Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Opposition


LEGISLATIVES
La Cour constitutionnelle auditionne les opposants qui rejettent les résultats officiels

La Cour constitutionnelle de l’Arménie a commencé hier les auditions suite au recours de l’opposition contre les résultats officiels des élections législatives du début du mois, qui ont donné la victoire au Parti républicain du président Serge Sarkissian (HHK).

L’alliance Congrès-HZhK dirigée par l’ancien président Levon Ter-Petrosian a accusé le HHK d’avoir intimidé les électeurs et utilisé les ressources administratives à ses propres fins. Il a présenté au tribunal plus de 40 pages de documents écrits ainsi que des documents vidéo et audio qui prouveraient les fraudes.

Dans son discours face à la Cour, Levon Zurabian, haut représentant du Congrès-HZhK, a affirmé que le scrutin du 2 avril laissait la plupart des Arméniens avec un sentiment de déjà vu.

“Chaque fois, les élections sont truquées, chaque fois l’opposition fait appel à la Cour constitutionnelle et chaque fois la Cour constitutionnelle conclut que les irrégularités signalées n’ont pas influencé les résultats des élections ou que les preuves présentées sont fausses“, a regretté Zurabian face au jury de neuf juges.

“En conséquence, les gens sont constamment déçus par les institutions de l’État et perdent confiance dans les processus électoraux“, a-t-il ajouté.

Gagik Harutiunian, président de la Cour constitutionnelle, a interrompu Zurabian, disant qu’il ne pouvait pas faire de déclarations politiques et critiquer des décisions judiciaires antérieures au cours de la procédure judiciaire. “Au lieu de prononcer un discours politique, essayez de justifier les réclamations que vous avez présentées à la Cour constitutionnelle“, a-t-il demandé.

Zurabian a indiqué le 14 avril qu’il ne croit pas que le tribunal va annuler les résultats officiels, qui indiquent que le bloc de Ter-Petrosian recueille 1,65% du vote. “Nous n’avons pas d’illusions, mais il est de notre devoir d’aller jusqu’au bout“, s’est-il défendu.

La plupart des partis et blocs d’opposition arméniens pensent que le résultat des élections s’est principalement joué grâce à l’achat de votes à grande échelle du HHK, une affirmation rejetée par le parti au pouvoir.

Dans une déclaration du 7 avril, le bloc du Congrès-HZhK a également allégué “de nombreux cas enregistrés de vote multiple“ par des loyalistes du gouvernement. Il avait pourtant été assuré au cours de la campagne électorale que ce type de fraude serait pratiquement impossible en raison des amendements soutenus par l’opposition au Code électoral promulgués par les autorités l’automne dernier.

Ces changements ont conduit à l’installation de dispositifs électroniques d’authentification des électeurs dans tous les bureaux de vote. Les autorités ont également accepté de publier les listes signées des électeurs qui ont voté le 2 avril. Cela a permis aux partis d’opposition de vérifier si quelqu’un d’autre a voté à la place d’Arméniens absents du pays ou qui se sont tout simplement abstenus.

Les observateurs électoraux européens n’ont pas signalé de cas importants de vote multiple dans leurs conclusions préliminaires publiées le 3 avril. Ils ont cité par contre des informations crédibles sur l’achat de vote et la pression sur les fonctionnaires et les employés des entreprises privées.

Les documents soumis par le Congrès-HZhK à la plus haute cour du pays incluent également des informations enregistrées secrètement indiquant que les employés d’un homme d’affaires riche affilié à la HHK ont été forcés de faire campagne pour sa réélection au Parlement, sous peine de perdre leur emploi. Le Service spécial d’enquête de l’Arménie (SIS) a lancé la semaine dernière une enquête criminelle.

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200

posté le 26 avril 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Début de la campagne municipale à Erevan

La campagne a officiellement commencé vendredi pour les élections municipales qui auront lieu le mois prochain à Erevan. Elles opposeront le parti républicain au pouvoir (HHK) et deux groupes d’opposition dirigés par des hommes politiques relativement nouveaux.

