Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Syrie


ARMENIE-REFUGIES SYRIENS
L’Europe va allouer 3 millions d’euros d’aide à l’Arménie pour les réfugiés de Syrie

Dans le cadre de son plan d’aide aux pays abritant des réfugiés originaires de Syrie, l’Europe va allouer une aide financière de 275 millions d’euros. Selon l’agence de presse arménienne Armenpress, les pays bénéficiant de cette aide européenne sont la Turquie, le Liban, la Jordanie, l’Irak, les pays du sud des Balkans et l’Arménie. L’Arménie qui abrite plus de 22 000 réfugiés de Syrie -pour leur très grande majorité d’origine arménienne- va recevoir 3 millions d’euros. Un montant qui financera les secteurs de la santé, du logement et des projets économiques, ainsi que l’éducation des enfants des réfugiés. Le ministère arménien de la Diaspora a indiqué il y a quelques jours que plus de 22 000 réfugiés de Syrie se trouvaient actuellement en Arménie.

Krikor Amirzayan

posté le 23 juin 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450  Syrie 


HUMANITAIRE
L’UE va aider financièrement les Syriens réfugiés en Arménie

L’Union européenne a annoncé hier qu’elle allait allouer 3 millions d’euros (3,3 millions de dollars) pour venir en aide aux milliers de citoyens arméniens de Syrie qui se sont réfugiés en Arménie au cours des dernières années.

Cette aide fait partie d’un ensemble de 275 millions d’euros que l’Europe va donner pour aider des millions de réfugiés syriens installés en Turquie, au Liban, en Jordanie, en Irak et dans d’autres pays.

La Commission européenne a déclaré que la somme réservée aux Arméniens syriens vivant dans leur patrie ancestrale permettra « d’améliorer l’accès à la santé et aux services psychosociaux, les conditions de logement, d’augmenter l’accès aux opportunités économiques et de faciliter l’intégration des écoliers et des étudiants ».

La Syrie a accueilli environ 80 000 Arméniens avant le déclenchement de la guerre civile dévastatrice il y a cinq ans. Pas plus de 10 000 d’entre eux seraient encore dans le pays ravagé par la guerre désormais.

Plus de 16 000 Arméniens syriens ont fui vers l’Arménie. Beaucoup d’entre eux se battent pour joindre les deux bouts dans le pays frappé par le chômage.

Le gouvernement arménien a été incapable de leur fournir une assistance matérielle d’importance. Il n’a même pas réussi jusqu’à maintenant à recueillir une aide à grande échelle pour les migrants en demandant à des sources extérieures. Le financement de l’UE est la plus importante allocation d’aide étrangère à ce jour.

S’appuyant sur leur expérience commerciale en Syrie, certains Arméniens syriens ont ouvert de petites entreprises comme des restaurants et des entreprises de fabrication en Arménie. Le gouvernement a encouragé l’entrepreneuriat en subventionnant les prêts commerciaux qui leur sont accordés par les banques commerciales locales.

Des dizaines d’entreprises créées par les Arméniens syriens ont démontré leurs produits et services lors d’une foire parrainée par l’Allemagne qui s’est tenue à Erevan en mai 2016. L’exposition de quatre jours visait à faciliter leur intégration économique en Arménie.

posté le 21 juin 2017 par Claire/armenews


ARMENIE-SYRIE
22 000 Arméniens de Syrie vivent aujourd’hui en Arménie selon un responsable du ministère de la Diaspora

Le 10 juin lors d’une conférence de presse à Erévan, Levon Antonyan le responsable du département du Moyen Orient au sein du ministère arménien de la Diaspora a affirmé que l’Arménie compte actuellement près de 22 000 réfugiés Arméniens originaires de la Syrie. L. Antonyan a également précisé que la majeure partie de ces Arméniens de Syrie ont obtenu la citoyenneté arménienne. «  Nous tentons de réaliser des initiatives et manifestations culturelles et économiques afin de soutenir leur intégration. Un nombre important de ces Arméniens de Syrie ayant réussi à développer en Arménie leur business avec du succès. » Cette activité des Arméniens de Syrie au sein de l’économie arménienne serait sensible selon le représentant du ministère de la Diaspora. Levon Antonyan a confié « pour nous, la présence de la communauté arménienne en Syrie est également importante ».

