Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Arménie


EREVAN
Appel en faveur du « porteur de pain » des Sasna Tzerer

Pour quel motif Artour Sargsian, le « porteur de pain » des Sasna Tzrèr, qui avait été remis en liberté conditionnelle pour raison de santé dans la nuit du 30 au 31 décembre après cinq mois et demi de détention provisoire, a-t-il à nouveau été incarcéré le 9 février ? L’administration judiciaire prétend que suite à une nouvelle expertise médico-judiciaire, il a été décidé que la maladie d’Artour Sargsian (maladie de Bekhterev), est, tout compte-fait, conciliable avec la détention, d’où la décision de le renvoyer à la case-prison. Pour protester contre l’inadmissible volte-face de la Justice, le « porteur de pain » est en grève de la faim à l’hôpital des prisons depuis le 10 février. Le 13 février, les députés Nikol Pachinian et Edmond Maroukian s’y sont rendus pour le voir (sans succès). Le même jour, ils ont rencontré le procureur général de la République Artour Davtian, auquel ils ont fait part de leur disposition à s’en porter chacun personnellement garants (sans résultat). Le 14 février, un défilé de soutien partant de la place de la Liberté s’est rendu au siège du Procureur général de la République en poursuivant jusqu’à l’hôpital des prisons, porteur de lettres et de miches de pain. Il comptait notamment dans ses rangs Alec Yènicomèchian, Armen Martirossian (vice-président d’Héritage) et Zarouhie Postandjian, tandis que la députée Elinar Vardanyan (parti du Rassemblement) rejoignit le cortège devant l’hôpital des prisons (mais le responsable de la police refusa de le laisser s’approcher à une distance permettant à Artour Sargsian d’entendre ses cris d’encouragement). Et depuis le 15 février, deux Sasna Tzrèr ont entamé une grève de la faim en soutien au « porteur de pain » (Achot Pètrossian et Araïk Khandoyan.

En ce lundi 27 février, nous apprenons que l’état de santé d’Artour Sargsian, qui en est donc à son 17ème jour de grève, s’est subitement détérioré. Un second défilé de soutien est improvisé ce soir à Yèrèvan à 18h à partir de la place de la Liberté (15h, heure française) en direction, une fois encore, du siège du Procureur général de la République puis de l’hôpital des prisons.

Depuis Yèrèvan, tous ceux qui ont de la compassion pour Artour Sargsian en appellent au soutien de la diaspora, notamment française, à travers une intervention de ses divers représentants auprès des instances requises.

Sèda Mavian
Yèrèvan

posté le 27 février 2017 par Ara/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Derniere minute  Politique 


REVUE DE PRESSE
Haut-Karabagh : Il faut une mission d’observation de l’OSCE (Frank Engel)

La guerre du Haut-Karabagh entre Azerbaïdjan et Arménie, est une vieille histoire. Un conflit gelé. Pour l’eurodéputé luxembourgeois Frank Engel, membre du parti populaire chrétien-social (CSV), c’est une erreur : loin d’être gelée, la situation sur le terrain s’aggrave.

Le cessez-le-feu est violé régulièrement

« L’Azerbaïdjan viole le cessez-le-feu tellement sciemment et fréquemment que ça en devient simplement ridicule. » Frank Engel (1) est ferme sur ce point. « C’est un pays qui pratique la guerre, qui commet des crimes de guerre, qui procède à des arrestations arbitraires, à des décapitations... Tout ce que vous pouvez imaginer. C’est une république bananière kleptocrate comme il y en a peu. En Azeri, quand ça tue, ça tue bien. »

Appel à une mission d’observation de l’OSCE

Une solution existe pour « aider à faire respecter le cessez-le-feu ». Après le pic de violences d’avril 2016, l’Arménie « a demandé qu’une mission d’observation du cessez-le-feu soit mise en place », comme cela a été fait en Ukraine pour la Crimée. « Mais l’Azerbaïdjan a refusé. C’est tellement clair que ça saute aux yeux. »

Rompre avec Bakou ?

