Retour au format normal


COMMUNIQUÉ
Le CCAF appelle les députés à se saisir de la réforme constitutionnelle pour pénaliser le négationnisme des génocides

Publié sur http://armenews.com le 10 juillet 2018 par Ara/armenews



Le CCAF a publié le 4 juillet un communiqué soutenant l’initiative de Luc Carvounas et de François Pupponi visant à inscrire dans la nouvelle constitution un article rendant possible la pénalisation du négationnisme du génocide arménien. Cet article a été repris depuis dans les mêmes termes par Jacques Marilossian, député de LREM. Reste à savoir si son initiative sera endossée par son groupe, et bénéficiera donc du soutien des parlementaires du parti majoritaire à l’Assemblée nationale. Le vote sur cet article devrait avoir lieu aujourd’hui. Il sera significatif de la volonté des autorités sur cette thématique qui touche à la mémoire des victimes du 1er génocide du XXe siècle. Une question sur laquelle s’était engagé le président de la République, Emmanuel Macron.

Le Conseil de Coordination des Associations Arméniennes de France (CCAF) appelle les députés à se saisir de la réforme constitutionnelle pour pénaliser le négationnisme des génocides.

C’est un fait : l’absence de toute loi susceptible de réprimer le négationnisme du génocide arménien donne libre cours à une recrudescence visible de ce fléau sur le sol national. Fort de leur impunité, les pourvoyeurs de cette idéologie criminelle font montre d’une arrogance nouvelle. Les livres reprenant à leur compte la propagande d’Etat de la Turquie, qui ne connaissaient jusqu’à peu qu’une diffusion confidentielle sont aujourd’hui distribués en grande surface. Des individus payés par des think tanks liés à la diplomatie turque se permettent d’inverser les rôles et d’intenter des procès aux descendants des victimes qui dénoncent leurs agissements. On a également vu ces derniers mois l’organisation de conférences et de manifestations ouvertement négationnistes à Dreux et à Evreux. Cette situation porte en germe une prolifération de ce type de comportement et un réel risque de troubles à l’ordre public.

Considérant cette menace et prenant acte des décisions du Conseil Constitutionnel de censurer les lois votées par le Parlement en 2012 et 2016 qui auraient permis de pénaliser le négationnisme du génocide arménien, deux députés, Luc Carvounas et François Pupponi ont décidé d’attaquer le problème à la racine en proposant l’introduction d’un nouvel article dans le cadre de la réforme constitutionnelle en cours. Cet article indique que « La négation des crimes de génocide et crimes contre l’humanité reconnus par la nation ou par une juridiction française ou internationale est réprimée dans les conditions définies par la loi ».

Le CCAF, inquiet du climat de haine entretenu par quelques incendiaires professionnels et autres organisations à la solde d’un Etat complice et receleur du génocide de 1915, soutient totalement cette initiative et appelle de ses voeux sa réussite. Le négationnisme n’est pas une opinion, mais une idéologie d’Etat attentatoire à la mémoire des victimes et à la dignité humaine. Pas plus que le racisme ou l’antisémitisme, il ne doit pouvoir se répandre sans entrave dans l’espace public.

Bureau national du CCAF (Conseil de coordination des organisations arméniennes de France) Paris, le 4 juillet 2018