Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Russie


COOPERATION ECONOMIQUE
L’Arménie et la Géorgie s’entendent sur un nouveau corridor à destination de la Russie

La Géorgie a accepté d’ouvrir de nouveaux corridors de transport qui seront utilisés par l’Arménie pour les expéditions de marchandises commerciales en provenance et à destination de la Russie, a déclaré le Premier ministre Karen Karapetian lors d’une visite officielle à Tbilissi vendredi.

La majeure partie du commerce entre la Russie et l’Arménie se fait actuellement par le seul poste frontière russo-géorgien à Upper Lars. La circulation le long de cette route montagneuse est fréquemment bloquée par des blizzards en hiver.

Des centaines de camions arméniens ont été laissés sur place pendant plus de deux semaines en raison de fortes chutes de neige en décembre. La route de Upper Lars a également été fermée pendant plus d’un mois cet été après un glissement de boue massif.

De plus, les camionneurs arméniens se plaignent fréquemment de longues files d’attente et d’un service lent sur le côté russe de la frontière.

Peu de temps après s’être rendu à Moscou le mois dernier, Karapetian a demandé au ministère arménien des Transports et des Communications de soumettre avant le 1er mars des propositions sur d’autres routes commerciales russo-arméniennes passant par la Géorgie.

Des diplomates russes et géorgiens ont fait état d’importants progrès vers le lancement de telles liaisons de transport après une nouvelle série de pourparlers qui s’est tenue à Prague le 7 février. Ils ont déclaré que la Russie et la Géorgie sont proches de relancer un accord de 2011 visant à leur permettre de maintenir des liens commerciaux.

Le négociateur russe, le ministre adjoint des Affaires étrangères, Grigory Karasin, a déclaré au quotidien moscovite “Kommersant“ que la Géorgie est maintenant prête à rouvrir deux routes qui le relient à la Russie via les régions séparatistes géorgiennes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud. Il a dit que les deux parties embaucheront une compagnie suisse pour établir des points de contrôle douaniers sur les frontières administratives des deux territoires qui ont été reconnus par la Russie comme des états indépendants.

“Kommersant“ a déclaré que l’accord de compromis permettra à Moscou d’éviter de reconnaître formellement la souveraineté géorgienne sur l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie. “Dès que nous résoudrons tous les problèmes restants, nous allons commencer la mise en œuvre de l’accord“, aurait assuré Karasin.

La question aurait été au centre de l’agenda des entretiens entre Karapetian et le Premier ministre géorgien Giorgi Kvirikashvili, qui ont eu lieu jeudi. S’adressant aux journalistes le lendemain, le Premier ministre arménien a déclaré : « Si vous voulez savoir s’il y aura une alternative à la route du Lars, alors je peux vous assurer que oui, il y en aura une“.

“Mais je ne vais pas entrer dans les détails pour l’instant“, a t-il ajouté. “Nous avons conclu des accords sur la question et sur le corridor énergétique.“

Le Premier ministre n’a mentionné explicitement la question lors d’un point de presse qui a suivi les pourparlers à Tbilissi. Kvirikashvili a déclaré que Karapetian lui a présenté “des propositions très intéressantes“ sur l’expansion des liens économiques entre la Géorgie et l’Arménie.

En dépit des perturbations à Upper Lars, le commerce russo-arménien a augmenté de 15 % pour atteindre près de 1,4 milliard de dollars l’an dernier, ce qui a consolidé le statut de la Russie en tant que partenaire commercial numéro un de l’Arménie. Selon les statistiques officielles arméniennes, cette croissance a été tirée par une augmentation de 51 % des exportations arméniennes vers la Russie.

posté le 27 février 2017 par Claire/armenews


SYRIE
Quatre militaires russes tués par une mine artisanale en Syrie

Quatre militaires russes ont été tués dans l’explosion d’une mine artisanale au passage de leur convoi en route pour Homs, dans le centre de la Syrie, ont annoncé les agences de presse russes citant l’armée russe.

