Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Karabagh


ARTSAKH
La beauté de l’Artsakh
La chute d’eau de « Mamrot Kar » en Artsakh.
posté le 23 septembre 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Karabagh 


DIPLOMATIE
Deux députés américains en visite en Artsakh

Deux membres de la Chambre des représentants des États-Unis se sont rendus hier au Haut-Karabagh dans une démonstration de soutien à la poursuite de la reconnaissance internationale du territoire arménien.

Frank Pallone et Tulsi Gabbard ont rencontré des représentants du gouvernement et des députés à Stepanakert après avoir visité la ville historique de Shushi (Shusha), à proximité.

Pallone, qui est l’un des deux coprésidents du Congrès américain chargés du Caucase, a réaffirmé ses vues pro-arméniennes sur le conflit du Karabagh. “Nous croyons que les gens de l’Artsakh doivent pouvoir exercer leur droit à l’autodétermination et disposer de mécanismes pour assurer leur sécurité“.

“Nous allons faire de notre mieux au sein du Congrès ou dans le cadre du groupe Minsk de l’OSCE pour voir si nous pouvons jouer un rôle dans la création de mesures de confiance et évidemment dans un processus qui conduirait à un règlement du conflit et à la paix“, a déclaré Pallone aux journalistes.

“Mais tout cela nécessite que le Karabagh continue d’être arménien et ait sa propre autodétermination. Sur cela, nous insistons toujours“, a ajouté le démocrate du New Jersey qui a visité à plusieurs reprises le Karabagh par le passé.

Pallone et Gabbard, qui est un démocrate d’Hawaii, ont vanté le respect des droits de l’homme et de la démocratie par les autorités du Karabagh. L’Artsakh partage des « valeurs importantes » avec les États-Unis, a explicité M. Gabbard.

Les deux députés étaient accompagnés des présidents du Comité national arménien d’Amérique (ANCA) et de l’Assemblée arménienne d’Amérique, les deux principaux groupes de pression arméniens aux États-Unis. “Comme nos amis du Congrès l’ont vu aujourd’hui, l’Artsakh a une histoire très américaine : la victoire d’un peuple libre sur la domination étrangère, le triomphe grâce au mérite et durement gagné de la démocratie sur la dictature “, a affirmé Raffi Hamparian de l’ANCA.

Pallone et Gabbard faisaient partie d’une délégation de six membres du Congrès américain qui s’est entretenue mardi avec des députés arméniens et des hauts fonctionnaires du gouvernement à Erevan. Un autre membre de la délégation, David Valadao, s’est rendu lundi au Karabagh pour inspecter les activités de déminage financées par les États-Unis.

Plus tôt ce mois-ci, Valadao et d’autres législateurs pro-arméniens ont adopté à la Chambre des représentants un prolongement de l’aide humanitaire pour l’Artsakh. Le Congrès des États-Unis la finance depuis 2001 dans le cadre de l’assistance économique directe au Karabagh, malgré les fortes objections azerbaïdjanaises.

posté le 21 septembre 2017 par Claire/armenews


NEW YORK
Aliev parle de l’Arménie comme d’une « dictature corrompue » devant l’ONU

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a de nouveau critiqué vivement la communauté internationale hier car elle n’aide pas selon lui l’Azerbaïdjan à reprendre le contrôle du Haut-Karabagh.

Dans un discours à l’Assemblée générale de l’ONU à New York, il a également attaqué l’Arménie, qui est selon lui une “dictature corrompue“ et “fasciste“, et parlant de son homologue arménien Serge Sarkissian comme d’un “criminel de guerre“.

Aliev a répété les allégations régulières de Bakou selon lesquelles l’Arménie ignore les résolutions liées au Karabagh adoptées par le Conseil de sécurité de l’ONU en 1993-1994 et essaie de maintenir le statu quo.

“La question est de savoir comment cet Etat corrompu, régi par un régime despotique et médiéval, peut influer sur le droit international depuis tant d’années et ignorer les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et les déclarations des principaux pays du monde“, a t-il déclaré.

Il a ajouté : “Il n’y a pas de pression internationale sur l’agresseur, pas de sanctions internationales imposées à la dictature arménienne. Cette politique doit être arrêtée. “

“La communauté internationale doit arrêter le fascisme arménien et la terreur“, a t-il quémandé.

