Nouvelles d'Armenie    
DIPLOMATIE
Enthousiasme limité avant le sommet des présidents arménien et azéri


Un responsable de la diplomatie arménienne s’est montré pour le moins réservé, jeudi 12 octobre, quant aux resultats du sommet tant attendu des presidents de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan, dont les médiateurs du Groupe de Minsk de l’OSCE ont annoncé quant à eux avec soulagement la tenue, au terme d’une nouvelle tournée dans la zone du conflit du Karabagh. Les médiateurs américain, russe et français du Groupe de Minsk avaient déclaré, à l’issue de leur visite à Erevan et à Bakou le 8 octobre, que les présidents Serge Sarkissian et Ilham Aliyev s’étaient montrés d’accord pour reprendre leurs discussions en tête à tête très prochainement. La troika du Groupe de Minsk avait ajouté qu’il avait été aussi question lors de cette visite de “possibles sujets” qui pourraient se voir inscrits à l’agenda du “sommet à venir”. MM. Aliyev et Sarkisian ont refusé de se rencontrer en marge du sommet des anciennes Républiques soviétiques de la CEI qui s’est tenu le 11 octobre dans la ville de Sotchi, sur le littoral russe de la Mer Noire.

Le lieu et la date du sommet annoncé par le Groupe de Minsk ne sont pour l’instant pas précisés, mais malgré ces incertitudes, les médiateurs ont bon espoir qu’il relancera le processus de paix au Karabagh. Un optimisme que ne semble pas partager le vice-ministre arménien des affaires étrangères, Chavarche Kotcharian, qui a souligné la nécessité de faire la part entre deux exigences, d’une part la mise en place d’un climat de confiance, sans lequel on ne peut attendre aucun progrès du processus de négociations, et d’autre part, la recherche de progrès dans le processus de négociations lui-même. Shavarsh Kotcharian, sceptique, a ajouté devant la presse : « Il est évident qu’à ce jour, nous ne constatons aucun terrain, aucune tendance favorables qui nous permettent de parler de progrès dans le processus de négociations”. S. Kotcharian a souligné la mauvaise volonté affichée par Bakou pour la mise en oeuvre des mesures de confiance scellées pourtant par l’accord conclu par MM.Aliyev et Sarkisian lors de leurs dernières rencontres il y a plus d’un an.

Ces mesures prévoyaient notamment l’envoi d’un plus grand nombre d’osbservateurs de l’OSCE dans la zone du conflit et un mécanisme d’enquête international sur les violations de la trêve. Les autorités arméniennes n’ont cessé de répéter que le processus de paix ne pourrait progresser sans ces mesures de confiance, que Bakou accuse pour sa part de renforcer le statu quo. S’exprimant à Bakou lundi 9 octobre, I.Aliyev a déclaré que Erevan avait été contraint de renoncer à ses “préconditions” pour pouvoir relancer des négociations sérieuses sur le règlement du conflit du Karabagh. Le président Sarkissian avait démenti fermement de telles allegations, par la voix de son porte-parole le lendemain même. Son secrétaire de presse, Vladimir Hakobian, avait accusé I.Aliyev de“vouloir tromper la communauté internationale et son propre peuple”.

vendredi 13 octobre 2017,
Gari ©armenews.com


CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

    
     Imprimer l'article




THEMES ABORDES :
Arménie

Azerbaïdjan

Diplomatie