“Le 16 février, l’explosion d’une mine artisanale commandée à distance a provoqué la mort de quatre militaires russes (...) Deux autres ont été blessés, les médecins font tout leur possible pour les sauver“, selon le ministère russe de la Défense.

Selon la même source, leur véhicule faisait partie d’un convoi de l’armée syrienne en route pour Homs et visé près de l’aéroport militaire de Tiyas, d’où ils étaient partis. “Après quatre kilomètres de trajet, une mine artisanale commandée à distance a été activée sous la voiture des militaires russes“, précise l’armée russe.

Ces morts portent à 26 le nombre de militaires russes tués en Syrie depuis le début de l’intervention de la Russie dans le pays en septembre 2015, à la demande du président syrien Bachar el-Assad.

La Russie a subi ses plus lourdes pertes dans le pays le 1er août 2016, quand cinq militaires sont morts dans le crash d’un hélicoptère, abattu dans le nord-ouest de la Syrie.

posté le 24 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Russie 


ALLEMAGNE
Ukraine : la reconnaissance russe des passeports séparatistes inacceptable, juge Berlin

La reconnaissance par la Russie des passeports délivrés par les séparatistes pro-russes de l’est de l’Ukraine est “inacceptable“ et constitue une infraction aux accords de paix de Minsk, a dénoncé le gouvernement allemand.

La décision samedi du président russe Vladimir Poutine de reconnaître ces documents “sape l’intégrité de l’Ukraine et est en contradiction flagrante avec ce qui a été décidé à Minsk, et est donc inacceptable“, a jugé Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière Angela Merkel, alors que l’Allemagne est l’un des garants du processus de paix.

M. Poutine a signé samedi un décret reconnaissant les “papiers d’identité, les diplômes scolaires ou professionnels, les certificats de naissance, de décès“ émis par les républiques rebelles autoproclamées de Lougansk (LNR) et Donetsk (DNR), alors même que la Russie officiellement n’a pas reconnu ces territoires.

Le texte assure que la mesure est “temporaire“ jusqu’à ce qu’une solution politique au conflit ukrainien soit trouvée

“sur la base des accords de Minsk“ de février 2015. En mars 2016, les autorités rebelles ont commencé à distribuer aux habitants des passeports, très similaires aux passeports russes avec un aigle à deux têtes ornant une couverture de couleur rouge.

La mise en oeuvre des accords de Minsk, dont la France et l’Allemagne sont les architectes, est quasi-paralysée depuis de longs mois.

Le ministère allemand des Affaires étrangères a appelé lundi à la Russie à s’y tenir.

“Nous considérons qu’il est dans l’intérêt des deux parties, Moscou et Kiev, (...) de mettre en oeuvre l’accord et donc de revenir au rétablissement plein et entier de la souveraineté ukrainienne“, a jugé le porte-parole du ministère, Martin Schäfer.

“Cet appel est adressé avant tout à la Russie“, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, la situation sur le terrain restait confuse lundi dans l’est de l’Ukraine où une nouvelle trêve devait entrer en vigueur, l’armée ukrainienne dénonçant de nouveaux affrontements ayant fait un mort tandis que les rebelles évoquaient un calme relatif.

Le conflit entre séparatistes prorusses et soldats ukrainiens a fait près de 10.000 morts depuis avril 2014. La Russie est régulièrement accusée par Kiev et les Occidentaux de soutenir militairement et financièrement les rebelles séparatistes dans l’est de l’Ukraine. Moscou, visée par une série de sanctions de l’Union européenne pour son rôle dans le conflit, dément fermement.

posté le 24 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Russie 


SELON LE MINISTRE DE LA DEFENSE
La présence militaire russe est très importante pour la sécurité de l’Arménie

La présence militaire russe en Arménie reste un élément “très important“ de la stratégie de sécurité nationale du pays, a déclaré le ministre de la Défense, Vigen Sargsian, dans une interview publiée hier.