Il faudrait que l’Union européenne « conditionne toutes ses relations à l’adhésion à ce mécanisme de surveillance du cessez-le-feu au sein de l’OSCE. S’ils continuent de refuser. [On doit faire la] rupture... de tout. J’aimerais y croire. Si l’Union européenne prétend être celle qui défend les droits de l’Homme, elle ne peut pas laisser faire quelque chose de pareil. » Aujourd’hui, ce n’est pas une question du statut du Karabagh, insiste le député. « L’urgence c’est de faire respecter le cessez-le-feu, qu’il soit surveillé par l’OSCE, pour que les violences cessent. »

Abolir le groupe de Minsk

Obtenir un mécanisme d’observation de l’OSCE est d’autant plus important que « le groupe de Minsk, composé de la France, la Russie et les États-Unis, ne sert à rien du tout. Il faudrait même abolir le format. Sa seule utilité est de donner un semblant de cadre pour continuer à se parler. Ce qui ne se fait pas. » (2) L’eurodéputé compte notamment sur la France pour changer la donne.

Reconnaître le Karabagh

Pour Frank Engel, il faudrait aussi « reconnaitre le Karabagh » (NB : et sa demande d’indépendance). Pour lui, l’argument de la souveraineté nationale ne tient pas. « L’Union européenne pose pour principe le respect de l’intégrité territoriale, alors qu’on parle d’États qui n’ont jamais existé. » Il n’est pourtant pas très optimiste... « On en est loin. C’est de tous les territoires non reconnus, celui avec lequel nous entretenons le moins de contacts. »

lire la suite....

https://www.bruxelles2.eu/2017/02/17/haut-karabagh-il-faut-une-mission-dobservation-de-losce-frank-engel/

posté le 27 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Karabagh 


NICE
Les affiches du spectacle sur les migrants de H. Avedikian vandalisées par un groupuscule d’extrême droite

Dans la nuit de vendredi à samedi, les affiches fraîchement collées de son spectacle, qui doit être joué au Théâtre national de Nice (TNN) en mars, ont été saccagées.

“Je suis écœuré. Il n’y a plus une seule affiche pour notre spectacle.“ Hovnatan Avédikian, 35 ans, metteur en scène arménien de “Esperanza“, est en colère.

Dans la nuit de vendredi à samedi, les affiches fraîchement collées de son spectacle, qui doit être joué au Théâtre national de Nice (TNN) en mars, ont été saccagées. Recouvertes par des appels à “combattre l’islamisme“ ou à “défendre la France“. Appel lancé par le groupuscule d’extrême droite “Génération Identitaire“.

lire la suite....

http://www.nicematin.com/racisme/ces-affiches-pour-un-spectacle-sur-les-migrants-ont-ete-vandalisees-par-un-groupuscule-dextreme-droite-117146

posté le 27 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Derniere minute 


CONFUSIONS-AZERERIRES
A Kiev, des Azéris protestaient contre ce qu’ils croyaient être l’Ambassade d’Arménie...mais c’était celle de la Pologne !

Décidément les Azéris ont un problème avec la reconnaissance du drapeau arménien. Il y a quelques semaines, un haut responsable politique azéri avait confondu le drapeau de la Colombie avec celui de l’Arménie. Croyant voir un drapeau arménien lors d’une manifestation militaire, il s’était précipité sur sa cible et avait détruit...le drapeau colombien ! Au grand dam de la Colombie qui a protesté par la voix de son ambassade à Bakou. Samedi 24 février, un groupe d’une vingtaine d’azéris s’est précipité pour manifester à Kiev (Ukraine) contre ce qu’il pensaient être l’Ambassade d’Arménie. Manque de chance pour ces Azéris décidément fâchés avec les drapeaux, il s’agissait de l’Ambassade de Pologne ! A ce rythme-là ils vont bien finir par confondre le drapeau turc avec celui de l’Azerbaïdjan...

Krikor Amirzayan

posté le 27 février 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Azerbaïdjan  Image 450 


ARMENIE-AZERBAIDJAN
Des combats meurtriers au Haut-Karabagh

Les violations du cessez-le-feu autour du Haut-Karabagh se sont considérablement intensifiées samedi matin. L’armée arménienne aurait repoussé des attaques majeures de l’Azerbaïdjan à deux sections de la ligne de front.

Le ministère de la Défense de l’Azerbaïdjan a confirmé les combats meurtriers le long de la “ligne de contact“ du Karabagh, mais a affirmé que ce sont les Arméniens qui ont attaqué ses positions de première ligne.

