Retour au format normal


AZERBAÏDJAN
Deux policiers tués lors de heurts avec des « islamistes »

Publié sur http://armenews.com le 11 juillet 2018 par Ara/armenews



Bakou, 11 juil 2018 (AFP) - Deux policiers ont été tués en Azerbaïdjan lors d’affrontements avec des “islamistes radicaux“ à Ganja, la deuxième ville du pays, qui ont donné lieu à 40 arrestations, ont indiqué mardi soir les autorités azerbaïdjanaises.

“Près de 200 partisans d’un mouvement religieux radical ont tenté de provoquer des émeutes devant un bâtiment du gouvernement local à Ganja“ mardi soir, a indiqué le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

Deux policiers ont été tués en essayant de rétablir l’ordre dans cette ville située dans l’ouest du pays, selon le ministère, qui a précisé que les forces de l’ordre ont mis une demi-heure pour “restaurer l’ordre“.

Quarante personnes ont été arrêtées à la suite de ces affrontements, a-t-il ajouté.

Selon l’agence de presse locale APA, les manifestants s’étaient réunis pour marquer leur soutien à Unis Safarov, arrêté une semaine auparavant et accusé d’avoir blessé par balles le maire de cette ville de 325.000 habitants.

D’après le Parquet, Unis Safarov est membre d’une “organisation religieuse radicale“ qui préparait “des actes terroristes visant à semer le chaos en Azerbaïdjan, avec pour but final la prise du pouvoir et l’établissement de la charia“, la loi islamique.

De nationalité russe, Unis Safarov, 35 ans, a suivi un entraînement militaire en Iran et en Syrie en 2016, a affirmé le Parquet.

L’Azerbaïdjan, pays de 9,6 millions d’habitants coincé entre l’Iran et le Caucase russe, est l’un des pays les plus laïcs du monde musulman mais fait face à la montée de l’islam radical, auquel adhère une petite frange de la jeunesse azérie sans emploi, laissée de côté par la croissance fulgurante de ce pays riche en hydrocarbures.

Des critiques du régime de Ilham Aliev affirment toutefois que les autorités utilisent le spectre de l’extrémisme pour persécuter des opposants politiques.