Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Karabagh


ARTSAKH
L’Azerbaïdjan a lancé samedi un drone tueur contre les positions arméniennes à la frontière de l’Artsakh

Samedi 20 janvier à 14h50 sur la frontière nord de l’Artsakh l’Azerbaïdjan a porté une attaque avec un drone tueur. Selon le ministère de la Défense de la République de l’Artsakh l’appareil a lancé en direction des unités arméniennes frontalières une grenade offensive qui a explosé, sans toutefois toucher les soldats arméniens. L’armée arménienne a montré les images des morceaux de cette charge explosive. Pourtant à la veille de cette nouvelle agression azérie, à Cracovie (Pologne) à l’initiative du Groupe de Minsk de l’OSCE les chefs de la diplomatie de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan s’étaient rencontrés pour appeler à un règlement pacifique du conflit de l’Artsakh. Malgré cette déclaration, Bakou a préféré utilisé la méthode forte armée, dont le seul désir était de tuer !

Krikor Amirzayan

posté le 22 janvier 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Armée  Arménie  Azerbaïdjan  Image 450  Karabagh 


REGION SUD-CAUCASE
La Russie continue de livrer des armes à l’Azerbaïdjan qui seront acheminés au front de l’Artsakh !

Le site d’information azéri « Contact » se fondant sur des éléments communiqués par le ministère azéri de la Défense, affirme que l’Azerbaïdjan a reçu de la Russie de nouvelles livraisons d’armes modernes suite aux accords inter-gouvernementaux entre Bakou et Moscou. Ces livraisons d’armes de fabrication russe se sont déroulées vendredi 19 janvier. Ces appareils blindés et la grande quantité d’armement arrivé de Russie au port de Bakou seront vites transmis au front de l’Artsakh selon les informations. Le communiqué du ministère de la Défense de l’Azerbaïdjan affirme cyniquement que ce type de matériel militaire fut utilisé lors de la guerre de quatre jours contre l’Artsakh en avril 2016.

JPEG - 42.3 ko

Précisions que la Russie est un partenaire stratégique de l’Arménie liée par une convention de partenariat militaire...dans ces conditions ces livraisons d’armes à l’Azerbaïdjan qui seront directement utilisées contre les Arméniens tant sur le front de l’Artsakh que de l’Arménie a de quoi surprendre...

Krikor Amirzayan

posté le 21 janvier 2018 par Krikor Amirzayan/armenews


DISPARITION
Disparition du militant Sarkis Hatspanian

Les médias d’Arménie viennent d’annoncer la disparition de Sarkis Hatspanian (55 ans). Né en 1962 à Alexandrette (aujourd’hui en Turquie) Sarkis Hatspanian avait quitté la Turquie dans les années 1980 pour s’installer en Europe. En France il avait pris la nationalité française. Il a étudié à la Sorbonne pour devenir réalisateur. Depuis le début des années 1990 il habitait en Arménie. Il avait participé à la guerre de libération de l’Artsakh. Revenu il y a quelques mois en France, souffrant de grave maladie, il était soigné à Lyon.

Krikor Amirzayan

posté le 21 janvier 2018 par Krikor Amirzayan/armenews


France-Azerbaïdjan-Artsakh-Arménie
Le député LREM Julien Borowczyk accuse le « lobby arménien de répandre des mensonges »

Le 17 janvier 2018 se tenait une conférence à l’Assemblée Nationale sur les enjeux de compréhension du Caucase Sud pour l’Europe, organisée à l’initiative du think tank Cap Europe à la quelle assistait le député LREM de la Loire Julien Borowczyk. Ce dernier, selon le Blog de Henri Fourcadis sur le club Médiapart, a interrogé les panelistes “sur les moyens de jouer un plus grand rôle auprès de l’éxécutif français pour faire valoir les droits de l’Azerbaïdjan face à l’Arménie dans le cadre du conflit du Haut Karabakh“.

JPEG - 158.6 ko

Deux jours plus tard, le site d’information azéri Report.az publiait une interview du député de la 6ème circonscription de la Loire, membre du Groupe d’amitié France-Azerbaïdjan :

« J.B -L’autre difficulté est la diffusion d’informations négatives sur l’Azerbaïdjan et, dans de nombreux cas, les fausses informations fournies par le lobby arménien, provoquent des vues trompeuses et une image négative sur l’Azerbaïdjan.

