Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Karapetian


ARMENIE
Le gouvernement promet une réforme fondamentale du régime fiscal

Le gouvernement arménien envisage des changements « fondamentaux » dans ses services fiscaux et douaniers visant à lutter contre la corruption parmi ses employés, a déclaré vendredi le Premier ministre Karen Karapetian.

M. Karapetian a fait ces assurances lors d’une réunion ordinaire de son Conseil de lutte contre la corruption comprenant non seulement des représentants du gouvernement mais aussi des représentants de la société civile. La corruption chronique au sein du Comité du Revenu de l’Etat (SRC) était l’une des questions à l’ordre du jour de la réunion.

Karen Zadoyan, de l’Association des avocats arméniens, a présenté les conclusions d’une étude sur les « risques de corruption » dans la SRC et a proposé des mesures pour y remédier.

Armen Sakapetoyan, chef adjoint de la SRC, a déclaré que certaines de ces propositions sont en retard parce que son agence composée des services nationaux de la fiscalité et des douanes est déjà en pleine réforme.

Karapetian a fait écho à cette affirmation, expliquant que le nouveau leadership de SRC installé par lui récemment a mis au point un « document plus vaste sur les risques de corruption dans le système de taxe. » « Croyez-moi, nos intentions concernant les changements dans la SRC sont beaucoup plus profondes et beaucoup plus fondamentales, », a t-il assurer.

La corruption au sein de l’agence de recouvrement des impôts est depuis longtemps endémique. Beaucoup de cadres supérieurs de la SRC sont soupçonnés d’avoir de nombreux intérêts commerciaux à cause de cela.

Vartan Harutiunian, le chef actuel de la SRC nommé en octobre, est un personnage proche de Karapetian. Harutiunian a déclaré fin décembre qu’il a l’intention de supprimer les “éléments corrompus et malsains“ de la SRC. Il a également promis une action plus sévère contre l’évasion fiscale.

Zadoyan a déclaré que le ministère arménien des Finances a accepté de prendre au moins la moitié des 36 mesures de lutte contre la corruption dans ce domaine qui ont été recommandées par lui. Karapetian, pour sa part, a chargé le ministère de présenter de telles mesures à la prochaine réunion du conseil.

Artak Manukian, expert économique de la filiale arménienne de Transparency International, a salué la volonté de Karapetian de coopérer avec les groupes civiques dans sa lutte déclarée contre la corruption.

“Mais cela ne signifie pas nécessairement que les choses s’amélioreront immédiatement“, a nuancé Manukian. “Cela signifie simplement que nous avons la possibilité d’améliorer la législation.“

Manukian a mis en garde que les changements législatifs à eux seuls ne feront pas la différence à moins qu’ils ne soient dûment appliqués par les autorités. “Si la loi vous permet de punir les fonctionnaires corrompus, mais que vous ne les punissez pas, vous ne parviendrez jamais à améliorer le processus“, a t-il averti.

posté le 20 février 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Selon le HHK, la nouvelle Constitution n’empêchera pas Karen Karapetian de rester PM

La Constitution nouvellement amendée n’empêchera pas le Premier ministre Karen Karapetian de conserver son poste l’année prochaine après l’entrée en vigueur de ces changements, a souligné hier un des principaux membres du Parti républicain.

Les amendements constitutionnels permettent, entre autres, le passage de l’Arménie à un système de gouvernement parlementaire dès la fin du second mandat du président Serge Sarkissian en avril 2018.

L’un des amendements exige que tous les membres du nouveau gouvernement qui sera formé à ce moment-là aient « résidé de façon permanente » en Arménie depuis quatre ans. Le Code électoral arménien précise qu’ils doivent avoir séjourné dans le pays pendant au moins 731 jours sur une période de quatre ans.

Karapetian a travaillé en Russie à partir de 2011 jusqu’à ce que Sarkissian le nomme Premier ministre en septembre 2016. Les commentateurs arméniens ont suggéré qu’il ne serait donc pas éligible pour garder ce poste en avril 2018.

Vahram Baghdasarian, qui dirige la faction parlementaire du parti HHK, a contesté ce point de vue. “Nous avons encore environ deux ans avant avril 2018, et si nous faisons ces calculs conformément à la lettre de la loi, cette question sera réglée“, a t-il commenté.