Aliev, qui doit faire face de plus en plus aux accusations internationales de corruption et de critiques pour avoir réprimé sévèrement la dissidence, n’a pas nommé de puissances mondiales présumées sous la coupe d’Erevan. Il a réaffirmé plutôt que « l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan doit être complètement restaurée » à la suite d’un règlement du Karabagh.

Sarkissian a exclu une telle option lorsqu’il s’était adressé la veille à l’assemblée de l’ONU. Il a été fidèle à la ligne arménienne officielle qui assure que le droit à l’autodétermination des Arméniens du Karabagh devait être au cœur de tout accord de paix.

Sarkissian a précisé que le Karabagh ne peut pas être replacé sous le joug de l’Azerbaïdjan, notamment parce que le régime d’Aliev est un « symbole d’un retour en arrière à l’époque médiévale ». « L’Azerbaïdjan n’a aucun fondement juridique et moral pour revendiquer l’Artsakh », a t-il poursuivi. “L’Artsakh n’a jamais fait partie d’un Azerbaïdjan indépendante“.

“Quelle que soit la variante de règlement à laquelle nous aboutirons, la République d’Artsakh ne peut pas avoir un statut inférieur et avoir moins de liberté que maintenant“, a maintenu le leader arménien.

Les propositions de paix faites conjointement par les États-Unis, la Russie et la France au cours de la dernière décennie appellent à une résolution par étapes du différend arméno-azerbaïdjanais. Il commencerait par une libération progressive de l’ensemble pratiquement des sept districts autour du Karabagh occupés par les forces arméniennes en 1992-1994. En retour, la population majoritairement arménienne du Karabagh serait en mesure de déterminer le statut internationalement reconnu du territoire lors d’un référendum.

Aliev et Sarkissian ont échangé des attaques verbales avant une éventuelle rencontre à New York de leur ministre des Affaires étrangères. Les coprésidents américain, russe et français du groupe Minsk de l’OSCE espèrent que la réunion préparera le terrain pour un sommet arméno-azerbaïdjanais plus tard cette année.

posté le 21 septembre 2017 par Claire/armenews


DISCUSSIONS A EREVAN
Des législateurs américains discutent Karabagh et investissements en Arménie

Six membres de la Chambre des représentants des États-Unis ont discuté du conflit du Haut-Karabagh et des obstacles à des liens commerciaux plus proches entre les États-Unis et l’Arménie avec des représentants du gouvernement arménien et des parlementaires lors d’une visite à Erevan hier.

La délégation du Congrès a rencontré le Premier ministre Karen Karapetian, l’orateur du Parlement Ara Babloyan et plusieurs autres députés arméniens représentant divers partis politiques. La délégation comprenait trois des quatre coprésidents du Congrès s’occupant du Caucase et des questions arméniennes : Frank Pallone, Jackie Speier et David Valadao.

Le conflit non résolu du Karabagh était au premier rang des discussion. Karapetian et Babloayn ont loué la médiation américaine pour les pourparlers de paix entre Arménie et Azerbaïdjanais. Les deux parties ont convenu de la nécessité d’une résolution pacifique du conflit.

Anna Eshoo, autre membre de la délégation des États-Unis, a souligné l’importance d’un règlement du Karabagh pour le développement économique de l’Arménie. “Je pense que l’avenir de l’Arménie repose beaucoup sur une résolution pacifique“, a t-elle avancé.

Eshoo a insisté sur le fait qu’une solution de compromis au conflit est possible malgré l’impasse actuelle du processus de négociation. “Je pense que nous devons être optimistes“, a assuré le démocrate californien.

La plupart des députés invités ont fortement appuyé l’aide économique directe des États-Unis au Karabagh depuis presque deux décennies. Une partie de cette aide a été consacrée aux opérations humanitaires de déminage menées par HALO Trust, un organisme de bienfaisance britannique. Il y a deux semaines seulement, la Chambre des représentants a approuvé un financement de 1,5 million de dollars pour de nouvelles activités.

Valadao s’est rendu lundi au Karabagh pour inspecter ces activités de déminage. Il a rapporté qu’il ne s’inquiétait pas d’être mis sur la liste noire par l’Azerbaïdjan pour avoir visité le territoire peuplé d’Arménie sans la permission de Bakou.