Je voudrais mentionner un autre problème à cet égard. L’Azerbaïdjan est bien connu à Paris et dans les environs, ce qui est un phénomène positif. Mais encore une fois, le lobby arménien peut répandre plus de mensonges dans Paris et les villes environnantes. Quand il s’agit de différentes régions de France, la situation est différente. Mais le côté positif est que l’activité du lobby arménien est faible ou n’existe même pas. Grâce à cela, les Arméniens ne peuvent pas diffuser l’information traditionnelle contre l’Azerbaïdjan. Ainsi, dans ces régions, nous pouvons construire un relation plus forte.

- Report.AZ : - Mais comment arrêter l’information négative diffusée par le lobby arménien en France ?

- Je pense que le lobby arménien opposé est une question très difficile. Par conséquent, je ne veux pas les affronter. »

L’article en anglais ICI

A la mi-décembre, Julien Borowczyk s’est rendu à Bakou au sein d’une délégation dans le but d’entamer d’éventuels échanges avec ce pays.

Julien Borowczyk, 38 ans, Secrétaire de la Commission des Affaires sociales à l’Assemblée nationale, est un médecin pratiquant à Savigneux (Loire).

posté le 20 janvier 2018 par Jean Eckian/armenews


ARTSAHK
Possibilité d’un accord arméno-azéri sur la surveillance de la ligne de front

Les ministres des Affaires étrangères de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan se seraient mis d’accord jeudi pour renforcer la mission internationale de surveillance du régime de cessez-le-feu le long de la “ligne de contact“ du Haut-Karabakh et de la frontière arménienne avec l’Azerbaïdjan.

Edward Nalbandian et Elmar Mammadyarov ont tenu une réunion “positive“ (selon les termes de ce dernier) dans la ville polonaise de Cracovie pour tenter de tirer parti des progrès qu’ils semblaient avoir accomplis lors de leurs précédents pourparlers qui ont eu lieu à Vienne en décembre.

La réunion de trois heures a commencé en présence des médiateurs américains, russes et français qui dirigeaient le Groupe de Minsk de l’OSCE. Les deux ministres se sont ensuite exprimés sous forme de “ tete à tète “.

Une déclaration du ministère arménien des Affaires étrangères a indiqué qu’ils ont discuté “des mesures supplémentaires pour apaiser les tensions dans la zone de conflit et des possibilités d’intensifier le processus de négociation“.

Les parties ont convenues de mettre en œuvre la décision d’accroître les capacités du Bureau du Représentant personnel du Président en exercice de l’OSCE “, a-t-elle ajouté sans autre précision. La partie azerbaïdjanaise ne l’ a pas confirmé immédiatement. Mammadyarov a seulement affirmé que les pourparlers étaient “positifs“.

L’approche commune est que la plupart des négociations intensives, substantielles et logiques doivent se poursuivre si nous voulons progresser vers le règlement du conflit , la paix et la stabilité dans la région “, a déclaré le ministre azerbaïdjanais à l’agence de presse Trend.

Mammadyarov a également déclaré que les trois médiateurs ont présenté aux deux parties “un certain nombre d’idées créatives“ sur un règlement du Haut-Karabakh. Sans en dire davantage.

Les présidents arménien et azerbaïdjanais avaient accepté de renforcer la petite équipe de l’OSCE chargée de surveiller périodiquement le cessez-le-feu dans la zone de conflit du Karabakh lorsqu’ils se sont réunis à Vienne en mai 2016. L’équipe dirigée par Andzrej Kasprzyk se compose d’un petit nombre de fonctionnaires qui se rendent une ou deux fois par mois au Karabakh et à la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan pour surveiller brièvement le respect par les parties des accords de trêve conclus en 1994 et 1995.

L’Azerbaïdjan a officiellement déclaré en mars 2017 qu’il n’autoriserait pas l’OSCE à déployer des observateurs sur la ligne de front du Karabakh “en l’absence de retrait des troupes arméniennes des territoires occupés“. Bakou a été tout aussi réticent à autoriser des enquêtes internationales sur les violations de la trêve dans ce pays, qui ont également fait l’objet d’un accord en mai 2016.

Les présidents Serzh Sarkisian et Ilham Aliyev se sont engagés à intensifier la recherche prolongée d’une paix au Karabakh et à renforcer le cessez-le-feu lors de leurs derniers pourparlers à Genève en octobre 2017.