Interrogé sur la question de savoir s’il croit que Karapetian peut demeurer Premier ministre en 2018, Baghdasarian a répondu : “J’en suis sûr et je ne suis pas le seul, c’est le cas aussi de spécialistes font ces calculs. Je pense que la question ne se posera pas.“

L’obligation de résidence de quatre ans s’applique déjà aux personnes souhaitant participer aux prochaines élections législatives arméniennes. Les représentants du HHK expliquent que c’est la raison pour laquelle Karapetian n’a pas été inclus sur la liste des candidats du parti. A la tête de cette liste se trouve le ministre de la Défense, Vigen Sargsian.

Le président Sarkissian a clairement indiqué en novembre que Karapetian resterait Premier ministre si le parti au pouvoir remporte les élections de 2017. Mais il n’a pas dit s’il a l’intention de succéder à Karapetian ou d’installer un autre Premier ministre en avril 2018.

Certains dirigeants arméniens de l’opposition prétendent que Sarkissian a amendé la constitution en 2015 afin de pouvoir étendre son pouvoir en devenant Premier ministre ou président du Parlement. Mais il a également été suggéré qu’il envisage de continuer à exercer une forte influence sur les affaires gouvernementales après avril 2018 seulement en sa qualité de président du HHK.

Baghdasarian a refusé de faire la lumière sur l’avenir politique de Sarkissian, en lâchant seulement que ce dernier ne sera certainement pas le président de la prochaine Assemblée nationale. Il a également souligné le fait que Sarkissian n’est pas parmi les candidats du HHK aux prochaines élections. Le président veut ainsi éviter les nouvelles allégations de l’opposition selon lesquelles le parti au pouvoir utiliserait les ressources du gouvernement pour remporter les élections du 2 avril, a ajouté Baghdasarian.

posté le 16 février 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ECONOMIE
Karen Karapetian veut stimuler les investissements en Arménie

Le Premier ministre Karen Karapetian a réitéré hier les promesses de son gouvernement d’aider à injecter des centaines de millions de dollars dans l’économie et les infrastructures publiques de l’Arménie cette année.

Karapetian a déclaré que le gouvernement récemment réorganisé a reçu 471 propositions d’investissement de sociétés privées, de divers ministères du gouvernement et des communautés locales à travers le pays. Le gouvernement considère que 345 de ces projets, d’une valeur combinée de 3,2 milliards de dollars, sont « réalistes » et estime qu’au moins 830 millions de dollars de la somme nécessaire peuvent être investis en 2017.

“Ces programmes ont des sources de financement et des partenaires“, a déclaré M. Karapetian aux étudiants de l’Université d’Etat d’Erevan. “Ils seront financés à partir de différentes sources, y compris le budget de l’Etat arménien, les budgets communautaires et le secteur privé.“ Il n’a pas précisé ces sources.

“Je tiens également à vous informer que, outre ces projets d’une valeur de 3,2 milliards de dollars, le gouvernement envisage actuellement 79 autres projets d’une valeur de 5,3 milliards de dollars“, a ajouté le Premier ministre. “Nous accordons une attention particulière à cette question, car il est important d’avoir l’impression qu’il est possible sible d’investir, de gagner de l’argent, de chercher des profits en Arménie.“

Avec l’ensemble du budget de l’Arménie pour 2017, équivalant à moins de 3 milliards de dollars, la majeure partie des investissements de grande envergure promis à plusieurs reprises par Karapetian au cours des dernières semaines proviendraient clairement de sources privées et étrangères.

La question était apparemment à l’ordre du jour d’entretiens le 25 janvier à Moscou avec le Premier ministre russe Dmitri Medvedev. Karapetian a déclaré après les pourparlers que Medvedev a soutenu sa proposition de créer un « fonds d’investissement » russo-arménien qui financerait des projets d’affaires en Arménie.

Karapetian, âgé de 53 ans, a vécu et travaillé en Russie de 2011 à 2016, occupant des postes importants dans les filiales russes du géant de l’énergie Gazprom, géré par l’Etat. Il avait auparavant géré le réseau de distribution de gaz d’Arménie détenu par Gazprom.

Lors de sa visite à Moscou, Karapetian a également rencontré une trentaine d’hommes d’affaires russes d’origine arménienne. Dans la déclaration conjointe qui a suivi, les entrepreneurs se sont déclarés prêts à “participer à des initiatives conjointes et à des projets commerciaux avec le gouvernement arménien“. Ils ont également exprimé leur soutien total aux réformes profondes prévues par le cabinet de Karapetian.

