Nouvelles d'Armenie    
TURQUIE
Les tensions s’aggravent au Patriarcat d’Istanbul


Le refus du vicaire général du patriarcat, l’archevêque Aram Ateshian de renoncer mercredi à l’élection en tant que Locum Tenens et sa collusion avec le bureau du gouverneur d’Istanbul, qui a jugé le processus illégal, ont intensifié les tensions au sein du Patriarcat.

Immédiatement après l’élection de l’archevêque du Patriarcat Karekin Bekdjian comme Locum Tenens l’archevêque Aram Ateshian a produit une lettre signée par le vice-gouverneur d’Istanbul accusant que le processus électoral pour un nouveau patriarche, qui a commencé en Octobre de l’année dernière, était “juridiquement impossible“. Peu de temps après le vote jeudi, le bureau du gouverneur a diffusé sa lettre à la presse.

La décision de l’archevêque Aram Ateshian de se retirer après l’élection du suppléant a été acceptée le mois dernier à Etchmiadzin, où Sa Sainteté Karekin II, catholicos de tous les Arméniens, avait convoqué l’archevêque Ateshian et le président du Conseil religieux du patriarcat, l’évêque Sahak Mashalian qui avait abandonné plus tard pour protester contre les interférences de l’archevêque Ateshian dans le processus électoral.

Dans une interview à l’hebdomadaire Agos, publiée jeudi, l’évêque Mashalian a dit que l’avis du bureau du gouverneur avait fait dysfonctionné le Patriarcat. Il a ajouté qu’une réunion devrait avoir lieu au bureau du gouverneur immédiatement, un sentiment repris par le nouvellement élu Locum Tenens, l’Archevêque Bekdjian.

L’évêque Mashalian a également soulevé la possibilité d’une collusion entre l’archevêque Ateshian et le bureau du gouverneur, en disant que le fait que l’avis ait été révélé après l’élection soulève des questions sans réponse.

“Il ya deux possibilités“, a déclaré l’évêque Mashalian à l’hebdomadaire Agos. “Ou [l’avis du gouverneur] est venu plus tôt et il n’aurait pas été révélé si l’archevêque Ateshian avait été élu ; Ou il a été conçu comme un avis qui serait révélé si l’archevêque Ateshian devait perdre. Nous ne le savons pas. Cependant, le problème est que cette annonce a causé une tempête dans notre église une fois de plus. “

L’évêque Mashalian a dit que la situation devrait être manipulée de manière calme pour empêcher les affrontements avec l’état et de restaurer « notre liberté de culte.“

Cependant, les événements des 24 dernières heures ont créé une situation où le Patriarcat n’a pas de chef religieux, selon l’évêque Mashalian.

“Son Eminence Karekin est notre deghabah élu (mot arménien pour Locum Tenens). Et selon la même loi, Son Eminence Aram n’est plus le vicaire. Maintenant, après cette interférence inappropriée et intempestive, nous avons un vicaire qui n’est pas un vicaire et un deghabah qui n’est pas un deghabah “, a souligné l’évêque Mashalian.

“La résignation de Son Éminence Aram résoudrait tout“, a ajouté l’évêque Mashalian qui a cité la réunion à Etchmiadzin le mois dernier, lorsque toutes les parties ont accepté une transition en douceur vers l’élection d’un patriarche à Istanbul.

Pendant ce temps, plus de révélations ont été révélées au sujet de la réunion tendue de jeudi et de l’élection.

Selon l’hebdomadaire Agos, après que les votes aient été comptés et il soit devenu clair que l’archevêque Bekdjian avait gagné, l’archevêque Ateshian a fait cette annonce et est sorti hors de la pièce, seulement pour revenir quelques minutes plus tard avec l’avis du gouverneur à la main.

Après la révélation de l’avis, l’évêque Mashalian, les archevêques Ateshian et Bekdjian se seraient retirés dans un bureau voisin, d’où des cris ont été entendus.

Des sources qui ont entendu l’échange échauffé entre les principaux clercs du Patriarcat d’Istanbul ont dit à l’hebdomadaire Agos que l’évêque Mashalia a exhorté l’archevêque Ateshian à accepter les résultats de l’élection et aller au bureau du gouverneur pour expliquer la décision de l’Assemblée de bureau.

« Il [l’État] piétine notre vie religieuse. C’est de l’interférence. Cette élection est arrivée. Nous devons aller au bureau du gouverneur et dire que l’archevêque Bekdjian est notre deghabah. Vous êtes celui qui devrait le faire » aurait dit l’évêque Mashalian à l’archevêque Ateshian qui a répondu : “Je suis sur mon siège jusqu’à ce que l’état me donne la permission“.

vendredi 17 mars 2017,
Stéphane ©armenews.com


CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

    
     Imprimer l'article




THEMES ABORDES :
Arménie

Turquie