Mammadyarov et le ministère arménien des Affaires étrangères ont déclaré après les pourparlers de Cracovie que les coprésidents du Groupe de Minsk visiteront à nouveau la zone de conflit au début du mois prochain. Mais on ne sait pas si les deux présidents vont se rencontrer à nouveau avant la fin de mandat de Serge Sarkisian au début du mois d’avril.

posté le 19 janvier 2018 par Ara/armenews

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE-AZERBAÏDJAN
La rencontre entre Edouard Nalbandian et Elmar Mamedyarov s’est déroulée aujourd’hui à Cracovie (Pologne)

A Cracovie (Pologne) se sont rencontrés jeudi 18 janvier le ministre arménien des Affaires étrangères Edouard Nalbandian et son homologue azéri Elmar Mamedyarov nous informe le site twitter de Tigran Balayan le porte-parole du ministère arménien des Affaires étrangères. Mercredi 17 janvier toujours à Cracovie, le chef de la diplomatie arménienne Edouard Nalbandian avait rencontré les coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE, Igor Popov, Andrew Schofer et Stéphane Viscontini. E. Nalbandian avait alors remercié les coprésidents pour les efforts de paix du Groupe de Minsk de l’OSCE avec l’organisation de cet entretien entre les chefs de la diplomatie de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan.

Krikor Amirzayan

posté le 19 janvier 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Azerbaïdjan  Image 450  Karabagh  OSCE 


Humanitaire
Des panneaux solaires pour l’Artsakh (ASPA)

ASPA 1989-2018

JPEG - 2 Mo

L’Association de Soutien aux Patriotes Arméniens (ASPA), adresse à tous ses sympathisants et Amis, pour la nouvelle année 2018, ses vœux de santé, de bonheur, prospérité et la réalisation de tous leurs projets.

(JPEG)

L’ASPA souhaite également d’avoir une pensée toute particulière, pour nos valeureux jeunes soldats qui protègent les frontières d’Arménie et d’Artsakh. Nos jeunes ont déjà prouvé en Avril 2016 mais aussi d’une façon permanente, cet esprit de défense exemplaire de notre Patrie. N’oublions pas leur difficile mission, soyons solidaires et allégeons leur engagement.

JPEG - 386.4 ko

L’A.S.P.A., après l’envoi en novembre 2017, de son containeur traditionnel de plus de 65 m3, composé de 565 colis destinés à nos frères d’Arménie et d’Artsakh, l’ASPA s’investit dans l’achat de panneaux solaires complets fabriqués en Arménie (2 panneaux, 2 batteries, 1 chargeur, un transformateur 220V et prises de courant) pour les populations et les régions en demande en Arménie et en Artsakh.

Nous lançons un appel de soutien financier urgent, afin que l’ASPA continue l’équipement de panneaux solaires au profit de nos unités combattantes et pour les populations en demande des fermes isolées, afin de leur fournir l’énergie nécessaire à leur quotidien (charger leur téléphone, s’éclairer, faire de la cuisine, se chauffer...).

En Arménie et en Artsakh, il y a une source d’énergie gratuite et simple : « le soleil ».

A ce jour, l’ASPA a fourni et installé 220 panneaux solaires, chaque appareil coûtant 500 €, équipés de : 2 panneaux solaires, de 2 batteries, d’un chargeur, d’un transformateur 220V et de prises de courant.

Merci à tous de soutenir l’initiative

Envoyez vos chèques (libellés au nom de l’ASPA), à Achot SCHEMAVONIAN - 06 63 85 77 61 - achotschema@gmail.com - A.S.P.A. B.P. 149 - 92135 - Issy-les-Moulineaux - Cedex.

Pour chaque don, un CERFA vous sera envoyé en retour.

Pensons également à nos tous petits, l’ASPA a pris en charge la rénovation d’ une salle de classe maternelle de 27 élèves, de l’Ecole 123, portant le nom de notre grand poète, Barouyr Sévag de la ville d’Erébouni, près du musée forteresse.

La rénovation de cette classe (réfection des parquets, peintures des murs, plafond et boiseries, remise en état des portes et fenêtres, électricité et isolation) Les parents d’élèves ont déjà commencé les travaux mais pour terminer les travaux il nécessiterait environ 3000€. Si quelques donateurs pouvaient subvenir à ces dépenses ils réaliseraient pour ces enfants de 6 ans, au seuil de cette nouvelle année, un rêve de pouvoir appendre dans de meilleures conditions.

