Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Economie


ARMENIE
Le réseau national de distribution d’eau veut augmenter ses prix de 8 %

Le réseau national de distribution d’eau en Arménie a refusé hier de s’expliquer concernant l’augmentation de près de 8% du prix de l’eau potable qu’elle demande.

L’entreprise Veolia Jur a officiellement demandé à la Commission de réglementation des services publics (PSRC) le 7 août d’augmenter le tarif de l’eau pour qu’elle passe de 180 drams à 194,3 drams (40 centimes US) par mètre cube pour la grande majorité des consommateurs. La commission a 80 jours pour examiner la requête et se prononcer.

La commission avait déjà refusé une hausse de près de 6% du prix de l’eau en décembre dernier. Le président du PSRC, Robert Nazarian, avait alors déclaré aux représentants de Veolia Jur qu’il fallait trouver un moyen « qui empêchera de nouvelles augmentations tarifaires ». Il a précisé que la filiale arménienne du groupe français Veolia devrait réprimer notamment les « consommateurs illégaux d’eau ».

Veolia Jur n’a toujours pas fait connaître ses justifications pour demander une autre hausse des prix à l’organisme de réglementation. Un porte-parole de l’entreprise a expliqué qu’il ne commentera pas cette requête pour le moment.

Selon Artak Manukian, un économiste indépendant, l’opérateur a justifié sa demande au PSRC par la baisse de la consommation d’eau et l’augmentation des dépenses pour l’alimentation électrique des pompes à eau. Manukian a cependant assuré que ces explications étaient peu convaincantes.

Il a cité les données du gouvernement montrant que la consommation d’eau en Arménie a en fait augmenté de 1,2 % au premier semestre de cette année. Manukian a également soutenu que le PSRC a réduit les prix intérieurs de l’électricité d’au moins 2,6 % en décembre dernier.

Les installations de traitement de l’eau potable et des eaux usées de l’Arménie sont assurées par Veolia conformément à un contrat de gestion de 15 ans signé avec le gouvernement arménien en novembre 2016.

Le géant français a géré le réseau d’eau et d’assainissement d’Erevan lors de ces 10 dernières années. Il a considérablement amélioré l’approvisionnement en eau de la capitale arménienne pendant cette période, notamment en raison des investissements réalisés sur le réseau vieillissant.

Dans une déclaration de novembre 2016, Veolia annonçait qu’elle attirerait 200 millions de dollars de fonds de la Banque européenne au cours des quatre prochaines années pour financer des améliorations d’infrastructure en Arménie. “D’ici 2030, toute la population du pays sera ainsi approvisionnée en eau potable grâce à Veolia“, assurait le communiqué.

posté le 17 août 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Augmentation des recettes fiscales au premier semestre 2017

Le gouvernement arménien a enregistré une augmentation de plus de 7% de ses recettes fiscales au premier semestre de cette année, ce qui pourrait faciliter les dépenses supplémentaires consacrées aux projets qu’il a promis.

Le Comité du Revenu de l’État (SRC) a recueilli près de 550 milliards de drams (1,15 milliard de dollars) grâce à diverses taxes au cours de cette période, en hausse de 37,6 milliards de drams par rapport à l’année précédente.

Les données fiscales publiées par le SRC montrent que trois grandes sociétés minières arméniennes, ainsi qu’un des hommes les plus riches du pays liés au gouvernement, ont généré la majeure partie de ce gain.

Les entreprises contrôlées par le magnat Samvel Aleksanian ont presque doublé leurs paiements d’impôts entre janvier et juin. La plupart d’entre elles sont dans le secteur des importations lucratives de sucre, d’autres produits alimentaires de base et de certains médicaments. Aleksanian jouit depuis longtemps d’un monopole de facto sur ces importations.

Les critiques lui ont longtemps reproché d’utiliser les liens avec des membres du gouvernement pour écarter la concurrence et échapper aux impôts. Ce que le magnat a toujours nié.

Les chiffres de la SRC montrent une augmentation encore plus marquée des impôts perçus auprès de trois entreprises minières fabriquant principalement du cuivre, du molybdène et de l’or.