Krikor Amirzayan

posté le 20 juin 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450  Syrie 


Conférence
Justice pour les Chrétiens d’Orient !

La 4e conférence de la commission ouverte Paris-Arménie du Barreau de Paris organisée par Vincent Nioré et Sévag Torossian, s’est déroulée le 14 juin 2017 à la Maison du Barreau.

JPEG - 185.1 ko

« Quelle justice pénale pour les Chrétiens d’Orient ? » C’est autour de ce thème que sont intervenus d’éminents avocats et spécialistes en présence du Vice-Bâtonnier, Dominique Attias.

JPEG - 256.4 ko

Patrick Karam, Vice-Président du Conseil Régional d’Ile-de-France et Président de la CHREDO (Coordination des Chrétiens d’Orient en Danger) a présenté un état des lieux concret de la situation des minorités persécutées en Orient, les enjeux géopolitiques et les procédures en cours incriminant Daech auprès des instances internationales telles que la Cour Pénale Internationale.

JPEG - 388.3 ko

EliseBoghossian, acupunctrice, Présidente de l’ONG EliseCare, a livré un témoignage poignant. Elle a partagé son expérience du terrain notamment dans les zones de guerre en Irak et en Syrie en évoquant les traumatismes irréparables des enfants et des femmes Chrétiennes et Yezidis victimes des pires sévices.

JPEG - 375.1 ko

Le Professeur agrégé Didier Rebut s’est interrogé sur la compétence juridictionnelle de la Cour pénale internationale, ainsi que des juridictions nationales, pour juger de crimes commis sur les territoires concernés. . Il a souligné la difficulté de l’apport de preuves dans le cadre de l’ouverture d’une enquête.

JPEG - 404 ko

David Lévy, Avocat au Barreau de Paris, s’est livré à un examen technique des incriminations qui pourraient être visées, la Cour pénale internationale ayant pour vocation de juger les crimes les plus graves, à savoir les crimes contre l’humanité, génocide et crimes de guerre. Il s’est aussi interrogé sur la nature juridique des victimes, à savoir si les « Chrétiens d’Orient » pouvaient être considérés comme un groupe visé par les textes.

JPEG - 456.6 ko

La destruction des biens culturels a été développée par Anne-Sophie Nardon, Avocat au Barreau de Paris, experte en droit de l’art. Elle a souligné le consensus qui entoure les questions relatives à la destruction du patrimoine culturel et religieux pouvant être une approche inédite de la quête de justice.

JPEG - 354.6 ko

Enfin Sévag Torossian, Avocat au Barreau de Paris, a conclu les travaux autour d’une question épineuse : vers le procès de Daech ? La Cour pénale internationale parait aujourd’hui incompétente pour juger de crimes commis sur les territoires de Syrie et d’Irak, sauf saisine par le Conseil de sécurité de l’ONU, bloqué par le véto de la Chine et de la Russie. Mais en réalité, un « procès pragmatique » a déjà commencé sous une autre forme que les « procès symboliques » du vingtième siècle, à savoir les racines financières, le gel des avoirs et le listing de toutes les personnes et entités liées à Daech, en application de la résolution 2253 de 2015.

JPEG - 364.1 ko

La soirée a été animée par Vincent Nioré, Avocat au Barreau de Paris, ancien Membre du Conseil de l’Ordre, qui a salué la qualité des interventions et conclu, après avoir donné la parole au public, en émettant le vœu que le gouvernement français se saisisse de cette question de la défense des minorités chrétiennes en Orient.