Les noms des donateurs seront cités dans la Classe, ce qui laissera une empreinte

Merci

posté le 18 janvier 2018 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Humanitaire  Image 450  Karabagh 


DIPLOMATIE
Rencontre à Paris entre Jean-Yves Le Diran et Elmar Mamedyarov avec l’Artsakh en sujet central

En visite en France Elmar Mamedyarov le ministre azéri des Affaires étrangères a rencontré son homologue français Jean-Yves Le Drian. Bakou informe que l’un des sujets importants entre les deux chefs de la diplomatie fut le règlement de la question de l’Artsakh. E. Mamedyarov a informé son homologue français des derniers développements du dossier de l’Artsakh et la situation des pourparlers de paix. Bien évidemment le chef de la diplomatie azérie s’est abstenu d’évoquer les agressions répétées de l’Azerbaïdjan contre l’Artsakh et l’Arménie avec de très nombreuses violations du cessez-le-feu ordonnés par Bakou.

Krikor Amirzayan

posté le 17 janvier 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Azerbaïdjan  France  Image 450  Karabagh 


DIPLOMATIE
La Russie n’entend faire pression ni sur Erevan, ni sur Bakou, affirme S.Lavrov

La Russie estime que c’est à l’Arménie et à l’Azerbaïdjan de régler eux-mêmes le conflit du Haut-Karabagh et ne cherchera donc pas à leur imposer quelque plan de paix, a indiqué lundi 15 janvier le ministre russe des affaires étrangères Sergei Lavrov. “La Russie ne peut presenter de plans concrets de règlement du conflit du Karabagh car les parties, et elles seules, peuvent règler le problème”, a indiqué S. Lavrov lors d’une conférence de presse à Moscou en ajoutant : “Ensemble avec les Etats-unis et la France, en qualité de coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE, la Russie fait son possible pour créer les conditions d’un tel règlement ». “Les parties connaissent les positions des coprésidents mais c’est à elles de décider”, a poursuivi le chef de la diplomatie russe en précisant : “Nous attendons bien sûr des signaux positifs envoyés par les deux pays. Nous sommes satisfaits de ce qu’il y ait eu des rencontres des présidents et des ministres des affaires étrangères [arméniens et azerbaïdjanais] l’an dernier. Ainsi la balle est dans le camps des parties” en conflit.

Les présidents Serge Sarkissian et Ilham Aliev s’étaient engagés à intensifier le processus de paix du Karabagh et à consolider le régime de cessez-le-feu en vigueur dans la zone du conflit quand ils se sont rencontrés à Genève le 16 octobre 2017. Leurs ministres des affaires étrangères, Edouard Nalbandian et Elmar Mammadyarov, avaient eu des négociations de suivi à Vienne le 7 décembre et les avaient jugées tous deux “positives”. MM. Nalbandian et Mammadyarov doivent se rencontrer à nouveau d’ici la fin du mois de janvier. Dans une déclaration commune à Vienne le 7 décembre, S.Lavrov et le Secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson avaient salué les pourparlers arméno-azéris tout en appelant les parties en conflit à prendre des mesures concrètes pour empêcher les violations du cessez-le-feu et éviter d’avoir à « repousser encore » la négociation d’un accord de paix durable.

S.Lavrov avait souligné le 12 janvier l’importance d’une consolidation du régime de cessez-le-feu le long de la “ligne de contact” autour du Karabakh et sur la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Il avait estimé que cela faciliterait la recherché d’une solution mutuellement acceptable. “Ce problème ne peut être réglé une fois pour toute sur la base d’un texte unique”, avait poursuivi S. Lavrov. “Il faut une approche par étapes qui traduirait un accord sur ce qu’il est possible de faire actuellement et qui permettrait de travailler sur des sujets nécessitant d’autres discussions en vue d’un accord final et durable, dont [un accord sur] le statut du Karabagh”. S. Lavrov avait indiqué en mars 2017 que les parties en conflit étaient encore loin à “deux ou trois éléments près” d’un plan de paix qui avait été proposé par les médiateurs américain, russe et français, au cours de la dernière décennie. Mais il avait précisé qu’elles étaient largement d’accord sur les principes de la formule de paix prévoyant un retrait arménien des “districts autour du Karabagh” et une décision sur le statut du Karabagh qui « prendrait en compte l’opinion du peuple vivant là ».

posté le 16 janvier 2018 par Gari/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Azerbaïdjan  Diplomatie  Karabagh  Russie