L’armée de défense du Karabagh a indiqué que les forces azerbaïdjanaises utilisaient des machines de déminage et d’autres “moyens spéciaux“ lorsqu’elle a tenté de s’emparer de leurs positions, à l’est et au sud-est du Karabagh. Les Azerbaïdjanais ont été repoussés, avec des pertes importantes, a assuré l’armée arménienne dans une déclaration.

“Personne n’a été tué ou blessé du côté arménien“, a précisé l’armée arménienne.

Le ministère de la défense azerbaïdjanais a déclaré que les troupes arméniennes « ont tenté de pénétrer nos positions ». Il a signalé un « violent combat » dans une zone proche du sud-est du Karabagh où « l’ennemi tentait de prendre des positions ».

“À la suite de l’affrontement, nos forces armées ont subi des pertes“, a ajouté le ministère, selon l’agence APA. Il n’a donné aucun chiffre.

L’armée arménienne du Karabagh a rapidement refusé les revendications azerbaïdjanaises.

Le ministère de la Défense de l’Arménie a accusé Bakou de « tromper son propre peuple et la communauté internationale ». « Le leadership politique et militaire de l’Azerbaïdjan a intensifié la situation le long de la ligne de contact et propagé la désinformation pendant plusieurs jours », , peut-on lire sur sa page Facebook.

“La partie arménienne observe le régime de cessez-le-feu et appelle la partie azerbaïdjanaise à s’abstenir de toute mesure visant à dégrader davantage la situation“, a t-il ajouté.

Le ministre de la Défense d’Azerbaïdjan, Zakir Hasanov, et le chef d’état-major de l’armée, le général Nejmeddin Sadiqov, ont visité la ligne de démarcation autour du Karabagh deux jours seulement avant la dernière escalade. Selon les informations, les troupes azerbaïdjanaises de première ligne doivent prendre des mesures plus sévères et plus résolues en réponse à ce qu’ils appellent des « provocations » arméniennes de plus en plus nombreuses.

Les médiateurs américains, russes et français ont exhorté les parties au conflit à adhérer strictement aux accords de cessez-le-feu immédiatement après avoir accueilli une réunion entre les ministres des Affaires étrangères arménien et azerbaïdjanais à Munich le 16 février. Les trois coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE ont averti que « la guerre n’est pas une option ».

Les médiateurs ont également renouvelé leur appel aux parties belligérantes pour mettre en œuvre des accords de confiance qui ont été conclus par les présidents arménien et azerbaïdjanais l’année dernière. Les accords prévoient des enquêtes internationales sur les violations de la trêve et le déploiement d’un plus grand nombre d’observateurs de l’OSCE dans la zone de conflit.

Ces violations se sont intensifiées régulièrement au cours des dernières semaines, après plusieurs mois de calme relatif qui ont suivi les hostilités de quatre jours autour du Karabagh en avril 2016. Les deux parties se sont accusées d’utiliser des mortiers et des grenades propulsées par fusée presque quotidiennement.

Le 18 février, le président arménien Serge Sarkissian a averti l’Azerbaïdjan contre le lancement d’opérations militaires de grande envergure à l’approche des élections parlementaires arméniennes prévues pour le 2 avril. « Aujourd’hui, certains en Azerbaïdjan ont encore l’illusion qu’une Arménie concentrée sur les élections sera très distrait et donc vulnérable ... Toute provocation [armée] recevra une réponse adéquate », a t-il prévenu.

posté le 27 février 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



COOPERATION ECONOMIQUE
L’Arménie et la Géorgie s’entendent sur un nouveau corridor à destination de la Russie

La Géorgie a accepté d’ouvrir de nouveaux corridors de transport qui seront utilisés par l’Arménie pour les expéditions de marchandises commerciales en provenance et à destination de la Russie, a déclaré le Premier ministre Karen Karapetian lors d’une visite officielle à Tbilissi vendredi.

La majeure partie du commerce entre la Russie et l’Arménie se fait actuellement par le seul poste frontière russo-géorgien à Upper Lars. La circulation le long de cette route montagneuse est fréquemment bloquée par des blizzards en hiver.

Des centaines de camions arméniens ont été laissés sur place pendant plus de deux semaines en raison de fortes chutes de neige en décembre. La route de Upper Lars a également été fermée pendant plus d’un mois cet été après un glissement de boue massif.

De plus, les camionneurs arméniens se plaignent fréquemment de longues files d’attente et d’un service lent sur le côté russe de la frontière.