Vahagn Khachatrian, économiste et membre principal du Congrès national d’opposition, a suggéré que cette disparité résulte de paiements d’impôts que ces entreprises et d’autres entreprises arméniennes ont été forcé par la SRC de payer en avance. Il a critiqué cette pratique, expliquant qu’elle étouffait l’activité économique dans le pays.

“C’est un instrument clé utilisé par les autorités fiscales“, a déclaré Khachatrian. Il a ajouté que l’augmentation des revenus fiscaux au premier semestre n’indique pas une amélioration de l’administration fiscale.

Le chef actuel de la SRC, Vartan Harutiunian, est proche du Premier ministre Karen Karapetian. Harutiunian s’est engagé à plusieurs reprises à réprimer l’évasion fiscale généralisée et la corruption depuis qu’il a été nommé pour gérer l’agence de recouvrement des impôts à l’automne dernier.

Les recettes fiscales du gouvernement ont progressé de plus de 10 % au premier trimestre de 2017. Cela a amené Karapetian à affirmer en avril que la SRC peut recueillir environ 50 milliards de drams (105 millions de dollars) de plus que prévu au cours de l’année. Le gouvernement prévoit donc une augmentation correspondante de ses dépenses de capitalisation en 2017, a-t-il précisé.

Les dépenses supplémentaires prévues équivalent à environ 4 % des dépenses globales prévues par le budget de l’Arménie. Le gouvernement a décidé de réduire les dépenses publiques cette année pour freiner un déficit budgétaire croissant. Son budget de 2017 prévoit également des recettes fiscales plus élevées.

posté le 14 août 2017 par Claire/armenews


ECONOMIE
Attaque à l’acide contre une entreprise qui importe des bananes

Un homme d’affaires qui a aidé à mettre fin à un monopole de longue date sur les importations de bananes en Arménie a rapporté jeudi qu’une attaque à l’acide avait eu lieu sur ses entrepôts à Erevan.

Vahram Mirakian a déclaré que tôt le matin, quelqu’un avait versé de l’acide sur les compresseurs des réfrigérateurs des entrepôts où les bananes importées par son entreprise sont stockées. “Si les réfrigérateurs avaient cessé de travailler la nuit, 20 tonnes de produits auraient péri en une heure“, a-t-il déclaré au service arménien de RFE / RL (Azatutyun.am).

L’entrepreneur de 33 ans a déclaré qu’il a alerté la police arménienne et qu’il vérifiera les dégâts après que les policiers aient inspecté la scène. Mirakian a également déclaré que l’attaque n’a pas endommagé d’autres équipements et qu’aucune banane n’avait été volée. “Je peux donc présumer que l’objectif était bien de s’en prendre à nos importations », a-t-il ajouté sans donner de noms.

Les importations de bananes en Arménie ont été pendant de nombreuses années monopolisées par la société du groupe Katrin réputée être contrôlée par Mihran Poghosian, l’ancien chef influent d’un organisme public chargé de rendre des décisions judiciaires. Poghosian avait démissionné de son poste en avril 2016 après avoir été accusé de posséder des comptes secrets offshore à la faveur de l’affaire des Panama papers. Plus tôt cette année, il avait néanmoins été élu au parlement arménien sur la liste du Parti républicain au pouvoir.

La première ministre Karen Karapetian s’est engagée à lutter contre les monopoles en particulier sur les importations lucratives peu de temps après avoir pris ses fonctions en septembre dernier. Mirakian et d’autres entrepreneurs ont commencé à importer des bananes dans la foulée de ces engagements en 2016. Le Comité du Revenu de l’État (SRC) avait réclamé en novembre que soient réprimés les individus qui, selon lui, avaient essayé d’entraver une livraison de bananes effectuée par l’un des nouveaux importateurs.

