Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Karapetian


CONCURRENCE
Karen Karapetian nie l’existence de monopole économique en Arménie

Le Premier ministre Karen Karapetian a insisté hier sur le fait que son gouvernement libéralisait avec succès des secteurs lucratifs de l’économie arménienne qui ont longtemps été dominés par une poignée d’entrepreneurs fortunés.

“Nous n’avons pas de monopoles classiques en tant que tels. Nous avons des marchés avec des acteurs dominants“, a-t-il assuré face à un député de l’opposition lors de la séance de questions-réponses à l’Assemblée nationale.

Karapetian a déclaré que le Comité des revenus d’Etat (SRC) peut certifier que sur ces marchés “le nombre d’acteurs et les volumes“ de leurs opérations commerciales ont augmenté au cours de l’année écoulée. “Travailler dans cette direction est fermement sur la bonne voie“, a-t-il ajouté.

“L’acteur dominant sur un marché a de meilleures conditions de départ et leur part, disons, de 70% du marché ne peut pas reculer à 20% en un an. Mais nous voyons déjà une dynamique positive “, a souligné Karapetian.

Le député en question, Sergey Bagratian du bloc Tsarukian, n’a pas été convaincu par cette réponse, parlant de “structures étatiques soutenant ceux qui ont des positions dominantes“. “Nous avons des jeunes qui anéantiraient ces positions dominantes d’ici un an s’il y avait une libre concurrence“. .

« Connaissez-vous un seul cas où nous avons empêché quelqu’un d’entrer dans un marché ? », a répliqué le Premier ministre. “Si c’est le cas, dites-le nous. Personne n’est arrêté à la frontière pour qu’on lui dise ’vous pouvez importer ceci mais pas cela.’ “

Karapetian s’est engagé à améliorer l’environnement des affaires domestiques et à ouvrir tous les secteurs à une concurrence accrue peu de temps après avoir été nommé Premier ministre en septembre 2016. Les politiciens de l’opposition restent sceptiques quant aux réformes promises.

L’absence de concurrence a été particulièrement flagrante dans les importations lucratives de certains produits essentiels en Arménie. Samvel Aleksanian, un magnat lié au gouvernement, jouit depuis longtemps d’un monopole de facto sur les importations de sucre, de blé, d’autres denrées alimentaires de base ainsi que de certains médicaments.

Les critiques ont accusé Aleksanian d’utiliser ses relations avec le gouvernement pour écarter la concurrence et échapper aux taxes. Il a toujours nié cela.

Le SRC a presque doublé le montant total des taxes collectées auprès des sociétés d’Aleksanian au premier semestre de cette année.

Karapetian a également déclaré hier avoir nettement amélioré la situation macroéconomique en Arménie, qu’il a qualifiée de « gérable » désormais. Il a fait valoir que la croissance économique dans le pays est sur le point de dépasser cette année un taux de 3,2 % prévu par son cabinet à la fin de 2016.

Un autre député du Bloc Tsarukian, Gevorg Petrosian, a rappelé une déclaration faite en 2013 par le président Serge Sarkissian selon laquelle un gouvernement arménien ne parvenant pas à atteindre un taux de croissance d’au moins 7% doit démissionner. Il se demande si le cabinet de Karapetian “remplira“ cette directive.

Répondant à la question, le vice-Premier ministre Vache Gabrielian a déclaré que le gouvernement actuel est guidé par son programme politique quinquennal qui a été approuvé par le Parlement en juin. Le document de 120 pages engage le gouvernement à veiller à ce que l’économie arménienne augmente d’environ 5% par an.

“Merci de ne pas avoir répondu à ma question“, a conclu Petrosian.

posté le 7 décembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Inauguration d’une nouvelle centrale à énergie solaire

La deuxième grande centrale solaire d’Arménie a été inaugurée hier en présence du Premier ministre Karen Karapetian et d’autres hauts responsables.

L’usine de 1 mégawatt a été construite à Talin, une ville située à 70 kilomètres au nord-ouest d’Erevan, dans le cadre d’un investissement d’un million de dollars en co-financement par un groupe d’entrepreneurs arméniens et le gouvernement allemand.

L’un des investisseurs locaux, Hayk Chobanian, a déclaré que l’installation, déjà connectée au réseau électrique national, peut répondre aux besoins énergétiques d’environ 400 ménages. Il a décrit son lancement comme le début d’un “défilé de centrales solaires“ qui verront le jour de plus en plus en Arménie.