“C’est leur choix“, a commenté le député républicain. “Je ne veux pas m’en occuper“.

Les députés des États-Unis ont également parlé avec leurs homologues arméniens des moyens de stimuler les investissements américains en Arménie. Ils ont souligné l’importance de lutter contre la corruption gouvernementale dans le pays.

“La corruption est un anathème pour les entreprises américaines“, a lâché Eshoo. “Ils ont écouté avec attention [...] Je pense qu’il est important de toujours dire à ses amis la vérité.“

La réunion avec Karapetian a également porté sur les perspectives de signature d’un accord entre les États-Unis et l’Arménie visant à éviter une double imposition.

Le vice-ministre arménien des Transports et des Communications, Boris Demirkhanian, a affirmé qu’un tel accord est particulièrement important pour le secteur de la technologie de l’information en plein essor en Arménie. Il a pris la parole lors de la réunion séparée de la délégation américaine avec des responsables techniques locaux. Les députés invités ont été informés de la forte présence américaine dans le secteur, selon une déclaration du ministère arménien des Transports, des Communications et des Technologies de l’information.

Le secteur a augmenté en moyenne de plus de 20 % par an au cours de la dernière décennie. Il est dominé par les branches arméniennes des géants technologiques américains comme Synopsys, National Instruments, Mentor Graphics et VMware.

posté le 20 septembre 2017 par Claire/armenews


REVUE DE PRESSE
Dans Les Éternels, un documentariste belge s’est rendu au Haut-Karabagh

Il y a des guerres dont les médias parlent peu et qui continuent, pourtant, à égrener leurs morts. C’est à l’un de ses conflits en sourdine que s’est intéressé le réalisateur Pierre-Yves Vandeweerd. Dans Les Éternels, le documentariste belge s’est rendu au Haut-Karabagh, enclave arménienne située en territoire azéri que l’Arménie et l’Azerbaïdjan se disputent depuis la dislocation de l’ex-URSS. En dépit d’un cessez-le-feu signé en 1994, des combats continuent à avoir lieu.

Les Éternels, documentaire de Pierre-Yves Vandeweerd. Diffusion sur Arte, le 26 septembre. Projection le 28 septembre aux Rencontres cinématographiques de Cerbère - Portbou.

lire la suite....

http://www.regards.fr/web/article/documenter-le-monde

posté le 20 septembre 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450  Karabagh 


KARABAGH
2000 personnes ont quitté le Karabagh pour l’Arménie après l’offensive d’avril 2016

Plus de 2000 personnes ont déménagé en Arménie à la suite d’une escalade des tensions sur la ligne de contact du Haut-Karabagh par l’Azerbaïdjanen en avril 2016 a révélé le représentant du HCR Christoph Bierwirth.

Selon lui, les femmes, les enfants et les personnes âgées représentaient la plus grande partie des personnes déplacées, alors que les hommes restaient généralement au Karabagh pour « protéger leurs maisons » ou participer aux opérations militaires“. Beaucoup de ceux qui sont venus en Arménie ont trouvé refuge chez leurs proches ou leurs amis, qui appartiennent essentiellement à une classe inférieure de la société, a déclaré le représentant de l’ONU. Christoph Bierwirth a ajouté qu’il a été particulièrement impressionné par le soutien et l’hospitalité des Arméniens.

posté le 20 septembre 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Karabagh 


ARTSAKH
La beauté de l’Artsakh

Les sources thermales de Zuar dans la région de Karvatchar

JPEG - 151.1 ko
JPEG - 47.8 ko
JPEG - 58 ko
posté le 20 septembre 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Karabagh 