Parmi les signataires figurait le milliardaire arménien Samvel Karapetian (sans rapport avec le Premier ministre), qui a déjà de nombreux intérêts commerciaux en Arménie.

L’investissement étranger direct en Arménie a rapidement diminué au cours des dernières années. Selon le Service national de la statistique, il a diminué de presque la moitié entre janvier et septembre 2016, pour atteindre 93 millions de dollars.

posté le 16 février 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



GUMRI
Le gouvernement expose son plan pour créer des emplois et amener des touristes

Le Premier ministre Karen Karapetian a promis vendredi un plan de 10 millions de dollars pour la rénovation de la vieille ville historique de Gumri qui, selon le gouvernement, stimulera grandement l’activité économique dans la ville appauvrie.

Le programme touristique élaboré par la Banque centrale d’Arménie et un organisme de bienfaisance privé à l’initiative de Karapetian appelle à réparer les deux rues principales du quartier central de Kumayri à Gumri, construit principalement au XIXe siècle. Cela devrait ainsi permettre d’attirer de nombreux touristes arméniens et étrangers.

Le Premier ministre a déclaré que la reconstruction de vieilles maisons au cours des deux prochaines années offrira environ 8 000 mètres carrés d’espace commercial aux hommes d’affaires intéressés pour ouvrir des magasins, des restaurants et des centres pour les arts ou l’artisanat.

Accompagné de plusieurs dizaines d’entrepreneurs, Karapetian s’est rendu dans la deuxième plus grande ville d’Arménie pour visiter son ancien quartier et assister à la présentation officielle du plan de développement touristique. Il a précisé que la rénovation de Kumayri sera financée par un fonds d’investissement de 10 millions de dollars, alimenté principalement par des contributeurs privés.

“Nous considérons la création du fonds et les réparations de rue comme un catalyseur important pour le retour des commerces ici“, a expliqué Karapetian lors de la présentation. “L’Etat soutiendra ce fonds avec tous ses instruments budgétaires et financiers.“

“En tant qu’ancien homme d’affaires qui a connu beaucoup de succès, je tiens à vous assurer que les fonds investis seront récupérés rapidement“, a-t-il assuré face aux entrepreneurs.

Parlant ensuite aux journalistes, le Premier ministre, en poste depuis septembre, a révélé que lui-même et ses proches investiraient 500 000 $ de leur propre argent dans le projet.

Certains journalistes locaux ont exprimé leur scepticisme au sujet de cet effort, en disant que le précédent gouvernement arménien n’a pas réussi à honorer leurs promesses de donner une nouvelle vie à Gumri. « Quel genre de garantie voulez-vous que je vous donne ? », a répliqué un Karen Karapetian irrité. Il a insisté sur le fait que son gouvernement était sérieux au sujet du projet.

Gumri n’a pas encore complètement récupéré du tremblement de terre catastrophique de 1988 qui a tué 25 000 personnes et a laissé des centaines de milliers d’autres sans abri. La ville a longtemps eu l’un des taux de pauvreté et de chômage les plus élevés dans le pays.

Le lancement prochain du projet de développement touristique devrait coïncider avec une reconstruction à grande échelle des rues et des routes de Gumri qui sont dans un état de plus en plus pauvres ces dernières années.

Le gouvernement d’Erevan et l’administration municipale ont obtenu l’année dernière un financement de 25 millions de dollars de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement pour les réparations prévues des rues. L’argent servira également à l’installation d’éclairage neuf et éconergétique, ainsi qu’à l’amélioration de l’infrastructure municipale de drainage.

posté le 6 février 2017 par Claire/armenews


DIPLOMATIE
Le Premier ministre arménien très satisfait de sa visite en Russie

Le gouvernement russe s’est engagé à contribuer à l’augmentation des investissements russes en Arménie, a déclaré le Premier ministre Karen Karapetian, lors d’une visite officielle à Moscou qui s’est terminée hier.

Alors qu’il rencontrait des personnalités de la diaspora arménienne en Russie mardi soir, Karapetian a dit qu’il était “très satisfait“ des pourparlers avec son homologue russe Dmitri Medvedev.

“Nous avons reçu des réponses explicitement positives à toutes nos propositions“, a-t-il précisé, ajoutant qu’elles concernaient principalement la création d’un “fonds d’intégration russo-arménien pour attirer des capitaux russes en Arménie“.

Une déclaration séparée de celle du gouvernement arménien explique également que Medvedev a soutenu la proposition arménienne de créer un “fonds d’investissement“ russo-arménien qui permettrait de financer des projets d’affaires en Arménie.

Medvedev a mentionné la question quand il s’est adressé aux journalistes après la réunion avec Karapetian qui a eu lieu près de Moscou. “Nous avons convenu d’ordonner aux agences pertinentes (russes et arméniennes) d’étudier la possibilité de créer un tel fonds“, a-t-il commenté.

Dans ce contexte, le Premier ministre russe a salué la forte augmentation des exportations de l’Arménie en 2016 vers la Russie et a évoqué un « très bon » potentiel de croissance.

Le voyage de Karapetian à Moscou, le premier depuis sa nomination en tant que Premier ministre en septembre, a été l’objet d’un fort intérêt des principales stations de télévision russes fidèles au Kremlin. Tous ont diffusé des rapports détaillés sur ses entretiens avec Medvedev.

Ce fait peut être interprété par certains commentateurs en Arménie comme une expression du soutien russe à Karapetian. Ce dernier a vécu et travaillé en Russie de 2011 à 2016, occupant des postes de cadre supérieur dans les filiales locales du géant de l’énergie Gazprom.

Dans ce qui peut être un développement connexe, près d’une quarantaine d’hommes d’affaires russes d’origine arménienne ont publié mardi une déclaration de « soutien total » pour ce qu’ils ont qualifié de « profondes réformes » prévues par le cabinet de Karapetian. Ils ont également exprimé leur volonté de “participer à des initiatives conjointes et des projets d’affaires avec le gouvernement arménien“.

La déclaration a suivi la réunion des entrepreneurs avec Karapetian s’est tenue dans un restaurant de Moscou appartenant au milliardaire russo-arménien Samvel Karapetian (aucune relation). Le magnat était également présent à la réunion séparée du Premier ministre avec des représentants de la Diaspora arménienne.

posté le 26 janvier 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



INTERNATIONAL
Classement mondial de la corruption : mauvais bilan pour l’Arménie

Le chien de garde Transparency International, basé à Berlin, a publié hier son dernier Indice de Perception de la Corruption. Il a indiqué une détérioration de la position de l’Arménie dans le classement mondial annuel.

L’Arménie est classée, avec la Bolivie et le Vietnam, à la 113ème sur 176 pays évalués dans l’enquête. Il occupait la 95e place dans ce même classement en 2015, un classement qui couvrait alors 168 nations.

Varuzhan Hoktanian, directeur du programme arménien de Transparency International, a déclaré que les résultats de l’enquête sont une indication supplémentaire que les autorités arméniennes n’ont pas la volonté politique de lutter contre la corruption.

Le gouvernement récemment réorganisé en Arménie a décrit la corruption comme étant « le plus grand obstacle au développement de l’État » dans son programme politique approuvé par le Parlement en octobre. Le Premier ministre Karen Karapetian a déclaré en novembre qu’il ne voyait « aucun autre moyen de développer le pays, si ce n’est en luttant contre la corruption et l’économie parallèle dans toutes les directions ».

Hoktanian a pris soin de ne pas décrire les efforts anti-corruption de Karapetian comme étant un échec complet. “ Ce n’est pas le Premier ministre qui décide de tout, et je vous conseille de regarder un peu plus haut “, a-t-il lancé aux journalistes. “ S’il n’y a pas de volonté politique et de volonté de mettre en œuvre de sérieuses réformes structurelles et institutionnelles, écrire une stratégie anti-corruption ne suffira pas à résoudre le problème “.

Selon un sondage d’opinion mené par la branche arménienne de Transparency International l’année dernière, près de deux Arméniens sur trois estiment que leur gouvernement ne fait pas assez pour réduire la corruption.

posté le 26 janvier 2017 par Claire/armenews


ECONOMIE
Dmitri Medvedev salue la forte hausse d’exportations arméniennes vers la Russie

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a salué la forte hausse des exportations de l’Arménie vers la Russie enregistrée l’an dernier et a parlé d’un grand potentiel pour leur nouvelle croissance alors qu’il rencontrait hier son homologue arménien Karen Karapetian.

Des déclarations publiques faites par les deux hommes ont suggéré que leurs entretiens tenus près de Moscou se sont concentrés sur des questions commerciales/ Karapetian aurait appelé à plus d’investissements russes dans l’économie arménienne.

“Nous sommes venus ici avec de nouvelles propositions qui nous permettraient de diversifier et d’élargir les sphères de notre coopération économique“, a expliqué Karapetian dans ses remarques liminaires lors de la réunion.

Saluant le nouveau Premier ministre arménien, Medvedev a déclaré : “Malgré les tendances du marché international, les changements dans les prix des ressources énergétiques et un certain nombre d’autres facteurs économiques, notre échange commercial est stable. Et si nous regardons les importations de l’Arménie vers notre pays, nous avons observé une augmentation de 70 % l’an dernier. “

“À mon avis, ceci est une conséquence de l’adhésion de l’Arménie à l’Union économique eurasienne et du renforcement de nos liens économiques“, a t-il ajouté.

Les données du gouvernement arménien montrent que l’Arménie a exporté 337,3 millions de dollars de marchandises vers la Russie entre janvier et novembre 2016, soit une augmentation de 54% par rapport à l’année précédente. Les produits agricoles frais, les boissons alcoolisées et les aliments transformés représentaient la plupart de ces exportations.

Après avoir discuté avec Karapetian, Medvedev a déclaré que le secteur agricole arménien avait un « très bon potentiel de développement » non seulement en termes de poursuite des exportations vers la Russie, mais aussi par le lancement de coentreprises russo-arméniennes.

“Nous avons un grand marché“, a déclaré Medvedev. “Je pense que nous devrions nous concentrer sur cela dans un proche avenir.“

Les exportations arméniennes vers la Russie ont chuté de près de 27 % en 2015, principalement en raison de la forte dépréciation du rouble russe due à l’effondrement des prix mondiaux du pétrole. Le rouble a repris une partie de sa valeur perdue au cours de l’année dernière.

Selon une déclaration du gouvernement arménien, l’une des propositions économiques soumises par Karapetian à Medvedev est la création d’un « fonds d’investissement » russe-arménien qui financerait des projets commerciaux en Arménie : “La partie russe a positivement évalué la proposition“.

Karapetian, âgé de 53 ans, a vécu et travaillé en Russie pendant cinq ans avant sa nomination au poste de Premier ministre en septembre. Il a occupé des postes de cadre supérieur dans les filiales locales du géant russe de l’énergie Gazprom. Karapetian a géré le réseau de distribution de gaz appartenant à Gazprom en Arménie de 2001 à 2010.

Les connexions de Gazprom du Premier ministre semblent avoir contribué à la décision du réseau en fin l’année dernière de réduire les prix du gaz pour les ménages et les entreprises arméniennes.

posté le 25 janvier 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Un plan pour stimuler le secteur informatique présenté au gouvernement

Une équipe de responsables gouvernementaux et de cadres technologiques a proposé une vaste réforme de l’enseignement de l’ingénierie en Arménie qui, selon elle, augmenterait de façon spectaculaire l’industrie des technologies de l’informatique, déjà en plein essor.

Les membres du groupe de travail ont présenté lundi au Premier ministre Karen Karapetian un plan d’actions gouvernementales destinées à faire face à la pénurie de personnel qualifié dans les entreprises informatiques locales et dans les filiales arméniennes de géants étrangers du secteur du hi-tech.

Le secteur informatique est déjà le secteur de l’économie arménienne qui connaît la croissance la plus rapide. Il a augmenté en moyenne de plus de 20% par an au cours de la dernière décennie. Selon les chiffres du gouvernement, le secteur employant environ 15 000 personnes a généré en 2015 un chiffre d’affaires combiné de 560 millions de dollars, équivalant à plus de 5% du produit intérieur brut. Les fonctionnaires affirment qu’il a continué à croître à un taux à deux chiffres l’année dernière.

Les cadres de l’industrie expliquent que le niveau professionnel inadéquat de nombreux diplômés des départements informatiques des universités arméniennes entrave une croissance encore plus rapide. Selon leurs estimations, il y a actuellement entre 2 000 et 4 000 emplois vacants dans le secteur.

“Il y a une forte croissance dans le secteur technologique, mais il y a aussi un manque de ressources humaines“, a regretté Matt Bartelsian, directeur de la société de développement de logiciels basée à Erevan, Volo, après la rencontre avec Karapetian.

Dans une déclaration qui a suivi cet échange, le bureau de presse de Karapetian a expliqué que le groupe de travail informatique voulait que le gouvernement entreprenne de grandes réformes au niveau de l’éducation et qu’il mette en œuvre des projets connexes en étroite collaboration avec le secteur privé. Un ensemble de propositions concrètes indique que les réformes, si elles sont mises en œuvre, aideront à créer jusqu’à 40 000 nouveaux emplois informatiques en Arménie d’ici 2025.

Bartelsian a ajouté que seulement la moitié des 1 300 étudiants en informatique qui sortent des universités arméniennes chaque année sont suffisamment qualifiés pour travailler dans le secteur. Il a précisé que le nombre annuel de diplômés qualifiés en ingénierie technique pourrait être porté à 5000.

Selon le gouvernement, Karapetian s’est félicité du plan proposé, affirmant que “le gouvernement est prêt à prendre les mesures nécessaires pour former des spécialistes qualifiés et stimuler le secteur“. Il a encouragé le groupe de travail à proposer des moyens de rendre l’environnement des affaires plus favorable encore.

Le gouvernement a déjà introduit il y a deux ans des allégements fiscaux importants pour les start-ups informatiques employant jusqu’à 30 personnes. Ils peuvent être exonérés de la taxe sur les bénéfices jusqu’en 2020 et sont également admissibles à un taux d’imposition préférentiel pour leurs employés. Le prédécesseur de Karen Karapetian, Hovik Abrahamian, a déclaré en juin 2016 que plus d’une centaine d’entreprises informatiques ont été créées en Arménie depuis.

Karapetian a parlé de ses “grands espoirs pour ce secteur“, lorsqu’il avait rencontré des cadres et des fonctionnaires du secteur technologique en novembre. Il a concédé qu’une expansion plus rapide du secteur aiderait l’économie arménienne à faire un “bond en avant“.

posté le 18 janvier 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ELECTIONS LEGISLATIVES
Karen Karapétian concède ne pas être assuré de pouvoir se présenter

Le Premier ministre Karen Karapetian a admis vendredi qu’il pourrait ne pas être éligible pour être candidat du parti républicain lors des prochaines élections législatives en Arménie.

La Constitution arménienne stipule que seuls les citoyens résidant en permanence dans le pays depuis quatre ans peuvent se présenter à l’Assemblée nationale. Karapetian a travaillé en Russie à partir de 2011 jusqu’à ce que le président Serge Sarkissian le nomme Premier ministre en septembre 2016.

Karapetian a commenté la question lors d’une conférence de presse qui s’est tenue dans son bureau. “Depuis cinq ans, je suis citoyen de la République d’Arménie et j’ai vécu à l’extérieur d’Erevan“, a t-il expliqué. “La restriction constitutionnelle prend-elle en compte cela ? Puis-je figurer sur la liste électorale du Parti républicain ? Je ne connais pas la réponse à cette question pour l’instant.“

“S’il s’avère que la Constitution ne reconnaissait pas cette résidence en Arménie, alors je ne serai pas sur la liste du parti républicain“, a ajouté Karapetian.

Armen Ashotian, vice-président du parti au pouvoir, a également reconnu mercredi que le Premier ministre ne peut pas être légalement autorisé à se présenter au Parlement. Mais il a précisé que Karapetian conservera son poste si le HHK gagne les élections prévues pour le 2 avril.

Naira Zohrabian, présidente du parti Arménie prospère (BHK), a affirmé vendredi que Karapetian avait déjà décidé de ne pas participer aux élections. Elle a précisé que le HHK était prêt à violer la loi et à l’enregistrer comme candidat, mais que le Premier ministre a rejeté cette option.

“C’est certainement la décision personnelle de Karen Karapetian de ne pas autoriser le Parti républicain à commettre un nouvel acte de fraude“, a prétendu Zohrabian.

Parlant aux journalistes, Karapetian a de nouveau indiqué qu’il aimerait rester Premier ministre après la fin du mandat du président Sarkissian en avril 2018 si son gouvernement réussit à améliorer la situation économique en Arménie.

“ Suis-je enclin à être Premier ministre après avril 2018 ? Oui, si nous travaillons de façon productive et si le Parti républicain remporte les élections d’avril“, a t-il confié.

Sarkissian n’a pas encore clarifié ce qu’il fera après la fin de son dernier mandat présidentiel. Il a refusé d’exclure la possibilité de devenir Premier ministre.

posté le 16 janvier 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200