Le représentant du HHK et son principal challenger, issu de l’alliance Yelk, ont rassemblé des centaines de partisans dans différentes parties de la ville. Le troisième candidat, du nouveau parti Yerkir Tsirani, a lancé sa campagne électorale en parcourant la ville sur son vélo.

Les électeurs de la capitale arménienne se rendront aux urnes le 14 mai pour élire, lors d’un scrutin par liste, un nouveau conseil municipal qui, à son tour, choisira le maire de la ville.

Le candidat du HHK est le maire sortant, Taron Markarian. Le parti s’est montré confiance sur le fait qu’il gardera le pouvoir de l’administration municipale.

Markarian, en poste depuis 2011, a tenu son premier rassemblement de campagne dans le district sud de l’Erebuni, mettant l’accent sur le fait qu’il a largement tenu ses promesses de campagne d’il y a quatre ans. Il assuré qu’Erevan a maintenant plus d’espaces verts, des rues bien éclairées et que des quartiers entiers sont en cours de rénovation.

“Aujourd’hui, nous pouvons dire que nous avons un meilleur Erevan“, a déclaré le maire de 38 ans à plusieurs centaines de personnes qui se sont rassemblées dans un parc d’Erebuni. “Mais il y a encore des problèmes à résoudre.“

Pourtant, certains résidents locaux ont exprimé des griefs quand ils lui ont parlé après le rassemblement. Une femme s’est plainte d’un manque d’approvisionnement en eau 24 heures / 24 dans sa maison.

“Il y a cinq ans, seule une poignée de districts disposaient d’un approvisionnement en eau 24 heures sur 24“, a rétorqué Markarian. “Aujourd’hui, les ménages d’Erevan ont de l’eau courante pendant en moyenne 17 à 18 heures quotidiennement.“ “Et la situation s’améliorera dans les années à venir“, a t-il ajouté.

Pendant ce temps, le candidat à la mairie représentant le parti Yelk, Nikol Pashinian, a critiqué Markarian et le HHK alors qu’il s’adressait à ses partisans dans le centre-ville lors d’un rassemblement qui suivait un concert de rock organisé par son parti. Il a assuré que la victoire de Yelk lors des élections municipales créerait un « contrepoids réel et fort pour le gouvernement de Serge Sarkissian » et éliminerait un pilier clé du « système corrompu existant en Arménie ».

Pashinian a insisté sur le fait que le but ultime de Yelk est le changement de régime. “Nous libérerons l’Arménie de la règle arbitraire, illégitime et corrompue imposée par le HHK“, a-t-il promis face à une majorité de jeunes manifestants.

Yelk, qui a été créé par trois partis d’opposition en décembre, a terminé troisième lors des élections législatives du 2 avril, remportant environ 8% des voix. La plupart de ces voix venaient d’Erevan.

Les résultats officiels du vote ont donné une victoire écrasante au HHK. L’opposition et les groupes civiques ont attribué la victoire du parti au pouvoir à l’achat de votes et à l’abus de ressources gouvernementales.

En parlant aux journalistes plus tôt dans la journée, Pashinian, 41 ans, a indiqué que Yelk est prêt pour la coopération post-électorale avec Yerkir Tsirani. Le parti d’opposition a été mis en place fin mars et n’a pas participé aux élections parlementaires. Son leader et candidate à la mairie, Zaruhi Postanjian, a publiquement critiqué Yelk.

Postanjian, 45 ans, a présenté la plate-forme de campagne de son parti lors d’une conférence de presse improvisée tenue sur la place de la liberté d’Erevan. Elle a dit que si elle et Yerkir Tsirani gagnaient la prochaine élection, ils combattront principalement contre ce qu’elle appelle la corruption généralisée dans la municipalité d’Erevan.