Mirakian a insisté sur le fait que sa société n’avait pas été confrontée à des « obstacles artificiels » au moment de ses importations de de 40 à 80 tonnes par mois de bananes . “Nous avons été l’une des premières [nouvelles entités] à introduire des bananes à la fin de l’année dernière“, a-t-il déclaré. “Nous avons continué notre commerce de bananes depuis lors.“

Il a également précisé que le dernier incident ne l’obligerait pas à fermer l’entreprise.

Selon la Commission d’État pour la protection de la concurrence économique (SCPEC), quelque 40 sociétés ont importé des bananes en Arménie l’année dernière. Le groupe Katrin représente 56 pour cent de ces importations, a déclaré un porte-parole de la Commission au service arménien de RFE / RL (Azatutyun.am).

posté le 13 août 2017 par Ara/armenews

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200

THEMES ABORDES : Arménie  Economie 


ECONOMIE
L’impact sur l’Arménie des sanctions américaines contre la Russie

Les hauts fonctionnaires du gouvernement arménien ont fait des déclarations contradictoires au sujet de l’impact possible sur l’Arménie des nouvelles sanctions économiques les États-Unis envers la Russie.

Les sanctions visant le secteur de l’énergie pourraient nuire encore davantage à l’économie russe que ce qui s’est passé en 2016 et 2015 au détriment des prix du pétrole. Les premières sanctions des Etats-Unis et de l’Union européenne avait affaiblit Moscou en 2014, et aggravés les problèmes économiques de la Russie.

La Russie est le partenaire commercial numéro un de l’Arménie et la principale source de transferts de plusieurs millions de dollars des Arméniens travaillant à l’étranger. D’où les craintes d’Erevan concernant les retombées des sanctions supplémentaires imposées par le Congrès des États-Unis à la fin du mois dernier.

“Les sanctions [contre la Russie] sont depuis longtemps en vigueur, mais comme vous pouvez le voir, notre économie s’est déjà adaptée », a déclaré jeudi le ministre arménien du Développement économique, Suren Karayan. “À l’heure actuelle, je ne vois pas de souci sérieux.“

Le ministre des Finances, Vartan Aramian, s’est montré moins optimiste dans une déclaration au service arménien de RFE / RL (Azatutyun.am) la semaine dernière. “Je ne pense pas que ces sanctions créeront le genre de situation sérieuse que nous avons vu en 2014-2015“, a-t-il déclaré. “Mais en tout cas, elle auront toute de même certainement un impact sur l’Arménie“.

Le vice-ministre des Affaires étrangères Shavarsh Kocharian a également admis jeudi qu’un nouveau ralentissement économique en Russie aurait des retombées sur l’Arménie. “Évidemment, quand il y a des développements négatifs dans l’économie russe, ils se répercutent sur tous les voisins de la Russie“, a-t-il déclaré aux journalistes.

Kocharian a déclaré que l’Arménie cherche maintenant à diversifier ses partenaires commerciaux étrangers dans l’espoir de minimiser l’impact des sanctions américaines. Karayan a également souligné l’importance de diversifier les exportations arméniennes. “Au cours de la première moitié de cette année, nos exportations vers l’Union économique eurasienne (dirigée par la Russie) ont augmenté de 25 pour cent, tandis que les exportations vers l’Union européenne ont augmenté de 20 pour cent“, a-t-il déclaré. “Nous essayons donc de diversifier nos marchés d’exportation“.

La semaine dernière, le gouvernement a dressé une liste prioritaire de 14 pays avec lesquels il recherchera des liens économiques plus étroits. La liste comprend la Russie, les États-Unis, la Chine et les principaux États membres de l’UE ainsi que la Géorgie et l’Iran voisins. Le gouvernement s’est engagé à favoriser l’augmentation des exportations arméniennes vers ces pays et à en attirer davantage d’investissements et de touristes.

posté le 12 août 2017 par Ara/armenews

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200

THEMES ABORDES : Arménie  Economie  Etats-Unis  Russie 


ECONOMIE
Une croissance accrue enregistrée dans l’industrie du diamant arménien

L’industrie de la transformation du diamant en Arménie, autrefois un secteur clé de l’économie nationale, a continué de croître rapidement cette année après une décennie de déclin qui a commencé au début des années 2000, selon les statistiques officielles.

