Nouvelles d'Armenie    
TURQUIE
Turquie/presse : un responsable de Cumhuriyet accusé de propagande du terrorisme


Un tribunal turc a confirmé l’arrestation du rédacteur-en-chef du site internet du quotidien d’opposition Cumhuriyet, Oguz Guven, sous l’accusation de “propagande d’une organisation terroriste“, a indiqué l’agence pro-gouvernementale Anadolu.

Oguz Guven, interpellé vendredi par la police à Istanbul, est accusé d’avoir “propagé la propagande d’une organisation terroriste“, selon l’agence. Anadolu avait annoncé initialement, vendredi dernier, que l’arrestation de Oguz Guven était due à sa couverture de la mort, quelques jours auparavant, dans un accident de la route, d’un procureur turc en charge des poursuites contre des suspects détenus depuis le putsch manqué du 15 juillet. Les autorités turques accusent le prédicateur Fethullah Gülen, exilé aux Etats-Unis, d’être à l’origine de ce coup d’Etat manqué. Il a démenti ces accusations.

Selon Anadolu, l’arrestation de Guven s’inscrivait dans le cadre d’une enquête sur une campagne qui vise à discréditer les opposants au prédicateur Gülen et ses partisans.

Plusieurs dizaines de membres du personnel de Cumhuriyet, un journal farouchement critique du président Recep Tayyip Erdogan, ont été inculpés dans le cadre de l’état d’urgence mis en place après la tentative de coup d’Etat. La plupart sont incarcérés, dont son rédacteur-en-chef Murat Sabuncu, le commentateur renommé Kadri Gursel et le dessinateur de presse Musa Kart. Ils sont accusés d’appartenir à un “groupe terroriste“ interdit et de soutenir des organisations illégales, des accusations que les inculpés ont fermement rejetées.

L’ancien rédacteur-en-chef du journal, Can Dündar, qui vit désormais en Allemagne, est considéré comme un traître par le pouvoir turc pour avoir révélé en 2015 que les services secrets turcs avaient fourni des armes à des islamistes en Syrie.

La Turquie est 155e sur 180 au classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières pour 2017. Les autorités turques nient régulièrement toute atteinte à la liberté de la presse et affirment que les seuls journalistes arrêtés sont ceux qui sont liés à des “organisations terroristes“, expression utilisée pour désigner le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) et le réseau güléniste.

vendredi 19 mai 2017,
Stéphane ©armenews.com


CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

    
     Imprimer l'article




THEMES ABORDES :
Turquie