Par conséquent, Postanjian a fortement critiqué le bilan de Markarian. “Pendant son mandat, les espaces verts de la ville ont diminué“, a t-elle affirmé avant qu’elle et ses dizaines de supporters montent sur des bicyclettes et fasse un tour dans à le centre-ville. “Les gens devraient pouvoir se déplacer à Erevan en bicyclette, plutôt que dans de grandes voitures“.

posté le 24 avril 2017 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Elections  Erevan  Image 450  Markarian  Opposition  Politique 


POLITIQUE
Le tout jeune parti de Zaruhi Postanjian nie être financé par un magnat russe

Zaruhi Postanjian, femme politique de l’opposition, a nié hier les affirmations des médias : selon eux, son parti politique nouvellement créé est financé par un riche homme d’affaires d’origine russe et d’ascendance arménienne, connu pour ses positions très critiques vis-à-vis du gouvernement actuel.

Elle a convenu en même temps que le magnat en question, Ruben Grigorian, est un « bon ami » et « l’un des meilleurs représentants du peuple arménien », et qu’il approuve ses activités politiques.

Postanjian a tenu le congrès fondateur du parti Yerkir Tsirani (Pays de l’abricot) le 15 mars dernier, un mois après avoir quitté le parti Zharangutyun (Patrimoine) de Raffi Hovannisian, qu’elle représentait au Parlement depuis dix ans. Le nouveau parti n’a pas présenté de candidats lors des élections législatives du 2 avril. Mais c’est l’un des deux opposants au parti républicain aux prochaines municipales d’Erevan.

Postanjian a déclaré lors du congrès que Yerkir Tsirani s’efforcerait de renverser le gouvernement par une « révolution de velours ». Elle a réaffirmé son soutien aux hommes armés radicaux de l’opposition qui ont saisi un poste de police à Erevan en juillet dernier. Le parti favorise une ligne dure concernant le conflit du Haut-Karabagh et les relations de l’Arménie avec la Turquie.

Postanjian a ajouté que Yerkir Tsirani s’attend à être financé et soutenu par de nombreux Arméniens de la Diaspora. Elle n’a cependant donné aucun nom.

Un journal arménien a assuré hier que Grigorian, qui possède une grande société de construction russe, Rustog Invest, est le sponsor principal du parti.

“Non, nous n’avons pas reçu d’aide financière de sa part, mais il est l’un de mes meilleurs amis“, a répondu Postanjian.

“Il comprend que le système politique doit être changé et il a parlé publiquement de ça“, a affirmé la quadra. “Je pense qu’il va partager mes points de vue idéologiques parce que nous sommes amis et avons parlé de tout cela“, a précisé la mère de quatre enfants.

Dans un appel du 15 mars aux ressortissants arméniens vivant en Russie, Grigorian a vilipendé les leaders actuels de l’Arménie en les traitant de « pillards » qui doivent être évincés à la suite des élections du 2 avril. Il les a exhortés à se rendre en Arménie et à voter pour une “patrie prospère“.

Grigorian a publié une autre déclaration sur Armmuseum.ru le 26 mars, après qu’une trentaine d’autres entrepreneurs russo-arméniens ont créé un fonds d’investissement multimillionnaire qui financera divers projets d’affaires en Arménie. Il les a dénoncés comme étant un « club qui mènera le pays à une catastrophe ».

La force motrice derrière le fonds est Samvel Karapetian, l’homme d’affaires arménien le plus riche de Russie. Le milliardaire est un fort soutien du Premier ministre Karen Karapetian (sans relation familiale).

posté le 20 avril 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Ouverture d’une enquête suite au scandale dans les supermarchés SAS

Un organe d’application de la loi a ouvert hier une enquête criminelle sur des écoutes audio enregistrées en secret, qui suggèrent que les employés d’un homme d’affaires pro-gouvernemental ont été intimé de l’aider à être réélu au Parlement, sous peine de perdre leur emploi.

