes qui le relient à la Russie via les régions séparatistes géorgiennes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud. Il a dit que les deux parties embaucheront une compagnie suisse pour établir des points de contrôle douaniers sur les frontières administratives des deux territoires qui ont été reconnus par la Russie comme des états indépendants.

“Kommersant“ a déclaré que l’accord de compromis permettra à Moscou d’éviter de reconnaître formellement la souveraineté géorgienne sur l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie. “Dès que nous résoudrons tous les problèmes restants, nous allons commencer la mise en œuvre de l’accord“, aurait assuré Karasin.

La question aurait été au centre de l’agenda des entretiens entre Karapetian et le Premier ministre géorgien Giorgi Kvirikashvili, qui ont eu lieu jeudi. S’adressant aux journalistes le lendemain, le Premier ministre arménien a déclaré : « Si vous voulez savoir s’il y aura une alternative à la route du Lars, alors je peux vous assurer que oui, il y en aura une“.

“Mais je ne vais pas entrer dans les détails pour l’instant“, a t-il ajouté. “Nous avons conclu des accords sur la question et sur le corridor énergétique.“

Le Premier ministre n’a mentionné explicitement la question lors d’un point de presse qui a suivi les pourparlers à Tbilissi. Kvirikashvili a déclaré que Karapetian lui a présenté “des propositions très intéressantes“ sur l’expansion des liens économiques entre la Géorgie et l’Arménie.

En dépit des perturbations à Upper Lars, le commerce russo-arménien a augmenté de 15 % pour atteindre près de 1,4 milliard de dollars l’an dernier, ce qui a consolidé le statut de la Russie en tant que partenaire commercial numéro un de l’Arménie. Selon les statistiques officielles arméniennes, cette croissance a été tirée par une augmentation de 51 % des exportations arméniennes vers la Russie.

posté le 27 février 2017 par Claire/armenews