Peu de temps après s’être rendu à Moscou le mois dernier, Karapetian a demandé au ministère arménien des Transports et des Communications de soumettre avant le 1er mars des propositions sur d’autres routes commerciales russo-arméniennes passant par la Géorgie.

Des diplomates russes et géorgiens ont fait état d’importants progrès vers le lancement de telles liaisons de transport après une nouvelle série de pourparlers qui s’est tenue à Prague le 7 février. Ils ont déclaré que la Russie et la Géorgie sont proches de relancer un accord de 2011 visant à leur permettre de maintenir des liens commerciaux.

Le négociateur russe, le ministre adjoint des Affaires étrangères, Grigory Karasin, a déclaré au quotidien moscovite “Kommersant“ que la Géorgie est maintenant prête à rouvrir deux routes qui le relient à la Russie via les régions séparatistes géorgiennes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud. Il a dit que les deux parties embaucheront une compagnie suisse pour établir des points de contrôle douaniers sur les frontières administratives des deux territoires qui ont été reconnus par la Russie comme des états indépendants.

“Kommersant“ a déclaré que l’accord de compromis permettra à Moscou d’éviter de reconnaître formellement la souveraineté géorgienne sur l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie. “Dès que nous résoudrons tous les problèmes restants, nous allons commencer la mise en œuvre de l’accord“, aurait assuré Karasin.

La question aurait été au centre de l’agenda des entretiens entre Karapetian et le Premier ministre géorgien Giorgi Kvirikashvili, qui ont eu lieu jeudi. S’adressant aux journalistes le lendemain, le Premier ministre arménien a déclaré : « Si vous voulez savoir s’il y aura une alternative à la route du Lars, alors je peux vous assurer que oui, il y en aura une“.

“Mais je ne vais pas entrer dans les détails pour l’instant“, a t-il ajouté. “Nous avons conclu des accords sur la question et sur le corridor énergétique.“

Le Premier ministre n’a mentionné explicitement la question lors d’un point de presse qui a suivi les pourparlers à Tbilissi. Kvirikashvili a déclaré que Karapetian lui a présenté “des propositions très intéressantes“ sur l’expansion des liens économiques entre la Géorgie et l’Arménie.

En dépit des perturbations à Upper Lars, le commerce russo-arménien a augmenté de 15 % pour atteindre près de 1,4 milliard de dollars l’an dernier, ce qui a consolidé le statut de la Russie en tant que partenaire commercial numéro un de l’Arménie. Selon les statistiques officielles arméniennes, cette croissance a été tirée par une augmentation de 51 % des exportations arméniennes vers la Russie.

posté le 27 février 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
L’UE espère que les élections législatives seront libres et équitables le 2 avril

L’Union européenne espère que les autorités arméniennes tiendront des élections législatives libres et équitables le 2 avril. Elle a fourni une aide de plus de 7 millions de dollars à cette fin, a déclaré un haut diplomate de l’UE.

“Nous attendons vraiment de bonnes élections en Arménie“, a déclaré Piotr Switalski, le chef de la délégation de l’UE à Erevan.

« L’UE a fait beaucoup pour aider le gouvernement, la Commission électorale centrale et la société civile à rechercher des normes plus strictes. Et nous l’avons fait d’une manière sans précédent “, a t-il affirmé aux journalistes.

Switalski a souligné que 7 millions d’euros (7,4 millions de dollars) de financement de l’UE ont été alloués à la fin de l’année dernière à l’appui de l’accord historique du gouvernement arménien avec l’opposition visant à prévenir les fraudes graves lors des élections de 2017.

La majeure partie de cet argent, soit 4 millions d’euros, doit être consacrée à l’achat de dispositifs électroniques spéciaux qui serviront à vérifier l’identité des électeurs et donc à empêcher le vote multiple. Le vote et le dépouillement seront diffusés en ligne en direct le jour de l’élection.

Switalski a souligné qu’aucun autre voisin de l’UE n’a jamais reçu tant de financement et de “soutien politique“ pour la tenue d’élections démocratiques. « L’Arménie, en quelque sorte, est dans une position privilégiée », a déclaré le diplomate.

En annonçant cette aide dans une déclaration en décembre, la délégation de l’UE a averti que ces mesures antifraude ne suffiraient pas à garantir un vote propre. Elle a expliqué que les autorités à Erevan devraient également avoir la « volonté politique » pour assurer un « processus électoral juste ».

