Retour au format normal


ARMENIE
La Banque mondiale révise à la hausse ses prévisions de croissance pour l’Arménie

Publié sur http://armenews.com le 13 janvier 2018 par Gari/armenews



La Banque mondiale a une fois encore révisé à la hausse ses previsions de croissance pour l’Arménie, dont l’économie devrait afficher un taux annuel de quelque 4 % dans les années à venir.

Sans se montrer aussi optimiste que les autorités arméniennes, qui s’étaient livrées à la fin de l’année 2017, à une surenchère concernant la croissance de l’économie de l’Arménie, qui pourrait avoisiner les 6 % selon le président Sarkissian, l’organisme financier international a estimé, dans son dernier rapport sur l’économie mondiale publié cette semaine, que la croissance économique de l’Arménie pourrait être de l’ordre de 3,7 % en 2017, monter à 3,8 % en 2018 pour atteindre 4 % en 2019 et 2020.

Dans un précédent rapport publié en mai 2017, la Banque mondiale avait prévu une croissance de 2,7%, de 3,1 % et de 3,4 % respectivement pour 2017, 2018 et 2019, en invoquant “un développement régulier des secteurs commerciaux et une reprise timide de la consommation intérieure”. La croissance plus soutenue de l’économie arménienne sur laquelle mise l’organisme international basé à Washington reste toutefois bien en deçà des objectifs que s’est fixé le gouvernement arménien.

Selon ses dernières prévisions, le gouvernement table sur une croissance du PIB, en données réelles, de l’ordre de 4,5 % en 2018 et de plus de 5 % en 2019. Le président Serge Sarkissian et d‘autres hauts responsables arméniens avaient ainsi déclaré à la fin décembre que l’économie arménienne pouvait afficher une croissance de l’ordre de 6 % en 2017.

Commentant ces différentes prévisions, le vice ministre arménien des finances Armen Hayrapetian a attribué jeudi 11 janvier l’optimisme du gouvernement arménien concernant les indices macroéconomiques aux “réformes” qu’il a mises en œuvre et aux fruits qu’elles devraient porter.

A.Hayrapetian a aussi fait valoir que l’agence internationale de notation Fitch avait fait réévalué l’économie de l’Arménie, qui de “stable” avait été désignée comme “positive” en décembre 2017. Le rapport de mai 2017 de la Banque mondiale avait aussi estimé qu’une croissance plus forte permettrait de faire reculer légèrement la pauvreté en Arménie.

“Le taux de pauvreté [évalué par la Banque mondiale] devrait tomber de 23,8 % en 2017 à 22,2 % en 2019”, indiquait ce rapport. Pourtant, Artak Manukian, un économiste de Erevan, a souligné jeudi 11 janvier que le niveau de vie allait baisser en Arménie cette année en raison de la hausse des prix de certains produits de consommation courante, qui provoque d’ailleurs une certain agitation dans le pays, contraignant le président Sarkissian à s’exprimer sur le sujet en vue d’endiguer le mécontentement. A. Manukian a cite les prix du carburant, du tabac et des alcools qui vont augmenter du fait des taxes plus élevées prélevées par l’Etat, en vertu d’une mesure qui prend effet le 1er janvier.