Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Syrie


SYRIE-ROJAVA
Mort du commandant Arménien Noubar Ozanian en Syrie dans les combats contre l’Etat Islamique

Le commandant Arménien Noubar Ozanian -de son vrai nom Orhan Bakirdjian- a été tué le 14 août en Syrie lors des combats contre l’Etat Islamique. Noubar Ozanian combattait avec les forces kurdes contre les islamistes. Les sites kurdes en Turquie et en Syrie ont annoncé la nouvelle de sa disparition au combat. « Au Rojava (région kurde au nord de la Syrie) lors des combats héroïques contre les terroristes de l’Etat Islamique le 14 août le fédayi du peuple arménien, le commandant Noubar Ozanian a intégré l’armée des immortels » écrit le site kurde de Syrie du mouvement « Nouvelle jeunesse démocratique ». Le journal arménien d’Istanbul « Nor Zartonk » a également fait écho de la disparition le 14 août de Noubar Ozanian en annonçant la nouvelle « avec une grande tristesse ». Noubar Ozanian était né à Yozgat (Turquie) dans une famille arménienne pauvre. Il a fait ses études à l’école Karageuzian puis au Tbrévank. Il a ensuite rencontré les leaders des mouvements communistes de Turquie tels qu’Armenak Bakr et s’est engagé en tant que militant. A la fin des années 1980 il a rejoint les mouvements armés communistes et participé à nombre d’opérations. Il avait traduit en turc des œuvres du communiste arménien Stépan Chahoumian et de Lénine. Selon certaines informations il avait également participé aux combats de la lutte de libération de l’Artsakh (Haut-Karabagh). En Syrie Noubar Ozanian avait participé aux combats contre Daesh en tant que commandant dans les rangs de groupes armés kurdes marxistes-léninistes.

Krikor Amirzayan

posté le 17 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450  Karabagh  Kurdistan  Syrie 


CINEMA
400 personnes à Kessab (Syrie) pour la projection du film « The Promise »

Au village arménien de Kessab en Syrie -à la frontière avec la Turquie- plus de 400 personnes ont assisté dimanche 6 août à la projection du film « The Promise » de Terry George dont le thème est une histoire d’amour sous fond du génocide des Arméniens. La projection du film « The Promise » à Kessab était organisée par plusieurs associations arméniennes -dont le Hamazkaïne- en association avec l’Eglise catholique Saint Mikaël. Prenant la parole avant la projection, le père Nareg Louizian a dans un court discours expliqué l’objectif de ce film et a donné des informations. Il a également remercié toutes les associations qui se sont investies pour la réussite de cette soirée-projection.

Krikor Amirzayan

posté le 8 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Cinéma  Diaspora  Génocide  Image 450  Syrie 


ALEP
La cathédrale arménienne des Quarante-Martyrs d’Alep fortement endommagée lors de la guerre est en rénovation

Alep revit. La cathédrale arménienne des Quarante-Martyrs (en arménien : Սրբոց Քառասնից Մանկանց Մայր Եկեղեցի) d’Alep, fortement endommagée par les islamistes lors des affrontements est en rénovation.

JPEG - 59.8 ko

Cette rénovation nécessitera au minimum deux années de travaux importants. Mains malgré les dégâts importants subis, la cathédrale des Quarante-Martyrs continue de sonner ses cloches, pour la grande joie des habitants du quartier d’Alep. Le matériel pour la rénovation est déjà arrivé et grâce à la solidarité des communautés chrétiennes mais également musulmanes, la cathédrale des Quarante-Martyrs -datant de plus de cinq siècle- sera rénovée, pour la plus grande joie des fidèles et des habitants du quartier.

Krikor Amirzayan

posté le 13 juillet 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Alep  Diaspora  Image 450  Syrie 


Photo du jour
Les Arméniens de Syrie en première ligne
Les Arméniens de Syrie n’hésitent pas à afficher leur origine dans le combat contre les terroristes du prétendu État islamique.
posté le 11 juillet 2017 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Photo  Syrie 


DIASPORA
L’Arménie annonce l’arrivée de nouveaux réfugiés syriens en 2017

Les ressortissants syriens d’origine arménienne ont continué à immigrer en Arménie cette année en raison du conflit syrien, a déclaré vendredi le ministre de la Diaspora, Hranush Hakobian.