Sargsian a également déclaré que l’Arménie est prête à approfondir sa coopération militaire plus large avec la Russie.

“La Russie est notre alliée stratégique“, a t-il développé. “C’est ainsi que nous considérons la coopération en cours avec la Russie en termes de formation du personnel militaire, dans le domaine militaro-technique et dans le dialogue politico-militaire. Nous pensons que c’est un complexe inséparable. Nous sommes ouverts et prêts à intensifier davantage ce dialogue. “

Dans le cadre de cette alliance, jusqu’à 5000 soldats russes ont été stationnés en Arménie depuis la dissolution soviétique. Sargsian a parlé de la base militaire russe basée à Gumri comme d’“un facteur important de dissuasion.“

“Nous considérons sa présence en Arménie comme une composante très importante du système de sécurité de notre pays“, a t-il ajouté.

La base russe a également des centaines de chars, véhicules blindés et systèmes d’artillerie, ainsi qu’une vingtaine de chasseurs MiG-29. Moscou l’a renforcée avec des hélicoptères et d’autres matériels militaires depuis un accord russo-arménien en 2010 et a étendu ses droits de base en Arménie à 2044.

Sargsian n’a pas nié les rapports selon lesquels l’armée russe a également déployé ses nouveaux systèmes de radar de Nebo-M à la base de Gumri récemment.

Les dirigeants arméniens disent depuis longtemps que l’Arménie accueille des troupes russes sur son territoire principalement en raison de la menace de la Turquie, plus que de l’Azerbaïdjan. Du point de vue d’Erevan, la présence militaire russe interdit l’intervention militaire directe de la Turquie sur le côté azerbaïdjanais dans le conflit du Haut-Karabagh.

Certaines des troupes russes en Arménie et une unité armée arménienne forment une force militaire russo-arménienne mise en place en 2000. Le ministre de la Défense Sargsian et son homologue russe, Sergey Shoygu, ont signé un accord en novembre dernier sur le renforcement du « groupe de troupes unies ».

L’alliance militaire avec la Russie a également permis à l’Arménie de recevoir des armes russes à des prix réduits, voire même gratuitement. Sargsian a souligné le fait qu’Erevan utilise un prêt de 200 millions de dollars accordé par Moscou en 2015 pour acheter diverses armes russes aux « prix intérieurs » de la Russie. Certains de ces matériels militaires ont déjà été livrés à l’Arménie avant l’échéance.

“Nous continuerons le dialogue avec la partie russe sur la possibilité d’acquérir des armes sur le marché russe“, a prévenu Sargsian.

Le prêt de 200 millions de dollars ne couvre pas les missiles Iskander russes à la pointe de la technologie qui ont été fournis à l’armée arménienne et qui ont été dévoilés lors d’un défilé militaire à Erevan en septembre. Sargsian a refusé de divulguer les termes financiers de cette acquisition.

Le ministre de 41 ans a insisté sur le fait que les systèmes de missiles appartiennent à l’Arménie et sont exploités par des officiers de l’armée arménienne. Il les a décrits comme une « arme de dissuasion », dans une référence claire au différend du Karabagh.

Le président Serge Sarkissian a également déclaré en novembre que les missiles Iskander sont un « antidote » contre les tentatives possibles de l’Azerbaïdjan pour parvenir à une solution militaire au conflit.

Avec une portée de tir d’au moins 300 kilomètres, Iskander est connu pour sa précision et sa capacité à surmonter les boucliers modernes de défense antimissile.

posté le 23 février 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



RUSSIE
La Russie prône un ordre mondial post-occidental (Lavrov)

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a appelé à la mise en place d’un ordre mondial post-occidental, tout en proposant aux Etats-Unis à une relation “pragmatique“.

“Nous ne sommes pas d’accord avec ceux qui accusent la Russie de tentative (...) de détruire l’ordre mondial libéral. La crise de ce modèle était programmée car le concept de mondialisation politique et économique était bâti par une élite d’Etats (...) pour dominer tous les autres“, a-t-il dit.