Reportage photo : Jean-Manouk Yérémian

posté le 18 juin 2017 par Jean Eckian/armenews

THEMES ABORDES : France  Irak  Syrie 


FOOTBALL-SYRIE
L’Arménien Mardik Mardikian, attaquant de l’équipe nationale de Syrie auteur du but syrien face au Japon (1-1) en match amical à Tokyo

En match amical à Tokyo entre le Japon et la Syrie (1-1) mercredi 6 juin, l’attaquant international syrien d’origine arménienne, Mardik Mardikian (25 ans, né à Lattaquié) s’est distingué. A la 48e minute Mardik Mardikian de la rencontre, il a ouvert le score pour la Syrie reprenant un tir de la tête dans la surface de réparation nippone. Les Japonais revenant au score pour égaliser par Yasuyuki Konno (58e).

Mardik Mardikian est le fils du célèbre footballeur arménien de Syrie, Kévork Mardikian. Mardik Mardikian a été sélectionné pour la première fois dans l’équipe nationale de Syrie en août 2012 en match amical face à l’Inde. Son premier but en sélection nationale syrienne fut inscrit le 24 mai 2014 en match amical face au Liban. La rencontre étant terminée sur le score de 2-2. Mardik Mardikian participe avec l’équipe de Syrie aux éliminatoires du mondial 2018.

Krikor Amirzayan

posté le 8 juin 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Sports  Syrie 


AVIATION-ARMENIE
Vols réguliers Erévan-Damas à partir du 21 juin par la compagnie Sham Wings

Le 21 juin la compagnie aérienne syrienne Sham Wings débutera les vols réguliers Damas-Erévan-Damas. A raison d’un vol hebdomadaire -le mercredi- ainsi la capitale de la Syrie -qui compte une petite communauté arménienne de quelques milliers de membres- sera reliée à l’Arménie. L’agence Kilikia Travel (d’Alep) qui a ses bureaux actuellement à Erévan (16 rue Machtots) commercialise les billets Erévan-Damas à 150 dollars à titre promotionnel pour le premier vol du 21 juin. Ensuite les billets seront de 280 à 290 dollars.

Krikor Amirzayan

posté le 7 juin 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Damas  Image Panoramique  Syrie  Transports 


SYRIE
Prochaine rencontre le 12 et 13 juin à Astana, selon Moscou

Moscou, (AFP) - Une nouvelle séance de discussions dans les pourparlers de paix pour la Syrie, sous l’égide de la Russie, l’Iran et la Turquie, devrait avoir lieu le 12 et 13 juin à Astana au Kazakhstan, a annoncé samedi la diplomatie russe.

“Une nouvelle rencontre à Astana est prévue pour les 12 et 13 juin“, a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Guennadi Gatilov, cité par l’agence Interfax.

Selon M. Gatilov, des invitations ont d’ores et déjà été envoyées aux représentants des rebelles syriens.

Damas a “reçu une invitation à participer à une nouvelle rencontre à Astana, les 12 et 13 de ce mois“, a confirmé l’ambassadeur syrien à Moscou Riyad Haddad, cité par l’agence Ria Novosti.

Parallèlement, deux sources de l’opposition syrienne ont affirmé n’avoir pour l’instant rien reçu.

Le Kazakhstan, pays hôte, a dit ne pouvoir “ni confirmer ni démentir“ qu’une nouvelle date ait été retenue.

Lors des derniers pourparlers en mai, la Russie et l’Iran, alliés de Bachar al-Assad, et la Turquie, soutien des rebelles, avaient adopté un plan russe visant à créer des zones sécurisées pour instaurer une trêve durable dans plusieurs régions.

Une baisse marquée des combats a depuis été enregistrée dans ces zones, mais certains problèmes importants restent à négocier.