“Le potentiel d’énergie solaire de notre pays est formidable et je pense que dans les années à venir nous allons introduire des centaines de mégawatts de capacité d’énergie solaire“, a prédit M. Chobanian.

Le vice-ministre de l’Energie Hayk Harutiunian, qui a également assisté à la cérémonie d’ouverture, a réaffirmé l’engagement du gouvernement à une plus grande utilisation des sources d’énergie renouvelables dans le pays. Il a précisé que neuf autres petites centrales solaires sont actuellement en construction.

La première grande centrale solaire d’Arménie, d’une capacité de 0,5 mégawatt, a été mise en service fin septembre. Elle a été construite par une société contrôlée par Samvel Karapetian, un homme d’affaires milliardaire russo-arménien investissant de plus en plus dans le secteur énergétique arménien. Un représentant de l’entreprise a déclaré que le “projet pilote“ pourrait être un prélude à la construction d’une installation beaucoup plus grande de ce type qui serait également financée par Karapetian.

En outre, le gouvernement devrait bientôt lancer un appel d’offres international pour la construction d’une centrale solaire distincte de 55 mégawatts.

L’énergie solaire et éolienne ne représente actuellement qu’une infime partie de l’électricité produite en Arménie.

posté le 8 novembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



COMMERCE
La Russie n’augmentera pas son prix « spécial » de vente de gaz à l’Arménie

La Russie n’augmentera pas le prix de son gaz naturel fourni à l’Arménie l’année prochaine, a affirmé le Premier ministre russe Dmitri Medvedev lors d’une visite officielle à Erevan hier.

S’exprimant après des entretiens avec son homologue arménien Karen Karapetian, M. Medvedev a également salué l’état actuel des relations russo-arméniennes et le développement du commerce bilatéral notamment. “Nous nous sommes assurés que nos liens se développeront dans toutes les directions“, a t-il déclaré lors d’une conférence de presse conjointe.

“La Russie reste le premier partenaire commercial de l’Arménie“, a rappelé M. Medvedev. “Les échanges commerciaux bilatéraux ont augmenté - à la fois en 2016 et 2017 - et progressent à un bon rythme.“

À cet égard, il a souligné l’augmentation des exportations vers la Russie de produits agricoles arméniens et de denrées alimentaires préparées qui, selon lui, sont “d’excellente qualité“. Citant une interdiction des importations alimentaires russes par les pays occidentaux, il a parlé de “bon potentiel“ dans ces exportations.

Medvedev a poursuivi en annonçant que le « prix spécial » du gaz russe pour l’Arménie n’augmentera pas l’année prochaine, « même si nous avions convenu de paramètres quelque peu différents » auparavant. “Je pense que cela contribuera à améliorer la situation globale de l’économie et de l’investissement en Arménie“, a t-il souligné.

Alexei Miller, président du géant russe Gazprom qui accompagnait M. Medvedev lors de ce voyage, a confirmé que l’Arménie continuerait ainsi à payer 150 dollars par millier de mètres cubes de gaz russe. Ce prix a été fixé en avril 2016.

Le réseau de distribution de gaz appartenant à Gazprom en Arménie a réduit ses tarifs en novembre 2016, plus de deux mois après la nomination de Karapetian au poste de Premier ministre. Karapetian avait géré le réseau de 2001 à 2010 et avait occupé des postes de direction dans les filiales de Gazprom en Russie de 2011 à 2016.

Gazprom représente plus de 80% des importations annuelles de gaz de l’Arménie. Le pays du Sud-Caucase achète également du gaz à l’Iran voisin. Le ministre de l’Energie Ashot Manukian a insisté la semaine dernière sur le fait que le gaz russe coûte moins cher que celui d’Iran.

Medvedev et Karapetian ont discuté de la possibilité pour les compagnies russes d’investir dans une zone économique libre qui doit être mise en place à la frontière de l’Arménie avec l’Iran plus tard dans l’année.

“Nous pensons que la zone économique libre est une bonne plate-forme pour le capital russe et les entreprises russes ayant des intérêts en Iran“, a confié le Premier ministre arménien. Les discussions « intensives » russo-arméniennes sur le sujet seront bientôt achevées, a t-il précisé.

“Il n’y a pratiquement pas de sphères dans lesquelles nous ne coopérons pas“, s’est félicité M. Medvedev, face au président Serge Sarkissian lors de leur rencontre plus tard dans la journée. Il a encore une fois souligné une augmentation de 30% du commerce russo-arménien enregistrée par Moscou cette année.

Medvedev et Karapetian assisteront aujourd’hui à une réunion à Erevan avec leurs homologues des trois autres États ex-soviétiques qui font partie de l’Union économique eurasienne dirigée par la Russie.

posté le 25 octobre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



REFORME
Karapetian discute des mesures anti-corruption avec le diplomate américain

L’ambassadeur des États-Unis à Erevan, Richard Mills, a rencontré le Premier ministre Karen Karapetian vendredi pour discuter des efforts déclarés du gouvernement pour lutter contre la corruption endémique en Arménie.

Karapetian aurait informé M. Mills de la « politique cohérente » du gouvernement visant à réduire les « risques de corruption » grâce à l’adoption d’une législation appropriée et au « travail actif » de son Conseil de lutte contre la corruption. Une déclaration du gouvernement l’a également cité comme appelant à l’aide les États-Unis pour aiguiller sur le Conseil et son programme de réforme plus large.

Selon le communiqué, M. Mills a salué les efforts du gouvernement arménien pour renforcer l’état de droit et améliorer l’environnement des affaires, affirmant qu’ils ont déjà accru les intérêts des investisseurs américains en Arménie. “Il a expliqué qu’au cours des 8-10 derniers mois, il a reçu des signaux positifs de la part d’entreprises américaines opérant en Arménie, notamment en ce qui concerne les réformes en cours dans le secteur des douanes“, ajoute le communiqué.

Mills a exhorté les autorités à Erevan à s’attaquer sérieusement à la corruption dans un discours prononcé en février. Il avait alors dit qu’ils devraient envoyer “un message clair d’en haut que la corruption ne sera pas tolérée et que personne n’est au-dessus de la loi“. À cet égard, l’émissaire a suggéré que le gouvernement établisse un “organisme anti-corruption totalement indépendant, qui peut à la fois enquêter et poursuivre.“

Les autorités ont plutôt décidé de former un organe qui entrera en fonction au début de l’année prochaine. La Commission sur la prévention de la corruption doit examiner les déclarations de revenus et d’avoirs soumises par plus de 2 000 hauts fonctionnaires et enquêter sur d’éventuels conflits d’intérêts entre eux. En vertu d’un projet de loi du gouvernement adopté par le Parlement arménien en juin, il sera habilité à demander aux organes de répression de poursuivre les fonctionnaires soupçonnés de corruption.

Le Conseil anti-corruption distinct était auparavant supervisé par le prédécesseur de Karapetian, Hovik Abrahamian. Il a approuvé en 2015 un plan d’action triennal contre diverses pratiques de corruption.

Malgré le scepticisme exprimé par de nombreux membres de la société civile arménienne, l’Agence américaine pour le développement international (USAID) s’est engagée en février 2016 à soutenir la mise en œuvre du programme avec une subvention de 750 000 dollars. Mills a déclaré en février que l’USAID avait depuis attribué moins de 2,5% de cet argent en raison d’un manque de “progrès concrets“ dans le travail de cet organe.

La directrice actuelle de l’USAID pour l’Arménie, Deborah Grieser, était également présente à la dernière réunion de Mills avec Karapetian.

L’Arménie s’est classée, avec la Bolivie et le Vietnam, au 113ème rang sur 176 pays évalués dans le dernier indice de perception de la corruption de Transparency International publié en janvier.

posté le 23 octobre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



RECONSTRUCTION
Inauguration de la première rue rénovée de Gumri

Hier a eu lieu l’inauguration de la première rue rénovée à Gumri dans le cadre d’une reconstruction de 10 millions $ de sa vieille ville historique initiée par le Premier ministre Karen Karapetian.

Un plan a été établi par la Banque centrale d’Arménie et un appel aux dons privés a été lancé afin de financer les réparations capitales des deux principales rues dans le quartier central de Kumayri de Gumri, principalement construit au 19ème siècle. Elles visent à attirer plus de touristes et à stimuler l’activité économique dans la ville appauvrie. Les vieilles maisons qui y seront rénovées au cours des deux prochaines années offriront un espace commercial aux hommes d’affaires intéressés par l’ouverture de boutiques, de restaurants et de centres d’arts traditionnels ou d’artisanat.

Les travaux de construction de l’une de ces rues ont débuté en mars. Les équipes de construction ont mis en place de nouveaux conduits d’eau et de gaz souterrains, l’ont pavée de granit et installé de nouveaux bancs et éclairage public dans les mois qui ont suivi.

La rue Rustaveli, entièrement rénovée, a été inaugurée lors d’une cérémonie à laquelle assistaient Karapetian, le maire de Gumri, Samvel Balasanian, et d’autres représentants du gouvernement.

Karapetian a indiqué que la reconstruction de l’autre rue de Kumayri devrait commencer en mars 2018. “Nous terminerons définitivement le projet du centre historique de Kumayri“, a-t-il assuré aux journalistes.

Karapetian a déclaré que la mise en œuvre du projet se poursuivra même s’il n’est pas renommé Premier ministre après la fin du dernier mandat du président Serge Sarkissian en avril.

En visite à Gumri en février, le Premier ministre avait promis que sa famille investirait 500 000 dollars de son propre argent dans le projet financé principalement par des sources privées. Sa famille a depuis acheté un immeuble à Kumayri qui subit actuellement des réparations majeures.

Gumri ne s’est toujours pas complètement remis du tremblement de terre catastrophique de 1988 qui a tué 25 000 personnes et laissé des centaines de milliers d’autres sans-abris dans cette ville et dans d’autres parties du nord-ouest de l’Arménie. La ville a longtemps connu l’un des taux de pauvreté et de chômage les plus élevés du pays.

Le gouvernement arménien et l’administration municipale ont obtenu l’année dernière un financement de 25 millions de dollars de la part de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) pour les réparations de rues. L’argent servira également à l’installation de nouveaux systèmes d’éclairage éconergétiques et à l’amélioration de l’infrastructure municipale de drainage.

posté le 19 octobre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



COOPERATION
Le Premier ministre Karen Karapetian en visite en Iran

Le Premier ministre Karen Karapetian a rencontré hier le président iranien Hassan Rohani à l’issue d’une visite officielle à Téhéran, centrée sur les efforts en cours pour développer les relations commerciales entre les deux pays.

Il aurait discuté avec Rohani et d’autres dirigeants iraniens de la mise en œuvre de projets énergétiques conjoints et des moyens pour éliminer les obstacles au commerce bilatéral.

“L’Arménie attache une grande importance à ses relations chaleureuses et amicales avec l’Iran, qui ont de solides liens historiques et sont fondées sur des intérêts mutuels“, a commenté M. Karapetian.

Le président iranien a réaffirmé son engagement à resserrer ses liens avec l’Arménie. “L’expansion des relations avec l’Arménie, un pays ami et voisin, a été importante pour l’Iran“, a-t-il commenté, selon l’agence de presse IRNA. Il a précisé qu’il fallait faire plus pour exploiter le potentiel économique des relations bilatérales.

Rohani a donné les mêmes assurances au président Serge Sarkissian lors de leur rencontre à Téhéran le lendemain de son prise de fonction pour un second mandat début août.

“Nous n’avons aucune limite à la coopération avec l’Arménie dans les domaines politique, économique et culturel“, a assuré le premier vice-président de l’Iran, Eshaq Jahagiri, à l’issue d’un entretien avec Karapetian lundi.

“Nous avons tous les deux affirmé que nous étions prêts à renforcer le volume des relations arméno-iraniennes et sommes déterminés à lever tous les obstacles“, a dit Karapetian pour sa part.

Un communiqué du gouvernement arménien indique que les deux hommes ont examiné la construction en cours d’une nouvelle ligne de transport d’électricité qui devrait augmenter de manière significative les exportations d’électricité arménienne vers l’Iran. Les livraisons de gaz naturel iranien à l’Arménie vont également monter en flèche. Karapetian a aussi discuté de ce projet lors d’une réunion séparée avec le ministre du Pétrole, Bijan Zanganeh, et le ministre de l’Energie, Sattar Mahmoudi.

Trois autres ministres iraniens ont eu des réunions séparées avec leur homologue arménien accompagnant Karapetian.

A l’ordre du jour des pourparlers de Karapetian figurait également la création prochaine d’une “zone économique libre“ près de Meghri, une ville arménienne à la frontière iranienne. Karapetian a exhorté les entreprises iraniennes à s’installer là-bas et à obtenir un accès libre de droits aux marchés en Russie et aux autres membres de l’Union économique eurasienne (UEE) dirigée par la Russie. Selon lui, ils pourraient également profiter du régime commercial préférentiel de l’Arménie avec l’Union européenne.

L’Iran négocie avec l’UEE sur un accord de libre-échange fortement soutenu par l’Arménie. Karapetian aurait déclaré à Jahangiri qu’Erevan était “prêt à fournir le soutien nécessaire“ pour une conclusion rapide de ces pourparlers.

Selon les statistiques officielles arméniennes, le commerce arméno-iranien atteint un montant relativement modeste de 173,5 millions de dollars au cours des huit premiers mois de cette année. L’Iran représente moins de 5% du commerce extérieur global de l’Arménie.

posté le 11 octobre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ENERGIE RENOUVELABLE
Inauguration de la première centrale solaire en Arménie

La première centrale solaire d’envergure en Arménie est entrée en service vendredi. Un haut fonctionnaire a prédit que cela permettrait au pays d’être plus indépendant à l’égard des sources d’énergie renouvelables.

L’usine de 0,5 mégawatt a été construite par une entreprise privée, Energo Invest Holding, à Tsaghkadzor, une station balnéaire située à 60 kilomètres au nord d’Erevan.

“Aujourd’hui, c’est une journée historique pour l’Arménie alors que la première centrale solaire a été connectée aux réseaux électriques du pays“, a annoncé le sous-ministre des Infrastructures énergétiques, Hayk Harutiunian, lors de la cérémonie d’inauguration.

Harutiunian a déclaré que 11 autres installations de ce type avec une capacité combinée de 10 mégawatts seront construites dans le pays d’ici 2019. “En outre, nous lançons un appel d’offres pour la construction d’une grande centrale solaire avec une capacité de 55 mégawatts“, a-t-il ajouté.

Les énergies solaire et éolienne ne constituent actuellement qu’une petite part de l’électricité produite en Arménie. Le gouvernement a fait de la propagation de ces sources d’énergie renouvelables une priorité.

En juillet, le Premier ministre Karen Karapetian a assisté à l’ouverture officielle de la première usine de fabrication de panneaux solaires fabriqués par l’Arménie pour la production d’électricité. Le gouvernement a exempté le matériel et les matières premières importés par son propriétaire privé des droits de douane plus tôt cette année.

L’usine Tsaghkadzor est équipée de panneaux solaires fabriqués en Allemagne. Energo Invest Holding a révélé avoir investi environ 500 000 $ dans sa construction.

“Il s’agit d’un projet pilote“, a affirmé à la presse un haut responsable d’Energo Invest, Liana Lobasian. Elle a déclaré que son entreprise envisageait de construire de plus grandes installations solaires qui vont absorber des « investissements à grande échelle ».

Energo Invest fait partie du groupe Tashir de Samvel Karapetian, un homme d’affaires russo-arménien. Le conglomérat d’affaires basée en Russie possède la centrale électrique et la plus grande centrale thermique d’Arménie. Il a également prévu de commencer à gérer rapidement le réseau de transport d’électricité de l’État.

Karapetian a été la force motrice de la création récente par une trentaine d’hommes d’affaires russes d’ascendance arménienne d’un fonds d’investissement multimillionnaire qui s’est engagé à financer divers projets commerciaux en Arménie. Le fonds s’intéresserait particulièrement à l’énergie hydroélectrique et à l’énergie solaire.

posté le 2 octobre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



CROISSANCE
Pour le gouvernement, le secteur des technologies a un potentiel important

Le Premier ministre Karen Karapetian a déclaré hier que son gouvernement est prêt à prendre des mesures « révolutionnaires » pour aider à accélérer la croissance déjà rapide du secteur des technologies de l’informatiques (TI) de l’Arménie.

« Nous continuerons systématiquement à soutenir notre développement en matière de technologie de l’information et approfondirons notre coopération avec les entreprises locales et transnationales impliquées dans ce domaine », a-t-il assuré lors d’une conférence internationale annuelle à Erevan.

L’industrie des TI en Arménie a augmenté en moyenne de plus de 20 % par année au cours de la dernière décennie, ce qui en fait le secteur de l’économie arménienne qui connaît la croissance la plus rapide. Son chiffre d’affaires annuel équivaut maintenant à environ 5 % du produit intérieur brut.