“Les dirigeants responsables doivent faire un choix. J’espère que ce choix sera celui d’un ordre mondial démocratique et juste. Si vous voulez, appelez le +post-west+“, a ajouté l’homme de confiance de Vladimir Poutine. Selon lui, dans ce nouvel ordre, chaque Etat souverain “cherchera l’équilibre entre ses intérêts et ceux de ses partenaires“.

Parlant ensuite des relations avec les Etats-Unis, M. Lavrov a affirmé que la Russie ne souhaitait rien d’autre qu’une relation de “respect mutuel“. “Quelles relations voulons nous avec les Etats-Unis ? Des relations pragmatiques de respect mutuel, la reconnaissance de notre responsabilité (commune) pour la stabilité du monde“, a souligné le diplomate. “Le potentiel de coopération dans les domaines politique, économique, humanitaire est énorme, mais il doit encore être réalisé, nous y sommes ouverts dans la mesure où les Etats-Unis le sont“, a-t-il poursuivi.

Le discours de M. Lavrov est intervenu quelques heures après celui du vice-président américain Mike Pence venu à Munich pour rassurer ses alliés européens sur les intentions de Donald Trump. Le président américain a ces dernières semaines entretenu la confusion sur sa ligne diplomatique, critiquant l’Otan et l’Union européenne et portant aux nues Vladimir Poutine avant d’infléchir sa position.

Toute la semaine, de hauts responsables américains ont voulu rassurer l’Europe sur l’importance de la relation transatlantique et assuré que Washington restera ferme face à la Russie notamment dans la crise ukrainienne. M. Pence a assuré que l’engagement de Washington dans l’Otan, perçu comme un ennemi par la Russie, était “inébranlable“. Il a aussi dit que dans les domaines où c’était possible, Trump chercherait des “terrains d’entente“ avec Moscou.

posté le 22 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Russie 


RUSSIE
Ukraine : Moscou reconnaît les passeports des républiques séparatistes

Les passeports délivrés par les autorités rebelles des régions séparatistes de l’est de l’Ukraine sont désormais reconnus comme valables par la Russie, selon un décret signé par le président russe Vladimir Poutine et publié samedi.

“Les papiers d’identité, les diplômes scolaires ou professionnels, les certificats de naissance, de décès (...) émis par les autorités en exercice dans les zones citées sont reconnus comme valables par la Russie“, a annoncé ce décret, qui mentionne plus tôt les républiques rebelles autoproclamées de Lougansk (LNR) et Donetsk (DNR). “Les citoyens ukrainiens et apatrides qui y résident“ peuvent désormais “entrer en Russie et sortir de Russie sans visa“, a précisé ce décret entrant en vigueur samedi. Ces mesures sont “temporaires, jusqu’à ce que la situation dans les régions de Donetsk et Lougansk trouve une solution politique sur la base des accords de Minsk“ signés en février 2015, selon le décret.

“Nous sommes très reconnaissants envers la Russie pour ce geste“, a déclaré l’un des dirigeants de la DNR, Denis Pouchiline, cité par l’agence de presse russe Interfax.

En mars 2016, les autorités rebelles ont commencé à distribuer aux habitants des passeports, très similaires aux passeports russes avec un aigle à deux têtes ornant une couverture de couleur rouge. Début février, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov insistait que “seules des raisons humanitaires“, à titre exceptionnel, pouvaient permettre la reconnaissance en Russie des documents délivrés par les autorités séparatistes. Moscou ne reconnaît pas les républiques rebelles autoproclamées de Lougansk et Donetsk, où un conflit entre séparatistes prorusses et soldats ukrainiens a fait près de 10.000 morts depuis avril 2014.

La Russie est régulièrement accusée par Kiev et les Occidentaux de soutenir militairement et financièrement les rebelles séparatistes dans l’est de l’Ukraine. Moscou, visée par une série de sanctions de l’Union européenne pour son rôle dans le conflit, dément fermement.

posté le 22 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Russie 


RUSSIE
Premier concert des Choeurs de l’Armée rouge décimés par un accident d’avion avec de nouveaux membres arméniens

Les Choeurs de l’Armée rouge, décimés par un accident d’avion en décembre, ont donné jeudi soir leur premier concert à Moscou, après avoir reconstitué leurs rangs par le biais d’un grand concours national.

“Les Choeurs de l’Armée rouge étaient là pour les Russes lors des moments difficiles, c’est à notre tour d’être à leurs côtés“, a déclaré le vice-ministre russe de la Défense Nikolaï Pankov.

Dans un théâtre moscovite appartenant à l’armée russe, les choristes ont entonné leurs plus célèbres chants patriotes et folkloriques devant les proches des victimes, des hauts gradés de l’armée russe mais aussi une centaine de jeunes conscrits enthousiastes. “Depuis ma plus tendre enfance, je rêvais d’être dans ce choeur“, a confié un jeune choriste Alexeï Martirossian, qui a grandi dans une famille de militaires.

Comme plus de 2.000 personnes, le jeune homme a participé à un concours organisé à l’échelle nationale par les Choeurs de l’Armée rouge, fondés en 1928 et composés de deux formations : l’Ensemble Alexandrov et l’Ensemble académique de la Garde nationale russe. “Pour moi, c’est un grand honneur et une grande responsabilité“, a affirmé le choriste Maxime Maklakov, lui aussi tout juste recruté. “Nous les nouveaux, on est aidés par ceux qui étaient déjà là (...) dans le but de conserver les traditions qui existaient déjà“, se réjouit-il.

Les Choeurs de l’Armée rouge “sont une partie de l’âme russe“ et un “symbole de la Russie“, a déclaré auprès de l’AFP le général Victor Baldine. “Sans eux, nul ne connaîtrait aussi bien les chants militaires russes ni le rôle de la Russie dans la Première et Seconde guerre mondiale“, a-t-il estimé.

Le 25 décembre, les Choeurs de l’Armée rouge ont perdu 64 de ses membres, dont leur directeur Valéri Khalilov, lors du crash sur les côtes de la mer Noire d’un avion militaire qui se rendait en Syrie pour célébrer le Nouvel An avec les soldats russes.

Leur répertoire, qui compte aujourd’hui plus de 2.000 oeuvres parfois accompagnées de chorégraphies acrobatiques, est connu dans le monde entier grâce à d’innombrables tournées à l’étranger pendant et après l’époque soviétique.

Après une série de concerts à Moscou, les Choeurs de l’Armée Rouge seront en France pour une tournée du 21 au 26 mars, qui débutera à Lyon et s’achèvera à Paris.

posté le 21 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Russie 


RUSSIE
En Russie, un député accuse les juifs d’avoir cuit les chrétiens dans des chaudrons

En Russie, un député accuse les juifs d’avoir “cuit les chrétiens dans des chaudrons“

Un député russe, connu pour ses propos homophobes, a provoqué la colère de la communauté juive en Russie en accusant les ancêtres de ce peuple d’avoir “cuit les chrétiens dans des chaudrons“.

Le député Vitali Milonov, connu pour avoir rédigé la loi sanctionnant la “propagande homosexuelle“, s’en est violemment pris à deux élus du conseil municipal de Saint-Pétersbourg (nord-ouest), Boris Vichnevski et Maksim Reznik, tous les deux d’origine juive, lors d’une manifestation pour le retour d’une célèbre cathédrale de cette deuxième ville de Russie à l’Eglise orthodoxe.

“Les chrétiens ont survécu malgré le fait que les ancêtres de Boris Vichnevski et de Maksim Reznik nous ont cuits dans des chaudrons et nous ont jetés pour être déchirés par des bêtes sauvages“, a ainsi affirmé M. Milonov.

