Retour au format normal


ARMENIE
L’agriculture arménienne a besoin d’avantages, pas de protectionnisme

Publié sur http://armenews.com le 11 juillet 2018 par Stéphane/armenews



Le marketing est le principal problème des fermiers arméniens, indépendamment des réformes du gouvernement et des efforts pour aider à les résoudre, a déclaré la coprésidente de l’Alliance agricole d’Arménie, Mary Nikoghosyan.

Selon elle, le stress et la frustration constants des agriculteurs durant cette période influencent leur planification pour les prochaines années. Par conséquent, les soutenir pour commercialiser leurs produits est un facteur clé dans le développement de l’agriculture.

Elle a déclaré qu’une taxation simplifiée contribuerait au développement du secteur, car elle permettrait aux agriculteurs en cas de difficultés de vendre leurs produits de se concentrer sur des problèmes urgents, en particulier que la quasi-totalité d’entre eux doivent effectuer des paiements réguliers.

Elle a déclaré que pour résoudre les problèmes des agriculteurs, il ne suffit pas de travailler uniquement avec le gouvernement, dont le soutien se limite souvent à des prêts ou des subventions. Elle a fait valoir que pour résoudre complètement les problèmes, la participation directe des représentants du secteur agricole dans l’activité législative du parlement est nécessaire.

C’est dans ce but que l’Alliance agricole a pris, il y a quelques jours, l’initiative de créer un corps délibératif des affaires et de l’industrie au parlement. Mme Nikoghosyan estime que les initiatives législatives ne devraient pas être radicales, et il est faux de préconiser la protection du marché intérieur ou l’interdiction des importations de produits agricoles étrangers.

Selon Mme Nikoghosyan, l’une des façons de soutenir l’industrie agro-domestique est les foires agricoles tenues dans les grandes villes, y compris la capitale. Cependant, les foires agricoles devraient être organisées régulièrement et être aussi indépendantes que possible des vendeurs d’occasion.

Le mémorandum sur la création du Conseil de coopération des petites et moyennes entreprises sous l’égide du Parlement arménien a été signé le 6 avril par l’Association de coopération des petites et moyennes entreprises, l’Union des entreprises de technologie de l’information, l’Association des jeunes femmes d’Arménie, l’Alliance agricole d’Arménie, la Chambre des entrepreneurs arméno-britanniques, l’Association européenne des entreprises et l’Assemblée nationale d’Arménie.