Switalski a exprimé l’espoir plus tôt en 2016 que les élections législatives seront « un tremplin important pour l’avenir démocratique de l’Arménie ».

Avec l’entrée en Arménie du système parlementaire de gouvernement en 2018, les élections détermineront qui gouvernera le pays après que le président Serge Sarkissian termine son dernier mandat. Sarkissian et son Parti républicain (HHK) disent qu’ils sont déterminés à faire en sorte que les élections soient libres et équitables. Leurs opposants politiques sont sceptiques quant à ces promesses.

posté le 27 février 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Dialogue arméno-turc - « La meilleure façon de ne pas se laisser enfermer dans son passé, c’est d’en parler »

Hayastani Hanrapetoutioun, Aravot, Arminfo, Armenpress, tert.am, d’autres sites d’information et des chaînes de télévision rendent compte du débat organisé à l’Université française en Arménie par cette Ambassade et l’ONG Yerkir Europe sur le thème « Quel avenir pour le dialogue arméno-turc ? Entre questions mémorielles et relations internationales : Points de vue de Turquie, d’Arménie et de la diaspora arménienne de France ». Sont intervenus : Taline Papazian, Maitre de conférences à Science-Po Paris et chargée de recherche à l’Université de Californie du Sud, Philippe Kalfayan, Juriste et chercheur associé au Centre des Droits de l’Homme de l’Université Paris II, Jean-François Pérouse, Directeur de l’Institut Français des Etudes Anatoliennes d’Istanbul, Ali Bayramoglu, Politologue et Professeur à l’Université Kültür d’Istambul, Vahram Ter- Matevosyan, Chef du département des études turques à l’Institut d’études orientales de l’Académie nationale des sciences d’Erevan, le journaliste de Civilnet Tatoul Hakobian, des représentants de think-tank travaillant sur le dialogue arméno-turc. Le débat a été ouvert par une allocution de l’Ambassadeur de France. Il a été transmis en direct par CivilNet.am. Les médias reproduisent des extraits de diverses interventions, dont celles de l’Ambassadeur, qui a encouragé le dialogue entre les sociétés civiles, et d’Ali Bayramoglu, l’un des premiers intellectuels en Turquie ayant parlé du génocide arménien.

Extrait de la revue de presse de l’Ambassade de France en Arménie en date du 20 février 2017

posté le 27 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie 


ARMENIE
L’ancien Ministre de la Défense exclut toute coalition post-électorale avec le parti Républicain

Lors d’une conférence de presse, la tête de liste de l’alliance « Ohanian- Raffi- Oskanian », Seyran Ohanian, a déclaré que l’alliance qu’il a formée avec deux grands partis d’opposition n’entrerait pas dans un gouvernement de coalition avec le parti Républicain de Serge Sarkissian. L’ex-Ministre de la défense a invoqué de sérieuses différences avec S. Sarkissian et son parti en dépit du fait qu’il a occupé une position importante dans son gouvernement pendant plus de huit ans. « Je n’ai aucun problème avec le président, sauf que nous avons des points de vue différents sur la formation et la gestion de notre système d’Etat », a t-il dit. M. Ohanian a reconnu avoir commis une erreur en ne dénonçant pas le système « vicieux » actuel alors même qu’il était au sein du Gouvernement. Il a également cherché à écarter sa part de responsabilité dans les événements du 1er mars 2008, indiquant que l’armée n’a pas été impliquée dans la répression violente des manifestants de l’opposition. Il était alors chef d’Etat- major des forces armées. M. Ohanian a néanmoins promis de faire la lumière sur les événements de mars 2008 si son alliance accède au pouvoir au terme des élections législatives. Par ailleurs, Jamanak relève que lors de cette conférence de presse, M. Ohanian a dénoncé une campagne de calomnies à son encontre. Jamanak croit savoir que le parquet militaire, avec des partenaires du HK où M. Ohanian a également travaillé, serait en train de préparer des dossiers sur des détournements de millions de dollars et des cas de corruption au sein des forces armées durant les années de travail de M. Ohanian. Selon le quotidien, une affaire pénale pourrait être ouverte suivie d’arrestations. / Rapporté par l’ensemble de la presse

Extrait de la revue de presse de l’Ambassade de France en Arménie en date du 20 février 2017

posté le 27 février 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie