Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Karabagh


REGLEMENT DU CONFLIT DU KARABAGH
Nalbandian parle des différences d’approche entre l’UE et l’Azerbaïdjan

Le ministre arménien des Affaires étrangères Edouard Nalbandian pense qu’il est plus approprié de parler des différences entre les approches de l’Azerbaïdjan et de l’Union européenne, plutôt que de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie, en ce qui concerne le règlement du conflit du Nagorno-Karabakh.

S’exprimant lors d’une conférence de presse conjointe à Erevan avec son homologue brésilien vendredi, M. Nalbandian a également commenté les rapports suggérant que les ambassadeurs des 28 pays membres de l’Union européenne se sont mis d’accord sur le texte de la déclaration du 24 novembre, à part un paragraphe, qui a trait aux conflits régionaux, et sur lequel l’Arménie et l’Azerbaïdjan ont proposé un langage contradictoire.

“En ce qui concerne la déclaration, des négociations sont en cours et, jusqu’à l’achèvement de ces négociations, il est trop tôt pour en parler. Nous avons encore quelques jours à venir, voyons ce qui se passe“, a déclaré le haut diplomate arménien.

Dans le même temps, Nalbandian a insisté sur le fait que l’approche de l’Azerbaïdjan diffère de celle de l’UE autant qu’elle diffère de celle de l’Arménie.

“Ici, nous devrions plutôt parler des différences d’approche du règlement du conflit du Haut-Karabagh entre l’Azerbaïdjan et l’UE, l’Azerbaïdjan et la communauté internationale plutôt que l’Azerbaïdjan et l’Arménie“, a-t-il expliqué.

“ Cette différence est apparue à plusieurs reprises, y compris lors des précédents sommets ... La position de l’UE sur le règlement du conflit du Haut-Karabagh a toujours été la même - à l’appui des efforts et des approches des pays coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE. Ce n’est pas une position situationnelle, mais c’est une approche bien réfléchie et consciente qui ne nuit pas au règlement du conflit du Haut-Karabagh, mais qui contribue aux efforts et aux approches des pays coprésidents et promeut une approche uniquement pacifique à la résolution du conflit. L’UE n’a jamais changé cette position. “

M. Nalbandian s’est entretenu la semaine dernière avec les coprésidents américain, russe et français du groupe de Minsk après son voyage à Moscou. Il aurait convenu d’une rencontre avec son homologue azerbaïdjanais, Elmar Mammadyarov, en marge d’une réunion ministérielle de l’OSCE à Vienne, en Autriche, le mois prochain.

En vue de sa rencontre séparée avec les médiateurs le 16 novembre, Mammadyarov a souligné que lors des négociations avec Erevan, Bakou exige des « résultats concrets » et ne veut pas que « des négociations soient organisées juste pour dire qu’il y a eu des négociations ».

Nalbandian, à cet égard, a rappelé à son homologue azerbaïdjanais que « les pays coprésidents au plus haut niveau ont exhorté les parties à s’abstenir d’approches destructrices si elles veulent le règlement du conflit ».

“Les coprésidents ont exhorté les parties à réaffirmer leur engagement en faveur du règlement pacifique du conflit. L’Azerbaïdjan a-t-il fait cela ? Les coprésidents les ont exhorté à réaffirmer leur attachement aux trois principes bien connus du droit international : le non-recours à la force ou à la menace de la force, le droit des nations à l’autodétermination et l’intégrité territoriale. L’Azerbaïdjan a-t-il fait cela ? Les coprésidents réclament le respect inconditionnel et la mise en œuvre d’accords trilatéraux de cessez-le-feu à durée indéterminée. L’Azerbaïdjan fait-il cela ? Les coprésidents exhortent les parties à respecter les accords conclus précédemment. L’Azerbaïdjan fait-il cela ? », a accusé le ministre arménien des Affaires étrangères, Nalbandian.

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200

posté le 20 novembre 2017 par Claire/armenews


BOURG-DE-PEAGE (DRÔME-FRANCE)
En présence du Représentant de l’Artsakh, Nathalie Nieson, Maire de Bourg-de-Péage (Drôme) a annoncé la volonté de sa ville de signer une Charte d’amitié avec une commune de l’Artsakh

La ville de Bourg-de-Péage en Drôme, commune de plus de 10 000 habitants séparée de Romans par l’Isère, a annoncé par la voix Nathalie Nieson, Maire de la commune, son intention de signer prochainement une Charte d’amitié avec une ville de l’Artsakh (Haut-Karabagh), selon toute vraisemblance Martouni.

Samedi 18 novembre à 11h30 lors d’une cérémonie à la Mairie de Bourg-de-Péage, en pré-sence du représentant de la République de l’Artsakh en France, Hovhannès Guevorkian, de Bernard Cakici président de l’Amicale des Arméniens de Romans et Bourg-de-Péage et des élus dont Anna Place -d’origine arménienne- et de public, Nathalie Nieson a annoncé cette volonté d’une Charte de sa ville avec une ville de l’Artsakh. « La République de l’Artsakh partagent en commun des valeurs pour nous essentielles, dont celle des Droits de l’homme et le désir de sa population de ce territoire de vivre dans la paix » dit Nathalie Nieson et d’affirmer son « bonheur de vouloir forger ces liaisons fortes entre notre ville et l’Artsakh ». Elle a tenu également à rappeler les liens de sa commune avec la communauté arménienne de la région avec les œuvres du sculpteur Toros -qui était présent dans la salle- qui sont placées dans un parc de la commune et à Romans. Nathalie Nieson a également rappelé le grenadier venu d’Arménie, « un arbre au symbole très fort, surtout pour les Arméniens » dans le Bois des Naix à Bourg-de-Péage. « C’est parce que ce fruit est important pour les Arméniens, pour nous tous, que nous désirons que notre commune signe une Charte d’amitié avec une ville de l’Artsakh où la grenade est cultivée » dit Nathalie Nieson.

Hovhannès Guévorkian remercia la Maire de Bourg-de-Péage pour cette décision et rappela les liens séculaires d’amitié entre la France et l’Arménie ainsi que l’Artsakh. « Nous allons travail-ler ensemble à cette réalisation de cette Charte d’amitié qui est un geste symbolique revêtant une force particulière pour toute la population de l’Artsakh qui se bat pour sa liberté, son identité arménienne et les valeurs de la République que vous partagez avec nous » dit Hovhannès Guévorkian.

Peu avant, Bernard Cakici au nom de l’Amicale des Arméniens de Romans et Bourg-de-Péage avait remercié la Maire de Bourg-de-Péage pour sa décision. « Pour nous, Arméniens, c’est une grande fierté de lier cette commune à l’Artsakh où nous nous sommes rendus avec vous madame le Maire il y quelques années » dit-il.

Anna Place, Conseillère départementale -native d’Erévan- avait quant à elle affirmé cette volonté de lier les du département avec des villes d’Arménie ou de l’Artsakh. Elle a également fait part de sa grande joie que la ville de Bourg-de-Péage puisse ainsi contribuer à aider l’Artsakh par ce soutien politique fort à la lutte des Arméniens pour la vie et la démocratie.

Enfin Nathalie Nieson affirma avoir « toujours soutenu la Cause arménienne car elle partage nos valeurs ». Elle proposera cette Charte d’amitié lors du Conseil municipal du 18 décembre.

La cérémonie fut suivie d’une réception.

Krikor Amirzayan texte et reportage-photo à Bourg-de-Péage (Drôme)

JPEG - 2.2 Mo
JPEG - 2.2 Mo
JPEG - 1.3 Mo
JPEG - 2.2 Mo
JPEG - 1.2 Mo
JPEG - 2.1 Mo
JPEG - 1.4 Mo
JPEG - 1.2 Mo
JPEG - 2.3 Mo
JPEG - 2.5 Mo
JPEG - 2.2 Mo
JPEG - 2.2 Mo
JPEG - 1.3 Mo
JPEG - 869.1 ko
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 2.1 Mo
JPEG - 2.2 Mo
JPEG - 1.2 Mo
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 2.2 Mo
JPEG - 2.3 Mo
JPEG - 2.4 Mo
JPEG - 2 Mo
JPEG - 1.1 Mo
JPEG - 1.6 Mo
JPEG - 1.5 Mo
posté le 19 novembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


VILLEURBANNE
Les Journées de l’Artsakh à Villeurbanne
JPEG - 117.2 ko

Du 21 au 28 novembre 2017

Mardi, 21 novembre

A l’Hôtel de ville, Place du Docteur Lazare Goujon, 69100 Villeurbanne

18h30 - Vernissage de l’exposition de photographies « Artsakh, l’âme d’un pays » d’Yvan Travert avec une visite commentée de l’auteur. L’exposition sera visible jusqu’au 28 novembre

Entrée libre

Film d’animation de Hulé Kechichian « L’Artsakh en 180 secondes » durant l’exposition photographique

19h00 - Conférence « A la découverte de l’Artsakh » de Claude Mutafian, historien

Entrée libre

20h30 - Buffet de spécialités arméniennes

à partir de 15h00 - Atelier de réalisation des plats artsakhiotes

Entrée libre

Jeudi, 23 novembre

A l’Ecole nationale de Musique, 46 cours de la République, 69100 Villeurbanne

19h30 - Concert de Jazz de Tigran Hamasyan, pianiste de jazz

Sur réservation, dans la limite des places disponibles ; tél : 04 78 03 69 86 - protocole@mairie-villeurbanne.fr

Samedi, 25 novembre

Au Rize - Centre mémoires et société, 23-25, rue Valentin Haüy, 69100 Villeurbanne

18h30 - Projection du documentaire « Nous sommes nos montagnes » et rencontre avec le réalisateur Arnaud Khayadjanian

Entrée libre

Espace info : 04 72 65 80 90, www.viva-interactif.com/hk

posté le 19 novembre 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Karabagh 


BOURG-LES-VALENCE (DRÔME)
Angéla Sahakian a présenté son livre « Par obligation de vérité » écrit en trois langues

Vendredi 17 novembre la Maison de la culture Arménienne de Valence, avait invité le public à la Médiathèque La Passerelle (Bourg-Lès-Valence) pour une rencontre-conférence et projection avec l’écrivaine et collaboratrice de la radio arménienne Radio Ayp (Paris).

Quelques élus, repréntant des églises arméniennes et présidents d’associations arméniennes étaient également présents. Parmi ces derniers, Khosrof Iliozer (Amicale de Malatia), Tamar Stepanian (Croix Bleue Arménienne de Valence) ainsi que Georges Rastklan, Georges Ishacian et Krikor Amirzayan (co-présidents du C24 Comité du 24 Avril Drôme-Ardèche).

Nazo Alain Jinbachian le président de la Maison de la Culture Arménienne de Valence a remercié le public pour sa présence et a brièvement présenté l’auteure avant de lui laisser la parole.

Angéla Sahakian a présenté son livre « Par obligation de vérité » en arménien, en français mais également...en turc pour une diffusion large du thème lié au génocide et la guerre de l’Artsakh (Haut-Karabagh) ! Elle projeta également le film documentaire « Parle, ô mode, parle, ô mémoire ! » sur le génocide des Arméniens et la guerre de l’Artsakh. Angéla Sahakian très précise a répondu aux questions du public. Elle conclut « il faut faire connaître le génocide des Arméniens et l’agression des Turcs-Azéris en Artsakh qui tue encore chaque jour nos soldats. Le lien entre le génocide et le conflit de l’Artsakh relève de la même volonté de la Turquie de détruire les Arméniens. » Et elle ajouta « aujourd’hui nous sommes forts, car l’histoire, avec ses oppressions nous a fait devenir forts ». La soirée se terminant par une séance de dédicaces et du verre de l’amitié offert par la MCA de Valence.

JPEG - 1.1 Mo
JPEG - 2 Mo
JPEG - 3.1 Mo
JPEG - 2.7 Mo
JPEG - 2.9 Mo
JPEG - 2.4 Mo
JPEG - 2.7 Mo
JPEG - 2.8 Mo
JPEG - 2 Mo
JPEG - 1.9 Mo
JPEG - 2.6 Mo
posté le 18 novembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


FRANCE
C’est parti pour le Phonéthon !

Organisée par le Fonds Arménien de France, c’est la plus grande opération de collecte de dons en faveur de l’Arménie, de l’Artsakh et de la communauté arménienne de Syrie.

L’édition 2017 se déroule du 15 au 19 novembre à Lyon, Marseille, Paris et Toulouse.

Qu’est-ce que le Phonéthon ?