D’après le Service national des statistiques (SNS), les entreprises arméniennes ont fabriqué 90 776 carats de diamants au premier semestre de 2017, en hausse de 53,5% par rapport à la même période en 2016.

Les diamants raffinés étaient l’élément d’exportation le plus important de l’Arménie tout au long des années 1990, offrant des emplois à des milliers de personnes. Le secteur a connu un moment difficile dans les années qui ont suivi en raison d’une foule de facteurs principalement externes, y compris une perte de fournisseurs fiables de diamants bruts.

La crise financière mondiale fin 2008 n’a fait qu’aggraver ce déclin, et la production de diamants arméniens a chuté de moitié en 2009 pour atteindre moins de 50 000 carats. La reprise lente du secteur s’est accélérée en 2013.

L’industrie a connu une croissance à deux chiffres en 2015. Sa production combinée a progressé de 54% en 2016, atteignant 125 431 carats. Le chiffre était encore bien inférieur au niveau de 2003, qui était alors de près de 290 000 carats enregistrés par le SNS. Les entreprises de transformation du diamant du pays employaient plus de 2 000 personnes à l’époque.

La plus grande de ces entreprises appartient à des investisseurs occidentaux qui leur fournissent principalement des diamants bruts africains. Le gouvernement arménien a longtemps tenté de faciliter les importations de plus de diamants non coupés en provenance de Russie, qui possède l’un des plus grands gisements de pierre précieuse au monde.

Le ministère arménien du Développement économique a déclaré mardi que l’un de ses hauts fonctionnaires, Gagik Mkrtchian, et l’ambassadeur d’Arménie en Russie, Vartan Toghanian, ont rencontré un ministre adjoint des Finances à Moscou cette semaine pour discuter des moyens de renforcer les approvisionnements russes en diamants. “Un accord a été conclu pour prendre des mesures le plus tôt possible“, a-t-il ajouté dans un communiqué.

Celui-ci cite Mkrtchian, déclarant que la mise en œuvre de l’accord contribuerait à la croissance continue dans le secteur arménien de transformation du diamant.

posté le 10 août 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ECONOMIE
Des investisseurs européens renouvellent leur intérêt pour l’usine Nairit

Des représentants d’une société d’investissement basée en Slovaquie ont annoncé hier qu’ils ont tenu de nouvelles négociations avec le gouvernement arménien sur leurs propositions visant à relancer la plus grande usine chimique d’Arménie, déclarée en faillite l’année dernière.

Ils ont révélé que la compagnie du Centre de financement du business européano-asiatique est toujours prête à investir 100 millions de dollars dans l’usine de Nairit, située dans la banlieue sud d’Erevan.

Le fabriquant du caoutchouc synthétique employait plusieurs milliers de personnes à l’époque soviétique. Depuis le début des années 1990, il lutte pour rester à flot, en changeant à plusieurs reprises de propriétaires et d’investisseurs étrangers, dans des montages supervisées par les gouvernements arméniens successifs.

Nairit n’a qu’une vingtaine d’employés puisque le gouvernement, qui contrôle maintenant l’usine endémique, a licencié 1 700 de ses travailleurs en janvier 2016. En novembre, un tribunal d’Erevan a déclaré la faillite de l’entreprise en raison de son défaut de pouvoir payer des factures d’électricité totalisant 2,6 millions de dollars.

La décision de la Cour est venue peu de temps après que les dirigeants du Centre de financement du business européano-asiatique dirigé par Ashot Grigorian, président arménien de l’entreprise, ont présenté au Premier ministre Karen Karapetian un plan visant à réactiver l’usine. Karapetian a effectivement rejeté ce plan, pensant qu’il n’était pas assez convainquant.

