Retour au format normal


ARMENIE
Alexandre Arzoumanian gagne son procès contre les autorités arméniennes... de 2007 !

Publié sur http://armenews.com le 12 janvier 2018 par Gari/armenews



Au terme d’une longue procédure, Alexandre Arzumanian a remporté jeudi 11 janvier le procès qu’il avait intenté contre les autorités arméniennes pour avoir décidé de manière arbitraire son arrestation, en 2007, quand il était un militant actif de l’opposition du pouvoir alors en place de l’ancien president Robert Kotcharian. Ce dernier est désormais en guerre quasi ouverte contre l’actuel président Serge Sarkissian, dont il était le mentor, quant à A. Arzoumanian, il se situe dans une opposition pour le moins constructive à l’actuel pouvoir en place puisqu’il occupe le poste d’ambassadeur d’Arménie au Danemark... !

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a ordonné aux autorités arméniennes de verser au plaignant A.Arzumanian une somme de 2 500 euros au titre des dommages et intérêts. Elle a estimé que sa détention de quatre mois constituait une violation des articles du traité européen relatifs des prévenus d’avoir un procès équitable dans un délai “raisonnable” et d’être remis en liberté provisoire durant le procès. A.Arzumanian, qui a été ministre des affaires étrangères de l’Arménie de 1996 à 1998, s’est refusé à commenter la décision de la Cour, un silence qu’il faut sans doute mettre sur le compte du devoir de réserve diplomatique.

A.Aruzmanian, 58 ans, avait été arête en mai 2007 sous l’accusation de financement illégal depuis l’étranger. Il a récusé avec fermeté et constance ces accusations qu’il a considéré comme étant motivées politiquement avant d’être libéré quatre mois après. Comme beaucoup en Arménie, A.Arzumanian avait désigné cette décision de la justice arménienne comme une réponse au mouvement antigouvernemental qu’il avait animé, avec d’autres responsables politiques opposés au président de l’époque Robert Kotcharian en 2006. A.Arzumanian avait par la suite joué un rôle majeur dans la campagne menée sans succès l’ex-président Levon Ter Petrossian pour tenter de revenir au pouvoir à la faveur des élections présidentielles très controversées de février 2008. Il figurait parmi les grandes figures de l’opposition arrêtées durant la vague de répression qui avait répondu au mouvement de contestation du scrutin. A.Arzumanian paiera son opposition au nouveau pouvoir d’une année de prison. Mais sa rupture avec Ter-Petrossian devait marquer un tournant pour A. Arzoumanian qui ralliera d’autres groupes d’ opposition défiant l’autorité du président Serge Sarkissian. Sa participation aux législatives de 2012 lui accordera un siège au Parlement arménien de 2012 à 2017. A. Arzumanian s’était associé plus récemment au Mouvement Pan-National arménien, une petite formation d’ opposition, qu’il avait quittée en février 2017, pour revenir dans le giron de la diplomatie, le président Sarkissian le nommant ambassadeur au Danemark cinq mois après.