Organisé par le Fonds Arménien de France, le Phonéthon est la plus importante opération humanitaire en France au profit de l’Arménie et de l’Artsakh qui se déroule durant la Semaine de la solidarité internationale ; cette collecte de fonds mobilise plus de 600 bénévoles qui, durant 5 jours, contactent par téléphone environ 50 000 familles et entreprises françaises. Les appels sont émis à partir de 4 centres d’appels (Paris-Colombes, Lyon, Marseille et Toulouse).

Objectif : construire des infrastructures vitales en Arménie et en Artsakh (routes, écoles, dispensaires et hôpitaux, réseau d’eau potable, de gaz et d’électricité, bases de matériels agricoles, fourniture de semences et de bétails, centres ruraux d’action sociale etc.) indispensables au développement socioéconomique.

En Europe, le Phonéthon 2016 a permis de réunir 1,34 million d’euros en promesses de dons.

D’autres opérations de collecte sont organisées à travers le monde par les différentes branches du Fonds Arménien, notamment en Allemagne, en Australie, en Argentine, en Belgique, au Brésil, en Grèce, aux Etats-Unis, au Canada, aux Pays-Bas, en Suisse, en Suède, au Liban, en Russie, en Arménie et en Artsakh.

Cette année, le Phonéthon a 3 objectifs :

• introduire à grande échelle l’énergie solaire en Artsakh,

• porter à un nouveau niveau de développement le projet agropastoral au Tavush, dans le nord de l’Arménie,

• contribuer au redémarrage des PME et PMI de la communauté arménienne d’Alep.

Où iront les fonds récoltés ? Présentation des projets 2017/2018

JPEG - 102.9 ko
JPEG - 81.8 ko
JPEG - 102.6 ko
JPEG - 68.7 ko
JPEG - 122.8 ko
JPEG - 32.7 ko
JPEG - 41.6 ko
JPEG - 38 ko
JPEG - 43 ko

posté le 18 novembre 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Karabagh 


FRANCE
Bourg-de-Péage va annoncer aujourd’hui son intention de signer une Charte d’amitié avec Martouni (République d’Artsakh)

Aujourd’hui la ville de Bourg-de-Péage (Drôme) va annoncer son intention de signer une Charte d’Amitié avec la ville de Martouni en République d’Artsakh, en présence d’Hovhannès Guévorkian, le Représentant de la République d’Artsakh en France.

Cette Charte constituera le cadre privilégié des projets culturels et économiques communs entre les deux municipalités. Elle leur permettra un meilleur développement et un renforcement.

Cette initiative voulue par la Maire de Bourg-de-Péage, Nathalie Nieson, et son homologue artsakhiote est soutenue par l’association des Arméniens de Romans et par son président Bernard Cakici. Cette Charte, dont la signature est prévue en 2018, sera la dixième du genre entre une commune française et une commune artsakhiote.

JPEG - 56.4 ko
posté le 18 novembre 2017 par Stéphane/armenews


ARTSAKH (HAUT-KARABAGH)
Le séisme de mardi soir en Azerbaïdjan a détruit en Artsakh un mur du fort qui abrite le Musée de Tigranakert

Le séisme de magnitude 5,3 sur l’échelle de Richter qui s’est produit mardi soir à 23h48 en Azerbaïdjan à une cinquantaine de kilomètres à l’est de l’Artsakh (Haut-Karabagh) aurait endommagé des dizaines d’habitations en Azerbaïdjan. En Artsakh le fort de Tigranakert construit en 1970 qui abrite le Musée de Tigranakert -avec les fouilles archéologiques de la cité datant du Ier siècle avant J.-C. non loin du musée- a été endommagé par le séisme. Sergueï Chahverdian le ministre de l’Artsakh chargé de la Culture, de de la jeunesse et du tourisme a confirmé le 16 novembre la destruction partielle de la construction. « Heureusement les bâtiments historiques ne furent pas dégradés » va-t-il précisé. Rappelons que le séisme a été également ressenti sur tout le territoire de l’Artsakh (avec 3 à 4 degrés sur l’échelle de Richter) et de l’Arménie (de magnitude 2 à 3).