Selon cet accord, les pays garants avaient jusqu’à dimanche soir pour définir les contours de ces zones, qui sont instaurées avec une validité initiale de six mois avec possibilité de prolongation, et décider quels pays devraient envoyer des forces sur place pour faire respecter l’accord.

posté le 4 juin 2017 par Ara/armenews


ETATS-UNIS/SYRIE/TURQUIE
Washington promet la transparence sur les armes livrées aux Kurdes syriens

Washington, 1 juin 2017 (AFP) - Les Etats-Unis seront “transparents“ avec la Turquie sur les armes livrées aux Kurdes syriens pour soutenir l’offensive contre les jihadistes à Raqa, a déclaré jeudi un porte-parole de la coalition.

Washington vient de commencer à livrer des armes aux milices kurdes syriennes YPG, principale composante des Forces démocratiques syriennes que Washington considère comme son allié le plus efficace face à l’EI en Syrie.

Mais cette décision a provoqué la colère d’Ankara, qui considère les YPG comme une organisation terroriste et une menace pour son territoire national.

“Nous sommes transparents avec la Turquie sur le détail de ce que nous fournissons“ aux milices kurdes syriennes, a indiqué le colonel américain Ryan Dillon, un porte-parole de la coalition qui s’exprimait en vidéoconférence depuis Bagdad.

Les Etats-Unis conservent ainsi dans une base de données la liste des numéros de série des armements fournis, qu’ils fourniront à la Turquie, a-t-il dit. “Nous partagerons cette information avec nos alliés au nord“ de la Syrie, a-t-il expliqué.

Le Pentagone a annoncé mardi que les Etats-Unis avaient commencé à livrer des armes légères et des véhicules blindés aux Kurdes syriens.

Les livraisons comprendront aussi des armes anti-chars, qui sont nécessaires pour détruire les voitures piégées blindées que les jihadistes lancent régulièrement sur leurs ennemis, a expliqué le colonel Dillon.

Le porte-parole n’a pas précisé quelle serait la nature de ces armes anti-chars, lance-roquettes ou missiles filo-guidés notamment.

Le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu a appelé mercredi Washington à “revenir sur cette erreur“, estimant que la livraison d’armes aux YPG était “extrêmement dangereuse“

posté le 2 juin 2017 par Ara/armenews


REVUE DE PRESSE - KONBINI
À la redécouverte de la Syrie des années 1950 grâce à des photos retrouvées

Légende : Marie-Rose Krikorian (à gauche) au restaurant avec des amis au Liban, vers 1959.

Une photographe russe a exhumé des photos de Syriens dans les années 1950, qu’elle a publiées dans un projet d’archives intitulé On The Street Called Straight afin de se rappeler à quoi ressemblait le pays - et de remettre les pendules à l’heure.

Xenia Nikolskava a sélectionné quatre séries de photos qui couvrent trois décennies, des années 1950 aux années 1980. L’Œil de la photographie a publié des photos relatives à deux individus différents. La première s’intéresse à Adel Bassem, un pompier et coach sportif, seul ou accompagné de ses amis, qui pose avec ce charme si distinct des acteurs de l’époque. Le reste des photos est centré autour de Marie-Rose Krikorian (sûrement d’origine arménienne) et de sa famille. Au restaurant avec des amis, dansant en couple ou exhibant son dernier brushing devant l’objectif, Marie-Rose semble mener une vie agréable et plutôt fastueuse.

En présentant ces personnes et leur quotidien d’alors, Nikolskava rend presque familiers de parfaits inconnus à travers lesquels elle délivre un message politique et social, puisqu’elle souhaite bouleverser les préjugés que peuvent avoir certains habitants à l’égard de ces Syriens qui ont été obligés de quitter leur beau pays ravagé par la guerre.

Lire tout l’article : http://cheese.konbini.com/photos/redecouverte-syrie-annees-1950-grace-photos-retrouvees/

posté le 16 mai 2017 par Claire/armenews