Hakobian a ajouté qu’environ 300 Arméniens Syriens se sont réfugiés en Arménie depuis le début de l’année.

L’afflux de réfugiés semble se poursuivre, quoiqu’à une échelle réduite, malgré la réduction des combats intenses à Alep, où vivaient la plupart des membres de la communauté arménienne d’avant-guerre. Les troupes gouvernementales syriennes ont regagné le contrôle total de la ville dévastée en décembre.

Selon le gouvernement arménien, environ 22 000 Arméniens Syriens ont fui en Arménie depuis le début du conflit en 2011. Certains ont migré en Europe et en Amérique du Nord pour des raisons essentiellement économiques.

Beaucoup d’entre eux ont du mal à trouver un emploi dans le pays touché par le chômage. Certains ont ouvert des magasins, des restaurants et d’autres petites entreprises, en s’appuyant sur leur expérience commerciale acquise en Syrie. Le gouvernement arménien a encouragé cet entrepreneuriat en subventionnant les prêts commerciaux qui leur sont accordés par les banques locales.

Dalita Degirmenjian et son mari Hovannes, qui ont fui Alep il y a trois ans, ont ouvert une petite pâtisserie au début de l’année.

D’après Degirmenjian, la nourriture syrienne devient de plus en plus populaire auprès des Arméniens, habitués à une cuisine différente et moins épicée. « Mon produit le plus recherché est le katayef », a-t-elle précisé, indiquant un dessert arabe traditionnel, qu’elle confectionne elle-même.

« Nous nous sommes habitués à l’Arménie », a-t-elle déclaré. « Nous ne retournerons [en Syrie] que pour vendre notre maison et notre boutique ».

Selon elle, le plus grand problème auquel sa famille est confronté en Arménie est le prix des logements. La location d’un appartement à Erevan reste un lourd fardeau financier.

Un autre réfugié originaire d’Alep, Kevork Sukiasian, 22 ans, possède un salon de coiffure dans la même zone commerciale. « Dieu merci, nous avons beaucoup de clients », a-t-il déclaré. « Nous sommes satisfaits ».

Sukiasian n’a pas non plus l’intention de retourner en Syrie. Il a toutefois déclaré que, bien qu’il ait élargi son activité au cours des trois dernières années, il trouve sa croissance extrêmement problématique. « Vous ne pouvez pas aller de l’avant dans cette ville parce que la principale difficulté est que tout coûte cher », a-t-il expliqué. Le jeune homme s’est également plaint des taxes plus élevées en Arménie.

Hakobian considère que « chaque entrepreneur rêve de payer moins d’impôts et de développer ses affaires. Bien sûr, il existe des différences entre les législations fiscales syrienne et arménienne, mais je pense que nos [Arméniens Syriens] s’adaptent ».

Selon le ministère de la Diaspora, environ 2 000 jeunes Arméniens Syriens étudient actuellement dans les écoles arméniennes, tandis que 500 autres sont inscrits dans les universités locales.

L’Union Européenne a annoncé le 20 juin qu’elle fournirait plus de 3 millions de dollars d’aide aux réfugiés syriens en Arménie. Ce financement les soutiendra « en améliorant l’accès aux soins et aux services psychosociaux, en améliorant les conditions de logement, en augmentant l’accès aux opportunités économiques et en facilitant l’intégration des écoliers et des étudiants ».

posté le 3 juillet 2017 par Claire/armenews


DIPLOMACIE
Retour des vols entre Alep et Erevan

Un avion commercial syrien est arrivé mercredi à Erevan depuis Damas, marquant la reprise officielle des vols réguliers entre l’Arménie et la Syrie qui ont été arrêtés il y a quatre ans.

L’avion, appartenant au transporteur privé syrien Cham Wings Airlines, a atterri à l’aéroport international de Zvartnots avec plus de 100 passagers à bord, la plupart syriens d’origine arménienne. Les fonctionnaires arméniens et l’ambassadeur de Syrie à Erevan ont participé à la cérémonie d’accueil qui a eu lieu à cette occasion.

Cham Wings doit effectuer des vols hebdomadaires entre les capitales syrienne et arménienne au moins jusqu’à la fin de cet été. Il n’y a pas encore de plans pour restaurer les vols commerciaux entre Erevan et Alep, l’ancienne plus grande ville de Syrie, aujourd’hui ravagée par la guerre civile.

Un service de vol Alep-Yerevan a été exploité par les compagnies aériennes nationales syrienne et arménienne jusqu’à fin 2012. Il a été interrompu lorsque les nombreux combats entre les troupes du gouvernement syrien et les forces rebelles ont atteint la ville et son aéroport. Le régime du président syrien Bashar al-Assad a regagné le contrôle total d’Alep à la fin de l’année dernière.

La Syrie accueillait environ 80 000 Arméniens avant le début du conflit en 2011. La plupart d’entre eux vivaient à Alep. On considère que seuls quelques milliers d’arméniens syriens y résident encore.

Les arméniens d’Alep étaient parmi les passagers de Cham Wings arrivés à Erevan. « Nous espérons nous reposer et oublier nos chagrins ici à Erevan », a déclaré l’une d’entre eux, Suzan Gabrielian, à des journalistes.

Gabrielian et sa famille, qui ont des parents en Arménie, visitent pour la première fois leur patrie ancestrale. « Nous espérons que les arméniens retourneront à Alep », a-t-elle déclaré. « C’est vrai, notre patrie est ici, mais notre lieu de naissance est là-bas. »

Une autre arménienne d’Alep, Nora Abusefian, a également été « très heureuse » du renouvellement des vols vers l’Arménie. « Nous ne nous sommes pas vus depuis plus de trois ans et demi », a-t-elle déclaré en étreignant sa sœur qui vit à Yerevan.

posté le 29 juin 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



GÉOPOLITIQUE
Le Conseil de Sécurité arménien a discuté des tensions au Moyen Orient

Le Conseil de Sécurité Nationale arménien a discuté mardi de la situation au Moyen-Orient, en présence du président Serge Sarkissian qui a alerté sur les « développements défavorables » qui pourraient affecter les communautés arméniennes en Syrie et dans la région.

Selon le bureau de presse de Sarkissian, le ministre des Affaires Étrangères Edouard Nalbandian a informé le bureau présidentiel sur les « événements qui ont eu lieu au Moyen-Orient et leur impact sur les communautés arméniennes ». Le bureau n’a donné aucun détail sur les remarques de Nalbandian.

La déclaration a annoncé que Sarkissian a chargé le ministère arménien des Affaires Étrangères ainsi que d’autres organes étatiques compétents de « continuer à prendre des mesures » visant à assurer la sécurité des Arméniens vivant dans la région. Il leur a également chargé de demander une assistance internationale continue pour les réfugiés arméniens syriens et « d’être prêts à réagir à d’éventuels développements défavorables » tout en renforçant les liens de l’Arménie avec les pays arabes.

La Syrie accueillait environ 80 000 Arméniens jusqu’à l’éclatement du conflit il y a cinq ans. La plupart d’entre eux ont fui le pays depuis.

On estime que plus de 15 000 Arméniens syriens se sont réfugiés en Arménie. Beaucoup d’entre eux ont rencontré des difficultés à trouver un emploi dans le pays touché par le chômage. Le gouvernement arménien, aux ressources monétaires limitées, a été incapable de leur fournir une aide matérielle suffisante.

L’Union Européenne a annoncé la semaine dernière qu’elle fournirait plus de 3 millions de dollars d’aide aux ressortissants syriens vivant en Arménie. Elle a déclaré que ce financement les soutiendra « en améliorant l’accès à la santé et aux services psychosociaux, en améliorant les conditions de logement, en augmentant l’accès aux opportunités économiques et en facilitant l’intégration des écoliers et des étudiants ».

