Retour au format normal


EDITORIAL
Monté, il y a 25 ans

Publié sur http://armenews.com le 12 juin 2018 par Ara/armenews



Comment ne pas avoir aujourd’hui une pensée pour Monté Melkonian, tombé au champ d’honneur il y a tout juste 25 ans ? Une équipe de Nouvelles d’Arménie dont je faisais partie était allée à sa rencontre sur le front, juste un mois avant sa mort. Nous voulions voir cet ami, ce combattant du renouveau de la lutte arménienne en diaspora qui était devenu un héros de légende de la guerre de libération du Karabagh. Une terre dont nous avions à peine entendu parler quand nous nous étions engagés dans notre jeunesse pour la « libération des territoires occupés »... Depuis deux ans, le monde arménien bruissait des exploits de ce combattant venu de Californie pour défendre son peuple au prix de sa vie. Nous étions fiers de ses victoires qui donnaient a posteriori une légitimité particulière à ce passé que nous partagions. Et si nous avions fait ce journal, dans la continuité de 20 ans de militantisme, c’était aussi un peu pour lui. En le lui montrant, avec Valérie Toranian, Dominique Ferrandini et quelques autres compagnons de route, nous ne pouvions envisager que la mort de Monté ferait la « une » du numéro 2 de Nouvelles d’Arménie. Et pourtant, alors que nous étions en train de boucler notre édition du mois juillet, la terrible nouvelle est tombée, nous plongeant tous dans une tristesse sans nom. Notre histoire avait perdu l’un de ses principaux acteurs. Et l’Histoire allait prendre le relais en statufiant notre camarade. Dès lors, rien ne serait jamais plus tout à fait pareil...

JPEG - 10.9 ko

Monté Melkonian repose aujourd’hui à Yeraplour, au Panthéon arménien. Vingt-cinq membres de sa famille sont allés aujourd’hui se recueillir à Merzouli, ce lieu-dit de l’Artsakh où il a rencontré son destin. Personne ne l’a oublié. Et surtout pas au Karabagh, où sa personnalité hors normes reste gravée dans toutes les mémoires. On y célèbre bien sûr ses faits d’armes qui ont permis de changer le cours de la guerre. Mais ce qui a surtout marqué, c’est son incroyable dévouement, son total désintéressement, l’absolue sincérité de son engagement. Monté aura jusqu’au bout tout donné pour son peuple et n’aura jamais rien « gagné » en retour pour lui-même. Sauf la gratitude des siens. Et l’immense satisfaction d’avoir contribué à inscrire le mot victoire dans le vocabulaire arménien, après des siècles de servitudes et de massacres. Ce qui est sans prix.

JPEG - 1.3 Mo