Lors d’une conférence de presse commune, Karen Israelian, ancien directeur exécutif de Nairit, et deux cadres supérieurs de la société enregistrée dans la capitale slovaque, Bratislava, ont révélé qu’ils étaient en pourparlers sur le sujet avec le vice-Premier ministre arménien Vache Gabrielian. Israelian semblait satisfait de ces négociations. “J’ai rapidement compris une chose : le gouvernement veut que Nairit fonctionne, mais n’a pas de solutions“, a-t-il commenté.

Israelian a également déclaré que les investisseurs européens pourraient relancer de grandes opérations de production à Nairit et créer au moins 1 500 emplois si le gouvernement lui accordait des allégements fiscaux.

Gary Neville, un autre représentant du Centre de financement du business européano-asiatique, a mis en garde sur le fait que la réactivation de Nairit serait un “processus long et difficile“. “Mais j’espère que nous signerons cette semaine un accord avec le gouvernement qui sera la première étape de ce long processus“, a t-il affirmé.

Jusqu’à présent, le gouvernement n’a fait aucune déclaration publique sur les négociations renouvelées avec les investisseurs intéressés par Nairit.

La Banque mondiale a plaidé contre les tentatives de relancer Nairit à la suite d’une vérification effectuée l’année dernière.

posté le 9 août 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Le gouvernement perçoit une amélioration du climat d’investissements

La Banque mondiale reconnaîtra qu’il y a une amélioration de l’environnement commercial en Arménie dans un rapport qui sera publié plus tard cette année, selon des responsables gouvernementaux à Erevan.

Le sondage Doing Business évalue les climats d’investissement dans le monde entier grâce à une gamme d’indicateurs spécifiques. L’Arménie était classée 38e sur 190 pays dans le classement le plus récent publié par la Banque mondiale l’automne dernier.

La Banque a trouvé des améliorations dans deux de ses dix catégories utilisées pour évaluer la facilité de s’engager dans l’activité entrepreneuriale : « Obtenir un crédit » et « Faire respecter les contrats ». Mais l’Arménie a continué à être mal notée dans quatre autres catégories : « Payer des impôts », « Résoudre l’insolvabilité , “Traiter les permis de construction“ et “Obtenir l’électricité“.

Le gouvernement s’est engagé à maintes reprises à résoudre les problèmes persistants dans ces domaines dans le cadre de ses efforts déclarés visant à améliorer l’environnement commercial. Le premier ministre Karen Karapetian a rencontré jeudi une vingtaine de ministres et d’autres hauts fonctionnaires pour discuter des progrès accomplis dans la mise en œuvre des mesures pertinentes promises par son cabinet.

Une déclaration du gouvernement a cité certains de ces responsables assurant que 20 des 49 mesures politiques prévues pour cette année ont déjà été prises. Ceux-ci incluent un soutien gouvernemental plus fort pour les petites et moyennes entreprises, une meilleure protection des investisseurs, un accès plus facile au crédit et des procédures plus simples pour l’enregistrement des biens et l’obtention de permis de construction.

Cela devrait aider l’Arménie à passer à la 26ème place dans le prochain sondage Doing Business qui sera publié d’ici la fin de cette année, ont indiqué les responsables, selon le communiqué.

“Nous devons déjà commencer à travailler sur le plan d’action 2018 pour améliorer l’environnement commercial de l’Arménie“, a précisé Karapetian.

Dans son programme de politique approuvé par le Parlement en juin, le gouvernement de Karapetian s’est engagé à ce que l’Arménie soit parmi les 20 premiers pays dans le classement de Doing Business, “à la suite de réformes ces quatre ou cinq prochaines années“. Il a promis non seulement de rationaliser les règles commerciales mais aussi de réformer l’administration fiscale et de lutter contre la corruption généralisée.

Les députés de l’opposition ont rejeté le programme quinquennal : pour eux, les autorités ne s’intéressent toujours pas aux véritables réformes économiques et politiques.

Certains analystes sont également sceptiques quant à l’impact pratique du classement de la Banque mondiale. “La position de l’Arménie dans le classement a toujours été élevée, mais cela n’a pas affecté la qualité de notre économie d’aucune façon“, a commenté Hayk Gevorgian, analyste économique du quotidien Haykakan Zhamanak. Il a souligné le déclin régulier de l’investissement direct étranger en Arménie ces dernières années.

Gevorgian a affirmé que le pays est confronté à des défis économiques plus graves tels que l’existence de monopoles d’entreprises liés au gouvernement, la corruption et le manque d’indépendance judiciaire. Un sondage de la Banque mondiale publié en 2013 a déclaré que les « oligopoles » contrôlent 68% de l’activité économique en Arménie, ce qui en fait l’économie la plus monopolisée de l’ex-Union soviétique.

Vahagn Khachatrian, un économiste affilié à l’opposition du Congrès national arménien (HAK), a expliqué que le gouvernement est concentré sur les enquêtes Doing Business uniquement à des fins de propagande. “C’est leur dernière étape pour satisfaire les structures internationales“, a-t-il dit.

posté le 7 août 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Colère dans un village où une grande route va être construite

Les résidents d’un village de la province de Lori, dans l’ouest de l’Arménie, ont accusé vendredi le gouvernement de ne pas les avoir indemnisé pour leurs terres confisquées afin que soit reconstruit une grande route traversant leur village.

Le village de Vahagnadzor chevauche une autoroute de 90 kilomètres s’étendant de la capitale provincial Vanadzor jusqu’à la frontière géorgienne. Le gouvernement a contracté plusieurs entreprises de construction pour la réhabiliter et l’étendre après avoir obtenu environ 120 millions de dollars de prêts auprès de deux banques internationales de développement. Les travaux routiers ont débuté en septembre dernier.

Vahagnadzor est l’un des nombreux villages du Lori qui ont eu leurs terrains adjacents à l’autoroute nationalisée pour le projet. Les responsables gouvernementaux ont promis que leurs propriétaires seraient indemnisés de manière adéquate.

“Je peux dire qu’ils nous ont trompés“, a déclaré le maire de Vahagnadzor, Edik Yeghoyan. Il a révélé qu’aucun des propriétaires d’une soixantaine de parcelles locales soumises à la confiscation n’avait été payé jusqu’à présent.

Yeghoyan a ajouté avoir envoyé une plainte écrite au gouvernement à Erevan la semaine dernière mais qu’il n’vait toujours pas reçu de réponse. Il va maintenant écrire au président Serge Sarkissian.

Eduard Bezoyan, directeur général de la société de construction Chanapar en charge de la section Vahagnadzor de l’autoroute, a toutefois insisté sur le fait que le gouvernement et les entrepreneurs privés paieront. Il a expliqué qu’un groupe de travail spécial mesurerait la perte de terrain de chaque famille de village et l’indemniserait en conséquence.

“C’est un problème résolu et il n’y a pas de complications“, a soulignéé Bezoyan. “C’est juste que certaines personnes créent des difficultés pour organiser un spectacle“.

Au moins une famille de Vahagnadzor, les Sargsian, a précisé qu’elle ne céderait aucun terrain quel que soit le montant de la compensation. La famille pense que l’autoroute élargie sera trop proche de leur maison et créera de sérieux risques pour la sécurité.

Le village compte environ 450 habitants. Le budget annuel de son administration ne représente que 8 millions de drams (17 000 $).

posté le 7 août 2017 par Claire/armenews


FORTUNES
Le site Reddit, propriété de l’arméno-américain Alexis Ohanian vaudrait 1,8 milliards de dollars

Le site communautaire de partage de liens Reddit qui appartient à l’arméno-américain Alexis Ohanian (34 ans), le fiancé de la championne de tennis Serena Williams a bénéficié de 200 millions d’investissements au cours derniers mois. Reddit serait aujourd’hui côté à 1,8 milliard de dollars annonce le portail Recode. Parmi les investisseurs de Redit, figurent des sociétés connues telles que Andreessen Horowitz, Sequoia Capital, Vy Capital ou Fidelity. Reddit a été fondé en 2005 à San Francisco par Alexi Ohanian et Steve Huffman.

Krikor Amirzayan

posté le 6 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Economie