Krikor Amirzayan

posté le 17 novembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Karabagh 


DIPLOMATIE
Sergueï Lavrov en visite officielle en Arménie et en Azerbaïdjan le 20 et 21 novembre

Du 20 au 21 novembre le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov effectuera une tournée en Arménie et en Azerbaïdjan avec pour ordre du jour le règlement du conflit du Haut-Karabagh. Maria Zakharova la porte-parole du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie a annoncé cette visite officielle du chef de la diplomatie russe à Erévan et Bakou le 20 et 21 novembre. A Erévan, Sergueï Lavrov rencontrera son homologue arménien Edouard Nalbandian. « Cette visite se réalise dans le cadre du 25ème anniversaire es relations diplomatiques, ainsi que le 20ème anniversaire de la charte d’amitié et de coopération avec l’Arménie. Les deux ministres participeront à l’inauguration de l’exposition « Russie et Arménie, des siècles d’amitié » ainsi que de l’émission d’un timbre-poste à cette occasion. «  Le dossier du règlement pacifique du conflit du Haut-Karabagh sera également à l’ordre du jour de ces rencontres » précise la porte-parole en ajoutant que le 20 novembre Sergueï Lavrov se rendra également en visite officielle en Azerbaïdjan où il rencontrera également son homologue azéri. « Nous avons toujours déclaré que l’Azerbaïdjan était dans la région du Caucase l’un de nos alliés militaires. Cette année nous célébrons le 25ème anniversaire des relations diplomatiques entre nos deux pays » a tenu à ajouter Maria Zakharova en précisant toutefois que la Russie avec les autres co-présidents du Groupe de Minsk de l’OSCE continue de soutenir le règlement pacifique du conflit du Haut-Karabagh.

Krikor Amirzayan

posté le 17 novembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Azerbaïdjan  Diplomatie  Karabagh  Russie 


DIPLOMATIE
La diplomatie russe se conforme au format du processus de Minsk, souligne Erevan

La tournée annoncée du ministre russe des affaires étrangères à Erevan et à Bakou où il doit discuter du processus de règlement du conflit du Karabagh s’inscrira “dans le strict format” du Groupe de Minsk de l’OSCE dont la Russie assume la coprésidence, a tenu à souligner jeudi 16 novembre un haut responsable arménien. S’exprimant devant les journalistes à l’issue de la reunion hebdoomadaire du conseil des ministres, le vice-ministre arménien des affaires étrangères Shavarsh Kocharian a admis qu’il y avait une certain agitation diplomatique autour du Karabagh, depuis l’annonce de la visite du chef de la diplomatie russe Sergei Lavrov la semaine prochaine dans la zone du conflit où il rencontrera les présidents arménien et azéri dans leurs capitales respectives. Interrogé sur l’éventualité de nouvelles propositions russes motivant cette tournée, Sh. Kocharian a répondu : “Le ministre russe des affaires étrangères n’agit pas séparément.

Son action s’inscrit dans le format de la coprésidence [du Groupe de Minsk de l’OSCE]. Aussi, il paraît curieux que l’on cherche à chaque fois à trouver des motivations particulières [aux démarches de Lavrov]. Lui-même [Lavrov] a dû d’ailleurs opposer publiquement des démentis à ces allégations plus d’une fois ». Le conflit du Haut Karabagh a été évoqué dans le cadre de plusieurs sommets régionaux ces jours derniers, plus particulièrement à l’occasion de la rencontre à Sotchi des présidents russe V. Poutine et turc R.T. Erdogan le 13 novembre. Le lendemain, le ministre arménien des affaires étrangères Edward Nalbandian avait par ailleurs rencontré à Moscow les coprésidents russe, américain et français du Groupe de Minsk de l’OSCE, peu avant que le président arménien Serge Sarkissian rencontre son homologue russe V.Poutine. La question du Karabagh a bien sûr été au cœur de l’entretien, mais le service de presse de la présidence arménienne n’a donné aucun détail à ce sujet. Dans ce contexte diplomatique dynamique, l’annonce de la visite de S.Lavrov à Erevan et à Bakou prenait toutefois un sens particulier, même si à Erevan, on rappelle qu’elle s’inscrit aussi dans le cadre du 25e anniversaire de l’établissement de relations diplomatiques entre la Russie et les pays du Sud Caucase. Cette visite viserait à maintenir l’impulsion lancée par le sommet à Genève le 16 octobre des presidents arménien et azéri, qui avaient relancé un processus de paix dans l’impasse.

posté le 17 novembre 2017 par Gari/armenews