Retour au format normal


ISRAEL
Des députés israéliens veulent reconnaître le génocide arménien

Publié sur http://armenews.com le 16 mai 2018 par Stéphane/armenews



Un projet de loi reconnaissant le génocide arménien est revenu à l’ordre du jour de la Knesset mercredi après que la Turquie et Israël aient retiré leurs ambassadeurs respectifs suite aux tensions à Gaza.

Le député de l’union Sioniste Itzik Shmuly et le député du Likoud Amir Ohana ont déclaré qu’ils soumettraient un projet de loi pour faire d’Israël le 30e pays à reconnaître le génocide de 1915, dans lequel l’Empire ottoman a tué plus de 1,5 million d’Arméniens.

Cette décision est intervenu lorsque le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a fustigé Israël à propos de violentes manifestations le long de cette frontière de Gaza. Le président turc a par la suite rappelé son ambassadeur d’Israël et a commenté sur Twitter qu’Israël était “un Etat d’apartheid qui a occupé des terres de peuples sans défense pendant plus de 60 ans“.

Par la suite, Jérusalem a retiré son ambassadeur d’Ankara, et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a écrit sur Twitter que « Erdogan est parmi les plus grands partisans du Hamas et il ne fait aucun doute qu’il comprend bien le terrorisme et les massacres ».

Les membres de la Knesset en réponse ont conclu que le moment était venu de reconnaître le génocide arménien par les Turcs, une mesure qu’Israël avait précédemment évitée afin de ne pas nuire aux relations diplomatiques avec la Turquie.

Le député Itzik Shmuly a souligné que “nous n’accepterons pas la moralisation du boucher turc antisémite qui bombarde chaque jour des milliers de Kurdes au nord-ouest de la Syrie et dont le pays est responsable du génocide du peuple arménien et des horreurs historiques envers les Assyriens“ ajoutant plus tard que cette reconnaissance du génocide aurait dû se produire il y a longtemps.

Le député Amir Ohana a fait valoir que le raisonnement diplomatique derrière la non-reconnaissance du génocide n’existait plus, soulignant que “il n’est pas trop tard pour rendre justice. Le moment est venu de reconnaître officiellement la terrible injustice faite aux Arméniens. Quand Hitler a présenté aux officiers de la Wehrmacht son plan d’extermination de masse en Pologne, y compris des femmes et des enfants, il a apaisé les inquiétudes concernant la réaction du monde en disant « qui, après tout, parle aujourd’hui des Arméniens ? Pour cette seule raison, nous aurions déjà dû reconnaître officiellement ce génocide. “

Le leader de Yesh Atid, Yair Lapid, a parrainé un projet de loi visant à reconnaître le génocide arménien plus tôt cette année, mais il a été rejeté en février, ce qui signifie qu’il ne peut plus être soumis avant août.

Yair Lapid avait appelé Israël à rétrograder définitivement ses liens avec Ankara tout en reconnaissant le génocide arménien, en aidant ouvertement les Kurdes et en encourageant les Etats-Unis à tenter de retirer la Turquie de l’OTAN.

“Nous ne nous réconcilirons pas avec les antisémites comme Erdogan. Le temps est venu pour le gouvernement de dire ce qui est clair depuis longtemps : Erdogan fait partie de l’axe de la terreur islamique “, a déclaré M. Lapid.

Le président de la Knesset, Yuli Edelstein, a appelé la Knesset à reconnaître le génocide arménien, tout comme son prédécesseur, le président Reuven Rivlin. De nombreux projets de loi visant à reconnaître les atrocités ont été proposés et rejetés au fil des ans, mais le Comité de l’éducation, de la culture et du sport de la Knesset a voté en faveur de la reconnaissance du génocide.

Une source diplomatique a déclaré que la situation était très délicate et que la décision finale de reconnaître ou non le génocide serait celle de Netanyahu.

Le ministère des Affaires étrangères a refusé de commenter la question.