Retour au format normal


TURQUIE
Nurettin Canikli : « La Turquie restera dans le Nord de l’Irak jusqu’à l’éradication totale des terroristes »

Publié sur http://armenews.com le 13 juin 2018 par Stéphane/armenews



La Turquie ne sortira pas du Nord de l’Irak jusqu’à l’éradication totale des terroristes, a déclaré le ministre turc de la Défense nationale, Nurettin Canikli.

Le ministre a été invité à la Table des Éditeurs de l’Agence Anadolu à Ankara.

Interrogé sur l’opération menée contre le PKK dans le Nord de l’Irak, Canikli a affirmé : « La récente opération est différente des autres. Tout d’abord, la Turquie est gravement menacée depuis cette région. Il y a beaucoup d’infiltration [à travers les frontières]. La région est très montagneuse, ce qui permet aux terroristes de se déplacer facilement. Cette fois-ci, notre objectif est un peu plus différent. Nous y resterons jusqu’à l’élimination totale du terrorisme »

Nurettin Canikli a précisé que des bases militaires ont été construites dans la région, « et cela pour la première fois ».

« Et c’est important, a-t-il affirmé. Il est risqué de mener des opérations de longue durée sans construire de bases au préalable. »

Le ministre a ajouté que « les préparatifs avaient commencé il y a un an environ, sur l’instruction du président de la République [Recep Tayyip Erdogan] », et que « plus de 500 terroristes ont été neutralisés dans cette région depuis le début de l’année courante ».

Notant que le dialogue se poursuit avec les pays voisins de la Turquie concernant l’opération dans le Nord de l’Irak, Canikli a indiqué : « L’Iran a clairement affirmé, à chaque occasion, qu’il est en faveur d’une opération antiterroriste dans le Nord de l’Irak, y compris Qandil. Nous avions même proposé de faire une opération conjointe mais nous ne nous trouvons pas à un tel point pour l’instant. »

Le ministre a aussi commenté la situation en Syrie, surtout la question de Manbij.

« Ils [États-Unis] ont compris que le YPG/PYD est une branche du PKK et que ce dernier les contrôle, a poursuivi Nurettin Canikli. Sinon, ce consensus n’aurait pas été trouvé. Nous considérons le consensus sur Manbij avec les États-Unis, comme un projet qui permettra d’éliminer toutes les organisations terroristes actives en Syrie. »

Nurettin Canikli a rappelé que le but de ce consensus est de « libérer Manbij des éléments du YPG/PYD » : « Les éléments du YPG/PYD se retireront de Manbij, et cela sous la surveillance conjointe des soldats américains et turcs. Nous envisageons, depuis le début, la mise en place d’administrations locales dans la région, convenablement à la structure démographique qu’on avait avant la guerre. Les membres de ces administrations seront déterminés par les États-Unis et la Turquie. »

Le ministre a aussi critiqué le fait que son pays ne peut pas acheter « des armes et munitions à ses amis et alliés, bien qu’elle paie leur prix ».

« Au mieux, ces pays retardent la vente, a-t-il fait savoir. Nous faisons aussi face à un embargo discret des entreprises américaines, allemandes, autrichiennes etc. quant à certaines pièces de rechange pour la production d’arme et de munition. »

Il a conclu en annonçant la signature d’un accord avec une entreprise sur la production de drone armé « AKINCI », dont « la première livraison est prévue pour 2020 ».