“À l’heure actuelle, nous avons de sérieux avantages concurrentiels dans la région et par rapport à d’autres pays“, s’est félicité Karapetian. Il a insisté sur le fait que la croissance dans le secteur employant environ 15 000 personnes pourrait être encore plus rapide.

En particulier, a t-il souligné, d’importants abattements fiscaux introduits par le gouvernement précédent il y a deux ans devraient accélérer l’émergence des start-ups informatiques. Selon lui, 100 de ces entreprises ont déjà été créées l’année dernière.

Bien qu’il existe actuellement quelque 500 entreprises informatiques en Arménie, le secteur est encore dominé par les filiales arméniennes de géants technologiques américains comme Synopsys, National Instruments, Mentor Graphics et VMware. Mais son expansion régulière est de plus en plus mené par les entreprises arméniennes locales.

Karapetian a noté avec satisfaction que de plus en plus passaient de l’externalisation au développement de leurs propres produits et de solutions innovantes. « J e veux que nos entreprises locales soient beaucoup plus actives et audacieuses vu que nous avons déclaré que le gouvernement est prêt à proposer des solutions logiques et, si nécessaire, même révolutionnaires », a-t-il affirmé lors d’un discours au forum ArmTech 2017 organisé par le gouvernement.

Le Premier ministre a ajouté que le gouvernement est spécifiquement prêt à autoriser le secteur des TI à gérer les programmes informatiques dans les écoles et les universités d’Arménie.

Les dirigeants de l’industrie se plaignent depuis longtemps du niveau professionnel insuffisant de nombreux diplômés des départements informatiques des universités arméniennes. Selon leurs estimations, il y a maintenant des milliers de postes vacants dans le secteur en raison de cela. Ils pensent que la pénurie continue de personnel qualifié est le principal défi auquel doivent faire face leurs entreprises.

Plus tôt cette année, Karapetian a rencontré une équipe de responsables gouvernementaux et de cadres technologiques qui ont proposé une vaste réforme de l’enseignement de l’ingénierie en Arménie. L’un de ces dirigeants a déclaré que seulement la moitié des 1 300 étudiants informatiques diplômés des universités arméniennes chaque année sont suffisamment qualifiés pour travailler dans le secteur sans subir de formation complémentaire.

posté le 28 septembre 2017 par Claire/armenews


ECONOMIE
Karen Karapetian s’inquiète des baisses de production dans le secteur agricole

Le Premier ministre, Karen Karapetian, a exprimé sa préoccupation vendredi suite à une baisse de la production agricole d’Arménie cette année, demandant à plusieurs organismes gouvernementaux de se pencher sur ses les raisons d’une telle tendance.

Selon le Service national des statistiques (SNS), le secteur agricole, qui génère environ un cinquième du produit intérieur brut du pays, a chuté d’un peu plus de 2 % au cours des sept premiers mois de cette année. Karapetian a précisé que la tendance négative s’est nettement accélérée en août, avec une baisse de la production agricole de 25% par rapport à août 2016.

“Les données statistiques des mois récents sur l’agriculture sont préoccupantes, et il est donc nécessaire d’accélérer une analyse de la production brute calculée dans le secteur“, a-t-il commenté lors d’une réunion hebdomadaire du cabinet à Erevan.

Karapetian a chargé les ministres arméniens de l’Agriculture, du Développement économique et des gouvernements locaux ainsi que le NSS de soumettre dans les deux semaines une « analyse » détaillée des causes de la mauvaise performance du secteur. Il a soutenu que l’agriculture et la construction sont les seuls secteurs de l’économie arménienne qui ont diminué jusqu’ici cette année.

“Nous devons vraiment comprendre les chiffres sur l’agriculture“, a ajouté le Premier ministre. “Nous allons étudier cela avec beaucoup de soin.“

L’Arménie a connu des températures exceptionnellement élevées et un manque de précipitations au cours des derniers mois. Les agriculteurs de tout le pays se sont plaints que la sécheresse, qui d’après eux a eu une incidence négative sur leurs rendements. Les chiffres du SNRS montrent que la production agricole à l’échelle nationale a chuté de plus de 7% entre janvier et juillet.

Le SNS a également signalé que, malgré le déclin de l’agriculture, l’économie arménienne a progressé d’environ 5% au premier semestre de cette année. La croissance économique dans le pays était de seulement 0,2 % en 2016.

posté le 25 septembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200