Ces déclarations ont été qualifiées d’“insultantes“ par le Congrès juif russe, qui réunit des hommes d’affaires, des militants et des dignitaires religieux juifs en Russie. “Il a insulté les élus du conseil municipal de Saint-Pétersbourg (...), ses collègues députés doivent cesser de lui dire bonjour“, a déclaré lundi à l’AFP Iouri Kanner, président du Congrès juif russe.

“C’est la première fois que j’entends que les juifs auraient cuit les chrétiens dans des chaudrons ou les auraient donnés comme nourriture à des bêtes sauvages“, a-t-il ajouté.

La Russie compte actuellement près d’un million de juifs, selon la Fédération des communautés juives de Russie (FEOR).

Environ un million de juifs ont quitté l’URSS pour Israël à l’époque soviétique, selon le grand rabbin de Russie, Berl Lazar.

En 2016, près de 7.000 de juifs russes ont immigré en Israël, a affirmé un récent rapport de l’antenne russe de l’Agence juive, assurant que la Russie est ainsi devenue le premier pays de provenance de l’immigration juive dans l’Etat hébreu.

posté le 17 février 2017 par Stéphane/armenews


RUSSIE
Russie : opposants et partisans du retour d’une célèbre cathédrale à l’Eglise manifestent

Environ 2.500 personnes ont protesté à Saint-Pétersbourg contre la décision des autorités de rendre à l’Eglise orthodoxe la célèbre cathédrale Saint-Isaac, devenue musée à l’époque soviétique, après quelque 400 qui avaient manifesté pour ce transfert.

Les opposants, réunis devant la cathédrale qui est aujourd’hui l’une des principales attractions touristiques de l’ancienne capitale impériale russe, portaient des pancartes sur lesquelles était écrit “La Russie est un Etat laïc“, “Ne rendez pas Saint-Isaac“ ou encore “Patriarcat - Pas touche à Saint-Isaac“. “L’Eglise orthodoxe, ce sont seulement des parasites qui veulent recevoir de l’argent“, a déclaré à l’AFP Natalia Gorokhova, une manifestante de 50 ans.

Ce rassemblement est le plus important depuis le début du mouvement de protestation contre la décision des autorités locales de transférer à la toute puissante Eglise ortodoxe l’usage, mais pas la propriété, de l’imposante bâtisse, dont la coupole de plus de 100 mètres de haut domine la Néva.

Une précédente manifestation, fin janvier, avait réuni 1.500 personnes. “Le fait qu’on soit aussi nombreux va obliger le pouvoir a reculé“, a assuré à l’AFP le député local Boris Vichnevski, promettant que la mobilisation va continuer.

Plus tôt, environ 400 croyants avaient participé à une procession avant d’assister à une messe en la cathédrale Saint-Isaac. “Le retour de la cathédrale, c’est l’éxécution d’une loi laïque sur le retour des temples“ dans le giron des Eglises, a expliqué à l’AFP Elena Fedorova, une participante de 40 ans. “Il y a eu beaucoup de spéculations. Peut-être qu’il y a de la corruption au musée et qu’ils ne veulent pas que ça soit découvert“, a-t-elle ajouté.

Le député Vitali Milonov, connu pour avoir rédigé la loi sanctionnant la “propagande homosexuelle“, a estimé que garder la cathédrale en tant que musée était une “violation des droits de croyants“. La cathédrale est devenu “un cirque pour touristes“, a-t-il ajouté.

Construite selon les plans de l’architecte français Auguste Ricard de Montferrand entre 1818 et 1858, la cathédrale Saint-Isaac avait à l’époque impériale le statut de principale cathédrale de Russie. Sous l’URSS, elle a été transformée en musée de l’athéisme puis, à partir de 1937, en musée d’histoire et d’art. Même si les offices religieux y ont repris à partir de 1990 à l’occasion d’importantes fêtes religieuses, elle reste l’un des principaux musées de Saint-Pétersbourg, dans le nord-ouest de la Russie.

posté le 16 février 2017 par Stéphane/armenews