Retour au format normal


TURQUIE
Erdogan juge nécessaire un Etat palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale

Publié sur http://armenews.com le 7 décembre 2017 par Stéphane/armenews



Un Etat palestinien indépendant doit être établi avec Jérusalem-Est comme capitale, a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan à son homologue de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors d’une conversation téléphonique a rapporté l’agence étatique Anadolu.

“L’instauration d’un Etat palestinien indépendant et souverain, avec Jérusalem-Est comme capitale, est nécessaire pour assurer la paix et la stabilité au Moyen-Orient“, a déclaré M. Erdogan à M. Abbas, selon des sources présidentielles citées par Anadolu.

Cet échange téléphonique survient alors que Washington doit s’exprimer sur le transfert ou non de l’ambassade américaine à Jérusalem.

M. Erdogan a également réitéré son soutien pour la “juste cause“ du peuple palestinien, affirmant que la levée des restrictions imposées à la Bande de Gaza contribuerait à instaurer la paix, selon Anadolu.

La communauté internationale n’a jamais reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël, ni l’annexion de sa partie orientale conquise en 1967, si bien que les ambassades étrangères sont installées à Tel-Aviv. Les Palestiniens estiment pour leur part que Jérusalem-Est doit être la capitale de l’Etat auquel ils aspirent.

Mais le président américain Donald Trump a promis durant sa campagne de déménager l’ambassade à Jérusalem, comme le stipule une loi du Congrès adoptée en 1995 mais dont l’application est bloquée tous les six mois, depuis deux décennies, par les présidents américains successifs grâce à une clause dérogatoire.

La prochaine échéance intervient lundi, selon le département d’Etat, qui a réaffirmé vendredi à l’AFP qu’aucune décision n’avait encore été prise.

En juin, Donald Trump avait choisi une première fois de suivre l’exemple de ses prédécesseurs. “Je veux donner sa chance“ au processus de paix “avant de penser à déménager l’ambassade à Jérusalem“, a-t-il justifié récemment. Mais son vice-président Mike Pence, qui ira à Jérusalem mi-décembre, a réaffirmé cette semaine que le transfert était “sérieusement“ envisagé.

Le porte-parole de Mahmoud Abbas a déclaré vendredi à l’AFP qu’une reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d’Israël “détruirait le processus de paix“.

Pour sa part, le mouvement palestinien Hamas, qui contrôle la bande de Gaza et est considéré comme “terroriste“ par Israël, les Etats-Unis et l’Union européenne, a menacé samedi de “raviver l’Intifada“ si les Etats-Unis reconnaissent Jérusalem comme capitale d’Israël ou décident d’y transférer leur ambassade.