L’Arménie est l’un des rares pays ayant encore des missions diplomatiques en Syrie. Le pays entretient des relations non seulement avec le régime syrien, mais aussi avec des États régionaux tels que les Émirats Arabes Unis et le Qatar qui ont soutenu des rebelles qui combattent le régime du président Bashar al-Assad.

Nalbandian a visité le Qatar ce mois-ci. Il aurait réaffirmé l’intention d’Erevan d’approfondir les liens avec la monarchie du Golfe.

Lundi, le magazine « The Economist » a cité des fonctionnaires du ministère de la Diaspora Arménienne - restés anonymes - qui ont déclaré qu’ils « prévoient des plans d’urgence en cas d’émergence d’un nouveau conflit au Liban », qui a également une importante communauté arménienne. Les fonctionnaires d’Erevan n’ont fait aucune déclaration publique à cet effet.

posté le 28 juin 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE-REFUGIES SYRIENS
L’Europe va allouer 3 millions d’euros d’aide à l’Arménie pour les réfugiés de Syrie

Dans le cadre de son plan d’aide aux pays abritant des réfugiés originaires de Syrie, l’Europe va allouer une aide financière de 275 millions d’euros. Selon l’agence de presse arménienne Armenpress, les pays bénéficiant de cette aide européenne sont la Turquie, le Liban, la Jordanie, l’Irak, les pays du sud des Balkans et l’Arménie. L’Arménie qui abrite plus de 22 000 réfugiés de Syrie -pour leur très grande majorité d’origine arménienne- va recevoir 3 millions d’euros. Un montant qui financera les secteurs de la santé, du logement et des projets économiques, ainsi que l’éducation des enfants des réfugiés. Le ministère arménien de la Diaspora a indiqué il y a quelques jours que plus de 22 000 réfugiés de Syrie se trouvaient actuellement en Arménie.

Krikor Amirzayan

posté le 23 juin 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450  Syrie 


HUMANITAIRE
L’UE va aider financièrement les Syriens réfugiés en Arménie

L’Union européenne a annoncé hier qu’elle allait allouer 3 millions d’euros (3,3 millions de dollars) pour venir en aide aux milliers de citoyens arméniens de Syrie qui se sont réfugiés en Arménie au cours des dernières années.

Cette aide fait partie d’un ensemble de 275 millions d’euros que l’Europe va donner pour aider des millions de réfugiés syriens installés en Turquie, au Liban, en Jordanie, en Irak et dans d’autres pays.

La Commission européenne a déclaré que la somme réservée aux Arméniens syriens vivant dans leur patrie ancestrale permettra « d’améliorer l’accès à la santé et aux services psychosociaux, les conditions de logement, d’augmenter l’accès aux opportunités économiques et de faciliter l’intégration des écoliers et des étudiants ».

La Syrie a accueilli environ 80 000 Arméniens avant le déclenchement de la guerre civile dévastatrice il y a cinq ans. Pas plus de 10 000 d’entre eux seraient encore dans le pays ravagé par la guerre désormais.

Plus de 16 000 Arméniens syriens ont fui vers l’Arménie. Beaucoup d’entre eux se battent pour joindre les deux bouts dans le pays frappé par le chômage.

Le gouvernement arménien a été incapable de leur fournir une assistance matérielle d’importance. Il n’a même pas réussi jusqu’à maintenant à recueillir une aide à grande échelle pour les migrants en demandant à des sources extérieures. Le financement de l’UE est la plus importante allocation d’aide étrangère à ce jour.

S’appuyant sur leur expérience commerciale en Syrie, certains Arméniens syriens ont ouvert de petites entreprises comme des restaurants et des entreprises de fabrication en Arménie. Le gouvernement a encouragé l’entrepreneuriat en subventionnant les prêts commerciaux qui leur sont accordés par les banques commerciales locales.

Des dizaines d’entreprises créées par les Arméniens syriens ont démontré leurs produits et services lors d’une foire parrainée par l’Allemagne qui s’est tenue à Erevan en mai 2016. L’exposition de quatre jours visait à faciliter leur intégration économique en Arménie.

posté le 21 juin 2017 par Claire/armenews