KARABAGH
Le chef de la diplomatie de l’Artsakh reçoit des spécialistes de différents pays
Le 15 septembre, le ministre des affaires étrangères de la République de l’Artsakh (Haut-Karabagh) Karen Mirzoyan a reçu au siège de son ministère à Stepanakert, un groupe de scientifiques et experts de différents pays, en visite au Karabagh où ils devaient participer à la 2e conférence internationale de la jeunesse dédiée aux “Problèmes et perspectives d’une reconnaissance internationale de la République de l’Artsakh”. K.Mirzoyan a salué leur présence sur la terre d’Artsakh, qui constitue en soit un geste fort et lourd de conséquences, puisqu’il leur vaudra sans nul doute de figurer sur la « liste noire « de Bakou, dont le bloggeur Alexandre Lapchine, qui vient d’être libéré des geôles azéries où il croupissait depuis plus de 6 mois pour avoir visité le Karabagh sans l’autorisation des autorités de l’Azerbaïdjan, a pu mesurer portée néfaste. Le ministre des affaires étrangères de l’Artsakh a par ailleurs souligné l’importance des débats d’experts et de spécialistes sur la question du Karabagh, et plus particulièrement, sa reconnaissance internationale. Il a évoqué à cette occasion les différents axes de la politique étrangère de l’Artsakh, dont la priorité est dévolue aux efforts déployés en vue d’une reconnaissance internationale de la République de l’Artsakh, qu’aucun Etat n’a reconnue à ce jour. Dans ce contexte, K.Mirzoyan a rappelé avec fermeté que la reconnaissance internationale de l’Artsakh constituait un processus irréversible. Il a estimé que celle-ci contribuerait non seulement au développement de l’Etat et au renforcement des institutions démocratiques de l’Artsakh, mais aurait aussi un impact considérable sur la paix et la sécurité dans la région. Le fondateur de l’Union des jeunes scientifiques et spécialistes de l’Artsakh Avetik Harutyunyan était aussi présent lors de cette rencontre.
posté le 19 septembre 2017 par Gari/armenews


KARABAGH
Un membre du Congrès américain visite le Karabagh
Un membre de la Chambre des Représentants du Congrès des Etats-Unis, qui avait largement contribué deux semaines avant à garantir le maintien du financement du gouvernement américain aux opérations humanitaires de déminage assurées au Haut-Karabagh par une ONG britannique, s’est rendu lundi 18 septembre en Artsakh, où il pourra notamment mesurer l’importance de la mission qu’il a défendue dans le Congrès américain. Les représentants de HALO Trust ont auparavant informé le membre du Congrès, David Valadao, des aspects très techniques de leur mission de déminage commencée au Karabagh il y a 16 ans. Depuis, l’organisation a nettoyé quelque 90 % des champs de mine répertoriés sur le territoire et situés à proximité de zones habitées. L’organisation revendique la destruction de plus de 11 000 mines anti-personnel et anti-tank qui étaient dispersées sur le territoire, le plus souvent près de la ligne de front, depuis la guerre sanglante que s’étaient livrés Arméniens et Azéris de 1991 à 1994. Le Congrès américain a finance cet effort dans le cadre de son aide humanitaire directe fournie au Karabakh malgré les vives objections de l’Azerbaïdjan. Au début du mois de septembre, la Chambre des Représentants avait accepté la proposition de D. Valadao concernant le versement d’une nouvelle d’un montant de 1,5 million de dollars au titre du financement des activités de déminage de HALO Trust au Karabagh, et ce sur fond de restrictions budgétaires voulues par l’administration Trump. La proposition avait été soutenue par les législateurs américains traditionnellement proches de l’Arménie et de la cause arménienne, dont Ed Royce, le président du Comité des affaires étrangères de la Chambre des Représentants. “C’est une réalité indéniable que les familles du Haut Karabagh vivent sous la menace constante de mines susceptibles de causer des accidents chaque jour”, a justifié D. Valadao dans une déclaration le 7 septembre, en ajoutant qu’il avait bon espoir qu’avec les financements assurés par l’amendement qu’il propose devant le Congrès, cette menace sera écartée et que la « région sera débarrassée de ces mines à l’horizon 2020”. Le Représentant démocrate de Californie D.Valadao est membre d’un groupe d’amitié avec l’Arménie du Congrès américain et sa circonscription compte un grand nombre d’administrés arméno-américains. Il s’est rendu au Karabagh accompagné de Raffi Hamparian, le president de l’ Armenian National Committee of America (ANCA), base à Washington. Dans un communiqué, l’ANCA a précisé que D.Valadao retrouverait 5 autres législateurs américains le jeudi 21 septembre à Erevan à l’occasion des cérémonies officielles marquant le 26e anniversaire de l’indépendance de l’Arménie.
posté le 19 septembre 2017 par Gari/armenews