Le site Web Hayastan24.com a publié la semaine dernière l’enregistrement de ce qu’il assurait être une réunion qui s’est tenue entre les assistants principaux d’Artak Sargsian, à l’approche des élections législatives du 2 avril.

On y entend la voix d’un homme inconnu menaçant de licencier les employés de la chaîne de supermarchés SAS de Sargsian à Erevan qui n’ont pas réussi à garantir par écrit que leurs amis et leurs proches voteront pour leur patron. L’homme promet également des bonus somptueux à leurs collègues qui « apporteront des votes » au candidat du parti républicain de l’Arménie au pouvoir.

Sargsian, qui a conservé son siège au Parlement lors des élections, n’a toujours pas commenté publiquement le scandale.

Le Service spécial d’enquête (SIS) a déclaré qu’il avait ouvert une affaire pénale suite à la publication de cet enregistrement. Il n’a pas spécifié immédiatement qui sera interrogé, ni même qui sera chargé de l’enquête.

Sargsian et d’autres membres riches du HHK candidats au Parlement ont déjà fait face le mois dernier des allégations médiatiques selon lesquelles ils harcèlaient leurs employés et faisaient du chantage à de nombreux autres électeurs à des fins électorales.

Les partis d’opposition ainsi que les groupes de la société civile et les militants des droits de l’homme ont dépeint l’enregistrement comme étant une preuve supplémentaire de l’utilisation illégale par le HHK de leviers administratifs et financiers pour gagner les élections législatives. Le parti au pouvoir insiste sur le fait que le vote était démocratique.

Dans un rapport préliminaire publié le 3 avril, les observateurs électoraux européens ont cité l’existence “d’informations crédibles sur l’achat de vote et la pression sur les fonctionnaires et les employés des entreprises privées“.

posté le 20 avril 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



MUNICIPALES A EREVAN
Le parti républicain ne veut pas d’un débat télévisé avec l’opposition

Le parti républicain au pouvoir en Arménie (HHK) a rejeté hier la « propagande d’opposition » qui appelle à un débat télévisé entre le maire d’Erevan Taron Markarian et Nikol Pashinian, son principal opposant lors des prochaines élections municipales.

Un haut représentant de l’alliance d’opposition Yelk dirigé par Pashinian, Alen Simonian, a mis au défi Markarian d’accepter un débat télévisé pour parler du bilan de son mandat de cinq ans à la tête de la mairie d’Erevan.

“Notre tâche n’est pas de nous engager dans des débats“, a déclaré Eduard Sharmazanov, porte-parole du HHK, en charge de la campagne de Makarian. “Notre tâche est de présenter nos réalisations et nos projets aux résidents de la capitale au moyen d’une communication directe“.

“Plus tard au cours de cette campagne électorale, nous déciderons s’il y a besoin d’une telle démarche de propagande“, a t-il déclaré. “Nous pourrions accepter, mais nous ne discutons pas d’un tel scénario à ce stade.“

“Nous poursuivons nos politiques actives et ne voulons pas que tel ou tel autre groupe politique force ou guide notre campagne“, a ajouté Sharmazanov.

Le prochain maire d’Erevan sera choisi par un nouveau conseil municipal pour être élu le 14 mai. La campagne débutera officiellement vendredi.

Markarian, âgé de 39 ans, est en poste depuis 2011. Le leadership du HHK l’a nommé pour concourir à sa réélection plus tôt ce mois-ci. En conséquence, le maire est tête de liste du parti pour les élections municipales.

Il aura face à lui des candidats de deux groupes d’opposition : celui de Yelk et du nouveau parti Yerkir Tsirani de Zaruhi Postanjian.

Postanjian a promis de renverser Markarian. “Leur mandat de longue date a été désastreux pour l’Arménie d’une manière générale, et pour Erevan en particulier“, a t-elle affirmé aux journalistes.

Postanjian a accusé Markarian d’avoir utilisé illégalement son poste pour s’enrichir, lui et sa famille. Elle a souligné sa déclaration de revenus et d’actifs déposée auprès de la commission électorale municipale.

Le maire, dont le défunt père Andranik Markarian a occupé le poste de Premier ministre de 2000 à 2007, a déclaré 600 000 $ en espèces et des dizaines d’exploitations immobilières luxueuses dans diverses parties de la ville. “J’ai occupé un poste d’État depuis près de dix ans et je n’ai pas accumulé une telle fortune“, a assuré Postanjian.

posté le 19 avril 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ELECTIONS LEGISLATIVES
Des directeurs d’école intentent un procès à un groupe de la société civile

Les directeurs de 30 écoles publiques et maternelles ont décidé d’intenter un procès à un groupe de la société civile arménienne qui les a manipulés pour leur faire avouer qu’ils avaient demandé à leur personnel et à des parents d’élèves de voter pour le parti républicain lors des élections législatives du 2 avril.

Ils veulent des excuses formelles et un total de 60 millions de drams (124 000 $) en dommages et intérêts pour ces révélations scandaleuses qui, selon eux, compromettent leur « honneur et dignité ».

L’Union des citoyens informés (UCI) a révélé à la fin du mois dernier que ses activistes, se faisant passer pour des représentants du parti républicain, ont téléphoné à 136 écoles et directeurs de maternelle à travers le pays. Il a déclaré que 114 d’entre eux ont accepté d’établir des listes de parents d’enfants ainsi que d’enseignants et de personnels de maternelles qui ont promis de soutenir le HHK lors des élections du 2 avril.

L’UCI a diffusé l’enregistrement audio de ces conversations téléphoniques.

Les forces d’opposition arméniennes ont dépeint les révélations comme étant une preuve supplémentaire des fraudes du HHK lors de la campagne parlementaire. Certains d’entre eux ont exigé que la Commission électorale centrale (CEC) ouvre une enquête judiciaire pour disqualifier le HHK de la course électorale. La CEC a rejeté ces demandes.

Le HHK a reconnu que beaucoup de directeurs d’écoles faisaient campagne pour sa victoire électorale. Mais il a prétendu qu’ils le font “hors de leurs heures de travail et de leurs tâches professionnelles“.

Un vice-président de HHK, Armen Ashotian, a approuvé cette plainte déposées hier.

Harutiun Harutiunian, avocat représentant les plaignants, a affirmé que les révélations de l’UCI équivalaient à une diffamation de caractère. “Mes clients affirment sans équivoque qu’ils n’ont pas abusé des ressources administratives“, a-t-il assuré.

Daniel Ioannisian, activiste de l’UCI, a commenté : “Laissez le Parti républicain nous poursuivre et dire qu’il n’a pas abusé des ressources administratives. Dans ce cas, nous pourrons discuter devant les tribunaux.“

“Nous n’avons pas dit que les directeurs ont abusé des ressources administratives“, a déclaré Ioannisian. “Nous n’avons fait que présenter des faits.“

L’activiste a également affirmé que l’action en justice a été orchestrée par les dirigeants du HHK en représailles contre les révélations embarrassantes. Cela vise à restreindre la liberté d’expression en Arménie, a t-il regretté.

Dans un rapport préliminaire publié le 3 avril, les observateurs électoraux européens ont mentionné les enregistrements de l’UCI dans le contexte de « rapports crédibles de pression et d’intimidation sur les électeurs, en particulier sur les employés des secteurs privé et public ».

posté le 12 avril 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Nikol Pashinian va être candidat aux élections municipales d’Erevan

Nikol Pashinian, dirigeant de l’alliance Yelk de l’opposition, va se présenter face au maire sortant d’Erevan Taron Markarian, lors des élections municipales qui ont lieu le mois prochain, a t-il annoncé vendredi.

Les électeurs de la capitale arménienne se rendront aux urnes le 14 mai pour élire un nouveau conseil municipal qui, à son tour, choisira le maire de la ville. Le conseil actuel d’Erevan est contrôlé par le parti républicain (HHK). Il a choisi Markarian en tant que maire en 2011.

Le conseil d’administration du parti républicain dirigé par le président Serge Sarkissian a décidé de nommer de nouveau Markarian comme candidat à la mairie jeudi dans la soirée. En conséquence, le maire de 38 ans sera tête de liste du parti pour les élections de la capitale. Le porte-parole du parti, Eduard Sharmazanov, a déclaré que Markarian a obtenu des résultats « assez spectaculaires » pendant son mandat.

“Notre objectif dans ces élections est de gagner“, a commenté Pashinian après avoir annoncé sa candidature à la mairie et la liste de Yelk.

“Yelk est déterminé à donner aux résidents d’Erevan l’occasion d’élire un maire qui servira leurs intérêts et n’utilisera pas son poste pour gagner des millions de dollars“, a affirmé l’opposant.

Yelk a remporté environ 8% des suffrages lors des élections législatives du 2 avril. Le bloc a obtenu environ 14% à Erevan, selon la Commission électorale centrale (CEC).

Pashinian, 41 ans, a déclaré que Yelk espère faire une démonstration plus forte dans la capitale le 14 mai. Il a critiqué le bilan de Markarian, soulignant le mauvais état des transports en commun.

Aucun des autres grandes partis ou alliances n’a parlé vendredi de présenter un candidat à Erevan.

posté le 10 avril 2017 par Claire/armenews


ELECTIONS LEGISLATIVES
Levon Ter-Petrosian va demander à la Cour constitutionnelle l’annulation des résultats

L’alliance de l’ex-président Levon Ter-Petrosian a annoncé vendredi qu’elle allait demander à la Cour constitutionnelle d’Arménie d’annuler les résultats officiels des élections parlementaires du 2 avril en raison de ce qu’elle a appelé “l’achat répandu de vote“ et d’autres irrégularités “systématiques“.

Le groupe du Congrès-HZhK a allégué « la distribution massive des pots-de-vin lors du vote », l’intimidation des électeurs par les loyalistes du gouvernement, les violations du secret du scrutin ainsi que « de nombreux cas enregistrés de vote multiple. » « Les violations à grande échelle et systématiques du processus électoral a empêché une expression libre de la volonté du peuple “, a-t-il assuré dans un communiqué.

Le Congrès-HZhK a déclaré avant les élections que le vote multiple serait pratiquement impossible en raison des amendements soutenus par l’opposition au Code électoral promulgués par les autorités l’automne dernier. En particulier, ces changements ont conduit à l’installation de dispositifs électroniques d’authentification des électeurs dans tous les bureaux de vote.

Les autorités ont également accepté de publier les listes signées des électeurs qui ont voté le 2 avril. Cela a permis aux partis d’opposition de vérifier si quelqu’un d’autre avait voté en faveur d’Arméniens absents du pays.

La déclaration du Congrès-HZhK ne précise pas si le bloc a examiné ces listes et trouvé des preuves d’une telle fraude. L’un de ses principaux membres, Levon Zurabian, a affirmé que le bloc présentera des preuves de ses allégations lors des audiences devant la Cour constitutionnelle.

Les observateurs électoraux européens n’ont pas signalé de cas importants de vote multiple dans leur rapport préliminaire publié lundi dernier. Ils ont cité plutôt des informations crédibles sur l’achat de vote et la pression sur les fonctionnaires et les employés des entreprises privées.

Pratiquement tous les partis et blocs d’opposition arméniens ont déclaré que l’achat de vote avait été décisif dans la victoire électorale du HHK. Ter-Petrosian a également déclaré lundi dernier que le résultat de l’élection n’était pas inattendu “dans un pays où (...) les gens sont condamnés à la misère totale“.

“Les pots-de-vin n’étaient qu’un bonus car, en réalité, les gens ont été forcés de voter pour le HHK“, a regretté Zurabian. “La pression sur les électeurs a été exercée par des ressources administratives et des éléments criminels. Les pots-de-vin n’étaient qu’une composante supplémentaire de tout ce système.“

Le porte-parole du HHK, Eduard Sharmazanov, a admis mercredi que des pots-de-vin ont été distribués mais a insisté sur le fait qu’ils n’avaient pas eu d’incidence significative sur les résultats du vote. Sharmazanov a également rappelé que les États-Unis et l’Union européenne ont dressé un bilan plutôt positif du scrutin.

Le responsable de la politique étrangère de l’UE, Federica Mogherini, a déclaré mardi, à travers son porte-parole, que les résultats officiels reflètent « la volonté générale du peuple arménien ». Elle a également déclaré que l’UE travaillerait en étroite collaboration avec le « nouveau Parlement et le gouvernement démocratiquement élu » de l’Arménie.

Selon la Commission électorale centrale (CEC), le Congrès-HZhK a remporté 1,65% du vote. Le bloc de Ter-Petrosian n’aura donc pas de siège dans le nouveau Parlement arménien.

posté le 10 avril 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Une organisation assure détenir la preuve de l’existence de fraudes électorales

Une coalition d’organisations de la société civile arménienne a affirmé hier avoir la preuve qu’au minimum plusieurs centaines de votes ont été comptabilisés sur le nom de citoyens qui n’ont pas été voter lors des élections parlementaires du 2 avril.

Le groupe d’observateurs des citoyens, qui a déployé plus de 3 000 observateurs électoraux, a commencé à examiner minutieusement les listes nationales de tous les Arméniens qui ont participé au vote, selon la Commission électorale centrale (CEC).

La publication de ces listes signées a été l’une des nombreuses modifications majeures de la lutte contre la fraude au Code électoral adoptée l’automne dernier, conformément à un accord conclu entre le gouvernement arménien et l’opposition. Un autre amendement a conduit à l’introduction de dispositifs électroniques d’authentification des électeurs dans tous les bureaux de vote. Ces mesures visaient à empêcher le vote multiple des partisans du gouvernement.

À la veille des élections, Citizen Observer a demandé aux Arméniens qui ne prévoyaient pas de voter ou ceux qui vivent à l’étranger de vérifier si d’autres personnes ont voté illégalement en leur nom. Selon Tigran Yegorian, un expert juridique de Citizen Observer, environ 10 000 de ces citoyens ont répondu à l’appel.

“Nous avons comparé les données de seulement environ 100 des 2 009 arrondissements et avons constaté qu’il y avait irrégularités sur le vote de 800 des 10 000 personnes qui ont déclaré ne pas avoir participé aux élections“, a expliqué Yegorian. Ce nombre pourrait bien augmenter à mesure que Citizen Observer continue d’examiner les listes, a t-il précisé.

Shushan Davtian, femme de 20 ans qui étudie actuellement en Europe, a également examiné les listes publiées sur le site Web de la CEC et a constaté que quelqu’un d’autre a imité sa signature et voté à sa place. “Franchement, j’ai été très surprise“, a-t-elle commenté.

Elle a suggéré que les fonctionnaires du district d’Avar d’Erevan ont dû se renseigner pour savoir qu’elle ne serait pas en Arménie le jour des élections.

La CEC n’a pas immédiatement répondu aux revendications de Citizen Observer.

En vertu du Code électoral, toutes les plaintes relatives aux soupçons de vote multiple doivent être soumises à la commission d’ici mercredi matin. Yegorian a déclaré que Citizen Observer ne pouvait pas respecter ce délai parce que la CEC a retardé la publication des listes signées de plusieurs heures mardi. La commission devrait donc accepter d’examiner une plainte formelle qui sera déposée par les groupes civiques plus tard cette semaine, a-t-il déclaré.

posté le 6 avril 2017 par Claire/armenews